L’interview de Mgr Rey et ses suites

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 3 avril 2008
  • 5
    saint fruscin
    23 septembre 2008 à 15:04 / Répondre

    Eh les gars, je vous trouve dans le ton encore plus dogmatiques que Mgr Rey. N’est-on pas en train de jouer là une religion (la vôtre) contre une autre?
    Vincent Pellegrini

  • 4
    Flupke
    5 avril 2008 à 16:41 / Répondre

    C’est peut être parce que le célibat rend sourd … , et que par suite il n’est plus possible d’ouir les autres qu’ils soient chrétiens ou pas ?
    Qu’elle est vilaine celle là ………………..

  • 3
    Stéphane
    4 avril 2008 à 16:18 / Répondre

    C’est vrai qu’ils ont des textes sympathiques, les potes à Benoît. Les canons du « Filius Dei » de 1870 sont assez rigolos aussi. Vous savez ceux dont chaque phrase se termine par « qu’il soit anathème » 🙂

  • 2
    Jacques Cécius
    4 avril 2008 à 15:01 / Répondre

    On peux parier que pour lui, « hors de catholique point de chrétienté ». Souvenons nous de l’encyclique Dominus Jesus, où le pape spécifiait que l’Eglise romaine était la seule Eglise, les autres ne détenant qu’une parcelle de vérité !

  • 1
    Stéphane
    3 avril 2008 à 20:54 / Répondre

    Une fois de plus, « Monsignore » Rey se conduit comme un schmock et confond « chrétien » et « catholique ». A moins que pour lui hors du catholicisme, point de chrétienté ?…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous