Un Franc-Maçon seul dans son cimetière

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 6 janvier 2008
  • 11
    Romain DACIER
    18 juin 2008 à 17:47 / Répondre

    Je suis tres intéressé par tout ce qui touche à la démarche de Pierre BOISSON dont je connais le tombeau au-dessus de YENNE (73), sur la commune de NATTAGES (01). Si quelqu’un détient des renseignements à ce sujet, je serais très heureux d’en avoir connaissance.

    En revanche, j’ignorais le cas de ce frère de ROMORANTIN.

  • 10
    Doglioni
    7 janvier 2008 à 21:28 / Répondre

    Pierre Boisson Savoyard de Loisieu est enterré dans une falaise ou il creusa son tombeau vers 1880. Ce tombeau est sur la commune de Natage dans l’Ain en face de la commune Savoyarde de Yenne.
    S’il creusa son tombeau à cet endroit en face de la Vierge de la montagne c’est que le curé de Yenne lui avait interdit une cepulture sur sa terre savoyarde.

  • 9
    Jean Labrique
    7 janvier 2008 à 20:34 / Répondre

    Pour répondre à Yca, à titre tout à fait personnel j’ai songé un jour que mon dernier pied de nez pourrait-être d’avoir dans mon testament une disposition obligeant tout héritier éventuel à déjeuner et dîner en présence d’un urne contenant des cendres. Les miennes ou d’autres car il me semble difficile d’être certains que ce soient bien les nôtres qui seraient soit dispersées soit misent en urne.
    Cependant, en llisant cette nouvelle ce matin, je me suis dit qu’elles pouvaient aussi répandues en un lieu dont seul le vent aurait souvenir.

  • 8
    alain de Largs
    7 janvier 2008 à 12:44 / Répondre

    je ne sais pas si ca peut répondre à l’interrogation d’yvca, mais il me semble que les dispositions post-mortem prisent de son vivant, sont plus faites pour les survivants. Cela est important dans le processus de deuil.
    Les rituels ont un sens mais ce n’est pas ici que je vais avoir à développer l’idée. La mort quoique banal est l’événement le plus important de la vie.
    Après la naissance peut être 😉

  • 7
    yvca
    7 janvier 2008 à 02:19 / Répondre

    Vouloir que ses cendres soient dispersées en un endroit précis, fut-il symbolique, je respecte cela, mais je me demande pourquoi cette démarche ??? Les cendres auraint-elles une Ame? Une mémoire, ou
    quelques autres problèmes métaphysiques ??? Je ne juge pas , mais cela me pose question.

  • 6
    Pilou
    6 janvier 2008 à 21:59 / Répondre

    @ Jean Labrique

    Bonsoir,

    Je pense que vous devez prendre dès maintenant toutes les dispositions pour que les cendres soient répandues à tel ou tel endroit. Ces dispositions doivent être prises auprès de votre administration communale, municipale (je ne sais si vous êtes Belges ou Français) ou devant notaire.

    Je peux vous aider dans votre recherche si vous le souhaitez et pour autant que vous soyez Belges car les lois …

    Je vous donne un exemple: je viens de perdre une tante. Ses enfants découvrent un document olographe non enregistré par lequel elle souhaitait que ses cendres soient dispersées dans la mer.

    Légalement, mes cousins ne peuvent (l’incinération a lieu mercredi) répondre à son souhait car elle ne l’a pas manifesté elle-même et fait enregistrer avant son décès.

    Vous me permettrez une comparaison: pour l’euthanasie, les « formulaires » légaux existent mais ils doivent être rédigés et renouvelés tous les cinq ans (si je me souviens bien) avec deux témoins voire en plus deux personnes de confiance qui conservent chacun un exemplaire de la volonté de la personne qui souhaite que soit pratiquée cette intervention médicale.

    Et si Jiri le permet, j’ajouterai à son commentaire, que même jusqu’il y a ???, les personnes qui s’étaient suicidées, et même très bon catholiques, n’avaient pas droit à un service (quelle expression !) religieux.

    TTF

  • 5
    Fox
    6 janvier 2008 à 20:28 / Répondre

    Oups !

    Dans ma lecture j’ai confondu (allez savoir pourquoi), 1738, date de la première condamnation de la FM et 1877, fin de l’obligation d’évoquer le Gadl’u au GODF.

    D’ou ma reflexion, pourquoi ne serait-il pas en terre chrétienne si, à cette époque, les maçons ne sont pas – encore – condamnés.

    Pour autant, il existe nombre de tombes maçonniques dans des cimetierres classiques à la même époque ce qui me fait penser que son isolement n’est pas forcement lié à son appartenance. Peut-être avait-il d’autres démélés avec l’Eglise.

    De plus, la maçonnerie de l’Empire est tout ce qu’il y a d’officiel et absolument pas anti-cléricale (elle le devient au cours du XIXe, surtout sous le IInd Empire). Dans ce cas, l’argument semble faible.

    Comme l’indique Jiri, nous sommes peut-être face à une mesure individuelle mais alors pour quelle raison ? Peut-être un particularisme local.

    T A F

    Fox

  • 4
    Jean Labrique
    6 janvier 2008 à 16:13 / Répondre

    Question: Peut-on demander d’y avoir ses cendres répandues? et à qui faut-il s’adresser pour ce faire? Ma femme et moi serions intéressés par cet endroit de la belle France.

  • 3
    Jean Labrique
    6 janvier 2008 à 16:07 / Répondre

    Je suis d’accord avec Jiri. Les autorités religieuses refusaient l’enterrement en terre « consacrée » pour les excommuniés qu’étaient les maçons déclaré et reconnus.

  • 2
    Jiri Pragman
    6 janvier 2008 à 14:34 / Répondre

    Parce qu’il est arrivé en France comme en Belgique que es autorités religieuses locales interdisent l’entrée du cimetière à des défunts pour qui des funérailles religieuses n’avaient pas été ordonnées.

  • 1
    Fox
    6 janvier 2008 à 14:23 / Répondre

    Bonjour

    L’article faire un lien implicite entre le fait qu’il soit FM et le fait qu’il ne soit pas dans un cimetierre « chréiten ». Je vois mal pourquoi, a cette date là, un FM n’aurait pas pu être enterré « comme les autres ». Voir le nombre de tombes maçonniques de la même époque dans les cimetières parisiens.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous