In Nomine, la 1re enquête du futur commissaire franc-maçon Marcas

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 26 avril 2010
  • 27
    dearstrychnine
    21 août 2011 à 12h36 / Répondre

    Je viens juste de terminer ce petit polar.
    J’ai eu pour ma part l’impression de lire une première mouture, une espèce de récit type, très court, puisqu’il ne fait que 120 pages. Une façon de construire le personnage, de le définir, dans son cadre.
    Un test d’écriture en binôme, aussi, d’où l’impression légèrement décousue du récit.
    Ce livre ressemble à une ossature.
    Et ça me plaît et ça me donne envie de lire les autres livres. D’ailleurs, j’ai entamé  » le rituel de l’ombre « …

  • 26
    olivier d
    3 mai 2010 à 15h22 / Répondre

    Quand on lit un livre, on le lit en entier.

    L’auteur s’exprime très clairement sur la ruche à la fin du livre. Maintenant que des « crétins » prenne cela au premier degré, qui faut il blâmer ?

    Le seul reproche que je ferai à In Nomine c’est que le plaisir de lecture est court 😉

  • 25
    Vieux Julien
    1 mai 2010 à 10h30 / Répondre

    Je ne pense pas que la divulgation antérieure des secrets maçonniques, sous une forme ou une autre (cf la lamentable vente de rituels rapportée par Jacques Ravenne), soit une excuse pour entretenir cette violation. Sauf à considérer que le serment du premier grade est une farce. Je suis toujours sidéré de voir les Maçons eux-mêmes participer à la vulgarisation de la Maçonnerie (de l’Apprenti au Grand Maître).

    A noter que mon commentaire ne s’adresse pas spécifiquement aux auteurs directement concernés ici (n’ayant pas lu le livre je ne permettrais pas de juger le « degré de parjure » atteint), mais évoque le principe de la divulgation en général.

  • 24
    Stéphane DC
    1 mai 2010 à 6h22 / Répondre

    Cher Monsieur Giacometti,
    Mon Cher Frère Jacques,

    Que vous vous fassiez des coucougnettes en or massif ou pas en écrivant des polars « maçonniques » m’importe peu. Tant mieux pour vous si ça marche et si vous avez un lectorat fidèle. J’en fais d’ailleurs partie, même si les deux derniers opus des aventures du Commissaire Marcas (je ne tiens donc pas compte de cette préquelle) m’ont quelque peu déçu. Mais écrire une oeuvre de fiction est chose difficile.

    Je ne retiendrai même pas contre vous l’accusation de divulgaton puisque, en effet, la plupart de nos rituels sont disponibles en librairie et en bibliothèque publique, sans parler du Net.

    Comme écrit dans mon commentaire (tout là-haut, le n° 1), ce qui me gène quelque peu dans l’ouvrage qui nous occupe, c’est votre description de la Ruche, basée, comme le souligne Jiri, sur la structure des services de renseignements, des groupes de subversion, voire des groupements terroristes. En effet, certains de vos lecteurs risquent de prendre cela pour argent comptant. S’ils sont frangins, ils vont se prendre, pour la plupart, la grosse tête. Quant aux anti-maçons, tièdes ou virulents, ils risquent de « partir avec », comme on dit par chez moi. Cette Ruche ne fait qu’apporter de l’eau au moulin des complotistes.

    Vous me direz sans doute que ce n’est que de la fiction. Certes, mais rappelez vous un certain Léo Taxil, qui créa une mauvaise fiction et la fit passer pour réalité. Nous en payons, encore aujourd’hui, le prix dans l’imaginaire collectif…

  • 23
    Jiri Pragman
    30 avril 2010 à 13h51 / Répondre

    J’aime bien les discussions sur les droits d’auteur. J’ai vendu 791 exemplaires de L’Internet est-il maçonnique ? publié en décembre 2005, dont 27 en 2009. Je devrais donc toucher pour 2009 la somme de 21,66 euros… en espérant qu’il n’y ait pas de frais bancaires. Car j’ai déjà offert royalement un moules-frites à mon épouse au bar franco-belge de Cayeux-sur-Mer. Le prix de la casserolle de moules bouchots (à la moutarde) était peu élevé (11,60 euros) mais j’ai donc dû mettre un peu de ma poche. C’est beau l’amour…

    Plus sérieusement, pour beaucoup d’auteurs, les droits sont sans commune mesure avec l’investissement en travail, temps, documentation et déplacements (avant et après la sortie du livre). Le bouquin a dû me rapporter en 5 ans ce que me rapportait moins d’une journée et demi de formation dans le domaine de l’Internet.

    Certes Giacometti-Ravenne jouent dans une autre cour et doivent pouvoir se payer plus de plats de moules que moi mais rien n’interdit à qui que ce soit de se lancer dans la veine du thriller maçonnique. Plusieurs auteurs s’y sont essayés (notamment chez Dervy), sans connaître le même succès.

  • 22
    jacques Ravenne
    30 avril 2010 à 12h39 / Répondre

    Un petit mot de réaction.
    Que l’on apprécie ou pas nos livres…. soit.
    Que l’on juge ce que nous écrivons comme une pure entreprise commerciale… soit bis, même s’il faudra m’expliquer comment un livre vendu moins de cinq euros est une affaire juteuse pour l’auteur qui touche 5% du prix hors TVA… mais bon, la critique est facile surtout quand les connaissances sont parcellaires.
    En revanche que l’on  » m’accuse » de divulguer des secrets maçonniques, là il ne faudrait pas pousser trop loin la plaisanterie qui devient douteuse. Je me permets juste de rappeler que chaque fois que j’ai eu à décrire un rituel, j’ai retranscris des rituels déjà publiés. Sachant que TOUT est publié, mais certains ne doivent pas fréquenter les bibliothèques.
    Et je précise que je prends même la précaution, pour des rituels, que je juge personnellement intime, telle une tenue funèbre, de n’en donner qu’ une version « allégée ».
    J’ai bien sûr interrogé la direction de mon obédience à ce sujet et je me rappelle encore de l’éclat de rire général: un Grand Maître et un passé Grand Maître m’expliquant joyeusement que « notre » obédience, ayant eu des difficultés financières dans l’entre deux guerres, vendait ses rituels en fascicule aux profanes devant son entrée principale pour se renflouer un peu.

    Voilà de quoi, je l’espère, raisonner quelque peu le débat.

    (…)

  • 21
    giacometti
    29 avril 2010 à 16h37 / Répondre

    Et bien…
    Je vois que le débat est vif… Que la parole circule comme dirait ce cher Jacques. J’ai lu les commentaires avec plaisir. Sur l’histoire de la divulgation des rituels et des secrets, je ne peux que souscrire aux messages précédents. Du coup, je suis passé de l’agacement (et oui, nul n’est parfait, et je n’ai pas taillé ma pierre) à la franche rigolade. Il suffit de se rendre dans n’importe quelle librairie, d’aller au rayon FM et de trouver un nombre incalculable d’ouvrages, très sérieux, Et sur des rituels autrement plus pointus que ceux décrits dans nos thrillers. Il suffit d’aller faire un tour aux différents salons du livre maçonnique, organisés par des obédiences, et ouverts aux profanes, pour trouver son miel, comme dirait le frère obèse. Concernant le secret d’appartenance. Manque de chance pour Noir ciel lors de mon passage à l’émission télévisée « C’est dans l’air » sur la maçonnerie, j’ai été le seul, et profane de surcroit (douce ironie), à se prononcer pour le secret d’appartenance. S’il veut me transmettre ses injures directement, je crains hélas, ne pas avoir beaucoup de temps à lui consacrer. Ou alors il peut continuer à se venger comme sur amazon… Il comprendra.
    La bonne journée.

  • 20
    Vieux Julien
    29 avril 2010 à 11h58 / Répondre

    Je me doutais que mon commentaire allait susciter une remarque sur la mise en pratique d’une « réservation » aux seuls Maçons. A juste titre… Je ne prétends pas que cela soit simple en effet.
    Comment et qui? Pourquoi pas par les Obédiences, les ouvrages circulant à l’intérieur des Loges (rêvons un peu)? J’accorde que cela pose d’autres problèmes: référencement des ouvrages, liberté de choix, risque de patente « GO » « GLNF » « DH » etc… sans parler de la liberté de rédaction qui pourrait être limitée dans certains cas (je ne citerai aucune Obédience).

    Certes tout cela n’est pas parfait; mais on aura compris que pour moi, le système actuel n’est pas moins insatisfaisant.

  • 19
    Jiri Pragman
    29 avril 2010 à 9h45 / Répondre

    2 réactions :

    @Commentaire 7. Si un Frère trahissait son serment, pourquoi ne pas régler cela devant la justice maçonnique ?

    @Commentaire 10. Quant à réserver des livres aux seuls Francs-Maçons, 2 questions :
    – comment (avec des mots de passe que tout le monde fait sauter pour ce qui concerne les librairies en ligne, les seules auxquels certains Maçons ont accès ? en tuilant les acheteurs des librairies et pas seulement maçonniques car certains ouvrages peuvent se trouver ou être commandés dans n’importe quelle librairie sérieuse ?)
    – qui (qui est Maçon et qui en vérifiera la qualité ?)

  • 18
    Compagnon63
    29 avril 2010 à 9h29 / Répondre

    @ Liberty
    Et tous ceux qui disent que c’est Lance Armstrong sont des imposteurs : la lune, c’est beaucoup trop loin en vélo!

    Bon, on s’éloigne du sujet, là!

    Je ne suis pas fan des romans de Giacometti et Ravenne, tout simplement parce que je ne suis pas un grand amateur de polars. Mais je comprends très bien que l’on prenne plaisir à lire leurs livre.

    L’accusation de trahison du secret maçonnique me fait sourire, comme beaucoup, et je suis assez étonné par la virulence des propos de Bleu Ciel.
    La démarche initiatique ne nous encourage-t-elle pas à maîtriser nos réactions impulsives, à contrôler notre parole et à cultiver l’esprit de tolérance et d’ouverture à l’autre?

    La pierre brute est à peine dégrossie… Oups! Pardon, je dévoile outrageusement une phrase de nos Rituels! Comme dirait la Reine Rouge dans Alice au pays des merveilles : « Qu’on lui coupe la tête! »

  • 17
    Liberty
    28 avril 2010 à 0h28 / Répondre

    @ Fluo…moi aussi, je crois dur comme fer que Louis Armstrong n’a jamais été sur la Lune

  • 16
    fluo
    27 avril 2010 à 21h48 / Répondre

    Je suis tout à fait d’accord avec Francis. Bien entendu, comme il est dit plus haut, on trouve presque tout aujourd’hui sur la FM, mais c’est finalement presque rien… Et ce que dévoilent Giacometti et Ravenne est vraiment infime, si tant est qu’on peut appeler ça dévoiler. Ca reste pour moi de bons polars, avec un héros, des méchants, des seconds rôles et basta.
    Quant aux complotistes, ils n’ont besoin ni de Giacometti et Ravenne, ni de Dan Brown pour alimenter leurs fantasmes. J’ai un collègue qui, sans s’être documenté, croit dur comme fer qu’Armstrong n’a jamais foulé le sol lunaire…

  • 15
    Francis Moray
    27 avril 2010 à 20h39 / Répondre

    En tous les cas, cette info de Jiri m’a incité à me précipiter dans la première librairie pour ne pas risquer de rater cette édition aucas où elle s’épuiserait. Et même si, comme tout un chacun, je le trouve trop court, je lirai avec plaisir l’édition complétée. Mais sérieusement, qui pense que de réels secrets gravissimes sont révélés dans ces ouvrages (que ce soit ceux du duo ou d’autres) ? Les seuls qui pourraient avoir une quelconque importance seraient ceux qui empêcheraient un impétrant de goûter et vivre toute la magie de l’initiation en en connaissant trop de choses. Je ne crois pas que ces éléments soient présents dans ces romans. Et c’est à chacun de trouver sa voie, ses lectures, ses rencontres… En ce qui me concerne, je remercie Giacometti et Ravenne pour ces petits plaisirs annuels (et même presque semestriels ces derniers temps).

  • 14
    Francis Moray
    27 avril 2010 à 20h39 / Répondre

    En tous les cas, cette info de Jiri m’a incité à me précipiter dans la première librairie pour ne pas risquer de rater cette édition aucas où elle s’épuiserait. Et même si, comme tout un chacun, je le trouve trop court, je lirai avec plaisir l’édition complétée. Mais sérieusement, qui pense que de réels secrets gravissimes sont révélés dans ces ouvrages (que ce soit ceux du duo ou d’autres) ? Les seuls qui pourraient avoir une quelconque importance seraient ceux qui empêcheraient un impétrant de goûter et vivre toute la magie de l’initiation en en connaissant trop de choses. Je ne crois pas que ces éléments soient présents dans ces romans. Et c’est à chacun de trouver sa voie, ses lectures, ses rencontres… En ce qui me concerne, je remercie Giacometti et Ravenne pour ces petits plaisirs annuels (et même presque semestriels ces derniers temps).

  • 13
    André
    27 avril 2010 à 13h00 / Répondre

    Je viens de le terminer, et… Je l’avais pourtant entamé avec gourmandise, tellement j’avais adoré les autres romans. Le meilleur et le plus original reste pour moi « le rituel de l’ombre » qui à mon humble avis n’a pas été égalé par la suite. Quant à ce nouvel opus, déception. Trop court, pas assez étoffé, dommage, et je rejoins l’avis de Jiri. Quant à l’argument du Frère qui trouve que le secret maçonnique est trahi, je rigole. Outre les livres sérieux sur la FM qui sont disponibles un peu partout, de nombreux romanciers et auteurs de bédé font la même chose sans que ça ne gêne personne. Je ne citerai pas de noms ici, mais enfin chacun pourra en trouver en cherchant un petit peu.

  • 12
    Olivier D
    27 avril 2010 à 12h02 / Répondre

    Bonjour,
    je ne peux pas comprendre que l’on utilise des commentaires pour cracher sur des auteurs.
    Si leurs livres se vendent c’est peut être aussi parce qu’ils procurent du plaisir à les lire. Grande ou petite littérature, cela est de peu d’importance et je pense pas que R&C écrivent pour être dans un futur Lagarde et Michard.
    Des commentaires tels que ceux de bleu-ciel me font penser à ces mauvais écrivains jaloux qui crachent sur les autres parce que leur époque est indigne à reconnaître leurs proses…
    Quant aux secrets, l’essentiel ne peut être dit

  • 11
    René
    27 avril 2010 à 11h18 / Répondre

    Je partage l’avis de Vieux-Julien.

    Samuel Prichard a le dos large !

  • 10
    Vieux Julien
    27 avril 2010 à 10h45 / Répondre

    La dernière remarque de Jiri est intéressante.
    Pour ma part j’estime que la publication de nos secrets (qui n’en sont donc plus vraiment) est un parjure. On pourra toujours m’opposer que tout a déjà été publié, mais sans m’enlever un désagréable arrière-goût ( ça a déjà été fait, et alors, est-ce une raison pour continuer?…).
    Quant à l’excuse du « le véritable secret est intérieur, c’est la pratique, patati patata », elle a bon dos pour violer son serment. Personnellement quand je jure sur la Bible j’évite de me donner des excuses et pratiquer la casuistique.

    Tous les ouvrages précités sont une aide précieuse aux Maçons mais ils devraient leur être réservés.

  • 9
    Jiri Pragman
    27 avril 2010 à 9h43 / Répondre

    Ah tous ces Francs-Maçons qui écrivent sur la Franc-Maçonnerie (ou dessinent). Faut-il les boycotter ? Ou appeler à brûler Irène Mainguy, écarteler Jean Solis, rouer Alain Pozarnik, fusiller Philippe Benhamou, garrotter Jissey, noyer Sat… et bien sûr déterrer le cadavre de Jules Boucher.

  • 8
    sps
    27 avril 2010 à 9h23 / Répondre

    j’avoue etre un peu surpris par le commentaire de bleu-ciel. pourquoi tant de haine? quand on fait un metier, quel qu’il soit, le but n’est il pas de le rendre rentable?s’ils ont trouvé un « filon » qui marche, tant mieux pour eux. je ne vais personnellement pas abandonner quelque chose sous pretexte qu’il rapporte !!! en plus j’ai du plaisir à découvrir une nouvelle histoire de Marcas, je trouve ça agréable à lire, surtout que personne ne m’oblige à acheter sous pretexte qu’il y a en toile de fond la FM. on apprend bien aux enfants à dire « je n’aime pas  » plutot que « c’est dégueux », alors inutile de cracher dessus. bien amicalement

  • 7
    Bleu-Ciel
    27 avril 2010 à 9h19 / Répondre

    Eric Giacometti est journaliste non franc-maçon.Jacques Ravenne est un frère qui travaille au Rite Français.(sic les Editions Fleuve Noir)
    Leurs oeuvres parlent largement de ce qui se passe en maçonnerie:la légende d’Hiram,nos rituels,comment se déroule une tenue etc…Il faut donc que l’un révèle à l’autre nos secrets et trahisse son serment.C’est cela que je méprise et c’est mon droit de le dire!Par contre si notre Frère Jiri Pragman qui fait oeuvre de bon informateur dans notre paysage maçonnique estime que mes propos sont injurieux pour quiconque il peut et doit me censurer!
    Quant à protéger mon anonymat …peut me chaut!(du verbe chaloir!!!) puisque j’autorise notre Frère Jiri à donner mon adresse mail à M.Giacometti ce qui me permettrait de lui dire un peu plus sèchement ce que je pense de notre Frère Ravenne!
    Je lui signale aussi que le régime de Vichy auquel il fait allusion et qu’il est trop jeune pour l’avoir connu,cherchait aussi à enlever l’anonymat de tous les francs-maçons et que l’absence de courage est un sophisme …je pourrai ainsi lui donner la vrai définition du courage!!!

  • 6
    CORTO
    27 avril 2010 à 9h05 / Répondre

    L’ analyse de Jiri est toujours juste et j’ ai acheté tous les livres « commis » par Jacques Ravenne et Giacometti.
    Eric a absolument raison pour son commentaire.
    Les mauvais esprits ne sont pas obligés d’ être discourtois et grossiers.
    Moi, je suis fan depuis le premier livre et j’ achèterai « In Nomine » avec grand plaisir.

  • 5
    fluo
    27 avril 2010 à 1h16 / Répondre

    Quant à moi Jiri, je préfère aussi les pavés, et les deux premiers chapitres déterminent si le bouquin sera de ceux qui me font veiller très tard. J’ai la chance d’avoir un libraire (profane) qui a un bon rayon d’ouvrages maçonniques, et c’est une Soeur parmi ses clientes qui m’a fait découvrir Marcas… A la lecture des premières lignes, je craignais laisser cet opus de côté, mais ta petite allusion au Frère obèse titille ma curiosité. Les personnages secondaires sont souvent important dans leur rôle de faire-valoir du héros…
    Il ne me reste plus qu’à le lire et à venir donner mon avis…

  • 4
    giacometti
    26 avril 2010 à 18h31 / Répondre

    Juste un petit commentaire,On peut ne pas aimer nos oeuvres, on peut aussi ne pas les acheter, on peut regretter que que ces livres se vendent, commercial, une très belle insulte, on peut aussi rester courtois. Le problème avec internet, c’est que l’anonymat protège d’une certaine forme de lâcheté, nous sommes ravis d’être écrasés par le mépris d’un délateur anonyme. Le courage du frère bleu ciel est remarquable… Cela me rappelle une certaine période historique que nous avons décrite dans le Rituel de l’Ombre où fleurissaient les lettres de délation anonymes et insultantes. Je suis allé rechercher un extrait de lettre : « les juifs et les francs-maçons font de l’argent, c’est leur seul raison d’exister, en bon Français, je les méprise, etc, etc, etc » Bien à vous. Signé, éric giacometti.

  • 3
    jiri.pragman@hiram.be
    26 avril 2010 à 18h27 / Répondre

    @Stéphane DC

    Person, j’aime bien le principe de la « ruche » qui ne serait en fait qu’un décalque maçonnique du système classique de cloisonnement de cellules dans le monde du renseignement (ou de la subversion). C’est astucieux de l’avoir appelé la ruche et d’avoir ainsi recours à ce qui est aussi un symbole maçonnique (même si tout le monde ne l’utilise pas).

    Quant aux antimaçons, ils ont déjà beaucoup à faire en ressassant les théories antimaçonniques des 18e, 19e et 20e siècles.

  • 2
    Bleu-Ciel
    26 avril 2010 à 13h17 / Répondre

    Giacometti et Ravenne ont surtout trouvé tout ce qui peut alimenter la pompe à fric!Je pense que notre seule réaction serait d’ignorer ce genre de récit passe-partout dont le filon ne va que grossir au fil des ans…J’espère que d’autres générations les écraseront de leur mépris avant de les faire sombrer dans l’oubli!

  • 1
    Stéphane DC
    26 avril 2010 à 8h19 / Répondre

    Effectivement, cette préquelle donne l’impression de n’être qu’un scénario vaguement étoffé de dialogues. La fin en est précipitée et vaguement convenue et donne l’impression que les auteurs devaient se limiter à un certain nombre de pages. Que l’en d’entre eux pense à présent à publier une édition revue et augmentée ne me semble être qu’un coup commercial, pas très correct en tous cas pour les gens qui ont acheté la première édition.

    Ce qui me gêne, par contre, est la description de la « ruche », réseau maçonnique d’information, qui va donner du grain à moudre aux amateurs de complots et aux anti-maçons primaires (en existe-t-il d’autres ?). C’est quelque peu maladroit, même si c’est couvert par la licence littéraire.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous