Gestation pour autrui

La gestation pour autrui, parlons-en

Par Géplu dans Manifestations

Le samedi 3 février de 9h30 à 17h15, sous l’égide du Congrès des Loges de Paris III et de la Commission régionale de Santé Publique et Bioéthique aura lieu dans les locaux du Grand Orient de France rue Cadet à Paris une journée d’étude sur le thème de La Gestation pour autrui, parlons-en.

Le matin, de 9h30 à 12h30,
Ouverture : Frédéric NAUD, Président du Congrès Paris : III Des médecins, des familles et des acteurs.
– Pr. Petra DE SUTTER, Gynécologue, Directrice du Centre de Médecine Reproductive de l’Hôpital de Gand (Belgique), et Professeure à l’Université de Gand.
–  Dr. Alain AKNIN, Médecin Gynécologue-Obstétricien, Paris.
–  Nicolas GAVRILENKO, Union des Familles Laïques (UFAL).
–  Alexandre URWICZ, Président de l’Association des Familles Homoparentales.
Ces interventions seront entrecoupées de témoignages audio-visuels et conclues par une expérience vécue.

Après-midi : 14h – 17h15,
Table ronde : 14h – 16h : GPA et humanisme : un processus relationnel.
– Irène THERY, Sociologue, Directrice d’Etude à l’EHESS.
– Geneviève DELAISI de PARSEVAL, Psychanalyste & Psychologue – Caroline MECARY, Avocate, Barreau de Paris et de Québec.
– Delphine LANCE, Doctorante en Anthropologie à l’EHESS.
Conclusions : 16h15 à 17h15
– Irène THERY & Jean-Louis TOURAINE, Professeur de Médecine, Université de Lyon I, Député du Rhône.
– Conclusion générale par Loïc BERTRAND, Conseiller de l’Ordre, Grand Officier délégué en charge de la bioéthique, Grand Trésorier Adjoint du GODF.

La Gestation Pour Autrui, Parlons-en !
Enfant, parent, mère porteuse, donneur/se : leurs droits, leur place …

Parmi les différentes méthodes de procréation rendues possibles par les progrès de la médecine, depuis un bon demi-siècle, la plus controversée reste la « gestation pour autrui ».
Elle fait partie des techniques de procréation médicalement assistée (PMA), qui regroupe les fécondations in vitro, les inséminations et les dons de sperme, d’ovules ou d’embryons. Ces techniques ne sont autorisées en France que pour les couples hétérosexuels en âge de procréer, dont la stérilité d’un membre a été constatée. On franchit un pas avec la gestation pour autrui (GPA), où c’est la capacité de gestation d’une femme qui fait l’objet du don en faveur d’un couple infertile, biologiquement ou socialement. Il pourra s’agir, soit d’un couple hétérosexuel dont la femme ne peut porter d’enfant pour une raison médicale, soit d’un couple homosexuel masculin. La GPA est actuellement illégale en France, bien qu’autorisée et juridiquement encadrée dans de nombreux pays, comme le Royaume-Uni, certains États des États-Unis, le Canada, l’Inde, la Grèce ou des pays de l’Europe de l’Est.
Or, dans notre pays, ces pratiques, en dehors de condamnations morales mises en œuvre par la loi, n’ont jamais fait l’objet d’un véritable débat de fond. Pourtant, en dépit de l’interdiction légale, des enfants naissent par GPA, et des couples français, hétéro ou homosexuels, y ont recours, en France ou à l’étranger. Ce qui crée des imbroglios juridiques et sociaux problématiques. Dans cette interdiction totale, se soucie-t-on assez de la situation de l’enfant conçu dans des filiations non reconnues par la loi ? Que font les pouvoirs publics pour aider les parents des familles ainsi constituées ? Notre droit, national et international, se penche-t-il sur la situation des mères porteuses pour les protéger, à l’instar de la protection mise en place pour les différents acteurs de l’adoption, notamment par la Convention de La Haye ? Comme souvent en France, en matière bioéthique, nous sommes face à une situation de prohibition officielle qui conduit à une occultation des réalités humaines qui sont pourtant bien vécues.
Le but de la Franc-maçonnerie est de bâtir, sans a priori dogmatique, une humanité meilleure et plus éclairée. Ainsi, devant l’existence d’une GPA de fait, il paraît nécessaire de regarder la réalité en face et d’avoir une réflexion sur la place des différents acteurs, en passant outre les condamnations morales pour une approche sociétale et humaniste.

Inscription obligatoire sur : conferencegpaparis3@gmail.com

dimanche 28 janvier 2018 10 commentaires
  • 8
    Fred 4 février 2018 à 09:05 / Répondre

    Ce n’est pas un débat autour de la GPA : la plus part des intervenants sont des militants pro GPA.
    Cela s’appelle du lobbying.
    j’espère qu’ensuite ils ne publieront pas les conclusions en les donnant pour l »opinion du GODF

    • 10
      Duplay 4 février 2018 à 12:28 / Répondre

      C’est évidemment une opération d’instrumentalisation du GODF. Cette manifestions ne réunit que les partisans de la GPA qui ont préalablement fait paraitre une pétition en faveur de cette pratique controversée. Au-delà du débat, il est évident que le choix du lieu servira aux organisateurs de tenter de faire croire que le Grand Orient a pris position en faveur de cette pratique. C’est une manoeuvre qui ne grandit pas ceux qui l’utilisent et qui est totalement contre-productive. Les avis dans les loges qui se sont saisi du problème montre que le débat est loin d’être tranché. Le GODF ne devrait pas servir de caisse de résonance à des lobbies mais tenter plutôt de réfléchir dans la sérénité. C’est sans doute trop demander.

  • 7
    Nemeor 4 février 2018 à 08:30 / Répondre

    Le désir d’enfant est légitime et salvateur pour notre humanité
    Le moyen le plus simple, beau et agréable est de faire l’amour avec sa compagne ou compagnon, bien que certains hommes après 40 ans présentent les symptômes permanents d’une grossesse, jusqu’à présent mettre au monde et « donner » la vie reste à prérogative des femmes.
    L’adoptIon fait peu débat Gpa, PMA, adoption… les questions de ces enfants sur leurs origines seront toujours la. Pour moi la question n’est pas de savoir qui ni comment ils ont été fait mais comment et dans quelles conditions ils vont vivre et ce que nous allons faire pour eux tous quelques soient leurs origines et destin

    • 9
      Fred 4 février 2018 à 11:09 / Répondre

      n’importe quel désir ne peut pas être satisfait par n’importe quel moyen ! et ce n’est pas parce que les évolutions de la science permettent telle ou telle manipulation qu’ l’on doive applaudir et dire oui.
      d’une part c’est la porte à l’eugénisme et d’autre part on banalise la marchandisation des corps et on présente comme naturelle la reproduction humaine en dehors de toute réalité biologique.
      autre point à méditer : le rôle de la sécurité sociale est de rembourser des soins. On veut maintenant lui demander de débourser des sommes colossales pour ce qui n’apparaît pas comme une maladie

  • 4
    Chicon 30 janvier 2018 à 16:05 / Répondre

    « Le but de la franc-maçonnerie est de bâtir sans a priori dogmatique une humanité meilleure et plus éclairée ».
    Ici il y a un a priori dogmatique : la famille avec ses géniteurs naturels n’est ni la meilleure ni la plus éclairée pour élever les enfants.
    La recherche d’un enfant à tout prix, par tout moyen, ne peut s’envisager que dans des cas médicaux graves et a condition de l’accueillir auprès d’un couple heterosexuel, sinon on en fait un jouet pour gay-pride.

  • 3
    Hep 29 janvier 2018 à 23:33 / Répondre

    La PMA de fait, la GPA de fait …. En Chine il y a la peine de mort de fait aussi. On devraient en parler sans a priori dogmatique et s’aligner sur les chinois … Tous ces gens qui vont exprès en Chine se faire exécuter, il serait plus égalitaire de leur accorder le droit d’être exécutés en France, chez soi, avec une belle guillotine made in France plutôt que des balles made in China. Parlons en à l’ombre des Lumières et arrêtons cette prohibition officielle 🙂
    Bon, à part ça, à force d’aller aussi vite, quand Ludivine dira que la PMA est le premier pas vers la GPA … bah elle aura raison.

  • 2
    HYPOCRAS 29 janvier 2018 à 22:37 / Répondre

    @ CHICON : N’ayez crainte. Les combats contre ou pour la PMA, la GPA, l’homoparentalité et même le clonage humain sont virtuellement déjà d’arrière-garde. Parce que, techniquement, il devient possible d’immatriculer tous les individus de cette planète par leur ADN. Et puisque c’est faisable, cela deviendra tôt ou tard réalité. Il n’y aura plus d’accouchements sous X possibles. Chaque individu pourra retrouver et identifier son lignage biologique. Déjà, des enfants issus d’inséminations artificielles du même donneur parviennent à identifier leur père ! Les enfants adoptés par des couples homosexuels (qui nous annoncent des cas de révoltes adolescentes sans précédents) sauront trouver d’où ils viennent. C’est le sens de l’histoire et de la technique. Nous vivons simplement une phase transitoire, un passage entre les traditions lignagières du proche passé et l’inévitable réalisme biologique du proche futur. Qu’on me dise le contraire !

    • 5
      Chicon 31 janvier 2018 à 10:13 / Répondre

      (2) avec le progrès génétique que tu évoques on pourra retrouver ses géniteurs et cela promet des sueurs froides aux adeptes de la GPA .Ce seront les enfants nés de cette façon qui se poseront d’angoissantes questions : qui est mon père. C’est un réel progrès à reculons sauf cas médical sérieux , ce qui exclut les joyeux touristes de la gay-pride

      • 6
        Hep 31 janvier 2018 à 23:52 / Répondre

        @CHICON
        C’est une société qui cherche à avoir tout et tout de suite. Les gens n’ont pas d’inhibition, donc si c’est possible d’avoir un enfant porté par la voisine, hop on saute sur l’occasion sans se demander quelles seront les conséquences pour cet enfant. Dommage car certes cela ne mènera pas à la fin du monde, mais juste à des générations d’enfants à problèmes psychologiques parce que leurs parents voulaient que leurs désirs immédiats deviennent réalité. Parfois je me dis que la carême avait du bon et ça permettait aux gens de se prouver qu’ils peuvent se maitriser sans céder aux désirs immédiats 🙂
        Mais certains vont dire que c’est un discours dogmatique et que puisque c’est possible, faisons le !

  • 1
    Chicon 29 janvier 2018 à 19:13 / Répondre

    A voir les titres des intervenants, on se rend compte qu’on va créer une bombe a retardement contre la famille. Un cadeau en or à Ludivine de la Rochère et aux tenants de la famille.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
0b9d35dd7863f8fa08c54fb614815a89BBBBB