Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le mardi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 15 000 articles y sont stockés !

On vous dit franc-maçon…

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 5 février 2008
Étiquettes : , ,
  • 5
    Pierre-Jean
    9 février 2008 à 15:44 / Répondre

    La réponse à renvoyer serait peut-être « On vous dit journaliste… »

  • 4
    Olivier
    6 février 2008 à 09:00 / Répondre

    Ce n’est pas la première fois qu’il procède de la sorte, lors de leur interview d’Eric Massi (Echevien de Charleroi) cette question à déjà été employée.

  • 3
    yvca
    5 février 2008 à 15:43 / Répondre

    C’ est marrant, je n’ ai jamais lu, ou, entendu un journaliste glisser, ne fut-ce que subrepticement : « On vous dit Opus Dei …. « .

  • 2
    Stéphane
    5 février 2008 à 08:02 / Répondre

    La réponse de Philippe Close me semble concise et renvoie le pisse-copie… heu… le journaleux… Pardonnez-moi, j’ai du mal à parler de « journaliste » pour Pan. Bon reprenons… Il renvoie donc son « interviouveur » dans les cordes en lui rappelant « que les convictions qu’on peut avoir ou non regardent la sphère privée ».

  • 1
    Mère Duchesne
    5 février 2008 à 07:18 / Répondre

    J’ai constaté cette pratique aussi parfois dans les médias français. Le journaliste, tout à coup l’oeil lubrique et le micro salivant, regarde son interlocuteur et prononce le mot « interdit » de franc-maçonnerie ou de franc-maçon. Ou bien c’est plutôt dans le style Serge Moati qui balance tranquillement à l’antenne quelques expressions qui ne trompent pas…
    J’ai aussi entendu à la radio un parlementaire dévoiler un frère, du genre : « Cette loi est défendue par les chrétiens et les francs-maçons… » Réponse: « Peut être bien qu’il est les deux ! » Et le type de se marrer. Je ne citerai pas de nom mais il faut arrêter le délire. On dirait qu’on se renseigne sur une appartenance comme sur une pratique sexuelle déviante : « Alors comme ça vous branlotez le cordon ? »
    Fi de ces cuistreries !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous