Quimper

Les Templiers arrivent au Musée de la franc-maçonnerie…

Par Pierre Mollier dans Contributions

Hier, mercredi 30 mars, est arrivé dans les réserves du musée de la franc-maçonnerie un document qui sera certainement une des pièces les plus remarquables et les plus admirées de l’exposition « Templiers et francs-maçons » (qui ouvre ses portes le 12 avril). Il s’agit du manuscrit qui contient le plus ancien témoignage sur l’existence d’un haut grade templier. Conservé aux Archives Départementales du Finistère – qui ont accepté de le prêter – ce cahier de 16 pages, daté de 1750, présente le rituel de l’« Ordre Sublime des Chevaliers Élus ».

L’enseignement symbolique du grade de Chevalier Élu comprend trois composantes. Premièrement, les Chevaliers Élus sont donc les descendants des Templiers qui ont survécu secrètement jusqu’au XVIIIe siècle. Deuxièmement, l’Ordre du Temple n’était lui-même que le prolongement d’une longue lignée d’initiés détenteurs de connaissances ésotériques. Enfin, troisième élément important, c’est par l’Écosse et autour du destin tragique de la Maison des Stuarts que passe la survivance de l’Ordre, celle-ci ayant accueilli et protégé les Templiers qui avaient fui la persécution. Ces trois thèmes seront développés et amplifiés par les hauts grades et les systèmes templiers qui se multiplient dans la franc-maçonnerie du XVIIIe siècle.

Le « manuscrit de Quimper » en présente les statuts, la liste des dignitaires et le rituel. Dans le corps du texte, on peut lire : « Plusieurs de ces Maîtres se separèrent et furent a juste titre appellés Kadhosch qui signifie Saint. Ils sont connus sous le nom d’Esséens … [puis ont] embrassé la religion chrétienne… [L’Ordre s’est ensuite] conservé chez quelques personnes pieuses… dont Hugues Paganis et Godefroi de Saint Amour… Au concile de Troyes ils reçurent l’habit blanc auquel Eugène joignit la croix Rouge… Ils possédaient des biens immenses… Ils s’unirent avec les chevaliers de St Jean de Jérusalem au temps des Croisades… Philippe le Bel fut l’auteur de leur ruine… Les frères qui ont conservé l’Ordre se cachèrent dans les montagnes d’Ecosse… ». Le manuscrit est daté de 1750 et c’est donc la plus ancienne attestation connue d’un grade maçonnique « templier », il s’agit d’une version archaïque du « Chevalier Kadosh ».

________________________________
Musée de la Franc-Maçonnerie 16 rue Cadet 75009 Paris.
Ouvert du mardi au vendredi : 10h00-12h30 / 14h00-18h00, samedi : 10h00-13h00 / 14h00-19h00,
dimanche : 10h00-12h30 / 14h00-18h00. Fermeture les lundis et jours fériés.

Le Musée de la franc-maçonnerie est partenaire de la grande exposition sur la franc-maçonnerie organisée par la Bibliothèque Nationale de France du 12 avril au 23 juillet 2016.

jeudi 31 mars 2016 17 commentaires
  • 17
    unesoeur 5 avril 2016 à 19:54 / Répondre

    Les esprits formés à la critique historique et textuelle ne peuvent que savoir intimement que, quelque soit le charme des fantasmes et leur côté éventuellement porteur, il faut savoir garder la tête froide. Les textes que nous avons, concernat les règles de vie édictées pour les commanderies, et ceux relatant les cérémonies d’investiture et les serments prêtés, font plutôt pense à l’ambiance des camps de GI plutôt qu’à celle de pieux refuges de la spiritualité. On croit entendre d’ici « Yes Sir », « no Sir » comme dans les pires séries USA. Même embrigadement féroce, même discipline aveugle. Contraintes en tous genre et obscurantisme absolu. Comme le dit un des correspondants il s’agissait de « golems » dressés pour garantir la route de l’Orient et, si possible, favoriser l’expansionnisme politico-religieux. Rien que de très humain. On ne voit pas ce qu’il y aurait à redire, on connaît.

  • 12
    Chicon 1 avril 2016 à 11:57 / Répondre

    Hrms – Et ils etaient pèdés comme on disait au XXeme siecle. Ils devaient fumer du hash et de la bonne en se tripotant et en violant les paysannes. Il piquaient le pognon des braves gens, coupaient les têtes en serie, coupaient les mains pour rire. Et ils habillaient les femmes de la tête aux pieds, nues sous la bure. Ils criaient « Jesus Akbar » a tout bout de champ. Quelle epoque, nous y voila revenus avec Daesh.

  • 10
    réboussié 1 avril 2016 à 10:17 / Répondre

    un peu comme vouloir pour un historien philosophe reconstituer dans trois cent ans ce qu’était le PS , la gauche , la laïcité en 2016 en France à partir d’un exemplaire de la loi El Khomeri …comme pour les dinosaures , avec un fragment d’os , le français moyen avec un reste de mâchoire (sans dent qui plus est ) , l’amiral Findusse ( disparu en mer d’Iroise en avril 1750 ) avec un bout d’arête

  • 7
    RENAULT Michel 31 mars 2016 à 19:43 / Répondre

    Templiers et francs-maçons : une rencontre importante.
    FRATERNITE
    Bon courage à tous
    Michel RENAULT

    • 8
      HRMS 1 avril 2016 à 09:31 / Répondre

      Plutôt, le bidouillage d’une pseudo mythologie… qui glorifie sous un folklore templariste parfois bien nauséabond, une période du moyen âge, férocement politique d’expansion de l’occident chrétien catholique, faite de sang et de meurtres, soutenant une idéologie proche de celle des serbes, remparts de la chrétienté lors de la dernière guerre de Bosnie.

  • 4
    HRMS 31 mars 2016 à 14:37 / Répondre

    Etes vous bien sur de connaitre historiquement l’idéal des chevaliers du temple ?
    Il n’est évidemment pas celui à notre sauce des mythologies idéologiques ramsyennes, leur idéal était plutôt à la gloire conquérante de l’occident chrétien catholique , porté par le glaive, aux frontières par des moines soldats, mercenaires de Rome ( confére le sac de constantinople, et la taille de royaume « privé » ) ; …. Tiens, ça me rappelle à la fois certaines ONG actuelles et enen miroir la Mythologie de l’islam politique de type daeschien en pleine réactivité aux frontières de ces tracés historiques, cad à l’occident.

    • 5
      yasfaloth 31 mars 2016 à 16:02 / Répondre

      Je sais que c’est très difficile à admettre pour un esprit cartésien mais l’idéal « historique » des chevaliers du temple je m’en moque complètement dans le cadre maçonnique.
      .
      Seule m’importe la légende « Ramseyenne » que véhicule mon rite…
      .
      Croyez vous que Salomon, idéal se sagesse en loge bleu ait été un saint ?

    • 6
      Chicon 31 mars 2016 à 17:18 / Répondre

      @hrms – si j’ai bien compris, pas sur, les Templiers se comportaient comme Daesh ?

      • 9
        HRMS 1 avril 2016 à 09:50 / Répondre

        Oui;
        Y compris, comme daesch, d’avoir mis en oeuvre le projet d’un état fédéral clérico théologique (idem califat), avec une économie financière parallèle et la mains mise sur les circuits commerciaux, ce qui leur a couté une défaite politique retentissante et la vie.
        Ils furent d’abord les instruments de l’expansion de l’occident chrétien, contre l’Islam lui aussi très politiquement expansioniste et accessoirement contre l’orthodoxie byzantine de l’empire d’Orient, pour des raisons commerciales; puis comme un Golem, ils ont manoeuvrer pour échapper à leurs Maîtres;
        C’était il y a longtemps, mais la leçon semble oublié, car les même mécanismes de force fonctionnent encore et toujours et ce d’autant plus que notre époque, serait marquée d’une grande dissolution centrifuge.

        • 11
          Blazing Star 1 avril 2016 à 11:20 / Répondre

          @hrms – les Templiers etaient d’horribles loulous qui violaient les passantes, decapitaient en série, battaient les rétifs, obligeaient les femmes a se couvrir totalement et piquaient les sous des gens. La franc-maconnerie templiere est donc la descendante de brigands qui plus est catholiques.

          • 13
            HRMS 1 avril 2016 à 12:23 / Répondre

            l’histoire de l’occulte montre que le templarisme, soi disante FM, est une usine à jobards et gogos qui a très bien marché au cours du XIX et au début du XX: usine a pognon pour les fondateurs malins, exploitation de la nostalgie roturière des bourgeois nouveaux riches affublés de leurs vanités de pouvoirs et de l’entre-soi sectaire, en mal d’affiliations aristocratiques chrétiennes mais anti papiste.
            L’un des derniers avatars, qui restent nimbé, de fumerolles occulto-ésotérico-politico-maffieux fut le drame de L’OTS…et il se dit que ce n’est pas fini!

            • 14
              yasfaloth 1 avril 2016 à 14:21 /

              On ne parle pas des arnaques des occultistes là, mais des mythes et légendes de l’occident chrétien et de la façon dont il est possible de les faire « fonctionner » dans le cadre d’une démarche personnelle à caractère Spiritualiste et Maçonnique…
              .
              Allez, encore un petit effort HRMS, et avoue nous que seule la Maçonnerie athée, matérialiste, sociale et politique est légitime ! 🙂

            • 15
              Blazing Star 1 avril 2016 à 14:37 /

              @hrms – tu viens de tirer a la kalachnikov dans les vitrines de la GLDF, GLNF, GLFF et DH qui pratiquent des rites dits templiers par vanité et nostalgie roturiere de l’epoque royale. Ils risquent de ne pas partager ton point de vue. Mais alors quel rite pratiquer compatible avec le dessein maconnique ?

            • 16
              HRMS 1 avril 2016 à 19:06 /

              La seule chose à dire au niveau d’une muséographie est, me semble-t-il, celui de la vérité dans son acceptation historique ; il est alors intellectuellement et éthiquement important de spécifier que la FM n’a rien à voire, même à minima, avec les Templiers de la milice des « Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon » établi le 23 janvier 1120 au Concile de Naplouse et fondé en Ordre du Temple 13 janvier 1129 au concile de Troyes, avec les règles rituelles et liturgiques des moines soldats, sous l’obédience cistercienne du monachisme bénédictin et de Bernard de Clairvaux, grand prêcheur de croisades;
              Les pseudo filiations templiéres folklorisant la FM entre 1736 et 1760,(études historiques défolklorisantes toujours à entreprendre) sont continentales, françaises et germaniques qui conduisent à certains systèmes de HG (SD) et de Rit avec la désapprobation des initiateurs de la FM andersonnienne, déistes, luthérienne et présbytériens …
              Actuellement, à coté ‘L’ordre du temple » de la bouffonerie palapratiste (marque privée, enregistré à l’INPI sous le N° 13/4053028);
              l’Opus Dei apparait comme le système dont l’organisation militante proactive et l’esprit religieux politique et sociale est le plus proche de ce que devaient être ceux de « l’Ordre du Temple historique ».
              Ainsi Il reste cependant très intéressant de s’interroger sur les raisons des fondations religieuses et politiques, au sein de l’Europe du XVIIIe d’un tel syncrétisme, dans un tel dévergondage historique continental…car on constate que le vernis spiritualisant montre quelques inconséquences en considération de la proximité andersonnien, par Désagulier avec la nature naturante et savante de la Royale Society.

  • 2
    HRMS 31 mars 2016 à 10:52 / Répondre

    Hormis que ce texte est en écho avec ceux de Ramsay , l’ancienneté de la légende n’en fait pas une vérité historique;
    Ce texte appartient à l’histoire des mythologies. et montre l’intensité de celles-ci en Bretagne bigouden pré-révolutionnaire.
    L’Histoire serait, entre autre, d’exposer la sociologie de l’urbanité de la vie maçonnique, dans les trois ordres,à Quimper et dans le Finistère au cours du XVIII

    • 3
      yasfaloth 31 mars 2016 à 13:31 / Répondre

      Autant, intellectuellement, la « vérité historique » peut éventuellement présenter un intérêt, autant dans le cadre initiatique d’un parcours maçonnique on/je m’en fiche totalement… elle peut même être parfois, et à la limite « polluante ».
      .
      La seule chose importante étant effectivement l’appropriation des mythes et des symboles. On ne peut plus tout à fait être le même quand on a été projeté dans une identification, même simplement « théâtrale » avec l’idéal des Chevaliers du Temple…

  • 1
    Conferencier MuseeFM 31 mars 2016 à 09:20 / Répondre

    Plus d’informations et de photos sur le groupe du Musée : https://www.facebook.com/groups/museefm/

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
dapibus id leo porta. sem, dolor. quis