Peut-on être Franc-Maçon et spirite ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 25 juin 2008
  • 6
    Georges
    2 décembre 2022 à 17h30 / Répondre

    Au delà de nos croyances et de nos « certitudes » ne devrions-nous continuer la recherche de la Vérité avant de conclure trop rapidement que nous l’avons déjà cernée? La réponse de notre F Olivier de LYON me semble être la plus pertinente.

  • 5
    Olivier de Lyon
    5 septembre 2009 à 20h37 / Répondre

    Le 25 février 1864, divers maçons étaient présents à la société spirite de Paris, y compris plusieurs maçons spirites ; Rivail ( Kardec ) demande aux Esprits de traiter le sujet de la coopération que le spiritisme pourrait rencontrer dans la franc-maçonnerie.

    En trois messages reçus par des médiums différents, il lui fut répondu que la doctrine spirite pouvait parfaitement se propager dans les grandes loges de l’orient et vice-versa, parce que le spiritisme réalise toutes les aspirations généreuses et caritatives, parce qu’il sanctionne les croyances qu’elle professe, en fournissant des preuves indiscutables de l’immortalité de l’âme et finalement parce qu’il conduit l’humanité vers le même but qu’elle se propose : l’union, la paix, la fraternité universelle, par la foi en Dieu et en l’avenir

  • 4
    Gwemaline
    27 juin 2008 à 9h40 / Répondre

    Je ne vient pas armée, mais n’avez vous jamais fait la nuance en spiritisme, spiritualité, religion, et ‘en passe, en toute étude croyance ou athéisme se trouve l’intégrisme, il me semble juste de mesurer, non?
    Le sujet aurait pu être riche débattu en toute tolérance du ressenti de chacun.
    Je ne me sens ni cloisonnée, ni attachée à aucune croyance si ce n’est accepter que tout ne relève pas de ma propre volonté, rien ne me porte ni me supporte si ce n’est mes proches.
    Dépasser la particularité rituallique pour en comprendre sa contenance, me semble une belle ouverture d’esprit.

  • 3
    Mercure
    26 juin 2008 à 10h50 / Répondre

    Esprit de la maçonnerie, es tu là ?

    Est ce que les esprits frappent rituellement ou en profanes ?

  • 2
    Jacques Cécius
    26 juin 2008 à 10h27 / Répondre

    Des maçons célèbres furent spirites : Guénon (et oui!) – Léon Denis – Jules Doinel – et d’autres encore. Le plus délirant, à mon sens, fut Guénon, qui finalement écrivit un ouvrage contre le spiritisme.
    Se moque-t-on des maçons théosophes ou anthroposophes ? Ou « gnostiques » ? Alors pourquoi se taper les cuisses à la pensée qu’existent des maçons spirites ? (je n’en suis pas).

  • 1
    Jean-Luc
    25 juin 2008 à 11h21 / Répondre

    Je connais quelques maçons qui se disent en contact avec « les esprits » ou avec le GDLU ou Dieu.
    Je les classe en 3 catégories;
    – Les « allumés », de loin les plus nombreux.
    – Les malsains qui en tirent des bénéfices substantiels (honneur, ascendance ou sous). Certains réussissent l’exploit de cumuler les 2 premières catégories.
    – ceux qui diraient vrai, mais, depuis que je cherche je n’en ai encore pas trouvé.
    J’ai fréquenté pas mal de lamas (bouddhisme tibétain) certain ont des capacités au delà de la normale. Indéniablement, certains sont  » inspirés ». C’est aussi vrai dans d’autres spiritualités, donc pourquoi pas dans maçonnerie ? A mon avis ils se relient à une sorte de « conscience collective » qui ressemble à ce que nous pouvons appeler GADLU. Ils ne le disent pas, n’en tire aucun profit, ni matériel ni d’ascendance sur les autres

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous