Qu’a dit le président français à Ryad ?

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 18 janvier 2008
Étiquettes : , , , ,
  • 5
    Etoile
    20 janvier 2008 à 11:29 / Répondre

    Pourquoi ce discours me choque-t-il ? Et bien, bizarrement, pas vraiment à cause de ce qui y est dit.
    Hormis les compliments à des régimes irrespectueux des droits de l’homme (mais bon, après les invitations de dictateurs…), concernant les religions, a priori je ne suis guère bouleversée. Ah si, il y a la jolie phrase : « qu’il soit juif, catholique, protestant, musulman, athée, franc-maçon ou rationaliste », comme si être franc-maçon empêchait d’être juif, protestant ou rationaliste… Mais comme personne n’a réagi sur cette phrase précise, je ne vois pas pourquoi je le ferais.

    Ce qui me choque, c’est qu’un président d’une République laïque viole la laïcité. Le principe de laïcité dit que l’autorité publique a un devoir d’abstention par rapport aux croyances ou à l’absence de croyance. Cela ne signifie pas qu’elle ne doit pas avoir de relation avec les associations cultuelles entre autres (il est bon qu’il y ait un ministre des cultes), mais simplement que les représentants de l’Etat ne doivent pas s’impliquer dans le domaine de la foi.

    Ce que pense M.Sarkozy à titre personnel m’est indifférent (à vrai dire, j’apprécie même certains passages de ce discours), mais en tant que Président il n’a pas le droit de prononcer ce discours, donc me voilà automatiquement opposée, quelle que soit mon opinion.
    Le président n’est pas au dessus de la loi.

    Il a certes tendance à l’oublier, mais c’est tout de même un fait dont il devrait tenir compte.

  • 4
    xul
    20 janvier 2008 à 08:36 / Répondre

    Contrastée par exemple avec « l’Omniprésence », la notion même de « re-ligion » impliquant une réunification de choses qui aient été separées est un non-sens.

    Ce qu’AI publie sur l’AS pourrait se répéter pour quasiment tous les pays : E-U, Chine, Pakistan, Israël, etc. L’anti-terrorisme sert comme idéologie afin de globaliser un état policier qui remplace les états de droit. Les politiciens font leur travail : sembler être les amis de presque tout le monde sans jamais rien dire de concret et en même temps remplir à craquer leurs poches et celles de leurs souteneurs.

    Lors d’un voyage à l’Inde, le Président de la République Française prononcera un discours pareil sur l’Hindouisme et ses rapports avec La France. À mon humble avis un seul mouvement d’une sonate de Mozart vaut indéfiniment plus que tous les discours politiciens du passé, du présent et de l’avenir.

    N’avons-nous pas en L trois piliers Sagesse, Force (Amour), Beauté?

  • 3
    Philippe
    19 janvier 2008 à 21:43 / Répondre

    Une supposition, Nicolas S est peut être l’incarnation de Leonard Zelig l’homme caméléon qui prend l’apparence des personnages qu’il fréquente. Bush avec Bush, Pape avec le Pape euh là il n’a pu être que chanoine (Zelig un film de Woody Allen) ?

  • 2
    Stéphane
    18 janvier 2008 à 15:52 / Répondre

    Manifestement, Sarkozy fréquente un peu trop Bush. Ce discours est pour le moins inquiétant venant du Président élu d’un des rares états vraiment laïques de la planète.

  • 1
    André
    18 janvier 2008 à 12:51 / Répondre

    A propos des « paroles magnifiques » du roi d’Arabie Saooudite, voici un extrait du rapport 2007 d’Amnesty International, qui se passe de tout commentaire:

    Extrait du rapport 2007 d’Amnesty International:
    « Le gouvernement a poursuivi le processus de réformes, mais celles-ci n’ont eu que peu d’effets sur la situation des droits humains. De nouvelles informations ont fait état de violations des droits fondamentaux dans le cadre de la “guerre contre le terrorisme” (…) Des personnes qui avaient critiqué pacifiquement le gouvernement ont été maintenues en détention prolongée, sans inculpation ni jugement. Des cas de torture ont été signalés et les tribunaux ont continué de prononcer des peines de flagellation. Les violences contre les femmes demeuraient très fréquentes et les travailleurs immigrés étaient victimes de discrimination et de mauvais traitements. Au moins 39 personnes ont été exécutées. »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous