Street art & Franc-Maçonnerie

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 1 octobre 2008
Étiquettes : ,
  • 2
    FRANK Sébastien
    15 novembre 2008 à 20:20 / Répondre

    Oui probablement, mais avec le temps, j’ai constaté que ce qui gene le plus, c’est le « côté discret  » que reflete les macons qui gene, l’histoire nous montre souvent que l’inconnu effraie hélas.

  • 1
    nicolas dupond
    1 octobre 2008 à 10:50 / Répondre

    Je ne suis pas plus étonné que cela. Je suis certain que dans nos banlieues françaises, nous sommes également haï. l’Art street est la culture des « ghettos » américains, ce qu’on appelle nouvelles cultures urbaines en France.

    Sans faire dans le racisme lepéniste (que je rejette) mais tout en ne faisant pas preuve d’une extrême naïveté, la présence de courants islamistes fondamentalistes dans les banlieues ainsi que des évangélistes ne doit pas y augmenter notre popularité.

    Remarquons le monstre que porte le Frère. Est ce en rapport avec nos dons présumés de sorcellerie?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous