Voeux Hubsch 2019
Jean-Philippe Hubsch, lors de sa présentation des Vœux pour 2019

Avant le Convent du GODF, une interview du GM J.P. Hubsch

Par Géplu dans Divers

Géplu : Jean-Philippe, tu as été élu fin août 2018 Grand Maître du Grand Orient de France. Tu termines ta première année de grande maîtrise, et tu as la possibilité d’être de nouveau candidat cette année pour un second mandat.
Avant d’évoquer cette hypothétique seconde année, peux-tu me dire ce qu’il s’est-il passé d’important cette année au Grand Orient de France ?

Pour cette année le grand fait marquant a été le combat pour la protection, la sauvegarde même, de la loi de 1905

Jean-Philippe Hubsch : Disons avant toute chose, si je puis me permettre un mot personnel, que la grande maîtrise c’est quand même une année qui change une vie. En intensité, et en responsabilité. Pour cette année le grand fait marquant qui nous a le plus mobilisé, le Conseil de l’Ordre et moi-même, a été le combat pour la protection, la sauvegarde même, de la loi de 1905, que le gouvernement voulait modifier. Cela a été le grand combat pour le Grand Orient, mais aussi pour l’ensemble des obédiences de la maçonnerie libérale et pour la grande famille laïque. C’est un combat pour lequel on a gagné une bataille mais pour lequel il y aura encore je pense d’autres risques, parce que pour beaucoup d’élus aujourd’hui la loi de 1905 est une loi comme une autre, et tant que l’on n’aura pas obtenu la constitutionnalisation des deux premiers articles de la loi, on ne l’aura pas protégé. Et tant que l’on n’aura pas obtenu qu’elle s’applique sur tout le territoire, on n’aura pas non plus fait notre travail correctement. Ce combat a donc été l’un des temps forts si ce n’est le plus fort de cette année, mais il reste notre combat de demain.

Sur l’activité de cette année, l’obédience a beaucoup travaillé : elle a réfléchi sur le sens de l’engagement maçonnique, elle a travaillé sur la politique internationale, et l’on verra au Convent ce que cela donnera puisque nous avons voulu demander au législatif son avis sur les grandes lignes de la politique extérieure du Grand Orient à travers le livre blanc annoncé l’an dernier et sur lesquel les loges ont pu travailler.

Zineb el Rhazoui : il s’est passé quelque chose entre cette femme jeune, forte et courageuse et les francs-maçons du Grand Orient.

On a aussi beaucoup travaillé dans le domaine de la solidarité, avec la Fondation et avec la commission des affaires humanitaires du Conseil de l’Ordre, qui a travaillé sur les phénomènes migratoires : on a publié un manifeste sur les mineurs isolés étrangers qui a été transmis à tous les candidats aux élections européennes. Dans le domaine culturel les Utopiales, les journées Jean Zay, les rencontres Lafayette, les expositions au musée sur le RER et sur le dessinateur François Boucq ont été des moments forts. Le point d’orgue ayant été la remise du Prix Marianne Jacques France à Zineb el Rhazoui, qui est une femme extraordinaire. On a passé des moments assez incroyables avec elle. Elle est venue plusieurs fois au Grand Orient cette année, notamment pour la projection de son film. Il s’est passé quelque chose entre cette femme jeune, forte et courageuse et les francs-maçons du Grand Orient.

Signalons aussi que nous avons cette année été reçus par le Président de la République avec les grands maîtres des autres principales Obédiences françaises. Cela faisait des années que les portes de l’Élysée ne nous avaient pas été ouvertes. Le Grand Orient de France a tenu sa place, et j’espère que les francs-maçons de l’obédience seront fiers de l’image que l’on donne. Mon souhait était que l’on parle du Grand Orient de France, et que l’on en parle le plus positivement possible.

Tu vas être candidat à un second mandat, quel sera ton programme pour ta seconde année ?

Tu me permettras de conserver pour le Convent la primeur de ce programme, si je suis élu. Disons simplement que, comme celui de l’an dernier, il sera en sept points, sept grands enjeux. Certains seront les mêmes parce que ce sont des combats qui continuent. Le premier par exemple traitera bien sûr de la laïcité et de la défense des valeurs de la République. Un autre enjeu important sera la politique internationale, qui va dépendre de ce que décidera le Convent lors de la discussion sur le Livre Blanc de la Politique Maçonnique Internationale du Grand Orient. Pour l’appartenance au Clipsas par exemple, Il y aura débat et le Convent votera. On continuera bien évidemment à travailler de façon très proche avec l’AME (alliance maçonnique européenne), qui est notre instance européenne, car c’est là où se passent beaucoup de choses actuellement.

A-t-on vraiment besoin de 37 Conseillers de l’Ordre ? Personnellement je pense qu’il y en a beaucoup trop

Dans le quatrième enjeu : organisation et fonctionnement du Grand Orient de France, il semblerait qu’un point fasse actuellement polémique. Le Conseil de l’Ordre souhaite présenter une réflexion sur l’article 100. Ce projet a d’ailleurs été présenté à la conférence des Congrès. On y propose un programme de travail sur trois ans. Une méthode pour s’interroger d’abord sur le rôle des Conseillers de l’Ordre, et sur leur nombre. A-t-on vraiment besoin de 37 Conseillers de l’Ordre ? Personnellement je pense qu’il y en a beaucoup trop, mais il n’y a que le législatif qui peut en décider. Après, et seulement après cette réflexion, on pourra éventuellement retravailler le nombre de régions. On peut imaginer beaucoup de choses, mais il faut prendre le temps de le faire. On n’est pour l’instant que dans le prospectif.

Ça, c’est le projet du Conseil de l’Ordre. À côté, la région Paris 1 a voté lors de son Congrès de juin le prêt d’un de ses deux Conseillers de l’Ordre pour trois ans à la région Paris IV. Le Conseil de l’Ordre n’est en rien concerné ou impliqué dans cette décision de Paris 1.

C’est Paris 1 qui a fait cette proposition très concrète, en demandant que pendant ce temps, ces trois ans, le Convent s’engage à mener une réflexion sur l’organisation, un redécoupage, une diminution du nombre de Conseillers de l’Ordre, etc. Donc ils ont repris l’esprit du travail du Conseil, ajoutant une proposition personnelle, et ils arrivent au Convent avec cette proposition sur laquelle il ne m’appartient pas de me prononcer car, insistons, elle n’est pas présentée par le Conseil de l’Ordre, et encore moins par le Grand Maître.

Quels sont les relations du Grand Orient de France avec les autres obédiences maçonniques françaises ?

Les relations du GODF sont excellentes avec toutes les grandes obédiences françaises

Les relations du GODF sont excellentes avec toutes les grandes obédiences françaises, notamment avec le DH, la GLFF et la Grande Loge de France, avec qui nous avons décidé de créer, un peu comme les rencontres Lafayette avec la GLNF, ce que l’on a appelé « les dialogues maçonniques ». La première édition se déroulera le samedi 12 octobre dans les locaux de la Grande Loge rue Puteaux, et le thème en sera « A quelle humanité travaillent les francs-maçons ? ». On espère que ces dialogues maçonniques seront une rencontre annuelle forte entre nos deux obédiences.

Pour ce qui concerne le reste du paysage maçonnique français, je te rappelle qu’en 1960 il n’y avait que 9 obédiences en France. Jusqu’en 1990 12 actives, et depuis 1990 il s’en crée une à trois par an. Il en disparait aussi, mais actuellement il y en a plus d’une quarantaine d’actives répertoriées. On a très clairement notre part de responsabilité au Grand Orient dans cette prolifération excessive, notamment par certaines reconnaissances trop rapides et dans la façon dont on a attribué un certain nombre de patentes. On a échangé là-dessus lors du dernier déjeuner des grands maîtres, et on a décidé de lancer un groupe de travail pour mettre un peu d’ordre, en commençant par faire le ménage dans l’occupation de nos temples parce que l’on ne peut pas à la fois déplorer cette inflation et continuer d’ouvrir nos locaux à ces obédiences marginales et souvent non reconnues par la majorité des grandes obédiences.

dimanche 25 août 2019 6 commentaires
  • 6
    Solovieff 1 septembre 2019 à 11:35 / Répondre

    Je ne suis pas franc-maçon.
    J’ai découvert ce blog, on ne se moque pas, en lisant les romans de Giacometti/Ravenne.
    Et je m’en félicite.
    J’apprends des choses, j’en découvre, je m’enrichir.
    Voilà le pourquoi de mon commentaire aujourd’hui.
    Ce sera je pense ma seule intervention.
    Merci, et bravo.

  • 4
    Lévy Maurice 26 août 2019 à 10:16 / Répondre

    A propos de Zined. Je l’ai invitée il y a plus d’un an lors de la cérémonie du Devoir de Mémoire. A la fin de son intervention, chose exceptionnelle, toutes les personnes présentes sur les colonnes se sont levéee et ont applaudi ! Nous n’étions pas en « tenue », mais quand même ! C’était là une grande première et je n’ai pu que m’en réjouir tant la qualité de son intervention était courageuse et de très grande qualité. Quelle « pêche »!

  • 3
    Jacques 25 août 2019 à 18:05 / Répondre

    Ce post est la réponse aux propos du GM du GODF et plus généralement à ses homologues Grands Maitres et autres Conseillers de l’Ordre.

    Je cite :

    AVANT LE CONVENT DU GODF, UNE INTERVIEW DU GM J.P. HUBSCH
    « …. Pour ce qui concerne le reste du paysage maçonnique français, je te rappelle qu’en 1960 il n’y avait que 9 obédiences en France. Jusqu’en 1990 12 actives, et depuis 1990 il s’en crée une à trois par an. Il en disparait aussi, mais actuellement il y en a plus d’une quarantaine d’actives répertoriées. On a très clairement notre part de responsabilité au Grand Orient dans cette prolifération excessive, notamment par certaines reconnaissances trop rapides et dans la façon dont on a attribué un certain nombre de patentes. On a échangé là-dessus lors du dernier déjeuner des grands maîtres, et on a décidé de lancer un groupe de travail pour mettre un peu d’ordre, en commençant par faire le ménage dans l’occupation de nos temples parce que l’on ne peut pas à la fois déplorer cette inflation et continuer d’ouvrir nos locaux à ces obédiences marginales et souvent non reconnues par la majorité des grandes obédiences….. »

    Une sœur m’a dit,  » ça me fait frémir « , moi ça me fait gerber !
    J’ai honte d’être franc-maçon en lisant cela !

    Avant de donner des leçons de maçonnisme, il serait de bon ton d’être un bon apprenti et d’éviter de trahir ses serments messieurs les Grands Maîtres et autres Illustres canaris, présents et aussi passés.

    Pour votre mémoire qui vous fait a priori défaut voici un rappel de votre propre chapelle : Morceau choisi, page 7, du Mémento de la Commission du Maçonnisme du GODF, 2003, intitulé « Des Us et Coutumes du Travail en Loge » :

    « Le Grand Orient de France s’est toujours donné comme règle de recevoir tout Franc-Maçon régulièrement initié, quelle que soit l’Obédience à laquelle il appartient, même si le Grand Orient de France n’a pas échangé de Convention avec cette Obédience ou n’entretient pas de relation avec elle, suivant la liste établis régulièrement par le Conseil de l’Ordre. »

    Vous voyez : ça laisse songeur… comment voulez vous après vos propos qu’on puisse vous reconnaître comme tel… pour moi ce n’est plus possible : vous incarnez la honte de la franc-maçonnerie.

    Vous feriez mieux d’étudier vos mémentos au lieu de faire de la politique, voire pire du politico-maçonnisme comme au CLIPSAS. Une fois qu’on a compris comment fonctionne ce « machin » il va de soi que le GODF veuille en sortir, vu qu’il n’a plus l’hégémonie d’antan, et oui les postes de vices-présidents ne sont pas attribués aux obédiences fondatrices ne vous en déplaise et si vous n’avez plus le soutien des autres soit disant petites obédiences françaises ou étrangères à qui vous avez attribué patente ou donné de force patente comme vous savez si bien le faire, ces mêmes obédiences sont souveraines ne vous en déplaise encore une fois.

    Je crois qu’une fois encore on a perdu la cédille !

    Jacques

    • 5
      Grace 26 août 2019 à 15:55 / Répondre

      Excellent Jacques !

      Tout est dit sur l’hypocrisie et les non-sens et contradictions de la « politique » maçonnique mise en place par le GODF qui a l’instar des USA qui s’autoproclament « gendarmes du monde » veulent appliquer le même « système » à la franc-maçonnerie.

      Encore des dérives dangereuses et inacceptables de tyranneaux d’opérette qui ont effectivement oublié tous les serments prêtés en Loge Bleue aveuglés qu’ils sont par l’exercice de leur pseudo pouvoir…

      Quand on met en place une gouvernance de type dictatorial comportant des atteintes graves et inacceptables aux libertés individuelles, qu’on pratique couramment le chantage et qu’on s’essaie à tout régenter par la force, on n’a plus grand-chose à faire en Franc-maçonnerie…

      Grâce

  • 1
    Jean Mabuse 25 août 2019 à 02:33 / Répondre

    On apprend et c’est réconfortant que le GODF a de bonne relation et un travail communs avec les grandes obédiences dont la GLDF. Mais alors pourquoi Jean-Luc Turbet, soi-disant responsable de la communication du GLDF, se repend-il sur Facebook en disant que le GODF est infiltré par les trokystes lambertistes tout en critiquant la vie interne de l’obédience notamment de la mise aux votes de certains voeux ?

    • 2
      Levy 25 août 2019 à 14:13 / Répondre

      Il ne s’agit pas de « certains vœux » mais d’un vœu bien incertain… Mais bon, pourquoi ne pas l’exprimer et le mettre aux votes ? Cela ne regarde en rien les autres obédiences mais ne peut laisser qui que ce soit indifférent, juif ou non-juif. Quant au frère Turbet, il n’a jamais été le porte parole de la GLDF ! Il n’en est pas davantageni le « responsable de la communication » et n’occupe aucune fonction officielle au sein de l’obédience. Il dirige et gère un blog où s’expriment des sœurs et frères de toute obédience, y compris d’ailleurs des sœurs et frères de Cadet.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
mattis id, mattis pulvinar facilisis sed dolor. efficitur. leo. in Sed