Keller Servel
Daniel Keller et Jean-Pierre Servel, ensemble dans le Temple Jean Mons de la GLNF rue Pisan.

Les Secondes Rencontres Lafayette GODF/GLNF

Par Géplu dans Obédiences

Ce jeudi 9 juin 2016 s’est tenu le considérable événement maçonnique que nous vous avons présenté les 31 mai et 5 juin : les secondes Rencontres Lafayette, la seconde rencontre officielle entre frères et sœurs du GODF et frères de la GLNF. Du fond de ma province je n’ai pas eu le plaisir de pouvoir assister à cet événement exceptionnel rue Pisan à Paris (après celui de l’an dernier rue Cadet), mais nos frères Ronan Loaec du GODF et Yonnel Ghernaouti de la GLNF ont bien voulu jouer le rôle de correspondants du Blog Maçonnique pour nous fournir le premier des photos et le second le très complet compte-rendu qui suit. Qu’ils en soient remerciés.
Géplu.

_____________________________

Le 28 mai 2015 avait vu la première Rencontre GODF-GLNF sous l’égide de La Fayette, dans le Temple Groussier du Grand Orient de France, rue Cadet.

Pour la première fois en 100 ans, un véritable dialogue se nouait entre le Grand Orient de France et la Grande Loge Nationale Française.

Inaugurant le cycle, les deux conférenciers, Yves Yvert-Messeca, professeur honoraire des universités et docteur en histoire pour le GODF et Bruno Pinchard, docteur en philosophie, Vénérable Maître de la Loge nationale de recherche Villard de Honnecourt pour la GLNF, avaient apporté de brillantes réponses à la question des mythes maçonniques. Leurs éclairages avaient mis en valeur ce qui fait le fond commun de la maçonnerie. Leurs angles de réflexion avaient révélé une part du vécu propre à chaque obédience. L’une se déclarant école de pensée, l’autre école de spiritualité. Deux grands témoins, Yves-Charles Zarka, philosophe, professeur à la Sorbonne, et Michel Field, journaliste et philosophe avaient ensuite apporté leurs éclairages profanes. Ces premières Rencontres Lafayette furent un grand succès. Pour la première fois en 100 ans, un véritable dialogue se nouait entre le Grand Orient de France et la Grande Loge Nationale Française. Le thème, « les Francs-Maçons face à leurs mythes », autorisa un véritable échange, sur fond de découverte mutuelle.

Pour la deuxième édition de ce 9 juin, c’était donc à la GLNF d’accueillir en son grand temple Jean Mons (Grand Maitre de la GLNF de 1980 à 1989) le GODF et les obédiences amies. A l’orient nous notions la présence de Marie-Thérèse Besson (GLFF), René Doux (GLTSO), Edouard Habrant (GLMF), Marcel Laurent (GLCS), Christophe Habas 1er Grand Maître Adjoint (GODF) et Jean-Claude Tribout (GL-AMF). Le thème retenu était : « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », phrase qui sonne à l’oreille des maçons(es) et est extraite de La Tabula Smaragdina, La Table d’émeraude, court texte d’une douzaine de formules allégoriques, sans doute le plus célèbre de la littérature alchimique.

L’occasion a été donné aux conférenciers Céline Bryon-Portet, docteur en Philosophie et en Lettres Modernes, Maître de conférences à l’université HDR de Toulouse, co-auteure avec Daniel Keller du livre L’Utopie maçonnique (DERVY, 2015), pour le GODF et Antoine Faivre, historien des religions, Directeur d’études émérite de l’École pratique des hautes études, auteur notamment du célèbre livre sur L’ésotérisme (puf, Que sais-je ?, 4ème  édition, 2012), pour la GLNF, d’intervenir.

Deux grands témoins devaient les accompagner, mais malheureusement Leili Anvar, normalienne, agrégée et docteur en littérature persane avait été retenue au dernier moment, et n’a pu assister à la rencontre. Temps qui fut mis à profit, non sans humour, par Roger Dachez, historien connu et reconnu de la Franc-Maçonnerie, auteur de nombreux ouvrages et Président de l’Institut Maçonnique de France (IMF). Les interventions des grands maîtres Jean-Pierre Servel pour la GLNF et Daniel Keller pour le GODF inauguraient la soirée.

La fraternité a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence

Comme il est difficile de rendre compte d’une ambiance, d’une atmosphère. Plus qu’une impression de bien-être. C’est sans doute cela le fait d’être entre Sœurs et Frères. C’est sans doute cela la fraternité dont Albert Jacquard (1925-2013), dans son ouvrage Petite philosophie à l’usage des non-philosophes (Calmann-Lévy, 1997) disait : « La fraternité a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence. » Nous ne pouvons, non plus, manquer d’évoquer le Chant des montées, de David. « Voici qu’il est bon et doux pour des frères d’habiter vraiment ensemble. » Psaume 133 (132). Ce psaume est l’avant dernier d’un recueil de psaumes, appelés « psaumes des montées », c’est-à-dire psaumes des pèlerinages. C’est un psaume qui célèbre le bonheur, la joie des pèlerins venus à Jérusalem.

Oui, nous le prononçons, haut et fort, de coeur et de bouche : être entre Frères et Sœurs procurent un immense bonheur. Il nous a été donné d’assister à deux heures vingt de pur bonheur… Et si « Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père » (Jean : 14, 2), ici et maintenant c’était à la GLNF d’ouvrir grand les portes de la Maison des Maçons, ses bras afin d’accueillir tous ses hôtes, et son cœur, comme il sied à tous maçons.

Malgré nos différences, nous avons une histoire commune, un fond commun, une éthique et un système de valeurs précieux à préserver

Le grand maître du GODF Daniel Keller fut tout d’abord remercié pour son accueil l’an passé, au siège du GODF, par Jean-Pierre Servel qui reconnut qu’après un siècle d’ignorance il était très heureux, à son tour, de recevoir les Sœurs et Frères pour une expérience qualifié d’intelligente, et de ne pas se priver d’une mise en commun dans le domaine de la recherche. Après les conférenciers, les grands témoins et les grands maîtres amis(ies), Jean-Pierre Servel remercia les équipes des deux obédiences qui ont développé beaucoup d’efforts pour faire de cette soirée, dans le calme et la sérénité, un franc succès. Malgré nos différences, nous avons une histoire commune, un fond commun, une éthique et un système de valeurs précieux à préserver dans notre société qui, hélas, côtoie la barbarie. Une tradition qui s’est déposée dans le réceptacle de la maçonnerie

De son côté, Daniel Keller remercia Jean-Pierre Servel pour ses mots d’accueil, à la fois fraternels et chaleureux, et releva tout le soin, l’attention et l’organisation que la GLNF a mis à les recevoir. Se remémorant lors des premières rencontres s’être posé la question de savoir de ce que ressentait le grand maitre de la GLNF accueilli dans le Temple Groussier, vaisseau amiral de la « vieille maison » du GODF. C’est à son tour d’éprouver ce sentiment particulier d’être dans un Temple magnifique et impressionnant, rendant ainsi hommage à l’esprit maçonnique qui nous gouverne tous.

La franc-maçonnerie, c’est l’expérience de la différence, c’est l’expérience de l’altérité, c’est une expérience de la rencontre des autres.

Reprenant la phrase inspirée d’Antoine de Saint-Exupéry et gravée rue Cadet « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis », Daniel Keller parla avec des mots doux qui réjouissent le cœur de l’assistance. La franc-maçonnerie, c’est l’expérience de la différence, c’est l’expérience de l’altérité, c’est une expérience de la rencontre des autres. Il ne suffit pas de le dire, il fait aussi le faire quitte à briser certains tabous. Heureux de cette initiative prise en commun, deux institutions maçonniques sont capables, dans le respect mutuel, de partager quelque chose qui les dépasse.

Deux conférenciers, un grand témoin

En véritable Maître de Cérémonie, Jean-François Variot, Grand Orateur de la GLNF, présenta les intervenants et le grand témoin. Il demanda à Bruno Pinchard de lire le texte gravé sur une tablette d’émeraude qui, selon la légende, présente l’enseignement de Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’alchimie.

Expliquer comment et pourquoi la franc-maçonnerie a pu trouver dans l’alchimie et son corpus une véritable source d’inspiration, surtout à partir du milieu du XVIIIe siècle

Céline Bryon-Portet intervint la première. D’une manière générale, ses travaux s’inscrivent dans une approche sociologique et anthropologique de l’imaginaire, dans le sillage des études menées par Gilbert Durand notamment, balayant le champ des représentations et dispositifs symboliques, ainsi que celui des pratiques rituelles. La conférencière relève tout d’abord ce drôle de nom pour ce drôle de texte dont la première révélation date du tout début du Moyen-Âge. Elle reprend ce texte mythique, faisant partie des Hermetica, c’est à dire un ensemble de documents fondateurs de ce courant que constitue l’hermétisme, en l’analysant au niveau opératif dans un premier temps, puis spéculatif. Pour en aborder ensuite la légende, en s’attachant à développer la personnalité du dieu Hermès-Thot. Hermès Trismégiste, père de l’alchimie, reprit à son compte les avantages et qualités de ces deux dieux. Céline Bryon-Portet fait le choix de s’intéresser à l’interprétation alchimique. C’est le moyen d’expliquer comment et pourquoi la franc-maçonnerie a pu trouver dans l’alchimie et son corpus une véritable source d’inspiration, surtout à partir du milieu du XVIIIe siècle, à côté d’autres sources comme celle de la philosophie grecque, de la religion judéo-chrétienne, de la kabbale, de la chevalerie médiévale ou encore celle les bâtisseurs des cathédrales. La richesse de son intervention n’eut d’égal que le ton enchanteur de son magnifique accent, qui laissa l’assistance sous le charme, conquise par la grande beauté et la profondeur de ses propos.

Dans quelle mesure Table d’émeraude et franc-maçonnerie font compagnies ?

A la fin de son intervention Jean-François Variot nota le merveilleux voyage dans lequel nous avait emmené Céline se demandant ce qu’il restait à dire à Antoine Faivre. Et d’offrir la parole à ce dernier. Rappelons que, dans Les Travaux de la Loge de recherche nationales n°20, dans le chapitre consacré à  « Hermétisme et Franc-Maçonnerie », Antoine Faivre nous avait entretenu d’Hermès, le Hermès-Mercure qui est conducteur, quand le Hermès-Trismégiste est « régénérateur ». Il donna les dates précises de l’apparition et des différentes versions successives de la Table d’émeraude. Il nous entretint de la diffusion du texte, de la Renaissance jusqu’à aujourd’hui, de son histoire contrastée, mais aussi de sa compréhension, d’Isaac Newton au grand philosophe allemand Franz von Baader, théologien mystique allemand et de sa philosophie de la Nature, de psychologie aussi, de Carl Gustav Jung, de Titus Burckhardt, jusqu’à la tendance guénonienne. Antoine Faivre aborde deux questions fondamentales quant à notre vision du monde : la question transcendance-immanence et la question de l’interaction entre deux ordres de réalité. Et de se demander dans quelle mesure Table d’émeraude et franc-maçonnerie font compagnies. Il fit intervenir, d’une façon vivante, parfois en citant le texte dans sa langue originelle, et en le traduisant, des alchimistes, des philosophes ou théosophes tels Paracelse, Emmanuel Swedenborg, Jakob Böhme, toujours en restituant leurs pensées par rapport à la Table et à l’exploitation qui en était faite à l’époque dans le domaine maçonnique. Une très brillante démonstration.

Quelle place l’hermétisme occupe dans l’histoire de la maçonnerie ?

Après cette réflexion critique avec de nombreuses références, arriva le temps attribué au grand témoin Roger Dachez. Se cantonnant dans son champ de compétences, qui ce soir était celui de l’histoire des rituels, des pratiques et des idées de la franc-maçonnerie depuis qu’elle est apparue sur la surface de la terre, Roger Dachez évoqua, avec la grande pédagogie que nous lui connaissons, les relations entre hermétisme, ésotérisme, alchimie et franc-maçonnerie. Sur l’hermétisme, la Table étant devenue un symbole littéraire très fort, il a tenté de répondre à la question suivante : quelle place l’hermétisme occupe dans l’histoire de la maçonnerie ? Au début, il reconnut la complexité des rapports entre ésotérisme et franc-maçonnerie. Se voulant un tantinet provocateur, il avance l’idée que la franc-maçonnerie doit se nourrir de la réflexion et des travaux académiques…

Il retrace, ensuite, la place de l’hermétisme, depuis ses origines, dans le corpus maçonnique. Place qui était très marginale, à l’origine. Et de reprendre l’histoire des premiers maçons spéculatifs connus que sont Robert Moray et Elias Ashmole. Puis Roger Dachez souligne l’apparition tardive de l’alchimie au sein de la maçonnerie et de rappeler que le cabinet de réflexion, et ses symboles, n’existent toujours pas dans une maçonnerie, majoritaire dans le monde, celle des anglo-saxons.

La parole, donnée à l’assistance qui ornait les colonnes, circula, comme il est d’usage chez les francs-maçons. Avant de clore ces deuxièmes Rencontres, Roger Dachez, président de l’IMF décora de l’ordre de La Fayette, créé à l’occasion du 275ème anniversaire de la Franc-maçonnerie française, les deux grands maîtres. L’espoir de se retrouver, pour des troisièmes rencontres, demeura dans l’esprit et le cœur de tous les participants, ceux-ci ayant, a priori, tous reçus leur salaire.

En conclusion sans doute pouvons-nous affirmer qu’il faut continuer à célébrer nos différences dans un très grand respect mutuel, mais aussi et surtout cultiver nos ressemblances.

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir. Photos Ronan Loaec, GODF. : 

L'entrée des grands maîtres

L’entrée des grands maîtres

Le mot de réception de Jean-Pierre Servel

Le mot de réception de Jean-Pierre Servel

L'intervention de Céline Bryon-Portet

L’intervention de Céline Bryon-Portet

L'intervention d'Antoine Faivre

L’intervention d’Antoine Faivre

L'intervention de Roger Dachez

L’intervention de Roger Dachez

Les grands maîtres et les intervenants

Les grands maîtres et les intervenants

dimanche 12 juin 2016 36 commentaires
  • 36
    michèle 19 juin 2016 à 10:58 / Répondre

    mon cher Desap, juste une précision il n’est pas question de « marguerite » margarita de gregue porcum se traduit par donner des perles aux pourceaux!

  • 29
    jean-Pierre Bacot 13 juin 2016 à 13:43 / Répondre

    Ce n’est vraiment pas la peine de s’énerver, ni de régler des comptes par pure jalousie à tel ou tel de ceux à qui on doit beaucoup. Au delà des mondanités inévitables, c’est de la géopolitique pure.
    Il s’agit d’une prise en tenaille d’un certain nombre de structures entre un GO qui affirme sa force « libérale » et désormais féminisée et une GLNF qui voudrait représenter une puissance « régulière » davantage ouverte que jadis.

    Comme au surplus c’est le rite français qui a mené la danse avec une prise de patente des seconds chez les premiers qui fut un coup de maître, ou comprend que les écossais et les écossaises, qui semblent filer le plus parfait amour à chambres séparées en avalent leur dentier, égarés dans une troisième voie assez peu sure en ce moment, vu les scud qui y pleuvent.

    Plus profondément, c’est le XVIIIe siècle qui se bat avec les XIXe pour une primauté au XXIe.
    Mieux que les Illuminati , je vous le dis. V èmes ordre et grands profès versus 33°, avec quelques 99° en guest stars, ça vaut d’avantage qu’un polar (on commence à en avoir soupé), il faut une série télévisée.
    Cela dit, pour les historiens du futur le texte des commentaires sur cette affaire est à conserver.

    • 35
      Blazing Star 17 juin 2016 à 09:55 / Répondre

       » c’est le XVIII qui se bat avec les XIX pour une primauté au XXI  »
      C’est beau, historique et bien dit.
      Bon pour une médaille

  • 28
    Chicon 13 juin 2016 à 12:16 / Répondre

    @joabennn – C’est vrai mais ce rapprochement « mondain » est le temoignage officiel de relations courtoises entre cousins du même famille.

  • 24
    joab'nnn 13 juin 2016 à 09:43 / Répondre

    Le principal reproche aux « rencontres Lafayette » est d’être un trompe l’oeil et d’égarer hors de la FM.
    A première vue, et telle est la com autour, ce serait un rapprochement, un apaisement, seuls des grincheux pourraient le déplorer, n’est-ce pas ?
    Pourquoi suis-je grincheux, donc, moi qui milite constamment pour l’abolition des barrières entre FM ?
    Tout d’abord, que veut-on régler ?
    – Faciliter les rencontres entre FMs du GODF et GLNF ? Est-il besoin de ces « rencontres » au sommet pour celà ?
    – Les décisions de rejet des FF du GODF par la direction GLNF ? Manifestement, la direction GLNF n’est pas dans cette optique ?
    – Faire une demonstration de manoeuvre obedentielle vis à vis de CMF ? GLDF ? Est-ce encore d’actualité ?
    Alors ?
    – Pour se visiter entre FM, il suffit, IL FAUT MEME ignorer les directives qui divisent. Y aurait-il faute, voire traitrise ?, parjure à le faire. Sachant que ces directives de sectarisme sont en violation des obligations du serment maçonniques, elles sont de fait nulle et non avenues POUR UN FM.
    – La justice francaise a déjà condamné la GLNF pour des pratiques sectaires de ce type où elle s’en etait pris à un de ses membres aussi adhérent à une autre obedience …
    ——————
    En ce sens là, les rencontres Lafayette, manifestation mondaine a premiere vue innofensive, sont en trompe l’oeil et noient la perception de la réalité dans des convenances de mondanité.

  • 22
    lazare-lag 12 juin 2016 à 22:39 / Répondre

    Puis-je porter ma curiosité sur un point qui est de détail, ici dans ce bel exposé: L’Ordre de La Fayette?
    Je me souviens vaguement de sa création qui date grosso-modo, s’il s’agit donc du 275ème de la Franc-Maçonnerie Française, du temps de mon initiation, mon premier timbre maçonnique étant evêtu de la mention de ce 275ème anniversaire.
    Je pense qu’à l’époque, en tant qu’Apprenti tout frais, ça a du me passer un peu à côté.
    Si c’est Roger Dachez qui décore les G.M. Keller et Servel, dois-je en conclure qu’il s’agit d’une médaille à l’initiative de l’I.M.F., pas d’une obédience en particulier?
    Et maintenant, quinze années après sa création, est-il possible de faire un bilan sur cette médaille?
    Quelles sont les conditions pour la recevoir? la mériter évidemment? qui a qualité pour proposer les éventuels récipiendaires?
    Enfin, à ce jour, 15 ans après, a-t-on idée du nombre total de décorés dans l’Ordre de la Fayette?
    Sans oublier, en question subsidiaire, comment se place juridiquement ou protocolairement, une médaille maçonnique par rapport aux médailles décernées par les institutions de la République.
    Bref, toutes questions qui pourraient faire l’objet d’un article à lui tout seul, sur ce site, et/ou dans une de nos revues (par exemple une du G.O.D.F. et une de la G.L.N.F.)

    • 23
      yonnel ghernaouti, YG 13 juin 2016 à 06:10 / Répondre

      Mon Très Cher Frère,
      Concernant l’Ordre Maçonnique de La Fayette, voici ce que nous trouvons, en date du février 2007, sur : http://www.hiram.be/la-maconnerie-francaise-existe-t-elle-toujours/
      L’Ordre Maçonnique de La Fayette
      Cet ordre est destiné à distinguer des Francs-Maçons étrangers ayant personnellement contribué, à travers le monde, a l’illustration des valeurs fondamentales de l’institution.
      Son origine est lié à La Maçonnerie Française une association qui regroupait, depuis juin 2001, 9 Obédiences : le Grand Orient de France (GODF) : la Grande Loge de France (GLF), Le Droit Humain (DH), la Grande Loge Féminine de France (GLFF), la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra (GLTSO), la Grande Loge Mixte de France (GLMF), la Grande Loge Féminine de Memphis-Misraïm (GLFMM), la Grande Loge Mixte Universelle (GLMU), la Loge Nationale Française (LNF).
      Parmi les réalisations de « La Maçonnerie française » nous avons la création de l’Institut Maçonnique de France (IMF) et, en 2002, de l’Ordre Maçonnique de La Fayette.
      C’était le Grand Orient de France qui avait déposé la marque « La Maçonnerie française »
      auprès de l’Institut national de la propriété industrielle. La marque déposée par le GODF à l’INPI a en effet été retirée et n’existerait donc plus !
      Nous notons toutefois que JB. Bienvenue écrit le 4 février 2007 : « L’Ordre Maçonnique de La Fayette » n’est pas réservé aux Francs-Maçons étrangers : en 2003, j’ai assisté à la première remise de ce hochet, dont le bénéficiaire était le maire de Lyon. »

      Rappelons simplement qu’en 2015, à la BnF, lors de la « Conférence mondiale sur le Fraternalisme, la Franc-Maçonnerie et l’Histoire », organisé par la fondation académique PSO (Policy Studies Organization), présidé par Paul Rich, celui-ci, et la chercheuse Margaret Jacobs, reçurent des mains de Roger Dachez et d’Alain Bauer, fondateurs de l’Ordre Maçonnique de La Fayette, les cordons de commandeur, tout comme, ce 9 juin dernier, Daniel et Jean-Pierre Servel. Généralement cette distinction est accordée à celles et à ceux qui développent des vertus en s’investissant fortement en faveur de la recherche maçonnique.
      Cet Ordre ayant un numérus clausus, il ne reste aujourd’hui que huit cordons, afin d’honorer des personnalités maçonniques ou non.
      Je noterai que Paris est réellement la capitale de la recherche maçonnique et que ces Deuxièmes Rencontres, parce que, j’en suis persuadé, il y aura des troisièmes, furent, elles aussi, un très grand moment de fraternalisme, d’échange constructif, de transmission de valeurs réciproques, d’Amour Fraternel et de volonté de répandre les savoirs.
      D’autre part, je voudrais compléter mon intervention en précisant que, lors du cocktail qui suivit les Rencontres, Daniel Keller, grand maître du GODF, remit aux conférenciers le très beau livre (sera-t-il sélectionné dans cette catégorie pour un prix au prochain SML 2016 ?) Deux Siècles et Demi d’Histoire du Grand Orient de France (GODF, 2016).

      • 31
        lazare-lag 13 juin 2016 à 22:28 / Répondre

        Mon Très Cher Frère Yonnel,
        Merci pour ce rappel d’informations toujours utile. C’est vrai que j’avais oublié un peu cette confédération des 9 obédiences, j’ai failli écrire des « Neuf Soeurs », et qu’elle a connu des aléas les plus divers, pour parler par euphémismes.
        Quant à l’I.M.F., avec le retour de la G.L.D.F., je crois qu’il regroupe désormais jusqu’à 16 ou 17 obédiences. et qu’indépendamment du nombre de ses membres, il s’est lancé dans un travail considérable.
        L’existence de plusieurs salons du livre est quand même une des réussites à mettre à son crédit. Pour l’extériorisation de nos « secrets » c’est déjà beaucoup.

        … avec cette question de médaille, heureusement que je ne parle que d’un petit détail plutôt marginal dans ces deuxièmes rencontres Lafayette GODF/GLNF.
        Car autour de nous, j’observe que si on critique les « mondanités », on ne le fait pas avec beaucoup d’urbanité.
        Quant à la Fraternité, chez certains elle semble même être restée dans le stylo.
        Il est dommage que certains croient faire avancer la cause de la Maçonnerie en balançant quelques réflexions sans aménité aucune ou, pire encore, en se croyant spirituels.
        La critique est démocratiquement, et maçonniquement admise, mais bon, je croyais que ça se faisait en laissant les métaux en dehors du Temple. Certains semblent l’oublier, dommage.

    • 26
      357 13 juin 2016 à 11:40 / Répondre

      C’est juste un hochet qui permet à Roger Dachez de briller en société.

      • 34
        BRUCE 16 juin 2016 à 20:08 / Répondre

        je suis toujours surpris de tel commentaire sur notre F RD , je pense que 357 ne connait pas RD , ni ce qu’il fait pour notre fraternité .

  • 19
    RENAULT Michel 12 juin 2016 à 20:42 / Répondre

    VOIR et LIRE ce considérable événement maçonnique avec le thème de l’alchimie est un pur bonheur.
    Un grand merci à Hiram.be pour cette communication très importante.
    FRATERNITE à tous

  • 16
    Désap. 12 juin 2016 à 17:25 / Répondre

    Je remercie mes Fréres GLNF, Un Frére (encore un) et Bruce, pour leur soutien que je sais parfaitement sincère mon pauvre Joaben.
    Si la GLAMF se vautre dans la dénonciation de l’abject Brutus, ceci donnera une indication du niveau où se trouve la GL.
    Je ne peux imaginer un instant être traduit en Chambre de Justice pour avoir défendu la Régularité Maçonnique, en ayant toujours pris soin de ne jamais attaquer les hommes.
    Ceci ne devrait relèver que de la mythomanie du minus Brutus, enfin, l’avenir nous le dira, je ne manquerai pas de vous informer
    Je remercie Geplu de me permettre de m’exprimer sur un fait qui me concerne.
    Pour revenir au sujet,
    Bravo au GODF et à la GLNF pour cette nouvelle édition des Rencontres, je regrette que la GLAMF ne joue un rôle plus visible en cette occasion.
    En effet, si celle- ci n’était pas empêtrée à vouloir satisfaire tout le monde chez elle, elle affirmerait clairement son orientation régulière fondée sur les Basic Principes tout en revendiquant des intervisites tenant compte de l’Histoire de la Maçonnerie Française, ainsi pourrait prendre forme une réelle 3ème voie, au contenu défini, celui d’être considéré Régulier indépendamment de la Reconnaissance internationale.
    Loin de prétendre à la valeur absolue de cette idée, je puis néanmoins vous faire part de ma conviction que celle-ci serait facteur d’apaisement et de réunion des Maçons Français bien trop divisés

    • 17
      joab'nnn 12 juin 2016 à 19:18 / Répondre

      Qu’il soit bien clair que je désapprouve totalement ce que défend Desap en matiere de retour vers un archaïsme religio-sectaire mode GLNF.
      Pour autant, cette tendance nostalgique existe à GLAMF et Desap doit pouvoir l’exprimer. Inutile de s’exciter non plus. L’auteur de la plainte (pseudo brutus) est réputé pour ses tendances totalitaires et de volont(é de detruire toute expression contraire.
      Il est plus que probable que cette plainte délirante soit classée sans suite par la Chambre de Justice, tant elle est absurde.
      Quant à la « sincérité » des courtisans de l’equipe de propagande de la GLNF, oui, ils sont sincerement contents de ces evenements qui servent largement leur propagande : « vous voyez comment ca se passe à la GLAMF … »

      • 20
        Speculum 12 juin 2016 à 20:42 / Répondre

        « qui sème le vent, récolte la tempête »

        • 21
          Désap. 12 juin 2016 à 21:44 / Répondre

          tempête : désordre causé par l’ignorance, l’ignorance de la nature du Vent.
          Pauvre GLAMF, défendue par une Brute épaisse et une Sonde
          Les Noces de Christian nous mettaient bien en garde : «Les arcanes s’avilissent quand ils sont révélés ; et, profanés, ils perdent leur grâce. Ne jette donc pas de marguerites aux pourceaux, et ne fais point à un âne une litière de roses »

          • 25
            joab'nnn 13 juin 2016 à 09:54 / Répondre

            Contester publiquement et bruyamment une décision du congrès de GLAMF mettrait evidemment en position difficile !
            En l’occurence le GM de la GLAMF a rappellé suite au congrès sa fidelité totale aux principes de GLAM et leur intouchabilité. Principes qui rappellent la croyance en Dieu et l’attachement à la recherche de la reconnaissance par les GL dites « regulières ». Les rituels de la GLAMF ont toujours « les saintes ecritures qui dirigent la foi » (mentionné lors de la consécration de la GLAMF).
            Donc Desap est en phase avec son GM et en contradiction avec une tendance d’un non-dit, non assumé representé par son ancien mentor, brutus.

            • 27
              Désap. 13 juin 2016 à 11:40 /

              Mais bien entendu !
              c’est d’ailleurs la raison pour laquelle Xavier Est. AGM de la Maison du REAA émet les mêmes critiques que les miennes à propos des principes maçonniques réguliers qui ne sont plus respectés à la GLAMF et qu’il a été suspendu et sera prochainement passé en chambre de justice.
              Saches mon cher Joaben que Brutus suit au cordeau la doxa de la Grande Maitrise de la GLAMF

        • 30
          brutus 13 juin 2016 à 21:58 / Répondre

          S’exprimant sur divers blogs maçonniques Monsieur desap, encore membre de l’Alliance, se livre à une campagne de dénigrement systématique.

          Qu’en effet il :
          -pousse à l’insurrection à l’intérieur de sa propre obédience,
          -nie la légitimité des assemblées et consultations de ses membres,
          -tente de discréditer ses dirigeants,
          -tente de faire croire à des dissidences et des rébellions imaginaires au sein de la GL-AMF
          -insulte les GGLL alliées de l’obédience,
          -fait cause commune avec les adversaires de l’obédience,
          -implique à leur insu les membres de sa propre Loge et ses officiers nationaux au soutien de ses campagnes de déstabilisation isolées et dérisoires.

          Aucune Obédience d’aucune sorte ou que ce soit ne pourrait tolérer le quart du dizième de ce que fait ce médiocre maçon, absentéiste systématique, contestataire professionnel et chassé de ses ateliers, contre ceux qui l’on si fraternellement accueilli.

          On voit bien que les seuls à le soutenir aujourd’hui sont les 4 ou 5 thuriféraires habituels de Jean Pierre Servel.

          • 32
            Géplu 13 juin 2016 à 23:27 / Répondre

            Par souci d’équité, Desap ayant eu la parole, je publie ce commentaire de Brutus bien qu’il ne me plaise pas du tout, mais le Blog Maçonnique ne sera pas l’instrument d’une nouvelle polémique sur ce conflit de personnes. Il me semble, comme tous, avoir compris que la justice interne de la GL-AMF était saisie du litige. Qu’on la laisse trancher sereinement. Fin donc du débat sur cette question ici.

            • 33
              RENAULT Michel 14 juin 2016 à 19:34 /

              Ne perdons pas notre temps et notre énergie dans les querelles.
              Travaillons à la Fraternité, à ce ce qui rapproche.

    • 18
      Un Frère (encore un) 12 juin 2016 à 20:39 / Répondre

      Cher Desap, soutien sincère évidemment. Joaben ne peut l’admettre, c’est son fonds de commerce que de voir du mal partout. Pour le reste, espérons que nous, maçons de la « base », soyons également moteur d’évolutions et de rapprochement vers une maçonnerie française apaisée et forte de ses différences, comme ces rencontres Lafayette le sont.

  • 10
    Luciole 12 juin 2016 à 12:31 / Répondre

    Bien que partisan de la « Troisième voie » je vois dans ces rencontres ce qu’elles sont,des rencontres!
    Dans la mesure où elles rassemblent au lieu d’écarter,prônent de bien belles choses et font avancer les recherches avec des personnes de qualité bravo et bonne continuation.
    Une Confédération ne pourrait-elle élargir encore ces bonnes dispositions.

    • 12
      joab'nnn 12 juin 2016 à 13:32 / Répondre

      Amusant que ce qui n’est que des rencontres d’humains civilisés (puisqu’il faut bannir toute FM, ca fache !) autour d’une conference soit présenté comme une telle affaire !
      Désolant que des FM se prêtent à telle mascarade.

  • 9
    chicon 12 juin 2016 à 12:22 / Répondre

    Ne pas voir de malice dans ces absences

  • 8
    Duplay 12 juin 2016 à 11:49 / Répondre

    On ne peut que se réjouir de voir les obédiences françaises organiser des rencontres. On peut cependant se demander à quoi elles servent. Antoine Faivre, Roger Dachez sont de remarquables personnalités dont les écrits font autorité. Mais quel est le but d’un tel colloque entre deux organisations qui n’ont pas grand-chose en commun sinon revendiquer l’une et l’autre qu’elles appartiennent à une bien illusoire maçonnerie universelle. La GNLF du moins ses instances dirigeantes d’aujourd’hui estiment que les membres du Grand Orient de France sont des maçons à condition toutefois qu’ils ne mettent pas les pieds dans leurs temples. On peut voir dans ce colloque le seul résultat positif de l’appel de Bâle mais il serait illusoire de croire qu’il débouchera sur autre chose que des conférences qui intéresseront très peu les Loges de l’un et l’autre obédience. Après tout, pourquoi pas, mais également pourquoi…

  • 5
    Pfr J de Champmarten 12 juin 2016 à 10:34 / Répondre

    Hi Brethren
    Nous British Free masons pensons que nos French FM commencent à etre raisonnable
    Dépassons les clivages :la French Maçonnerie est en full contradiction avec la devise du REAA (quis est aussi pratiquée au United Kingdom) « ordo ab Chaos ») and Rassemblons ce qui is epart!!
    But le FM n’étant qu’un homme !et un grand enfant toute sa vie, il veut « pisser plus loin que son voisin » et montrer que son sex is the greatest!!
    A fRench British brethren !!psy!!

    • 15
      Joab'n 12 juin 2016 à 16:18 / Répondre

      Yes ! Ignore the masonic bogies which divide us by non-masonic means.
      Les franc maçons francais doivent se prendre en main, être francs et appliquer la Fm et non des règlements qui les divisent.
      Que les Glnf visitent sans problème leurs ff ailleurs. Pas besoin de renc. Lafayette pour ca !
      C’est déjà le cas pour beaucoup . Ces interdits diviseurs ne méritent aucun respect. Il en va de la dignité du Fm.

  • 4
    Un Frere (encore un) 12 juin 2016 à 10:14 / Répondre

    Et pendant ce temps là, à la Glamf, un frère connu sur les blogs sous le pseudonyme Desap est dénoncé par le sulfureux « Brutus » pour être traduit en chambre de justice au motif d’un délit d’opinion sur les principes de régularité et de tradition.

    Defendre ses idées purement maçonniques et symboliques à la Glamf serait donc équivalent à un « appel à l’insurrection » et même une collaboration avec les « adversaires » (sic), si elles ne sont pas strictement conforme à la ligne décidée par certains pour faire exister une pseudo « troisième voie ». Notons que Desap ne dit rien d’autre que ce que les fondateurs et dirigeants de la Glamf ont clamé pendant des années, quand ils couraient après la reconnaissance anglaise et américaine. C’est du jamais vu.

    • 6
      Armand Des. 12 juin 2016 à 10:44 / Répondre

      Et pendant ce temps là la GL-AMF est officiellement représentée à la petite fête GO-GLNF, alors que la GLDF y brille par son absence…
      Plus surprenante est l’absence du DH.

    • 7
      BRUCE 12 juin 2016 à 11:33 / Répondre

      @un frère
      oui j’ai vu ça , tous les commentaires ont disparu comme par enchantement sur le blog .bonjour la démocratie
      il ne faut s’étonner de rien avec ce genre d’individu qui cause du tort a ceux qui ne sont pas dans le moule , soutenu par une direction qui en fait de même ( voir OCCITAN)
      reste a souhaiter que beaucoup de FRÈRES de la GLAMF , soutiendront le FRÈRE mis en cause , non pas sur le fond de la question , qui ne regarde que l’obédience , mais sur le fond , pour des méthodes répréhensibles de dénonciation d’une autre époque , encore d’usage chez certains .

      courage a ce frère , dans sa quête de justice

    • 11
      joab'nnn 12 juin 2016 à 13:29 / Répondre

      La perversité classique du monde GLNF direction actuelle est s’ils sont cappable de s’effaroucher pour ce que leur direction pratique à grande échelle, pourchassant des GLNF qui continuent à considére leurs frères GLMAF au SCPLF et à maconner avec eux.
      S’interessent-ils au sort du dit « Desap » ? Aucunement ! C’est simplement un bon pretexte pour s’en prendre à GLAMF, réputé un bon vivier d’adhérents-cotisants.
      Pour beaucoup de membres du GO,de la GLDF, du DH il est difficile d’maginer ce qu’est GLNF version Servel, d’auatant plus qu’en parallèle d’une stalinisation interne se deroule une operation de com lissée à l’extérieur.

      • 13
        BRUCE 12 juin 2016 à 14:31 / Répondre

        @joaben

        c’est vrai qu »en perversité , vous en connaissez un rayon .
        il n’y a qu’a vous lire sur les différents blogs pour cerner .
        il parait aussi , je l’ai lu sur Isère Savoie , que vous étés membre d’une loge de la GLUA .
        quel pervers vous faites , un vrai JANUS .
        ou tout simplement une GIROUETTE

        • 14
          Joab'n 12 juin 2016 à 16:07 / Répondre

          Merci d’illustrer en direct cette perversité du monde courtisan … Attaquer la personne sur ce qu’on lui prête, colporter des rumeurs, délations calomnieuses …. Et plus révélateur de la sordide mentalité de ce monde : selon eux l’obédience détiendrait des pouvoirs sur les individus …
          Il est vrai que cette réalité de la cour de l’ultime lien est tellement inimaginable que les GODF en restent incrédules…

  • 3
    joab'nnn 12 juin 2016 à 10:03 / Répondre

    Le cocktail était-il bon ?

  • 2
    357 12 juin 2016 à 09:49 / Répondre

    Un casting soigneusement choisi… Mmmm…

  • 1
    templum 12 juin 2016 à 08:22 / Répondre

    Rencontres entre personnes de qualité.
    je devine que l’objectif est plus d’éviter encore des fractures en France plutôt que de préparer je ne sais quel complot contre qelque chose ou quelqu’un.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
293e74f9d7497e9825416b488fe98c0dBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB