Blois 2017 cloture
Roger Dachez et les représentants des obédiences lors de la cérémonie de clôture

Ce dimanche 8, c’était les Rendez-vous de l’Histoire de Blois

Par Géplu dans Manifestations

Les 20eme Rendez-vous de l’Histoire de Blois ont proposé ce dimanche 8 octobre après-midi une demi-journée maçonnique devant un peu plus de cent personnes. Trois conférences, présentées par Nelly Besnard, et que Frédéric Gac. a bien voulu résumer pour le Blog Maçonnique :

« 1717 ! L’invention de la Franc-maçonnerie » où Roger Dachez a pu démontrer son érudition et son humour dans une présentation détaillée du mythe, d’un point de vue historique, de la tenue de la réunion de 1717. Il a apporté à l’assistance quelques détails sur les éléments qu’il a pu retrouver, dont le plan de la taverne L’oie et le grill, et les contradictions entre les différentes sources historiques. Il a également souligné que nonobstant ce mythe il était tout à fait légitime de fêter cette année le tricentenaire de la franc-maçonnerie car, toujours d’un point de vue historique, il était avéré qu’il y a environ 300 ans s’est créée pour la première fois en Angleterre une structure qui non seulement perdure de nos jours, la loge, mais a essaimé dans le monde entier. L’autre intervenant, Louis Trébuchet, a proposé force documents historiques dont des manuscrits mais aussi un recensement détaillé des premières loges anglaises/écossaises, soulignant notamment la mixité politique entre whigs et jacobins. Il a surtout proposé une explication de l’invention de 1717 comme étant une reprise en main politique, et que donc cette invention serait une construction a posteriori afin de légitimer le nouveau pouvoir en place.

« Eurêka ! Les femmes découvrent la franc-maçonnerie » : Marie-Françoise Blanchet de la GLFF a été surprise de ce titre, comme si les femmes découvraient la franc-maçonnerie ! Lors de sa présentation elle ne laissera plus aucun doute à l’assistance à savoir que les femmes ont toujours été présentes en maçonnerie, ont participé activement à des moments importants, et que pour faire avancer des idées fussent-elles féministes, les frères sont indispensables. Pierre Mollier apportera, grâce à sa culture encyclopédique, quelques anecdotes qui viendront étayer le discours de sa Sœur et confirmera que tout un pan de recherche historique concernant les femmes en franc-maçonnerie reste à explorer, en particulier l’épluchage des archives des loges d’adoptions mais pas que, des échanges épistolaires ou même des PV de loges masculines laissent entrevoir l’activité de ces franc-maçonnes. Une question de l’assistance a demandé où en était l’écriture inclusive et plus spécifiquement la féminisation des termes et fonctions pour les femmes. Marie-Françoise Blanchet a répondu en substance que cela relevait de chaque loge, libre de leur organisation.

« 2017 : L’initiation maçonnique pour quelles découvertes ? » Le mot initiation est ici interprété par Blandine Kriegel comme « initiare », qui commence, qui débute. Elle a mis en lumière en une demi-heure l’esprit du temps imprégné de la renaissance où la quasi totalité des esprits scientifiques de la Royal Society avaient connaissance de savoirs anciens ésotériques, et que la source de la franc-maçonnerie prend racine dans ce mélange à la fois d’une science à la pointe de la modernité mais aussi de ce savoir ancien. Car dès l’antiquité des idées comme l’héliocentrisme avaient été émises puis mise de côté.

Cet après-midi maçonnique s’est terminée par une allocution de Roger Dachez, président de l’Institut Maçonnique de France sous l’égide de qui la manifestation était organisée en partenariat avec l’association « Culture et Patrimoine Maçonnique en Région Centre », accompagné sur l’estrade par les représentants des obédiences présentes (voir photo ci-dessus). Les trois points les plus notables de son intervention ont été :
– de rendre ce rendez-vous à Blois durable,
– d’aborder lors de ces conférences la question concernant la difficulté en France de parler franc-maçonnerie alors que dans d’autres pays on va jusqu’à se revendiquer franc-maçon voire on appose un autocollant sur son véhicule,
– et de regretter la non reconnaissance par le milieu universitaire du phénomène historique de la franc-maçonnerie.

Des conférences passionnantes. A renouveler.

Roger Dachez, Gérard Souliez et Louis Trébuchet lors de la conférence sur 1717.

lundi 09 octobre 2017 1 commentaire
  • 1
    BESNARD N 11 octobre 2017 à 12:11 / Répondre

    Merci pour cet excellent retour et les photos.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
43d54720a1123314ed7622c094e9d39dwww