Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le mardi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 15 000 articles y sont stockés !

Constante Alona

Publié par Jiri Pragman
Dans Loges

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 3 juin 2010
  • 6
    JB78
    14 juin 2010 à 17:11 / Répondre

    Ce commentaire de Placido me parait plein de bon sens. Cher JB31, honnêtement, je n’ai pas trop compris ta diatribe gratuite qui me semble très malvenue. Je ne pense pas que poser de nouvelles frontières là où il n’y a lieu d’être soit vraiment dans notre démarche commune.
    Le GODF représente une certaine exemplarité pour certains, réjouissons-nous et ne les décevons pas!!!!

  • 5
    Placido
    7 juin 2010 à 16:48 / Répondre

    ¿Y por qué nos tenemos que emancipar?
    ¿Una obediencia de 10 logias y 230 masones? Eso son 4 logias en Francia ¿Es esto suficiente en Francia para ser una obediencia? No, esto sería una micro obediencia no tomada en serio.
    ¿Ayudas financieras? pagamos los mismos euros que una Logia francesa y pagamos de nuestro tesoro los viajes a los petit congrès. Recibimos lo mismo que las demás a la hora de ir a los Congrès y finalmente, somos más baratas que las logias de franceses en la Martinica o Papete, de las que nadie duda que deben seguir en el GODF.
    En españa la capitación de un masón en una obediencia española es de alrededor de 100 euros, en el GODF pagamos casi el doble.
    ¿Tutela? No, el concepto del GODF va más allá del territorio.
    En definitiva, quien piensa que es necesaria la emancipación de las logias del GODF en españa es alguien con una abosulta mio`pía sobre que es la masonerñia y qe papel ocupa el GODF en el contexto masónico europeo y mundial.

  • 4
    JB31
    3 juin 2010 à 23:07 / Répondre

    Eh oui, le problème est aussi celui de la langue. Où l’on voit bien qu’il est plus que temps que la franc-maçonnerie ibérique prenne son essor en s’émancipant.
    Allez un peu d’ initiatives mes très chers frères ibères, prenez vous donc en charge que diable.
    C’est ça aussi la maçonnerie: s’assumer plutôt que de vivre sous tutelle (certes intéressante lorsque les financements sont à la clé.)

  • 3
    Liberty
    3 juin 2010 à 12:53 / Répondre

    Estima do José, no soy seguro que JB31 te entendiste..!

  • 2
    José
    3 juin 2010 à 12:15 / Répondre

    Se necesita tener un desconocimiento más que grave radical del GODF y de lo que acontece en el plano de sus relaciones con las Logias españolas. Este señor no tiene ni idea, seguramente no pertenece a ningún Taller del GO. Ayudas financieras a las Logias! Jajajaja es gracioso, seas quien seas. Cuéntame otro, que me parto de risa.

  • 1
    JB31
    3 juin 2010 à 08:30 / Répondre

    A quand le Grand Orient d’Espagne ?

    Cette loge se prétend souveraine … appartenant au GODF elle prend beaucoup de libertés par rapport à la constitution et au règlement général du GO. On divulgue des planches, des photos … bientôt ils défileront dans les rues tout décors déployés comme aux E.U.
    Les espagnols ont un vue de la maçonnerie qui n’est pas tout à fait la même qu’en France.
    Je pense qu’il est grand temps que ces loges espagnoles créées à partir du GODF , s’émancipent de celui-ci et se constituent en obédience souveraine.
    Il faut savoir être enfin majeur que diable.
    En restant membres du GO ils ont le beurre et l’argent du beurre.
    Car il semblerait pour l’instant que des intérêts croisés entre certains « caciques » du GO et ces loges ne favorisent pas cette émancipation.
    Pensez donc 10 loges c’est 10 voix lors des votes sur une soixantaine dans la région Sud à laquelle elles sont rattachées. Les aides financières qu’elles reçoivent contribuent à faire vivre ces loges ce qui est bien … mais peuvent en faire aussi des affidées ce qui l’est moins.
    Qu’on le veille ou non les Pyrénées sont toujours là.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous