Brouille GODF – GLDF

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 2 juillet 2009
  • 64
    RG
    19 mars 2010 à 12h46 / Répondre

    Je connais le G
    Et pourtant la FM reste une organisation qui ne reconnait que le monotheisme..
    Comment faire pour le chamane vivant en europe?
    Comment faire si mon parcours spirituelle est celui de l’animisme..
    Comment faire si je crois en plusieurs dieux, comment faire si je crois en l’homme, si je crois en plusieurs Dieu et pas a une representation symbolique « monotheisme »?
    Ai je le droit d’etre un FM , un homme, un citoyen?
    Le monotheisme est une vision « speciale ».. qui existe depuis 2010 ans 😉

    Alors la solution spirituelle est elle celle du monotheisme? Y aurait il que « LE » GALDU..?
    Ai je une ame, si je ne crois pas en cet architecte « unique »?
    Ai je le droit de croire en l’Homme, de croire en la spiritualité personnelle de chaque Homme ou Femme?? 😉
    Generalement je suis decu des qualites humanistes des Fr.: que je rencontre… mais c’est ainsi, la FM est une representation du monde profane en reduction…
    Meme qualité, meme defaut 🙂

    Mon jeune age profane me fait croire encore a mes ideaux… je m’y ferai.. je vieillirai..
    Tel est ma quete!

  • 63
    MisterX
    30 juillet 2009 à 0h35 / Répondre

    « Même si les dirigeants de ces 100 Obédiences pouvaient être guéris de cette maladie qu’est l’hypertrophie du moi, il resterait à défier cette logique élémentaire »

    Horus…
    Le dieu égyptien dont le nom veut dire « Celui qui est au dessus »
    Tout un programme… Dis nous, Tu diriges laquelle ??? 😀

    MF, Je n’ai que 5 ans, tu m’excuseras si je dis des bêtises. De plus, je suis au DH, c’est dire ! Probablement un pas de coté, mais je rentrerais bien vite dans le droit chemin, promis !

    Ne penses-tu pas que réduire la notion de transcendance au seul déisme est, peut-être, un peu réducteur ?

    >> « En trafiquant les rituels, on arrive bien sûr à un plus petit dénominateur commun, une bouillie infâme sans odeur ni saveur ni cohérence, mais à quoi ça sert ? »

    Tu sembles avoir des opinions bien tranchées sur une maçonnerie que tu ne connais probablement pas. Ah le binaire, il n’y a que ca de vrai ! Comment te faire percevoir la richesse d’opinions multiples ? De conceptions diverses ?

    >>« Le Convent de Lausanne (1875) réunissant les principaux Suprêmes Conseils, a clairement défini les principes de l’Ecossisme. »
    >> « Soit on admet l’existence d’un principe créateur, notion qui transpire dans tous les degrés du REAA, soit on pense que le monde est là par hasard. »

    Ta conviction religieuse te pousse peut-être à affirmer que « principe créateur » égal « DIEU ». Finalement un belle brochète d’ahuris ce convent de Lausane de 1875! Ils ne sont pas foutus d’utiliser les bons mots. C’était pourtant plus court « Dieu » eh non, ils vont nous chercher du « principe créateurs » ou du « Grand Architecte de l’Univers »… pfff… Et encore, tu aurais pu te référer à la constitution d’Anderson de 1722, mais je ne la conseille pas car trop vague, elle ouvre la porte de la maçonnerie aux athées intelligents ou aux libertins dévots. Quel dommage que nous n’ayons pas un ouvrage dont on pourrait au moins être certain des origines (comme la bible tiens !), et qui définisse ces foutus Landmarks une bonne fois pour toute !

    Il est curieux que n’ayant que 5 ans (ils recrutent tôt au DH), je me reconnaisse dans les deux formes de franc-maçonnerie citées par Bruno Etienne… le coté « mondain » en moins probablement… Mais bien sur les deux approches font déjà débat au sein même du DH. (Et surtout ne me parlez pas de Scysophrénies Maçonniques 😉 )

    >>« Je ne propose pas un jugement de valeur dans mes dires, mais plutôt un jugement d’existence, avec comme corollaire la logique dans le raisonnement »

    A la belle phrase ! C’est imparable. Il ne suffit malheureusement pas de le dire pour en convaincre les autres. Hormis le fait que cette phrase puisse t’auto-rassurer et te permette de t’asseoir dans tes certitudes, drapé de ta logique et de ton impartialité, bien entendue toute deux infaillibles, elle fini de me convaincre du contraire… curieux…

    >>« Que des Frères soient athées, il ne me viendrait pas à l’idée de contester leur croyance (c’en est une) »

    Magnifique définition de l’athéisme que cette définition inversée. Un athée ce n’est plus quelqu’un qui ne croit pas en l’existence de Dieu mais quelqu’un qui croit en l’inexistence de dieux ! Tu oublis tout de même les frères et sœurs (oui je sais, les sœurs… une déviance supplémentaire, mais je milite en interne au DH pour la création d’un Droit Humain uniquement masculin) croyants, les agnostiques et les autres qui enrichissent nos colonnes.

    Décidément l’être humain est trop complexe, et le vocabulaire trop riche. C’est tellement simple pourtant : ATHEE=MATERIALISTE=NON MACON, DEISTE=SPIRITUALITE=MACON. HORUS a parlé 😉

  • 62
    guy
    20 juillet 2009 à 6h58 / Répondre

    Mes frères, mes soeurs, j’ai eu l’occasion d’écouter le GM du GO lors de la sacralisation du TEMPLE de SIX FOURS, le clasch était prévisible.
    Les deux obédiences ont deux voies totalement différentes,
    C’est peût-être notre chance, la diversité.
    N’épousons pas les querelles de clocher.

    Par contre j’ai été choqué que le GM du GO puisse écrire dans son courrier « Je souhaitais vous informer rapidemment de cette situation compte tenu des relations SOUVENT fraternelles que vous entretenez au niveau de vos orients avec vos homologues de la GLDF. »
    C’est peut être le momment de montrer que nous ne sommes pas des pions, et que nos loges sont souveraines, et que nous entretenons des relations TOUJOURS fraternelles, ou plus simplement fraternelles.

  • 61
    HENRI
    10 juillet 2009 à 18h49 / Répondre

    A mon avis on peut trés bien travailler avec force sagesse et beauté tout en acclamant la liberté, l’égalité, la fraternité et invoquant ou pas le GADLU. Je pense vraiment que la spiritualité de la FM et la sagesse de ses membres doivent pouvoir permettre de dépasser largement des clivages qui ne sont pas bons.
    Quant aux grands maîtres et autres « responsables », ils devraient peut être redescendre les 33 marches et escaliers et refaire un petit tour au cabinet de réflexion et se rappeler de leur testament maconnique parti en cendre (qu’ils ont surement oublié pour la plus part). Quel que soit le niveau, la FM est assemblage, unité, écoute et non clivage, dispersion, incompréhension.

  • 60
    Petit Scarabé
    8 juillet 2009 à 11h06 / Répondre

    @ Lihin

    même si je ne suis pas convaincu de la pertinence des vues de Guénon sur tout un tas de choses, je reconnais tout de même que sa lecture est agréable et enrichissante. Je lis aussi son ouvrage Aperçus sur l’Initiation, et j’ai l’impression que cette partie de son œuvre est plus intéressante. Sans doute parce que comme tout auteur, il parle mieux de ce qu’il aime que de ce qu’il déteste !

    En lisant les articles du volume Aperçus sur l’Initiation, j’ai la nette impression qu’il passe tout de même beaucoup de temps à faire le procès de la Franc-Maçonnerie de son époque (celle qui se mêle de politique et accepte des athées en son sein, mon Dieu quelle horreur !). Sous couvert de discourir sur des thèmes plus généraux, la concordance de son vocabulaire avec celui des initiations maçonniques est étonnante, dans tout un tas d’articles qui ne parlent pourtant pas ouvertement de maçonnerie. C’est souvent d’ailleurs pour finalement dire toujours la même chose : il n’y a d’initiation que traditionnelle, c’est-à-dire inspirée par Dieu, par LA religion (par opposition au pluriel « les religions »), et toute initiation qui se veut « moderne » est forcément viciée, bancale, déviante.

    Il est certain que si l’on a déjà la foi, et qu’on est un peu horrifié par le monde dans lequel on vit (faudrait être assez naïf pour le pas l’être, mais je suis convaincu que c’était aussi le cas avant), la lecture de Guénon peut être fort agréable en ce qu’il fait un procès radical de ce monde moderne et se lamente de la perte des repères traditionnels/spirituels (religieux quoi) qui faisaient (selon lui) l’harmonie des anciennes civilisations.

    Pour ma part je ne suis guère convaincu, comme vous l’aurez déjà compris 🙂 Mais je suis aussi tout à fait satisfait de savoir qu’il y a une franc-maçonnerie pour accueillir des personnes qui ont la foi et qui identifient le GADLU à Dieu, et je trouve tout à fait normal qu’un amateur de Guénon puisse être franc-maçon (n’en déplaise aux anti-guénoniens comme Jean Van Win, l’auteur de « Contre Guénon ! »).

  • 59
    lihin
    8 juillet 2009 à 3h36 / Répondre

    À Petit Scarabé,

    Vous semblez être un exemple assez typique : connaître de René Guénon surtout «La crise du monde moderne», son plus grand «succès», et peut-être «Le règne de la quantité et les signes des temps», aussi un livre qui s’occupe, selon son auteur, d’un domaine tout à fait «contingent».

    Certes, la philosophie en son usage moderne, formée avant tout de jeux des mots et des signes (pas symboles!) au lieu d’un vrai amour de la Sagesse, son sens traditionnel et étymologique, déplaisait à R. Guénon.

    Au moins il posait souvent de bonnes questions telles : Que symbolise le GADLU ? Que symbolise le volume de la loi sacrée ?

    Quand à moi, je suis d’accord avec la Franc-Maçonnerie traditionnelle et régulière qu’une croyance à un Être Suprême, comme le genre masculin, est une qualité indispensable à une candidature de réception, qu’une manifestation concrète du volume de la loi sacrée doit être présente sur le plateau du Président de la Loge lors des travaux, et que ces éléments sont parmi ceux qui définissent la «régularité franc-maçonnique».

  • 58
    Laurent
    7 juillet 2009 à 15h37 / Répondre

    Chers tous,

    Je trouve ces échanges de courriers absolument intéressants. Cela démontre à quel point nous sommes gouvernés par des Frères qui ne voient que des intérêts individuels ou partiels et pour lesquels l’intérêt de Ordre Maçonnique et de notre fraternité dans son ensemble est négligeable.

    Ces échanges montrent aussi que l’ignorance de l’histoire de notre ordre est répandue jusque dans les plus hautes sphères de notre Ordre. Etre 33 ou Grand Maître n’est plus, à mon avis, gage de sagesse ou de qualité.

    La réponse du berger à la bergère n’est qu’une liste de justification qui n’apporte aucune solution (c’est pas moi, c’est les autres…)

    Personnellement, je trouve que nous assistons à des brouilles de cours de récréation et qu’il serait grand temps de faire une réunion des parents sans les enfants !

  • 57
    Petit Scarabé
    6 juillet 2009 à 19h36 / Répondre

    @ Lihin

    à propos de Guénon, ce que vous appellez des « malentendus en série » ou encore le fait que certains ne soient pas « capables de comprende l’intériorité », c’est ce que j’appelle moi des désaccords, de simples désaccords, sur les postulats de Guénon quant à ce qu’est le monde moderne et ce que devrait être une véritable civilisation « normale » (c’est lui qui utilise souvent ce terme de « normale »).

    Quand je dis que Guénon est croyant, ce n’est pas une insulte ou une critique de ma part, c’est simplement la constatation qu’il fut un homme de foi. Je n’ai pas dit qu’il était un bigot ou un idiot.

    Vous dites qu’il s’agit, chez Guénon, de philosophie et pas de « croyance », pourtant il me semble que pour lui la « philosophie » était déjà un dévoiement, une dégénérescence moderne, par rapport à une vraie intellectualité que serait la métaphysique. Si vous qualifiez sa démarche de philosophique, je ne suis pas certain que Guénon aurait apprécié lui-même 🙂

    Sur le fait que la vision « guénonienne » soit un projet politique, pour moi ça ne fait pas un pli : à partir du moment où il se lance dans la critique, acerbe et définitive, de la démocratie, du suffrage universel, de ce qu’il appelle « l’égalitarisme », des sciences modernes, etc., il fait déjà de la politique. Même s’il passe son temps à prétendre qu’il est au-dessus de tout ça (il le dit d’aileurs avec tant d’insistance que ça finit par en être louche !).

    Quand il finit, dans La Crise du Monde Moderne, par souhaiter le rassemblement des véritables initiés pour aider à remettre l’Occident à l’endroit, et qu’il remonte le moral de ces initiés, lecteurs de son livre, en leur disant que même si ce serait difficile, se serait tout de même dommage de ne pas essayer, à mon avis son projet est alors explicitement politique. Il s’agit de changer la société en profondeur, et de commencer tout de suite.

    Mais il me semble aussi qu’il a plus ou moins abandonné ce projet par la suite (celui de participer lui-même à la fondtion d’une élite spirituelle pour l’Occident). Ou en tout cas, il n’en a plus parlé de manière si claire et explicite dans le reste de son œuvre.

  • 56
    HENRI
    6 juillet 2009 à 16h35 / Répondre

    On se demande comment certains frères arrivent à devenir « grand maître » alors qu’ils ne sont même pas maître d’eux même…On oubli vite que l’on est passé par la porte basse, même si l’on est ou l’on croit, avoir gravi les 33 marches. De toute façon ces querelles ne sont pas bonnes et montrent tout le profane de la chose.

  • 55
    lihin
    6 juillet 2009 à 13h06 / Répondre

    À EMEREK,

    À quoi sert une organisation du type « 1 » ? Elle me parait satisfaire une définition à propos : «La Franc-Maçonnerie est un club social avec de la touffe cérémonielle et symbolique.» Elle n’est pas à mon humble avis un Ordre initiatique, sauf en certains cas de la «contre-initiation».

    À Petit Scarabé,

    Votre court résumé sur René Guénon semble cohérent ; pourtant, il ignore l’essentiel : l’intériorité du propos. Exemple : René Guénon «croyant» ? Non. Il fut mathématicien de formation et métaphysicien de «métier». La «croyance» relève du vocabulaire religieux, pas philosophique.

    Les définitions de base chez Guénon (la lecture de son «Introduction générale à l’étude des doctrines hindoues» est à mon humble expérience indispensable pour éviter les malentendus en série) sont «traditionnelles», souvent étymologiques, et diffèrent des acceptions courantes chez la plupart des universitaires du 20ème siècle. Exemple : «intellectuel» chez Guénon ne dit nullement quelqu’un qui a fait une maîtrise en lettres à la Sorbonne, mais une personne qui a la capacité en puissance et en acte de l’«intellection» au sens d’un Saint Thomas d’Aquin. Nota bene s.v.p. : « d’un », pas « du ».

    Les gens de l’extériorité s’imaginent, parce qu’ils ne sont pas capables de comprendre l’intériorité, un projet politique. Les «traditionalistes» Guénon et Cie formeraient un parti politique, «Parti Tradition» ou autre, par lequel ils essairaient à faire élire des députés prônant des lois interdisant l’idéologie matérialiste, établissant par des moyens politiques une «république» platonicienne mêlée des religions abrahamiques. Cependant, les chefs du mouvement politique «traditionaliste» resteraient inconnus, discrets, mais détiendraient toutes les ficelles du pouvoir. Il n’en, bien sûr, absolument rien, ces projections des gens de l’extériorité étant risibles.

    Pour avoir la moindre chance de compredre René Guénon, on peut proposer une méditation du texte connu : «Mon royaume n’est pas de ce monde.»

    Ou bien se rendre compte du fait qu’à chaque être correspond le monde dans lequel il se trouve. En langage populaire ceci se «traduit» à un autre niveau par : «Le peuple a le gouvernement qu’il mérite.»

  • 54
    EMEREK
    5 juillet 2009 à 22h41 / Répondre

    Plutôt que de nous déchirer sur des querelles byzantines, en produisant de longs discours, ne vaudrait-il pas mieux constater que la maçonnerie a aujourd’hui engendré deux espèces bien distinctes et in fine tout aussi respectables.

    Je reprends la dichotomie proposée par Bruno Etienne….

    -La première a pour slogan « liberté, égalité fraternité » et entend participer activement à la construction de la société idéale .Cette maçonnerie est extravertie, progressiste, mondaine .
    -L’autre a pour devise « force, sagesse, beauté » et préfère travailler à la construction du Temple de l’Humanité à partir de la construction du Temple Intérieur par la maîtrise de l’ego.Cette maçonnerie est tournée vers l’intérieur, progressive, mystique.

    Ces distinctions transcendent les obédiences qui sont plus ou moins homogénes,l’important restant la Loge.

    Que chacun(e) respecte l’autre et n’essaie pas de le(ou la) convertir de gré ou de force…
    Je cohabite avec bonheur avec mon frère ou ma soeur de la première espèce dès l’instant ou je ne ressens ni agressivité,dédain ou volonté de me convaincre absolument.

    Puisque mon plaisir est dans la construction du Temple Intérieur ,qu’on me laisse en paix !!!
    La maçonnerie est affaire bénigne et doit rester un bonheur ,et il ne faut jamais l’oublier….

  • 53
    HORUS
    5 juillet 2009 à 22h27 / Répondre

    @ petit scarabée
    sur l’évolution des rituels.

    Il y a évolution et révolution.

    L’évolution est légitime pour tenir compte de l’évolution du vocabulaire par exemple, car un certain nombre d’expressions du 18°siècle ne seraient pas comprises aujourd’hui.
    Ce qui importe, c’est que les archétypes véhiculés restent les mêmes que ceux d’origine, parce la Tradition, quelle que soit la forme du siècle ou de la région, dit partout la même chose : tout provient d’une cause unique, transcendantale.
    Si la modification des rituels consiste à changer le sens de l’enseignement originel, on n’est non seulement plus dans la tradition, mais carrément dans la falsification. A moins de baptiser les nouveaux rituels d’un autre nom.

    c’est aussi simple que cela.

  • 52
    EDDH
    5 juillet 2009 à 17h29 / Répondre

    @ Horus
    tu déformes mes propos : je n’ai pas dit que A est égal à non-A (d’ailleurs qu’est-ce que l’égalité ?). Pour moi ils sont bien différents mais font partie d’un même tout. Si on on prend l’analogie de la pièce Pile et Face sont différents et pourtant ils font tous les deux parties de la pièce donc l’idée est de se situer au delà de pile et face et de se situer au niveau de l’ensemble (la pièce). Si on continue mon analogie de la pièce, cette dernière ne peut exister sans pile et face (sans A et non-A). Et pour répondre à votre exemple de la table égale à une chaise je vous répondrai ceci. Il existe des milliers de façon de décrire une table et aucune n’est fausse simplement chacune varie en fonction de l’observateur (l’un parlera de sa description physique, l’autre de son utilité, le troisième de ce qu’il a ressenti face à cet objet). Et avant de me répondre frère Horus je te demande humblement de vraiment tenir compte de mon approche et voir si elle te semble vraiment en désaccord avec un cheminement initiatique.

    @Lihin
    c’est un peu facile de rebrousser chemin, vous avez bien écrit que les origines du DH se trouvaient dans le théosophisme de mme Blavastky dont les théories ont contribué à construire l’idéologie nazie. Vous l’avez écrit vous l’assumez svp. Cet argument quoique fortement contestable (que le DH a pour origine le théosophisme) est arrivé comme un cheveu dans la soupe et avait manifestement pour objet de discréditer le DH qui pratique aussi le REAA dans ce débat qui a pour objet, entre autres, de savoir si on peut vivre le REAA en étant athée ou agnostique …

    @ Horus et Lihin
    je vous demande juste de vous rappeler que la FM est une institution humaine qui ne procède que par elle même (et qui l’assume) donc partir du principe que ce que l’homme a fait il ne peut sinon le défaire (ce qui dans ce cas aurait aucun intérêt) au moins l’adapter.
    Et pourtant je fais partie de ceux qui sont pas pour changer les rituels si ce n’est pour retourner un peu plus aux racines et quelque chose qui porte de plus en plus sens mais je ne m’arqueboute pas dessus et j’en fais pas une question de principe.

  • 51
    Petit Scarabé
    5 juillet 2009 à 17h20 / Répondre

    @ Lihin et HORUS,

    à propos de la vision de la GLUA, personnellement je n’ai fait que résumer les débats lus dans le fascicule « Documents maçonniques – Supplément au Bulletin n°24 du GO de France », paru visiblement en 1960, et qui contient de larges extraits (23 pages) du « Livre Blanc 1960 des Pays-Bas », qui sont les minutes des débats de la Convention du Luxembourg, assemblée de loges régulières, en 1959. Dans ce document, j’ai simplement constaté à quel point les émissaires de la GLUA (en 1959 donc) étaient particulièrement stricts et intransigeants sur la reconnaissance explicite de Dieu, et de la Bible chrétienne comme texte révélé. C’est ce qui m’a le plus frappé dans ma lecture.

    Ces 23 pages sont presque entièrement consacrées à discuter les errances de la GLDF, parce que, notamment, elle parle de « principe créateur » dans ses constitutions, au lieu de faire explicitement référence à Dieu. Pour les émissaires de la GLUA, parler de « principe créateur » ou d’autres périphrases de ce style, c’est déjà une faute impardonnable, une preuve d’irrégularité. Il est tout à fait clair, dans ces pages, que pour la GLUA, à l’époque, la GLDF n’avait strictement aucune chance de devenir un jour régulière.

    Pour ce qui est de Guénon, étant donné qu’il était lui-même profondément croyant et admirateur obsessionnel de la Tradition en tant que sagesse immuable, stable, une et indivisible, etc., (avec l’Hyperborée comme source originelle mythique de cette Tradition), il rejetait évidemment tout effort « moderne » de spiritualité (d’où ses livres agressifs sur le Spiritisme et la Théosophie : trop modernes pour lui ! Je précise que je ne suis ni sympathisant spirite ni particulièrement fondu de la Théosophie de Blavatsky, c’étaient des formes religieuses nouvelles, importantes à leur époque).

    Si je l’ai bien lu, selon lui, toute l’histoire moderne occidentale, à partir de la Renaissance (et y compris la Renaissance), est selon lui une lente et irrémédiable dégénérescence, une « déviance », une société anormale, monstrueuse, malade. Anormale parce que plaçant l’homme au centre des préoccupations, au lieu d’y placer Dieu et sa Parole, révélée dans divers textes sacrés (la Bible, le Coran, …).

    Le problème c’est que si on ne partage pas cette croyance de Guénon en une vérité révélée, c’est difficile d’être convaincu par ses livres, aussi bien écrits et étranges soient-ils. Pour répondre à Lihin, personnellement je crois que beaucoup des idées de Guénon sont erronées (sans parler de ses sources discutables quand elles ne sont pas totalement fantaisistes). Je crois aussi qu’il a dressé un portrait sans concession et souvent pertinent de l’état du monde moderne (mais d’autres l’avaient fait avant lui me semble-t-il, simplement, pas du même point de vue « initiatque » que lui).

    Là où je ne peux pas le suivre, c’est qu’il se contente de faire ce constat et ne propose rien pour y remédier, si ce n’est de revenir à une société proprement traditionnelle, dans son sens bien étroit, c’est-à-dire une théocratie totale, gérant tous les aspects de la société (y compris les arts et les sciences), et menée par une élite spirituelle cachée constituée de véritables Initiés (cf. la conclusion de son livre La Crise du Monde Moderne, particulièrement explicite).

    Pour répondre à HORUS sur l’incohérence des rituels dans certaines obédiences : je suis loin d’être un spécialiste de « l’intégrité » des rituels, mais je suis persuadé d’une chose, c’est que ce sont des hommes, comme vous et moi, qui ont mis au point ces rituels. Des hommes de leur temps, avec leurs convictions et connaissances du moment, et animés aussi par leur égo et leurs ambitions. A moins d’en faire des demi-dieux ou des saints touchés par la Grâce divine (et pourquoi pas aussi décréter leur infaillibilité, comme l’église a décrété celle du Pape ?), je ne vois pas en quoi ces divers rituels, REAA ou autres, devraient être considérés comme des textes sacrés impossible à amender ou faire évoluer, et comment on peut se prévaloir de tel ou tel organisme comme garant ou protecteur de l’intégrité de ces textes, et ensuite décréter que telle ou telle obédience est régulière ou pas parce qu’elle utilise telle version plutôt que telle autre des textes.

  • 50
    lihin
    5 juillet 2009 à 16h31 / Répondre

    À EDDH et Petit Scarabé,

    Vous m’imputez des choses que je n’ai pas dites, ni même pensées, par exemple sur le rôle du théosophisme dans la formation du côté ésotérique du nazisme. Bien sûr, les influences des doctrines erronées de races du théosophisme se constataient aussi ailleurs, comme d’autres influences en nazisme.

    Évalué sur les informations que l’on trouve facilement en internet, pensez-vous qu’un André Comte-Sponville serait recevable en Franc-Maçonnerie? En quelles obédiences? Il me semble que le matérialisme philosophique est une simple absurdité, prenant les facultés de l’âme comme attributs d’une matière. Étant de l’avis peut-être naïf que la simple cohérence vaut beaucoup, une autre absurdité serait un «matérialisme spirituel». Un auteur décrit Comte-Sponville comme «Chrétien athée», encore une absurdité.

    Vous me semblez d’ailleurs brouiller des choses qu’il vaut mieux démêler : Être Suprême, dieu, démiurge.

    C’est correcte que le monde universitaire en général avait boudé René Guénon (selon ses biographes, sa thèse, devenue l’ouvrage «Introduction générale à l’étude des doctrines hindoues», fut acceptée par son prof. mais refusé par le recteur) jusqu’aux années 1990 environs. Entre-temps René Guénon est cité couramment par presque tous et souvent n’importe comment. La bonne question est pourtant : sont ses idées vraies, fausses, mitigées etc. et pourquoi ?

    Vous me semblez présenter une image tordue de la GLUdA. Au lien http://www.ugle.org.uk/masonry/freemasonry-and-religion.htm vous trouvez parmi d’autres explications utiles le texte suivant :

    «Basic Statement

    Freemasonry is not a religion, nor is it a substitute for religion. It demands of its members a belief in a Supreme Being but provides no system of faith of its own.

    Freemasonry is open to men of all religious faiths. The discussion of religion at its meetings is forbidden.

    The Supreme Being

    The names used for the Supreme Being enable men of different faiths to join in prayer (to God as each sees Him) without the terms of the prayer causing dissention among them.

    There is no separate Masonic God; a Freemason’s God remains the God of the religion he professes.

    Freemasons meet in common respect for the Supreme Being, but He remains Supreme in their individual religions, and it is no part of Freemasonry to attempt to join religions together. There is therefore no composite Masonic God.»

  • 49
    HORUS
    5 juillet 2009 à 16h23 / Répondre

    @EDDH

    Qui dit : « je récuse tout à fait qu’on ne puisse être A et non-A. C’est le principe même ,à mon avis, du symbole trinitaire : sublimer A et non-A (le blanc et le noir) pour trouver le « sur – A » (un peu comme les deux faces d’une pièce).

    Je pense qu’il y a confusion entre 2 plans différents, ou de 2 registres différents.

    L’un, le plan du logos, cad du discours logique, l’autre, le plan symbolique.

    Sur le plan du discours logique, si A était égal à nonA, cela voudrait dire qu’une table est égale à une chaise, qu’un carré est égal à un cercle, que le jour c’est la nuit, que l’identité d’Horus est égale à celle d’EDDH (Si tu prends peur, tu commences à comprendre …) etc. que tout est égal à son contraire.
    L’humanité ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui si ce principe élémentaire de non contradiction entre deux propositions, (une chose ne peux pas être ET ne PAS être en même temps) formalisé par Aristote, (mais en œuvre depuis le début de la création) n’existait pas. C’est l’axiome des axiomes, sur lequel repose tout ce que l’homme a bâtit jusqu’à présent.

    Sur le plan du symbolisme, la logique n’est pas absente non plus, car ce registre utilise le raisonnement analogique pour fonctionner, c.à.d. la concordance des fonctions et donc in fine, la logique et ses axiomes.
    Si l’interprétation des symboles est libre, on ne peut tout de même pas leur faire dire n’importe quoi.

    Au vu de ce qui précède et pour en revenir à l’idée qui faisait polémique, c.à.d. : peut-on avoir une lecture matérialiste d’un rituel déiste, ma réponse est non.

    Soit on admet l’existence d’un principe créateur, notion qui transpire dans tous les degrés du REAA, soit on pense que le monde est là par hasard.

    C’est l’un ou l’autre, et ce n’est pas du terrorisme intellectuel, c’est de la pure logique.

    Dans ces conditions, comment un matérialiste peut-il vivre un Rituel qui glorifie le GADLU ?
    Totalement absurde !

    C’est par des contorsions sémantiques et un élagage de toute trace de transcendance des rituels, que procèdent les tenants de ce matérialisme. Ce faisant et au passage, ils respectent le principe de non contradiction ! Mais leur rituel devient illisible car ils veulent concilier des choses inconciliables et tombent ainsi sous les accusations de « contre-initiation » chère à Guénon. Leur rêve d’être le Centre de l’Union, n’est pas métaphysique, mais purement marketing, parts de marché des spiritualités …

    Enfin, pour terminer sur la fameuse expression « . A mon sens le but de la FM est de réunir ce qui est épars donc ce qui est différent. », cette expression peut être interprétée de diverses manières.

    Je ne veux pas t’égratigner, mon F en reprenant ta thèse, si vraiment A est égal à nonA, rien n’est différent !
    Soyons sérieux, l’idée première suggérée par cette phrase implique qu’il faut être fédérateur et qu’à la fin, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, on s’embrasse tous dans un joyeux maelstrom …Ce serait un moindre mal, en tous cas mieux que de s’entretuer.

    Mais si on lit un rituel non revisité (j’allais dire trafiqué, qu’il est vilain !) on peut dire que réunir suppose qu’ex ante, il y avait union, ou Unité, et que c’est au cherchant de retrouver les morceaux épars, (comme dans le mythe d’Horus) pour reconstituer le puzzle de l’explication de l’Univers, pour retrouver la Parole perdue. Mais quand il n’y a plus aucune trace de transcendance dans les rituels, on ne peut évidemment pas transmettre cet enseignement qui est le fondement d’un certain grade.

    Les FF ou SS qui utilisent les rituels « revisités », ne sont évidemment pas responsables des actes de leurs dirigeants et je trouve qu’ils ont bien du mérite pour avancer avec des textes et rituels incohérents.

  • 48
    EDDH
    5 juillet 2009 à 15h28 / Répondre

    @ Emerek
    j’ai lu l’article et je ne me sens pas éloigné de Bruno Etienne sur la nécessité d’une démarche intérieure (juste je n’aurai pas eu des propos aussi violents vis à vis de ceux qui font d’autres choix). Moi-même je ne comprends pas la volonté des obédiences de « faire de la politique » (pour simplifier). Mais les Obédiences ne sont pas les loges. La seule chose que je revendique c’est que l’on peut faire de la maçonnerie spirituelle en incluant aussi des Sœurs et des Frères athées et agnostiques qui ne sont pas par nature fermés à la notion d’intériorité.

  • 47
    EMEREK
    5 juillet 2009 à 14h48 / Répondre

    Voici un texte ,déjà ancien(2000) ,de Bruno Etienne membre éminent du GODF qui fait un point sans concession sur l’état de son obédience.

    Il est temps de rappeler cet article ancien mais n’a pas pris une seule ride.

    Il résume parfaitement le débat que nous avons(une fois de plus ) sur les deux maçonneries.

    Il faut également rappeler que notre frère Etienne travaillait au REAA………..

    A la mémoire de Bruno Etienne…… G G G mais E en C et S

    http://www.masonic.ch/editos/Le_Monde.html

  • 46
    Petit Scarabé
    5 juillet 2009 à 13h38 / Répondre

    Je propose d’octroyer à Lihin un point Godwin (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin) pour son propos sur le DH :

    « Quand au DH, ses origines se trouvent dans le théosophisme de Mme H. P. Blavatsky, dont les doctrines erronées de races ont fort contribué à bâtir l’idéologie du NSDAP par son organisation ésotérique, la «Société de Thulé» (allemand : Thule-Gesellschaft) avec son noyau «l’Ordre de Thulé» (allemand : Thule-Orden). »

    A ce rythme-là, pourquoi pas aussi accuser les propagateurs de la théorie de Darwin d’avoir préparé le nazisme ? Après tout beaucoup d’esprits « éclairés », en France notamment, étaient parfaitement racistes. Tiens, Jules Ferry par exemple, c’est pas lui qui avait dit lors d’un célèbre discours, en 1885, que « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures » ? Ah bah voilà ! Allez hop, un précurseur des nazis lui aussi, on va pas s’embarrasser de détails hein.

    Concernant la reconnaissance de la GLDF par la GLUA, j’ai lu récemment des débats entre représentants de la GLUA et un frère des Pays-Bas qui essayait de défendre le cas de la GLDF, en leur expliquant que le « principe créateur » auquel il est fait référence par la GLDF était Dieu, et que donc la croyance en Dieu était indiscutable dans cette obédience (c’est un « Documents maçonniques » publié par le GODF en 1961). C’est parfaitement hallucinant à lire comme prose. On se croirait vraiment dans un tribunal d’inquisition.

    Ces gens-là pourraient donner des leçons à tous les diplomates du monde, arguments et contre-arguments se succèdent dans un style très ampoulé et plein de détours et de complications. Ce sont des menaces qui sont exprimées, mais dans un écrin mielleux et faussement « fraternel ». L’art de prononcer des menaces de telle manière qu’elles semblent être des compliments !

    Le frère des Pays-Bas a beau s’époumoner, faire montre de beaucoup de ressources et d’ingéniosité, ça ne passe pas : pour les représentants de la GLUA, tant que la GLDF n’ouvre pas ses travaux explicitement à Dieu, celui de la Bible, ne fait pas de prières pendant les tenues, ne parle pas de Dieu dans ses discours, tant qu’il y aura même une très petite minorité de ses frères qui refusera de parler ouvertement de Révélation divine, tant qu’on parlera de « principe créateur » uniquement, la GLDF sera irrégulière, point barre.

    Au final, devant la persévérance du frère des Pays-Bas, qui ne veut décidément pas « lâcher l’affaire », ils finissent carrément par lui imposer une forme de chantage : la question n’est plus « la GLDF peut-être être reconnue régulière ? », mais devient « l’obédience des Pays-Bas accepte-t-elle oui ou non de rompre tout rapport avec la GLDF, obédience irrégulière ? Si ce n’est pas le cas, la GLUA se verra obligée de rompre tout lien avec l’obédience des Pays-Bas. »

    Je ne sais pas quelles sont les dispositions des dirigeants de la GLUA aujourd’hui en 2009, mais en tout cas, au début des années 1960, elle était très claire et sans aucune concession : des références vagues au GADLU en tant que « principe créateur » ne suffisent pas. Il faut être croyant (en la Révélation divine, en la parole de Dieu contenue dans la Bible), pratiquant assidu (y compris des prières pendant les tenues), et rompre ouvertement et définitivement tout contact avec les fausses maçonneries qui n’appliquent pas ces règles. Être en contact avec une obédience qui elle reconnait une fausse maçonnerie suffit d’ailleurs à se voir exclue.

    Après, n’est-ce pas, à chacun de choisir les chaussures qui lui vont bien. Personnellement j’ai un peu de mal à concevoir une FM avec un « centre spirituel » à Londres, comme les catholiques ont un centre spirituel au Saint-Siège à Rome ou les Musulmans un centre spirituel à la Mecque. Je ne suis pas entré en FM comme on entre en la religion, ni d’ailleurs comme on entre dans un parti politique. Je suis aussi content d’avoir été initié dans une obédience qui propose dans ses statuts de travailler « à la gloire du GADLU et/ou au Progrès de l’Humanité ». J’y rencontre des gens « comme moi » et d’autres au parcours spirituel tout à fait différent, c’est en partie pour cela que je me suis engagé en FM.

    Pour ma part la définition de Jean Verdun de la FM française me convient bien : « une franc-maçonnerie sociale et spirituelle ». Sociale et spirituelle à la fois, ça me convient tout à fait, et je ne vois pas en quoi les deux axes seraient antinomiques ou incompatibles.

  • 45
    EDDH
    5 juillet 2009 à 12h31 / Répondre

    @mesure
    Triple merci !!!
    Ça fait plaisir de vous lire et cela rassure.

  • 44
    mesure
    5 juillet 2009 à 11h25 / Répondre

    Je suis membre de la GLDF, ma fraternité s’étend à toutes les obédiences, il importe, si chaque Frère veut véritablement trouver en lui « sa pierre cachée » qu’il sache lâcher prise,
    qu’il laisse parler le coeur et pas l’intellect.
    Ce qui nous est rapporté : Le Rite Ecossais Ancien et Accepté est apparu en France grâce au Frère Grasse-Tilly en 1804, alors qu’il revenait des « isles d’Amérique ». Il fonda le premier Suprême Conseil de France cette même année. Un traité d’Union en Décembre 1804 est signé entre le Grand Orient de France et le Suprême Conseil du 33e degré en France. Il est dit que Le Grand Orient unit à lui le Suprême Conseil de France. L’accord fut dans les faits appliqué jusqu’en 1814. Grâce à ce traité, le Grand Orient de France s’appropria le Rite Ecossais Ancien et Accepté. En 1894, le Suprême Conseil de France créa la Grande Loge de France dont l’autonomie devint une complète indépendance en 1904 lorsque le Suprême Conseil de France renonça à délivrer les patentes constitutives des nouvelles loges. Le Suprême Conseil de France se considère cependant toujours comme gardien de la cohérence de l’ensemble des 33 degrés du Rite.
    Lâcher prise ne veut pas dire ne pas avoir d’opinion, mais comme je le suppose, nous allons avoir droit à des explications « partisanes » en fonction de nos obédiences, soit en terme « d’appropriation », soit en terme de « gardien, ce qui importe est d’avoir sa propre liberté, être son propre souverain, et surtout sachons préserver nos jeunes de ces mouvements.
    Les joutes intellectuelles sont le fait de strates de savoir que nous avons empilés, alors qu’il nous est demandé de chercher, de déchiffrer, de comprendre. La Franc maçonnerie est un creuset alchimique qui a pris ses racines dans les grands courants ésotériques, son mestier l’Art Royal, elle le tient des opératifs, c’est un fait, la transmission a eu lieu. L’important est de se rappeler pourquoi nous nous réunissons à couvert, loin des profanes.
    Mon chemin, je le vis par le GADL’U et avec le REAA dans toute sa plénitude.

    Je terminerai par ce qu’un moine Zen disait: « si nous comprenons, pas besoin de parole, elle devient superflue, mais si nous ne comprenons pas, aucun argument n’est convaincant ».

    Bien à vous mes Soeurs et mes Frères,
    le chemin de la liberté est encore long, en route donc…

  • 43
    EDDH
    5 juillet 2009 à 11h05 / Répondre

    @ lihin
    On peut être athée et être ouvert à une verticalité spirituelle il n’y a qu’à voir ce qu’à écrit A. Comte-Sponville sur la spiritualité sans dieu. Mais ça ça a l’air de vous échapper.
    Et penser qu’il n’est convenable pour un athée que de s’affilier au parti communiste montre bien le mépris et le manque de connaissance que vous avez de la variété philosophique que peut avoir ce positionnement (positionnement athée donc).

    Je le répète je suis moi-même déiste mais une telle réduction d’un positionnement existentiel me semble scandaleux. C’est aussi minable que de réduire une croyance en quelque chose (Dieu ou autre) à une illusion existentielle ou à un opium du peuple. Et vous me verriez tout autant monter sur mes grands chevaux si de tels propos étaient tenus.
    Sur notre débat sur Blavatsky vous jouer sur les mots, vous pinaillez… Peu importe de toute façon je me fiche de cette dame mais de toute façon partir du principe que de toute manière on met hors jeu une obédience sous prétexte que l’un de ses membres (annie besant) a eu les mêmes options philosophiques qu’une illuminée qui aurait éventuellement été une des sources du nazisme (des sources il y en a plein on pourrait aussi citer Nietzsche ou l’anti-judaïsme chrétien) est juste malhonnête intellectuellement.
    Quand à Guénon il y aurait beaucoup à dire aussi quand à ces accointances si on voulait discréditer quelqu’un sur les gens qui ont récupéré après ses thèses (l’extrème-droite notamment). Alors à ce petit jeu … Juste un détail : Guénon n’est pas un historien et n’a jamais été reconnu comme tel dans la communauté universitaire donc ses ouvrages sont intéressants mais ne sont qu’un point de vue pas toujours très partial (et pourtant je pense aussi que la Théosophie est une pseudo-religion.).
    Imaginez que vous disiez un tel est nietzschéen et a beaucoup participé à la naissance de telle organisation. Nietzsche a influencé le nazisme. Donc un tel est disqualifié dans le débat. Vous vous rendez compte de l’absurdité du raisonnement et pourtant vous venez de l’appliquer au DH. Je dirai même que cela tient de l’attaque gratuite et même de l’insulte.

    Alors ne vous en déplaise oui le DH est aussi un Ordre Initiatique d’ailleurs issu du Suprême Conseil Ecossais (ancêtre de la GLDF si j’étais taquin je dirais que le DH est plus ancien que la GLDF mais ces querelle historiques me semblent vaines et ridicules) mais oui nous n’excluons pas les athées ou agnostiques (d’ailleurs la GLDF non plus ce me semble vue que Graesel le Passé Grand Maître est athée) car c’est à eux de régler ceux qu’ils entendent par transcendance. L’initiation est un voyage intérieur sur lequel je n’ai aucun droit d’interférer ou de porter un jugement.

    Pour ma part j’ai toujours considéré que toutes les options existentielles (y compris la démarche initiatique) devaient mener à une ouverture à l’autre et non à une exclusion de l’autre accompagnée du délice personnel d’être convaincu de faire partie de ceux qui sont dans le » vrai » ou de ceux qui sont les « vrais ». Apparemment vous êtes plutôt dans la deuxième catégorie. Je vous laisse à vos anathèmes. Pourtant s’il y a un domaine dans lequel la FM ne devrait pas sombrer c’est celui là car la FM n’est pas une religion révélée mais une organisation initiatique mais surtout humaine qui ne procède que par elle même.
    Mais bon je connais cette tendance elle existe dans toutes les religions et même chez certains athées et agnostiques. J’ai toujours fui ce genre de personnes et je préfère ceux qui sont dans le doute et l’amour.

    Ce qui m’étonne c’est que j’ai croisé beaucoup de « réguliers » qui étaient plus dans ma démarche que dans la vôtre mais bon cela devrait plutôt me rassurer.

  • 42
    lihin
    5 juillet 2009 à 9h34 / Répondre

    À EDDH,

    Vos arguments sur la logique me semblent plutôt renforcer les positions d’HORUS. Si vous entendez par la Franc-Maçonnerie un club social, humanitaire, de politique laïciste etc., soit. Un Ordre initiatique, par contre, a d’autres critères. La croyance demandée à un Être Suprême, sans en spécifier la définition, est un simple critère d’initiabilité, indiquant une ouverture de base à une verticalité spirituelle. Un athée matérialiste devrait trouver une affiliation plus convenable, par exemple à un parti politique communiste, qui affiche cette idéologie.

    Avant de vous emporter, puis-je vous demander de lire attentivement le texte ? J’ai écrit : «… le théosophisme de Mme H. P. Blavatsky, dont les doctrines erronées de races ont fort contribué à bâtir l’idéologie du NSDAP…». Vous avez écrit : «Vous dites que les théosophes ont été à l’origine du nazisme», une autre proposition logique.

    Dans cette matière vous soit recommandé la lecture de l’excellent ouvrage, 342 pages, très sérieux, «Les racines occultistes du nazisme» de l’historien Nicholas Goodrick-Clarke. La traduction française est actuellement épuisée. Sur le mouvement théosophiste en général y inclus le DH il y a le livre devenu classique : «Le Théosophisme. Histoire d’une pseudo-religion», 310 pages, de René Guénon.

  • 41
    EDDH
    5 juillet 2009 à 1h06 / Répondre

    @ Lihin
    et allez donc !!! Vous n’y allez pas de main morte vous (je vouvoie parce que là il n’y a plus rien de fraternel dans vos propos).
    S’il y a eu des des membres du DH théosophes ce n’était pas les fondateurs et cela ne concernait que le DH anglais avec mme Annie Besant. De surcroît et pour leur rendre justice les théosophes (qui ne se confondent pas avec le DH) ne se résument pas à mme Blavatsky qui était une sorte d’illuminée. Vous dites que les théosophes ont été à l’origine du nazisme ce qui est plus que douteux et bien hardi mais on sait de manière beaucoup plus sure qu’ils ont influencé Gandhi qui n’est pas un grand violent à priori.
    J’écris tout cela alors que je n’ai à priori aucune affinité avec cette option spirituelle.
    Alors prendre en otage l’Histoire pour se faire passer pour les seuls détenteurs de la vraie vérité vraie et absolue (humour grinçant mais humour quand même) et lancer des anathèmes sur tout ce qui est différent de soi non seulement ce n’est pas digne d’un « Frère » mais en plus ça rappelle dans l’Histoire justement ce dont l’Homme est capable de pire.
    Alors chers « frères » laissez l’Histoire aux historiens et arrêtez de la manipuler pour nourrir vos fantasmes existentiels.
    Et je vous jure que je mobilise toute ma patience pour ne pas m’emporter et écrire des choses trop définitives …

  • 40
    EDDH
    4 juillet 2009 à 21h30 / Répondre

    @Horus
    je récuse tout à fait qu’on ne puisse être A et non-A. C’est le principe même ,à mon avis, du symbole trinitaire : sublimer A et non-A (le blanc et le noir) pour trouver le « sur – A » (un peu comme les deux faces d’une pièce).
    Pour les différentes options existentielles sont différents langages pour décrire la même chose. A mon sens le but de la FM est de réunir ce qui est épars donc ce qui est différent.

    Tu semble penser qu’il n’y a qu’à la GLDF qu’on se réfère au GADLU. Moi dans ma loge on s’y réfère aussi, en laissant à chacun le soin de régler lui-même la définition qu’il lui donne. Moi-même je suis plutôt déiste mais je trouverais qu’il manquerai un point de vue important si on avait pas d’athée matérialiste (on a même un frère qui se définit comme matérialiste mystique). De la même façon je plains les loges ou il n’y a pas de déistes, théistes ou panthéistes.
    Alors tu dis qu’il y a deux paradigmes irréconciliables moi je pense surtout que c’est un manque d’imagination. Cela me fait penser à l’expression « de deux choses l’une » qu’on utilise souvent pour forcer quelqu’un à faire un choix entre deux possibilités censées être les seules envisageables et irrémédiablement inconciliables… et bien je pense qu’il y a toujours une troisième possibilité (peut-être même plus).

  • 39
    lihin
    4 juillet 2009 à 18h33 / Répondre

    Merci, HORUS, de votre clair résumé de la Franc-Maçonnerie en France et des enjeux actuels.

    Cependant, à mon humble avis n’avez pas mentionné que ce que l’on appelle on Europe francophone «l’Écossisme», n’ayant que peu ou moins à faire à la Franc-Maçonnerie d’Écosse du 17ème siècle, est d’origine française.

    Pourquoi pas, au lieu de prôner une pan-maçonnerie fictive, envisager plutôt soit une reconnaissance du GLDF par la GLUdA, qui reconnaît plus que 100 Grandes Loges aux États-Unis, soit une fusion avec la GLNF ?

    En quoi le GLDF ne serait-elle pas conforme aux lande-marques de régularité franc-maçonnique de la Franc-Maçonnerie britannique ?

    Quand au DH, ses origines se trouvent dans le théosophisme de Mme H. P. Blavatsky, dont les doctrines erronées de races ont fort contribué à bâtir l’idéologie du NSDAP par son organisation ésotérique, la «Société de Thulé» (allemand : Thule-Gesellschaft) avec son noyau «l’Ordre de Thulé» (allemand : Thule-Orden).

  • 38
    EMEREK
    4 juillet 2009 à 16h05 / Répondre

    Il est effectivement affligeant et vain de voir cette course à l’ancienneté….

    Le GODF a reculé sa naissance historique de 1773 à 1738 puis 1728….
    La course à l’échalotte s’est poursuivie avec la GLDF qui fait désormais apparaître la date de 1728 à côté de sa date réelle de création : 1894.

    Ces obédiences veulent, par là, marquer leur filiation avec le début de la maçonnerie en France.
    La première Grande Loge de France (qui n’était pas Écossaise…,l’écossisme n’existait pas encore )date de 1737.
    Quant à la Grande Loge Symbolique Écossaise créée à l’instigation des fondateurs du REAA, elle ne date que de 1804 et ne vivra que quelques mois ,son arrêt de mort ayant été décidé par Napoléon Ier voulant une seule maçonnerie concentrée au GODF…(autre temps autres moeurs?)

    Le GODF rêve encore aujourd’hui de cette concentration mythique du pouvoir sous sa seule bannière.

    Malheureusement l’évolution Darwinienne de la maçonnerie est inéluctable…L’ancêtre est commun ,mais l’évolution des espéces différencie les individus.

    Cette évolution était déjà inscrite dans les génes de la noble confrérie,il suffit de lire le discours de Ramsay en 1736 pour comprendre la fracture d’aujourd’hui.

    http://reunir.free.fr/fm/txthisto/ramsay2.htm

    Que ces évidences soient clairement évoquées me semble plutôt traduire une évolution vers la maturité de la maçonnerie en France…

    De façon amusante, c’est dans la patrie de Darwin que cette évolution s’est stoppée par la création de toutes pièces d’un « organisme syncrétique » réunissant d’autorité les deux courants:
    La grande Loge unie d’Angleterre en 1813

  • 37
    HORUS
    4 juillet 2009 à 15h28 / Répondre

    @Laurent1

    Il faut tout simplement demander à un Frère de ta connaissance qu’il te procure la dernière version 6006 du REAA de la GLDF. Il diffère (de quelques virgules et expressions) de celui du SCDF, gardien et Conservateur du Rite (c’est comme ça qu’on dit, pas sur la tête SVP … !)

    @EDDH

    Sur les querelles historiques, il suffit de se référer aux textes précisément historiques.
    Je suis curieux de savoir sur quelles dates triche la GLDF.
    La Grande Loge de France n’a eu son indépendance formelle qu’en 1894, lorsque le SCDF, qui gérait aussi les 3 premiers grades, lui donna toute liberté pour l’administration de ces degrés. Mais la GLDF inscrit son histoire dans celle des obédiences qui ont marqué l’histoire maçonnique française, depuis les années 1730 où est apparue la première Grande Loge de France, et l’obédience actuelle est pour une part la continuatrice. C’est peut-être sur ce point qu’il y a des querelles d’interprétation, mais je n’ai jamais vu les écrits de la GLDF contestés sur son explication de l’histoire maçonnique française.

    La réalité est la suivante : (tiré de Wikipedia)
    « En 1728, les francs-maçons français décident de reconnaître comme « grand maître des francs-maçons en France », Philippe, Duc de Wharton (1698-1731), qui séjourne à Paris et à Lyon de 1728 à 1729, et qui avait déjà été, en 1723, grand maître de la Grande Loge de Londres5. Les jacobites James Hector MacLean (1703-1750) puis Charles Radcliffe, Duc de Derwentwater (1693-1746), lui succéderont. La nomination de Wharton, antérieure à la transformation de la « Grande Loge de Londres » en « Grande Loge d’Angleterre » en 1738, est considérée par une partie des historiens comme le point de départ d’une franc-maçonnerie française indépendante de celle de Grande-Bretagne.
    Si l’existence d’un grand maître en France est ainsi attestée dès 1728, il faudra cependant attendre dix ans de plus pour qu’une véritable assemblée des représentants de toutes les loges « anglaises » et « écossaises »6 constitue pleinement la première Grande Loge de France le 24 juin 1738 et institue Louis de Pardaillan de Gondrin (1707-1743), deuxième duc d’Antin, « Grand Maître général et perpétuel des maçons dans le royaume de France ». C’est de cette Grande Loge que naîtront toutes les obédiences françaises actuelles. » fin de citation.
    Le GODF créé en 1773 et qui a fêté son bicentenaire en 1973, s’est fabriqué une naissance d’abord en 1736, et maintenant en 1728, date qui figure depuis peu sur son sceau. Ainsi, la commémoration du 275e anniversaire de la Maçonnerie en France, pour ceux qui s’en souviennent, devient-elle par la même occasion la célébration du 275e anniversaire du G.O. Comment s’étonner que le feu couve entre Obédiences avec de telles falsifications.
    Sur le plus écossais que moi tu meurs et sur l’insulte qui serait faite aux autres Obédiences qui travaillent au REAA, il faudrait d’abord savoir de quel REAA on parle.
    Un REAA commun et identique à toutes les obédiences est l’idée la plus fausse qui soit, mais elle est semble-t-il, soigneusement entretenue.

    Le REAA sans GADLU et un autel des serments sans Bible n’est plus le REAA. Le Convent de Lausanne (1875) réunissant les principaux Suprêmes Conseils, a clairement défini les principes de l’Ecossisme.
    Quand on vide de sa substance essentielle un texte, quand on essaye d’expurger toute trace de transcendance d’un rituel clairement déiste, on n’a plus le droit de l’appeler REAA si on veut être honnête intellectuellement parlant. Les anglais ont au moins ceci de bien (mis à part les chaussures Church), c’est que quand ils changent un mot d’un Rituel, ils le nomment différemment après. Alors en ce qui concerne l’insulte, si insulte il y a, il faut bien voir d’où elle vient …C’est un bien grand mot !
    Sur le DH qui ferait l’unité et qui serait bien placé …
    D’abord il faudrait savoir sur quoi l’unité se ferait, et qui serait bien placé. Attention à la concurrence pour « fédérer », (terme diplomatique qui évacue toute idée d’hégémonie à laquelle personne n’a jamais pensé …) car il y en aura qui seront phagocytés d’ici quelques mois, avec leur propre consentement de plus …mais tout le monde n’en est pas conscient.
    L’unité, une bien belle illusion sur laquelle gamberge bien des FF. C’est beau la Maçonnerie universelle, mais elle n’a jamais été, dès le départ, ni unitaire ni universelle.
    Et elle ne le sera jamais ! Il faut arrêter de rêver. Et d’abord, est-ce souhaitable ?
    Avant même la Grande Loge de Londres, existaient déjà 2 maçonneries différentes, elles se sont rabibochées après moult épisodes tumultueux pour devenir la Grande Loge Unie d’Angleterre qui prétend, encore aujourd’hui, définir ce qu’est la Maçonnerie.
    En France, on a maintenant plus de 100 Obédiences, bonjour l’unité !
    Même si les dirigeants de ces 100 Obédiences pouvaient être guéris de cette maladie qu’est l’hypertrophie du moi, il resterait à défier cette logique élémentaire, A ne peut pas être égal à non A. Je m’explique, en prenant comme exemple le REAA, qui est un rite déiste. Tout le Rite est basé sur l’idée de transcendance. Comment alors, 2 maçons, l’un croyant en un principe créateur, l’autre, matérialiste, refusant toute idée de transcendance, peuvent-ils ensemble lire un rituel déiste ?
    Il y a là 2 paradigmes irréconciliables dont certaines Obédiences, dont le DH, n’ont pas encore pris conscience. A moins de visiter un rite comme un touriste et non le vivre, il est totalement impossible de regarder le monde en étant à la fois déiste et matérialiste.
    En trafiquant les rituels, on arrive bien sûr à un plus petit dénominateur commun, une bouillie infâme sans odeur ni saveur ni cohérence, mais à quoi ça sert ?
    C’est tout simplement absurde. On rentre dans une réunion qui a pour objet la table, et chaque fois que le mot table apparaît, d’autres pensent à chaise, et les règles annoncées au départ qui étaient celles du rugby, sont tout d’un coup celles du football !
    La logique voudrait que l’on construise un rituel clairement athée, ex nihilo, plutôt que de falsifier (il n’y a pas d’autres termes) un rituel existant. Mais cela ne se fera sans doute pas, car on pourra alors dire que ce n’est plus de la Maçonnerie, puisque sans filiation documentaire.
    Mais le GODF a semble –t-il commencé, puisqu’il propose maintenant des rituels de cérémonies républicaines aux Mairies …
    La préoccupation initiatique, il n’y en a plus, on garde juste un cadre prétendu comme tel, mais on est dans un registre purement sociétal avec de plus, la prétention d’être un corps intermédiaire de la République, sinon le gardien de la laïcité !
    Ces conceptions de la Maçonnerie, si on y est encore, sont totalement antinomiques avec un Ordre traditionnel et on peut se demander à quoi ça sert encore de porter un tablier. Le tablier, mis à part les 2 premiers grades, est le reflet d’un état initiatique, dont les symboles sont majoritairement repris d’épisodes bibliques.
    En allant jusqu’au bout de leur propre raisonnement, les obédiences sociétales devraient en toute logique les supprimer, puisque si on y regarde bien et en enlevant les trompe-l’œil, elles ne proposent rien d’autre que l’existentialisme sartrien à ses adeptes.
    Mais il est vrai, qu’une véritable clarté serait dérangeante pour certains …
    J’ai dit « pas sur la tête ! » car je ne propose pas un jugement de valeur dans mes dires, mais plutôt un jugement d’existence, avec comme corollaire la logique dans le raisonnement.
    Que des Frères soient athées, il ne me viendrait pas à l’idée de contester leur croyance (c’en est une), ni leur éthique, mais je plaide simplement pour l’arrêt de la confusion, le respect des uns envers les autres n’en sortirait que renforcé.

  • 36
    EDDH
    4 juillet 2009 à 11h42 / Répondre

    @ Horus
    sur la façon qu’à le GO de vouloir être « le chef » c’est sans doute vrai il paraît que ça date du second empire.
    Sur le fait que les deux obédiences n’aient pas les mêmes priorités c’est un fait.
    Sur les querelles historiques : certains frangins font le même procès à la GLDF de tricher sur les dates (étant du DH je vous laisse vous dépatouiller).
    Par contre s’il te plait mon frère attention au syndrome du « plus maçon que moi tu meurs » ou du « plus écossais que moi tu meurs ». C’est un peu insultant pour les autres loges ou obédiences qui travaillent au REAA.
    Sur l’épisode que tu relates ou les différents GM s’étaient accordés sur le fait que ça soit le DH qui fasse le communiqué cela m’inspire une chose : si l’unité (et j’ai pas dit l’union) doit se faire et je le souhaite je pense que le DH est bien placé pour faire la jonction ou la courroie de transmission entre les différences obédiences car elle très diverse dans ses pratiques (certains seraient plus GODF d’autres plus GLDF dans la pratique) sans que cela ne crée de problèmes à personne.

  • 35
    lihin
    4 juillet 2009 à 9h45 / Répondre

    Combien de GM a-t-il aux obédiences françaises qui ne sont PAS juristes de formation et / ou de profession ?

  • 34
    laurent1
    4 juillet 2009 à 8h35 / Répondre

    Bonjour à tous,

    ça me désole toujours d’apprendre que nos « élites » ce sont une fois de plus fripé les décors, et je commence à comprendre les frangins et frangines des loges dites « libre »
    L’important comme le rappelle certains frangins c’est la bonne entente entre nous sans distinctions d’obédiences, après tout ne sommes nous pas des freemasons?
    Je vais peut être me faire écharper mais pourquoi ne pas organiser des chaines d’unions sans distinctions d’obédiences juste entres frangins, frangines (je sais il existe déjà des tenues communes),mais je pense aussi aux frangins de la GLNF et aux frangins et frangines des loges libres (ne taper pas tous en même temps)
    Je suis utopiste mais bon, desfois un doux rêve peut aboutir.

    à Horus

    Tu a piqué ma curiosité pour le REAA dit authentique (je bosse au RF) j’aimerais bien y jeter un œil si je peux dire pourrais tu me dire comment le trouver, quel éditions, titre exact etc… pour ne pas faire de méprise avec des versions trop  » modifiés » merci d’avance.

  • 33
    HORUS
    3 juillet 2009 à 23h51 / Répondre

    La « brouille » GODF-GLDF, si on peut l’appeler comme cela, ne fait que révéler au grand jour des dissensions latentes qui existent depuis des lustres.

    Rappel non exhaustif de faits assez récents :

    1-Le GODF, dans divers écrits et pages web, s’invente une naissance en 1723, ce qui est une véritable falsification destinée à réécrire l’histoire dans un sens qui convient mieux aux desseins des dirigeants récents du GODF, mais n’en reste pas moins une falsification. Il est vrai qu’on peut comprendre que la première structure obédientielle française, s’appelant Grande Loge (générale écossaise, je crois) peut gêner le marketing du GODF. C’est de cette Grande Loge que naîtront toutes les obédiences françaises actuelles.

    2-L’épisode de la « Maçonnerie Française » marque déposée par le GODFà l’INPI, sans consultation avec les autres obédiences, qui naïvement pour certaines, ont compris un peu tard, que par ce biais le GODF, entendait parler légalement au nom de la Maçonnerie. Il n’y avait hélas pas besoin de ça, pour s’apercevoir de son obsession hégémonique et ce, depuis sa création. Le pseudo débat sur la mixité n’est qu’un masque pour faire avancer ce dessein obsessionnel et on s’en apercevra dans quelques mois.

    3- L’épisode de la visite des principales Obédiences au Conseil Constitutionnel.
    Il avait été convenu entre les Grands Maîtres, qui ont pris un café dans un bistrot du coin, à la sortie, que ce serait le DH qui rédigerait un communiqué commun consensuel.
    Le GM du GODF, M. QUILLARDET à l’époque, prétextant un rendez-vous urgent, quitte la séance très rapidement, et on s’aperçoit une demi-heure après, qu’un communiqué du GODF relate cette visite …Le GM de la GLDF avait écrit une lettre autrement plus verte au GODF que celle de LAMBICCHI .

    Il y a encore d’autres choses, mais c’était simplement pour dire que seuls ceux qui ne sont pas au courant de tous ces épisodes peuvent légitimement être étonnés.

    Le fait qu’une importante délégation du GODF vienne au convent de la GLDF peut être interpréter de diverses manières, signe d’amitié … vu l’historique des acteurs on peut en douter, opération de marketing interne GODF en vue du prochain convent ? J’écarte l’hypothèse d’une provocation, mais quand on ressasse le marqueur idéologique de la laïcité, paravent du vide initiatique, dans le convent d’une Obédience plutôt spiritualiste, un petit rappel à l’ordre n’est peut-être pas déplacé, surtout pour ceux qui se croient autorisés à parler au nom de la Maçonnerie entière.

    Alors, le fait que cela a éclaté, rend peut-être les choses plus claires et il sera plus difficile à ceux qui entretiennent de savantes confusion sur l’Ordre, de continuer à berner les esprits.

    Cela n’empêchera pas les Frères de base des 2 Obédiences de continuer à s’estimer.

    Mais il faut être conscient (mis à part les 10% des FF du GODF qui travaillent au REAA pur jus) que les 2 Obédiences travaillent dans des registres totalement différents.

    La GLDF est un Ordre initiatique, le GODF une institution philanthropique, philosophique, etc. (Voir les articles N°1 de leurs constitutions.)

    Ce n’est pas la même chose.

    De même que n’est pas la même chose le Rite écossais Ancien et Accepté authentique, (même légèrement retouché, mais sans que les archétypes véhiculés changent) et le REAA massacré à la tronçonneuse avec le GADLU « ad libitum » quand ce n’est pas un livre blanc sur l’autel des Serments.

    D’où le rappel du Grand Commandeur du Suprême Conseil de France, sans compter l’origine des patentes.

    Un peu de clarté ne nuira certainement pas dans le paysage maçonnique français …

  • 32
    Fil Vert
    3 juillet 2009 à 18h15 / Répondre

    Je reviens avec mes gros sabots pour affirmer que le REAA (et bien sûr le RER) SONT « PAR ESSENCE » porteurs d’une haute spiritualité ouverte à la « transcendance » libre,individuelle et intérieure.
    C’est ce qu’a voulu exprimer le nouveau GM Alain-Noël Dubart.
    A contrario,le GODF est l’organisation la plus proche de la vraie maçonnerie car elle est plutôt centrée sur des objectifs de type sociétal.C’est une réalité,à nous de choisir si nous voulons ou pas travailler « à la gloire du GADLU ».
    Cela ne m’empêche pas d’avoir les meilleurs rapports avec tous mes frères du GO!

  • 31
    Jakin
    3 juillet 2009 à 17h35 / Répondre

    En dégénérescence ? Depuis 60 ans ! Rien interdit, si l’on y croit vraiment, d’oeuvrer en sens contraire. Pour ma part, je crois que l’idée initiatique se porte bien. Ce qui est inquiétant, c’est la dérive politique et sociétale d’une partie de la maçonnerie. Car cela se fait assez largement « contre nature », et depuis la moitié du XIXeme. C’est ici que l’on peut parler, pour moi, de dégénérescence.

  • 30
    Petit Scarabé
    3 juillet 2009 à 17h21 / Répondre

    @Lihin

    tout dépend de ce qu’on entend par « ordre initiatique », c’est sûr que si on prend la définition de Guénon du mot initiation, il n’y a quasiment plus aucun « ordre » qui puisse être sauvé. De toute manière, dans la vision de Guénon, toute production de l’Occident moderne est forcément dégénérée, anormale, déviante, y compris la Franc-Maçonnerie « moderne » (car Guénon imagine une ancienne FM, « opérative » et détentrice d’une réelle Tradition ancestrale, qui cependant n’a jamais existé en réalité).

    Est-ce qu’il y a une « balkanisation » de la FM en France ? Si je ne me trompe pas, on a 5 obédiences principales (je parle ici uniquement en nombre d’adhérants) : GODF et GLDF au coude à coude, puis la GLNF, la GLFF et le DH. Il y a ensuite toute une myriade de plus petites obédiences, plus ou moins actives et discrètes, certaines très éphémères et d’autres faisant partie du paysage maçonnique français depuis bien longtemps. Déjà au XIXème siècle il y avait plusieurs obédiences non ?

    Il me semble que c’est aussi la situation dans d’autres pays, par exemple au Brésil qui compte un Grand Orient par état plus des obédiences diverses et indépendantes, aux Etats-Unis où il y a une obédience pour les blancs et une autre pour les noirs (Prince Hall), sans compter le développement du DH au début du XXème siècle (je ne sais pas combien il y a de loges DH aux USA de nos jours…), etc.

    Je ne suis pas de ceux qui regrettent cette « émiettement » de la FM, au contraire la diversité des obédiences, je trouve que c’est un gage de réelle liberté de conscience de la part des francs-maçons, et c’est une preuve de démocratie parmi ses membres. Faudrait-il une seule et unique FM par pays, comme dans certains « démocraties populaires » il n’y avait qu’un seul parti ? Si la Grande Loge Unie d’Angleterre ne reconnaît qu’une seule obédience par pays, et selon des « landmarks » très restrictifs, grand bien lui fasse. Heureusement, personne n’est obligé de s’y soumettre.

  • 29
    lihin
    3 juillet 2009 à 17h00 / Répondre

    Vu de l’étranger voisin tout cela y inclus la plupart des commentaires ressemble fort à des postures de grandes sociétés commerciales soucieuses surtout du « marketing ». Et confirme parfaitement l’avis de René Guénon que la Franc-Maçonnerie est un Ordre initiatique et état de dégénérescence. J’ajouterais 60 ans plus tard : « grave ».

    Remarquons que les choses ne vont pas nécessairement beaucoup mieux chez nous. Mais les obédiences, Dieu merci, n’ont pas encore tant pullulé. Quand à leur pullulation, la France est, à mon humble connaissance, un cas extrême.

  • 28
    EDDH
    3 juillet 2009 à 13h22 / Répondre

    Je suis assez d’accord avec Scribe sur tous les points qu’il aborde.
    Au vu des querelles affichées je vous propose de rejoindre une obédience ou l’on peut faire aussi bien du symbolique que du sociétal, où l’on est mixte depuis … le début, où l’ambiance est bonne, où on ne lance d’anathèmes à personne, bref où il fait bon maçonner j’ai nommé : Le Droit Humain !!!
    Tindin !!!
    Oui je sais ça fait un peu « retape » mais bon comme mon obédience n’a pas coutume de se faire de la pub et qu’apparemment les autres aiment bien faire parler d’elles (les obédiences) en bien ou en mal d’ailleurs je me suis dit que ça mangeait pas de pain d’exprimer le bonheur que j’ai à vivre un parcours au sein de mon obédience.

  • 27
    Scribe
    3 juillet 2009 à 13h00 / Répondre

    Parfois je suis heureux d’appartenir à un petite obédience qui ne répond pas à coup de communiqués, qui n’est que rarement présente dans les colonnes des journaux et dont le GM n’apparaît jamais sur les plateaux de télévision. Car, si la liberté, le travail et la fraternité sont des valeurs maçonniques, l’humilité en est aussi une.

    Malheureusement, cette humilité est loin d’être pratiquée lorsqu’on s’interroge sur l’apport concret aux obédiences de ce fameux « positionnement stratégique » ? Crier haut et fort que l’on est « régulier », « traditionnel » ou « libéral » rapporte-t-il plus de membres ? La franc-maçonnerie française ne cesse de progresser statistiquement depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Elle donc n’a pas besoin de presse ! L’affirmation d’une identité alors ? Le GODF, la GLDF et la GLNF existent depuis des lustres. Elles ont eu le temps de s’affirmer dans le paysage maçonnique français. Alors quoi ? Qu’est-ce qui arrive à la FM française ? Certes, dans le passé et aujourd’hui encore, elle évolue en se fragmentant en de multiples clochés. Or, la sagesse après 300 ans de maçonnerie se devrait de réunir les 30 obédiences françaises – à mon humble avis – en 4 selon les « tendances » (régulière, traditionnelle, ésotérique et libérale) de la franc-maçonnerie et outre la guerre des sexes d’un autre âge. Mais va savoir pourquoi personne ne le fait ! Enfin ça s’explique facilement … On est dans le pays des 36000 potentats où chacun doit avoir son écharpe et son élective reconnaissance pour son talent minime. Manque d’humilité une fois de plus ! Alors ce ne sont pas ces quelques illuminés : fondamentalistes religieux, nazillons ou théoriciens du complot qui menacent la maçonnerie mais bien ceux qui s’éloignent des règles de l’Ordre pour inscrire leurs noms dans le marbre. Maintenant, il faut choisir. Le marbre sera celui du Temple ou d’une pierre tombale ?

  • 26
    Petit Scarabé
    3 juillet 2009 à 12h27 / Répondre

    @Jakin

    « la maçonnerie écossaise dont la Grande Loge est la gardienne – que ça plaise ou non – est une démarche spirituelle non dogmatique, non religieuse et non politique »

    bah justement, si c’est vraiment le cas, parler de « la verticalité du G.A.D.L.U. » (soyons clairs : de Dieu) lors d’un convent tout en fustigeant l’attitude de l’autre grande obédience française, ça se pose tout de même un peu là je trouve…

    On fustige le GO qui ferait de la laïcité un étendard… Prétendra-t-on que la GLDF elle, n’en a pas, des étendards ? J’espère tout de même que si ! Et sur ce point les propos du Grand Commandeur semblent tout à fait clairs (même s’il ne représente que les hauts grades et qu’il n’est pas à la tête de la GLDF, ne soyons pas hypocrites : à ma connaissance, c’est parmi les hauts gradés qu’on choisit les GM de la GLDF, et qui décide de l’initiation dans les hauts grades, hein ?).

    Chaque obédience a ses spécificités, le GO défend fermement la laïcité (au singulier et sans adjectif complémentaire), il l’a toujours fait, on voit mal pourquoi, soudain, cela gêne le nouveau GM de GLDF au point d’en faire la critique explicite pendant un convent, face à des représentants du GO venus en amis pour féliciter le nouveau GM. A moins qu’il s’agisse pour le GM de la GLDF de tenter un rapprochement avec les anglo-saxons ? (pour se faire bien voir, rien de mieux que taper sur le GO, la bête noire de la Grande Loge Unie d’Angleterre).

    De son côté la GLDF peut bien se prévoloir d’être « le gardien de la maçonnerie écossaise », pourquoi pas, si ça peut faire plaisir à certains de le croire. Mais ce genre d’affirmation est bien peu « fraternel »… Quid alors du DH par exemple, qui pratique le REAA depuis ses origines, et qui, à ma connaissance, est historiquement antérieur à l’actuelle GLDF ?

    M’enfin bon… tout ça, se sont des querelles de clochers qui me semblent bien minuscules. Je suis FM depuis seulement quelques mois, jusqu’ici ce qui m’a le plus impressionné, ce ne sont pas les sautoirs, ni les titres ronflants de certains haut-gradés, ni même l’initiation en tant que telle, c’est la fraternité si simple et si effective que j’ai pu ressentir, aussi bien entre les membres d’une même loge qu’entre eux et les visiteurs de quelque obédience que ce soit. Les différences de rites, d’usages, entre ma loge (je suis au DH) et des visiteurs du GO par exemple, sont l’occasion d’enrichissantes discussions et comparaisons, où tout le monde apprend quelque chose et à quelque chose à apporter à l’autre.

    Face à cette fraternité inter-obédience si évidente, les fâcheries entre Grand Maîtres passagers (après tout ils ne sont là que pour 3 ans maximum) m’ont l’air particulièrement hors sujet. Depuis « la base », ces querelles « des sommets » sont plutôt amusantes et instructives, en ce qu’elles révèlent de dogmatisme et d’intolérance de la part de ceux qui ont le vertige du pouvoir.
    Une dernière chose : d’un point de vue « profane », quand on voit comment la FM est traitée dans nos quotidiens et magasines (cf. le discours très « veille France » de Sophie Coignard contre la FM), finalement le fait que ces querelles entre GM transpirent à l’extérieur, c’est pas plus mal, en ce que ça permet de montrer qu’il n’y a pas UNE Franc-Maçonnerie unie derrière les mêmes grands principes, et qui œuvrerait dans l’ombre pendant que les honnêtes gens dorment, inconscients du danger.

  • 25
    Jakin
    3 juillet 2009 à 11h54 / Répondre

    Oui, apprenti 63, tu as raison de rappeler comment ces documents ont été diffusés… C’est bien la volonté du GM du GO qui est en cause.
    Personnellement, je ne vois rien de choquant dans les propos du GM de la GLDF. Il n’a fait que rappeler que la maçonnerie écossaise dont la Grande Loge est la gardienne – que ça plaise ou non – est une démarche spirituelle non dogmatique, non religieuse et non politique. Ce qui exclut de faire de la laïcité un étendart, et des questions de société un enjeu proprement maçonnique. A ce titre, il est vrai, la différence entre la GL et le GO est réelle… Et tant mieux, à mes yeux. Nous sommes un ordre initiatique avant tout. Et la GL n’entend pas changer sur ce point.

  • 24
    Apprenti63
    3 juillet 2009 à 10h23 / Répondre

    Je partage l’avis des différents intervenants : nous assistons à une lutte d’influence au plus haut niveau, chaque obédience essayant de se positionner stratégiquement dans l’attente du possible passage à la mixité du GODF. Quant aux problèmes avec les juridictions administratives des hauts grades, ils pourrissent souvent la vie des obédience, certains sont visiblement agacés que ce soient les loges bleues qui constituent la base d’une obédience.
    Pour répondre à l’étonnement des Frères qui se demandent comment L’Express a pu se procurer les documents incriminés, c’est malheureusement très simple : tous les membres du GODF en ont été destinataires par mail, les lettres du GM étant ensuite accessibles sur l’intranet de l’obédience. Il faut simplement connaître un mot de passe et le login qui va avec pour accéder à ce site…
    Donc point besoin de « taupe », il suffit de se procurer deux petites combinaisons de chiffres et de lettres et le tour est joué.
    Espérons que les responsables internet du GODF vont méditer là-dessus et faire en sorte que la correspondance officielle de l’obédience ne se ballade pas sur le web ou dans la presse avec une facilité déconcertante.

  • 23
    nicolas dupond
    3 juillet 2009 à 9h46 / Répondre

    J’attends avec impatience la version de mon obédience, la Grande Loge de France.

    Si rien nous est dit sur ce triste incident, je serai tenté de croire la version du Grand Maître du Grand Orient.

    Et alors ce serait grave.

    Si les paroles « les libertés individuelles sont surannées » ont été réllement prononcées par le Grand Maître de la Grande Loge, cela a un relent anti républicain pour ne dire pas plus.

    Connaissant simplement de vu le nouveau Grand Maître de la Grande Loge, il m’apparaît pour quelqu’un de réservé et devant avoir des paroles pesées. Je ne comprends pas.

    J’attends les explications.

    Peut être le Grand Orient gonfle aussi l’incident?

    Moi, je sens en tout cas pas mal de manip dans tout cela aussi bien d’un côté que de l’autre. C’est bien triste. Pratiquer les « hauts grades » pour arriver au même niveau que des politicards.

    D’autre part, mettre fin à toute « relations diplomatiques » entre le Grand Orient et la Grande Loge, ce que semble menacer le Grand Maître du Grand Orient et faire ainsi un ultimatum, est peut être maladroit.

    Je compte sur le Sagesse des Frères (de base: ce n’est pas péjoratif) du Grand Orient (et je sais qu’il en ont beaucoup) pour ne pas me mettre à la porte à la prochaine visite si mon Grand Maître ne présente aucunes excuses (A mon sens, il devrait essayer de régler au mieux dans l’intérêt des deux parties cet incident).

    Et moi même, je pourrai changer d’obédience au bénéfice du Grand Orient si les paroles intolérables visées ci-dessus ont été réellement prononcées par mon Grand Maître.

  • 22
    hiram l'humble
    3 juillet 2009 à 8h24 / Répondre

    Il faut revenir peut être à quelque semaines en arrière.. La « guerre » est déclarée entre le GODF et la GLNF (les 2 GM sont très virulents). La GLDF a besoin de se positionner face à une GLNF qui recrute par mailing et un GODF qui deviendra mixte en fin d’année et qui par conséquent augmentera ses effectifs de 50%. Quelle place pour la GLDF ?
    En attaquant le GODF, elle fait du pied à la GLNF en espérant un rapprochement voire beaucoup plus si affinité.

  • 21
    stel
    2 juillet 2009 à 23h44 / Répondre

    Non Jakin je ne suis pas d’accord. Pourquoi vouloir à tout prix donner une image autre que celle qui est malheureusement parfois une réalité. Pourquoi vouloir à tout prix attirer des profanes en donnant une image tronqué de la maçonnerie ?
    L’obédience ne représente pas les les loges. Elle est pour moi un mal nécessaire pour l’administratif et peut être une certaine cohésion. Que des profanes se fassent une idée de ce qu’est le FM : un regroupement de personnes avec leur défaut et leur qualité. Je me refuse à cacher des choses pour sois disant donner « une bonne image ». Si des profanes croyaient trouver chez nous des sur-hommes ou des gens parfait, au moins ils auront la preuve que non les maçons sont des gens comme les autres. Cette gué-guerre intestine ne m’intéresse pas.

  • 20
    richard
    2 juillet 2009 à 22h49 / Répondre

    il me semble que derrière ces discours dépassés de nos GM, se cache une strategie de conquete du terrain entre ces deux obédiences.il existe une course aux adhesions .
    cette stratégie du ‘bunker’ ne reflète en en rien la réalité du terrain a savoir que quelque soit l’obedience, les Frères et Soeurs se retrouvent avec plaisir et fraternité pour faire progresser les idées humanistes de la FM dans son ensemble.Ce qui me fait garder espoir : un GM n’est pas élu a vie et qu’il n’y a aucune obligation de le garder trois ans .

  • 19
    Jakin
    2 juillet 2009 à 22h44 / Répondre

    3 remarques, notamment à petit scarabé.
    1- je ne comprends pas l’argument consistant à dire : puisque tout le monde en parle, parlons-en aussi. Cette info ne regarde personne d’autre que les maçons. Quant au public profane susceptible de s’intéresser à l’ordre, cette information serait plutôt de nature à décourager toute démarche plutôt qu’à l’encourager !
    2- Il importe de se souvenir qu’un convent est une tenue maçonnique et que s’y attache, comme pour n’importe quelle tenue, un secret des délibérations. De surcroît le GM de la GL avait souhaité faire la publicité de ses propos, il n’avait nul besoin de l’aide du GM du GO pour ce faire ! Que celui-ci ait souhaité écrire aux VM des loges de son obédience est une chose. Qu’il décide de publier un lien sur le site du GO reproduisant ces lettres en est une autre, évidemment regrettable.
    3- Il n’y a pas de TPSGC à la GL…uniquement un GM. Le TPSGC est à la tête de la juridiction et non de l’obédience, c’est à dire le SC.

  • 18
    Peter Pan
    2 juillet 2009 à 21h37 / Répondre

    moi qui suis officier d’une Loge du GODF travaillant au REAA, j’ai une lecture complémentaire de la vôtre : je ne crois pas à la naïveté ou au naturel de ces déclarations de part et d’autre… Le contexte et le crime (à venir) : le projet du GODF d’initier les Soeurs… Pour les uns il faut garder 20% des Frères qui pratiquent le REAA en diabolisant l’obédience qui pourrait en tirer le plus grand profit (y compris matériel…) ; pour les autres il faut se positionner en orthodoxe du Rite pour encourager le cas échéant ‘la transhumance’.

  • 17
    Petit Scarabé
    2 juillet 2009 à 20h19 / Répondre

    @Jakin

    pas d’accord, ce serait très hypocrite d’espérer avoir des blogs maçonniques qui se contenteraient sagement de taire les problématiques entre obédiences, alors que ces problématiques s’étalent au même moment dans la presse « profane », à la vue de tous. Il y a même quelque chose d’assez ridicule à vouloir fonctionner comme ça, ce serait un peu comme faire l’autruche ! Jiri se fait l’écho d’un article publié sur le site de l’Express, et susceptible d’intéresser beaucoup de monde, c’est tout. C’est gênant ? Moi je ne trouve pas, tout ce qui permet de mieux comprendre les caractéristiques de chaque obédience est bon, afin d’aider le profane volontaire à choisir la porte à laquelle il voudra frapper.

    Pour ce qui est de la lettre du GM du GO qui se retrouve si vite sur le Net, je n’y vois pas de mystère, à partir du moment où le GO lui-même l’a envoyé au Vénérables des loges, visiblement par voie électronique (le fichier PDF en question, regardez ses « propriétés », on apprend même le nom de la personne qui s’est occupée de l’éditer : ce n’est pas un scan d’une lettre reçue, c’est un fichier numérique Word converti en PDF). Un e-mail avec pièce attachée, envoyé à des centaines de personnes, ça circule super vite !

    Il manque tout de même quelque chose pour se faire une idée plus précise des colères de chacun : on n’a pas accès (dans le monde « profane ») aux discours du GM et du Grand Commandeur de la GLDF, ceux qui ont tant déplu au GM du GODF.

  • 16
    Jakin
    2 juillet 2009 à 19h38 / Répondre

    Mon cher Jiri, je ne partage pas ton point de vue. L’ information interne aux obédiences n’intéresse que ses membres ou une partie d’entre eux, et ce n’est pas parce que le GO a cru bon d’instrumentaliser l’affaire en mettant en ligne ces courriers ni parce qu’une mauvaise presse les a repris que ton blog, distingué par sa qualité et son sérieux, devait faire de même. A titre personnel, je pense qu’une information faisant tant de tord à la maçonnerie et ne concernant qu’elle-même n’avait pas besoin de trouver des relais, inattendus pour ma part.

  • 15
    Pierre-Jean
    2 juillet 2009 à 16h11 / Répondre

    Des loges dépendant du GODF ou du SCDF ont par le passé sur leur adresser un vibrant et fraternel bras d’honneur et redonner à la maçonnerie symbolique son indépendance. Faudra-t-il, 130 ans après la Grande Loge Symbolique Ecossaise, refonder l’écossisme bleu et remettre les obédiences à leur place? (La GLDF en est née, entre autres) J’espère que les grands gourous de notre Ordre (au singulier) sauront rester à leur place de chefs temporaires de nos obédiences…
    Jamais les frères ni les loges n’accepteront de se faire la moue pour plaire à des dirigeants lointains et ambitieux.

  • 14
    cp
    2 juillet 2009 à 15h08 / Répondre

    OH la franc-maçonnerie française est divisée,incroyable,moi qui pensait que tous le monde avait les mémes idées et formait la chaine d’union avec amour.IL y aurait t’il de la concurrence dans l’air?genre mon obédience est meilleur que la tienne.A que j’aime jean verdun quand il dit ses vérités qui ne peuvent plaire à tout le monde.

  • 13
    STEPH
    2 juillet 2009 à 14h57 / Répondre

    Pour avoir écumé de nombreux sites oueb de discussions entre FM, je peux affirmer que ce qu’a dit le nouveau GM de la GLDF n’est pas juste le reflet d’une guerre des chefs. Il y a à la GLDF une tendance à l’esotérisme qui frise trop souvent le repli sur soi : « non, non, non, les maçons n’ont pas à se faire entendre au dehors », « pas de religion ni de politique en loge » et patati et patata.

    Moi je dis que si nous sommes incapables d’appliquer la « méthode maçonnique » aux sujets sensibles…c’est que nous sommes encore TRES loin des objectifs visés par la Franc Maçonnerie. On ne saurait améliorer l’Homme, et la société, en repoussant les difficultés sous le tapis.

    Enfin, oui, moi aussi je me demande comment l’Express peut obtenir ce genre d’informations internes au GODF…

  • 12
    EMEREK
    2 juillet 2009 à 14h47 / Répondre

    Quelques réflexions

    1-comme Fox ,je suis interloqué de voir qu’un courrier adressé du GM du GODF aux présidents d’ateliers de son obédience ,soit immédiatement publié par l’Express.
    Ce n’est pas la première fois ,et l’on se souvient que cet hebdomadaire obtient toujours les bonnes informations ,rappelons nous les résultats de convent du GODF,les affaires des procès au GODF etc…Il y a donc une ou plusieurs taupes dans l’ obédience.???
    Dès l’arrivée du courrier(le samedi 27) aux présidents des ateliers du GODF ces lettres circulaient déjà sur internet….et dans toutes les obédiences…..j’en témoigne…. !!!

    2-Il ne s’agit que de courriers et de compte rendus émanant du GM du GODF…On accuse immédiatement le GM de la GLDF ,sans qu’il ne se soit exprimé officiellement.
    C’est un peu rapide !

    3-Quelque soit le contenu de l’intervention du GM de la GLDF ,celui-ci avait le droit d’exprimer ses idées, qui n’engagent que lui et non l’obédience.
    Etant président de séance , il était normal qu’il parlât le dernier.

    4-Comme Flupke ,cette diffusion rapide,et cette volontée de se victimiser m’interroge.
    Le GM du GODF serait-il dans une position délicate avant le convent .A-t-il besoin de déclencher un « bon conflit » sur ses frontières pour resouder son « peuple »…C’est une méthode bien connue…
    A qui profite le crime?La fuite serait donc organisée ???

    5-Lambicchi sait aussi ne pas être tendre et pratiquer la langue de bois ….quand ça l’arrange.

    6-L’histoire nous montre que les bisbilles entre le GODF et le SCDF ne sont pas récentes ,celles ci me semblent relativement légéres par rapport aux précédentes ,qui remontent aux origines du REAA en France….Il y aurait beaucoup à dire sur le passif ….

    7-Enfin la petite phrase de conclusion du Frère Lambicchi ,à SES présidents, me donne à réfléchir…

    « Je souhaitais vous informer rapidement de cette situation compte tenu des relations, souvent fraternelles, que vous entretenez au niveau de vos Orients avec vos homologues de la G.L.D.F. »

    Cela voudrait- il dire que les relations de la base pourraient ne plus être fraternelles….. si l’éventuel affront n’était pas lavé….???

  • 11
    Jiri Pragman
    2 juillet 2009 à 14h40 / Répondre

    Le Blog Maçonnique a reçu ce courrier par plusieurs voies. Ce n’était plus un vent favorable mais un ouragan. Habituellement, de tels courriers et des documents internes à une Obédience ne sont pas reproduits. A partir du moment où ils étaient repris dans la presse, quelle qu’elle soit, et que s’enflaient les rumeurs, il n’y avait plus aucune raison de taire l’information et de permettre à chacun de se faire une opinion.

  • 10
    Jakin
    2 juillet 2009 à 14h34 / Répondre

    Quand je lis tous ces commentaires
    Quand je constate que ce qui est dit en Convent puis échangé entre deux GM se trouve relayé ici après avoir été repris dans la plus mauvaise presse, je me dis qu’il n’y a pas que du bon dans l’idée d’un blog maçonnique – mais accessible non aux seuls francs-maçons – et que ce seront bientôt les maçons eux-mêmes qui feront le plus de mal à la maçonnerie…

  • 9
    Petit Scarabé
    2 juillet 2009 à 14h14 / Répondre

    Venant de terminer les livres maçonniques du frère Jean Verdun (ancien GM de la GLDF, passé au GODF après avoir été condamné par la GLDF pour ses livres), cette nouvelle brouille entre les deux grandes obédiences françaises n’est pas sans ironie…

    Dans Le Franc-Maçon Récalcitrant (en 1996) et dans La Nouvelle Réalité Maçonnique (en 2001), il dresse un portrait assez cruel des ‘élites’ de la FM (sans parler de ses Carnets d’un Grand Maître).

    Pour bien comprendre la distance prise par la GLDF avec le GO, sur la question du REAA et de’la verticalité du GADLU’ (à quelles circonvolutions faut-il arriver pour ne pas dire le mot qui fâche !), il faut lire le chapitre ‘Les Hauts Grades’ dans La Nouvelle Réalité Maçonnique.

    Jean Verdun a été initié au 33ème degré du REAA, et ce qu’il en a découvert est… pour le moins décevant, pour ne pas dire pire (et je laisse la surprise aux lecteurs du livre, pas envie de la leur gâcher, par respect pour ceux pour qui les hauts grades sont très très très importants).

    Mais bon, l’acmé, le point final, la grande conclusion du parcours initiatique du REAA en 33 degrés, est naturellement incompatible avec la ligne directrice suivie au GODF depuis des lustres… Quelque part, cette opposition des élites entre les deux obédiences est assez logique puisque les deux ‘cheminements spirituels’ qui y sont proposés sont assez peu compatibles.

    Jean Verdun explique dans ses livres que, pour lui, le G.A.D.L.U. est un symbole parmi les autres de la FM, et qu’en cela il ne peut pas être assimilé à une seule vision de la notion de dieu. Comme il le résume très bien, le G.A.D.L.U. peut être considéré comme ‘le Dieu des autres’, et en cela il devient un superbe symbole de tolérance, d’ouverture, d’universalisme maçonnique. Au contraire, si on l’assimile à son propre Dieu (celui de la Bible, ici en France), alors on entre dans le dogmatisme et dans l’exclusion des différences, c’est-à-dire dans une démarche qui n’a plus grand chose à voir avec l’idéal maçonnique.

    (…)

  • 8
    dld
    2 juillet 2009 à 14h00 / Répondre

    @ Fox7ans
    La question que je me suis posée, c’est plutôt comment des courriers émanant du secrétariat du GM du GODF (au vu de la qualité des pdf téléchargeable, ce ne sont pas des scans) en sont sortis ?

  • 7
    Cambier Claude
    2 juillet 2009 à 12h18 / Répondre

    Encore un combat des chefs!!!!! que c’est triste pour la FM des convaincus…et pensez aux profanes qui vont lire cette prose

  • 6
    Fox7ans
    2 juillet 2009 à 11h18 / Répondre

    2 remarques

    1. Qu’est ce que ça fout dans la presse ? (ce sont des affaires internes a des associations)
    2. les GM Ils se sont fâchés et alors ? Ca ne change rien à ce qui se passe dans les loges.

  • 5
    Flupke
    2 juillet 2009 à 11h18 / Répondre

    L’éternelle histoire des pieds et têtes qui enflent.

    Grand Mamamouchi, je « rameute » ma communauté autour de moi tel est le discours des dirigeants de communautés.
    Comment? En créant des conflits factices.
    Renaissance, siècle des Lumière … Messieurs de grâce laisser ce domaine aux historiens francs-maçons et profanes… car en ce domaine vous dîtes « scientifiquement » n’importe quoi, à chacun son métier et les vaches seront bien gardées !

    Parler nous plutôt de nos valeurs communes et des mythes communs ce seraient mieux
    et éventuellement si vous en êtes capables de la déclinaison de ces valeurs dans un Monde dont la santé décline ! çà c’est moins facile que de vociférer des absurdités.

  • 4
    Antiochus
    2 juillet 2009 à 10h35 / Répondre

    Ce sont les loges qui font perdurer la Franc-Maçonnerie et l’Obédience n’est pas la Loge … Même s’il faut tenir compte des propos intolérants et quasi réactionnaires du nouveau G.M. de la G.L.D.F., il ne faut pas que cela porte ombrage aux bonnes relations – quand elles existent – entre loges sur le plan local ! Restons vigilants malgré tout sur ce « repli identitaire » dont parle EDDH

  • 3
    Pilou
    2 juillet 2009 à 10h28 / Répondre

    Je ne sais si je reviendrai sur le sujet mais je trouve cela désespérant. Les ténèbres nous menaceraient-elles ?
    A quand le voile ou la burka mac. ?
    Et nous, petits Belges, restons en tout cas en dehors de ces polémiques stériles !

  • 2
    fouche
    2 juillet 2009 à 10h14 / Répondre

    Le Conseil de l’Ordre du GO nous envoie un résumé de cette polémique, et nous invite à en tenir compte dans nos relations locales avec la GLDF.

    On ne peut résumer l’orientation d’une obédience amie et qui a déjà fait toutes ses preuves dans le domaine de la tolérance mutuelle à celle de son dirigeant temporaire.

    Le Pape seul peut se prévaloir du concept d’infaillibilité ! Et c’est déjà bien trop…

  • 1
    EDDH
    2 juillet 2009 à 10h08 / Répondre

    Ouch,
    si un GM explique à un autre comment doit fonctionner son Obédience on est mal barrés.
    Je regrette déjà Graesel …
    Tout comme je regrette Quillardet pour le GODF.
    Les obédiences ne sont-elles pas en train de se replier de façon identitaire en élisant des GM qui représentent les tendances un peu « dures » de leurs spécificités ?
    Pour la GLDF Graesel se disait Athée ce qui était une preuve d’ouverture pour une loge « spiritualiste » et là la GLDF élit un GM qui parle de « l’intervention verticale du G.A.D.L.U » …
    De même Quillardet bien que ferme sur la Laïcité se disait non hostile aux religions alors que l’actuel GM tient des propos au cours de conférences ouvertes qui font comprendre tout le « bien » qu’il pense des religions …
    Repli sur soi ?
    Les FM seraient-ils aussi victime de l’air du temps qui pousse à rester entre soi, bref au communautarisme ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous