Le Point sur l’offensive des femmes

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 11 septembre 2008
  • 3
    yvca
    14 septembre 2008 à 02:25 / Répondre

    A Bob,
    Pour entrer en Maçonnerie il faut passer par la ‘Porte basse’ et non par la
    « Porte étroite » selon la définition qu’en faisait André Gide.

  • 2
    Vincent
    13 septembre 2008 à 20:52 / Répondre

    Bob : c’est quoi être normal ? Vous êtes normal, vous ?

    L’ignorance… justement c’est une des choses contre lesquelles les maçons et maçonnes travaillent. Peut-être que vous seriez un bon candidat pour la maçonnerie. Mais je vous le dis tout de suite : ce n’est pas une sinécure car c’est difficile, le travail maçonnique : il faut se regarder en face, parfois lutter contre soi, contre ses préjugés… Pas facile du tout. On peut parvenir à une certaine sérénité cependant, à force de travail sur soi, et, du coup, on n’a beaucoup moins besoin de s’en prendre aux autres, de crier sa rage d’une existence insatisfaisante…

    Courage : vous pouvez y arriver !!!

  • 1
    Bob
    13 septembre 2008 à 01:31 / Répondre

    Si cela peut vous permettre d’accéder à la normalité sexuelle en vous éloignant de la perversion, c’est une bonne chose.

    En effet messieurs les franc-maçons, si vous n’êtes plus capables de faire la différence entre un homme et une femme, si vous pensez que les enfants sont des pantins que l’on peut confier à des pervers sexuels pour leurs permettre de croire qu’ils sont normaux, si vous pensez que la pénétration du tube digestif est normale, alors il est tant pour vous d’éteindre la petite loupiote et d’aller chez le psychothérapeute.

    Je vous aurais bien conseillé le curé, mais lucifer ne serait pas d’accord.

    Que Dieu sauve votre âme.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous