Cab Calloway, Franc-Maçon

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Avec un nom comme The Hi De Ho Blog, on peut se douter que ce blog est consacré à Cab Calloway (1997-1994), chanteur de jazz américain (souvenez-vous aussi de Minnie The Moocher). Il fournit ainsi des infos, anecdotes et surprises autour de Cab Calloway.

C’est ainsi qu’un article est consacré à Cab, le franc-maçon et ses frères musiciens. L’auteur de l’article fait allusion aux recherches de Raphaël Imbert, lui-même auteur d’articles à ce sujet, pour rappeler l’Initiation de Calloway en 1933 ou 1937 à la Pionneer Lodge n°1 de Prince Hall à Saint Paul (Minnesota).

mardi 18 novembre 2008
Étiquettes : , , ,
  • 4
    Imbert
    22 novembre 2008 à 10:20 / Répondre

    bonjour,
    Je suis bien d’accord avec René, les USA sont une fédération d’états, qui ont chacun une évolution et une histoire particulière. C’est d’ailleurs bien pour cela que l’histoire maçonnique américaine est si compliquée a étudier au niveau national. Ceci étant, le régime de séparation maçonnique est encore relativement bien ancré dans les moeurs et la carte maçonnique de reconnaissance entre loge prince hall et grandes loges relate encore assez bien le fossé nord-sud, même si les événements récents vont sans doute emporter l’adhésion des derniers irréductibles, et c’est tant mieux. N’oublions tout de même pas que de nombreuses grandes loges de Prince Hall ne souhaitent pas développer la reconnaissance avec les grandes loges de peur de se faire « avaler ». Malgré tout, l’invention d’une maçonnerie noire régulière est un fait unique et spécifiquement américain, et il convient de l’étudier sans l’enjoliver ni le sous-estimer. L’histoire des afro-américains se confond avec l’histoire maçonnique américaine, l’appartenance maçonnique ayant nourri autant les abolitionnistes (Prince Hall est un des premiers pétitionnaires anti-esclavagistes de l’histoire) que les esclavagistes (la polémique sur l’influence de la maçonnerie sur Nathan Forrest et le KKK n’est toujours pas tari). D’une certaine manière, et comme pour tout en ce qui concerne les USA, l’histoire maçonnique représente le pire et le meilleur de cette épopée somme toute passionnante.

    Pour ceux que cela intéresse, j’ai mis en ligne la version longue de mon article sur Jazz et FM sur le blog de mon myspace : http://www.myspace.com/raphalimbert. Les commentaires sont les bienvenus.

    René, préparant un article de fond sur le sujet, je suis très intéressé par vos informations de visites et d’appartenances mutuelles. Merci de me contacter, pour poursuivre la discussion.
    Raphaël

  • 3
    René
    20 novembre 2008 à 03:21 / Répondre

    Les USA ne sont pas monolithique. L’Alabama n’a jamais été la Californie. Qu’on le sache !

    En ce qui concerne les Grandes Loges de Prince-Hall elle ont leurs propres traditions et tous reconnaissent qu’elles perdraient beaucoup en « fusionnant » avec les Grandes Loges. Et comme la majorité des obédiences se reconnaissent entre elles ( mis a part certains états du sud) les inter-visites sont de plus en plus généralisés. J’en connais qui appartiennent aux deux obédiences (Prince Hall + Grande Loge)

    Aujourd’hui les maçons américains n’ont pas de leçons à recevoir sur la solidarité et la fraternité maçonnique de la part d’aucun pays…

  • 2
    Jiri Pragman
    19 novembre 2008 à 06:26 / Répondre

    Sauf que Louis Armstrong n’était pas Franc-Maçon mais membre des Chevaliers de Pythias (Knights of Pythias).

  • 1
    Vlady
    18 novembre 2008 à 11:26 / Répondre

    Comme cela a été dit à maintes reprises, de nombreux jazzmen parmi les plus grands, tels Louis Armstrong ou Duke Ellington ont été francs-maçons.

    Il est à noter et l’élection de Barack Obama va permettre aux Américains d’exorciser ce fait, que les Etats-Unis ont vécu sous régime d’apartheid jusqu’aux années soixante. Dès lors les Loges reflétaient ce fait social et la mixité ethnique étaient bannie là aussi. Ces musiciens de couleur appartenaient donc à des Loges réservées aux noirs.

    Cet état regrettable, honteux même, est comme une tache sur la maçonnerie quand bien même il était de inscrit dans un fait de la société.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif