La Boussole d’Or, une charge anti-catholique ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Sorti en cette période de fêtes et saluté favorablement par la critique, le film La Boussole d’Or (The Golden Compass devrait attirer les familles dans les salles. Et pourtant s’il faut en croire le blog, Catholic Discussion Blog le propos serait quelque peu anti-église catholique (celle-ci représentée par The Magisterium et imprégné de maçonnisme.

Le blog chrétien Ignatius Insight Scoop a publié un article avec pour titre : The Pope said what about « The Golden Compass » ?. Cet article reprend un article du quotidien australien The Daily Telegraph (Pope calls Nicole’s movie « Godless ») évoquant l’ire du Vatican.

Plusieurs sites mentionnent les critiques de l’Osservatore Romano à l’égard de cette adaptation du roman de Philip Pullman :

  • A la croisée des mondes de Philip Pullman (Gallimard Jeunesse, 2007) chez Amazon

    (merci à Claude pour le lien)

vendredi 21 décembre 2007
  • 6
    Sarantopoulos
    23 décembre 2010 à 16:34 / Répondre

    A faire circuler par ceux qui protègent sérieusement, pour du vrai, les enfants!
    Refus de dédommager. Et la Théologie alors? Et l’enseignement de Jésus?
    Un haut dignitaire de l’Eglise Catholique a annoncé «que l’Eglise ne dédommagera financièrement aucune des victimes des nombreux cas de pédophilie de ses membres».

    A) Que dit l’Ancien Testament?
    Oeil pour oeil, dent pour dent, c’est Dieu qui l’a dit!
    Tu casses un vase, on te casse un vase, c’est Dieu qui l’a dit!
    Tu casses une fenêtre, on te casse une fenêtre, c’est Dieu qui l’a dit!
    Tu sodomises de nombreuses fois, on te s……. de nombreuses fois, c’est Dieu qui l’a dit!

    Je pense que si l’on demande à l’Eglise Catholique que préférez-vous:
    – dédommager financièrement chacune des victimes, ou bien
    – qu’on sodomise les coupables?
    Il est possible que l’Eglise préférera que ses membres du clergé soient sodomisés, ainsi elle ne déboursera pas d’argent!

    B) Que dit le Nouveau testament?
    L’Empereur Romain avait levé un impôt de dédommagement en Palestine. Tibère avait estimé qu’il dépensait trop d’argent pour calmer les agitateurs Palestiniens!
    On demanda à Jésus, «Faut-il payer cet impôt aux Romains?»
    Jésus dit: «Montrez-moi une pièce» «Nous voyons la figure de César: il faut rendre à César ce qui appartient à César».

    L’enseignement de Jésus nous montre qu’il faut dédommager financièrement. C’est un plus par rapport à l’Ancien Testament. Si je casse la fenêtre du voisin, celui-ci cassera ma fenêtre d’après l’Ancien Testament, et comme résultat nous serons tous les deux lésés.
    Avec le Nouveau Testament au lieu de casser une de mes fenêtre par vengeance, je répare les dégâts que j’ai commis en payant une nouvelle fenêtre au voisin.

    Ce type de dédommagement on le retrouve dans les justices grecque et romaine d’avant Jésus, on le retrouve dans le Code Napoléon, dans les Justices française, canadienne, irlandaise, belge et de toute l’Europe, des Amériques de l’Australie, etc.

    On retrouve ce dédommagement partout, sauf dans l’Eglise Catholique.
    En rejetant le dédommagement financier, l’église catholique se moque de l’enseignement de Jésus, du Code Napoléon, de nos lois, de notre Justice, de nos coutumes, de notre philosophie, des bases de notre civilisation, de ce que nous enseignons à l’école à nos enfants, tout cela étant basé sur un principe déjà fort ancien: qui casse, paie!

    Du fait que l’Eglise rejette notre civilisation, nos Lois, nos coutumes, etc, il me semble qu’elle n’a rien à faire sur notre Territoire.
    Si l’Eglise refuse de dédommager qu’elle quitte nos pays.

    Nous demandons à tous les Elus, d’agir en conséquence afin de défendre et de protéger les citoyens et leurs enfants!

    Sarantopoulos.

  • 5
    ti'hamo
    2 janvier 2008 à 10:27 / Répondre

    …il me semblait par contre qu’il y avait une confusion, dans l’histoire, entre « péché originel » (pomme et tout ça) et « plaisir et relations sexuelles »… …enfin, si j’ai bien compris… ?

  • 4
    Etoile
    24 décembre 2007 à 09:16 / Répondre

    Trazom, je crois que nous lisons les mêmes livres !

    Pour m’être un peu renseignée, il paraît que tous les côtés critiques ont été effacés (ou du moins adoucis) dans le film, pour qu’il puisse sortir aux Etats-Unis. Mais s’il a été si violemment critiqué, il doit sans doute en rester un peu…

    C’est un livre (une trilogie en fait) classé dans la catégorie « enfants » par les maisons d’édition mais il faut avoir une bonne connaissance des religions chrétiennes, de la mythologie (les daemons) pour en saisir toutes les subtilités.
    Donc les adultes peuvent parfaitement les lire…

  • 3
    Stéphane
    24 décembre 2007 à 07:44 / Répondre

    Le Vatican préfère sans doute « Narnia » de Lewis, avec son personnage christique d’Aslan le Lion.

  • 2
    Trazom
    23 décembre 2007 à 12:13 / Répondre

    Tout en approuvant les propos d’Etoile, je recommande vivement la lecture de cette trilogie, à ne pas cantonner trop rapidement dans la catégorie « lecture pour enfants ».
    J’en profites également, même si ce n’est peut-être pas la vocation de cet espace, pour encourager la lecture de roman de Science-Fiction / Fantasy, genres trop souvent encore considérés comme « mineurs ». Quant aux œuvres « majeures » des styles précités, elles sont trop souvent classées avec la littérature « normale » (cf. beaucoup de bibliothèques en France), je pense notamment à 1984 de G. Orwell. Je vous encourage à lire, par exemple, les ouvrages de O.S. Card, mormon notoire, mais dont la « mormonité » ne transpire absolument pas dans les écrits (et heureusement, à mon avis, le prosélytisme religieux m’écœure). Le cycle d’Alvin le Faiseur ou celui d’Ender étant par ailleurs, et à mon humble avis, des modèles d’humanisme et de tolérance, valeurs que les coutumiers de ce blog partagent, il me semble 🙂
    Trazom

  • 1
    Etoile
    21 décembre 2007 à 18:50 / Répondre

    Pour avoir lu les livres, il y a effectivement une critique de la religion, qui se mêle de politique alors que telle n’est pas sa place, mais surtout une critique du dogme du péché originel, qu’on pourrait traduire par « encore heureux qu’Eve ait mangé la pomme ».
    C’est une dimension importante dans le livre, qui lui donne sa profondeur, et bien écrite. Je ne sais pas comment cela a été traduit dans le film.

    je n’ai pas vu beaucoup de maçonnisme, ou alors c’est trop discret et ça m’a échappé ! Simplement une belle histoire et une réflexion sur la nature de l’homme. C’est relativement rare pour un livre qui visait le public « jeunes lecteurs ».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif