Laïcité et spiritualité au sein du GODF

Par Jiri Pragman dans Manifestations

A travers un colloque, le Grand Orient de France s’interrogera sur la laïcité et la spiritualité au sein de l’Obédience. Ce colloque qui dispose de son propre site web (www.troispoints.org se tiendra à Lille le 18 novembre 2006.

Selon les organisateurs, « depuis son origine, le G.O.D.F. a toujours lutté contre tous les dogmatismes et l’asservissement de l’homme par toute forme de pouvoir le considérant comme objet. Sa visée essentielle est de favoriser, chez ses membres, la prise de conscience des déterminismes, quels qu’ils soient, qui entravent son libre arbitre. Le combat pour la laïcité est le cœur même de cette visée. Cette libération, cette réalisation qui se construit dans la tolérance des différences et la pleine reconnaissance de la singularité de l’autre, autorise la rentrée de plain pied dans la spiritualité universelle. Celle qui se fonde sur nos doutes, nos interrogations, nos peurs à propos de l’origine et le sens de la vie. Elle se situe à distance de toute vérité imposée, de tout sectarisme. Notre obédience, résolument en prise avec les vrais besoins de l’homme du XXI ème siècle, offre ainsi la possibilité de côtoiement des deux aspirations. Au cours de ce colloque, toute personne intéressée par la spécificité enrichissante du GODF, par les différentes voies initiatiques qu’il offre, pourra s’instruire utilement et éventuellement nous rejoindre. Ceux qui sont déjà Francs Maçons, pourront, comme ils en ont l’habitude, poursuivre leur quête ».

Le site web du colloque propose aussi des informations sur le Régime Ecossais Rectifié, son esprit et le « chemin maçonnique » proposé par le Grand Prieuré Indépendant de France du Grand Orient De France

  • Accueil des participants à 9 heures
  • Présentation des Travaux par Alain Sberro
  • Aperçu des différentes voies initiatiques au sein du Grand Orient de France
    Des parcours divers au service d’un même idéal par Daniel Morfouace
    Le Grand Orient de France et le Régime Ecossais Rectifié, 230 ans d’histoire par Pierre Mollier
    – Débat avec la salle
  • Repas (réservation obligatoire pour déjeuner sur place)
  • Suite des exposés
    Les traces de la quête spirituelle de l’homme par Jean-Michel Ballester et Georges Combes
    Vers une spiritualité vivante par Edgard Abela
    Spiritualité et réalité par Alain Charvet
    – Débat avec la salle
lundi 06 novembre 2006 15 commentaires

Étiquettes : , ,

  • 15
    Lurker 30 mai 2008 à 15:58 / Répondre

    J’adore le post de fred29 du 9-11-2006, et, en bon Lurker, à force de rôder, je fini par me demander si je ne dois pas, parfois, me mêler de la conversation… Que dit-il ce cher fred29 entre deux contre-sens historique sur 1877 ? Et bien tout simplement : « La FM du GO, dans son esprit de tolérance et de respect des diverses voix initiatiques, serait diminuée si une voie unique voulait s’imposer à toutes les autres. » Cela veut-il dire que le refus d’initier des femmes est une voie unique et, par conséquent un cul de sac ? J’ai bien peur que oui… Alors, mes bien chères sœurs, une fois n’est pas coutume…voici un avis de rôdeur :

    « Epître à mes très chères Sœurs,

    Mes très chères Sœurs, permettez, Mesdames, initiées ou non, que je vous appelle Sœurs puisqu’en tout état de cause je vais parler de vous, je vais parler pour vous. Il se passe des choses dans le monde de la franc-maçonnerie sur lesquelles je me sens un peu conduit à réagir. Je vais commencer par parler de moi, nous seront débarrassés. J’ai reçu, comme l’on dit, la Lumière voici près de trente ans au 16, rue Cadet, à paris, dans le 9ème arrondissement, dans le Temple numéro 15 que l’on nomme « La Fayette ». C’est celui dans lequel les tables des droits de l’Homme et du citoyen siègent à l’Orient, derrière le plateau du Vénérable. C’est aussi celui où sont rangés les drapeaux du Frère La Fayette, qui quitta un jour la France avec l’armée du Roi à ses trousses pour aller prêter main forte aux insurgés des colonies anglaises d’Amériques… ces mêmes insurgés, presque tous francs-maçons qui prétendaient dans le préambule de leur déclaration d’Indépendance que : « Lorsque dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l’ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l’opinion de l’humanité oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation. »… je vous admire, mes très chères sœurs de ne pas vous révoltez plus que vous ne le faites car, en tout état de cause, le respect qui vous est dû est largement bafoué.

    Je suis franc-maçon du Grand Orient de France et n’ai pas désir de le quitter mais « qui bene amat bene castigat » et j’ai bien peur, mes très chères Sœurs que mes Frères n’aient oublié le juste droit de la révolte et la défense de la justice la plus élémentaire au bénéfice du souci de savoir « qui va garder les gosses ? ».

    J’espère ne pas encore être ce que l’on appelle péjorativement un « vieux maçon », je ne suis pas non plus trop atteint par le syndrome de Peter Pan ( mais, que serait-il sans Wendy ? ) mais toute l’agitation du moment sur l’ouverture du Grand Orient aux Femmes me pose question… Tout d’abord, et c’est le citoyen qui parle, comment peut-on mettre au vote l’acceptation ou non d’une disposition que le règlement ne prévoit pas ? Je m’explique : les règlements généraux et Constitutions du GODF ne disent jamais que l’Ordre est interdit aux femmes… c’est illégal… et donc, il s’agit ici de débattre non plus sur le respect interne de la légalité et du droit mais sur la volonté ou non d’être hors la loi. La question qui agite le Grand Orient n’a aucune raison d’être… les femmes devraient être présentes depuis fort longtemps… il suffit de respecter la Constitution de la maçonnerie… tout aussi bien, de se dire que si le Général De Gaulle, Souverain défenseur de l’ordre républicain d’après guerre, avait accordé le droit de vote aux femmes, il n’y avait qu’à suivre ou se demander dans quelle type démocratie on passe au vote pour re-voter ce qui existe déjà. Tout cela n’a pas lieu d’être ou est contraire au droit. Une loi, du moins dans le droit Français largement influencé par ce que furent ces mêmes francs-maçons du GODF ( on nous le reproche assez ) ne peut pas venir en contradiction avec la Constitution. Celle de la France prévoit la parité… qui sommes nous pour revenir sur ce sujet que nous avons porté et qui ne relève pas de l’atteinte fondamentale aux Droit de l’Homme… qui sommes nous pour même nous demander si ces Droits de l’Homme doivent être remis en cause ?

    Devons nous revenir à une république censitaire dans laquelle certains citoyens sont plus égaux que d’autres ? Nous ne voulons pas retourner au moyen âge… nous revendiquons haut et fort l’implication de ce que l’on nomme à juste raison et pour le bien de tous la franc-maçonnerie adogmatique. Nous sommes fier de nos implications dans un certain nombres d’événements qui ont favorisé les progrès éthiques de notre société, alors je ne comprends pas ce débat.

    Pour être encore plus clair, les francs-maçons du Grand Orient de France qui se vantent d’être des acteurs sociaux des plus important vont voter une motion totalement illégale au regard de l’ensemble du droit positif du pays… et je ne parle pas de la Cour Européenne des Droits de l’Homme….

    Je vous en supplie ne me faites pas le coup de la franc-maçonnerie, ordre initiatique au dessus de tout cela… cela me rappellerait les arguments de l’Eglise de scientologie… Un peu de décence.

    Car, en fait, sauf à être hors la Loi ou très schyzophrène, mes Très chères Sœurs vous devriez être présentes parmi nous depuis fort longtemps. Il est même incompréhensible que l’on soit encore sur ce sujet alors que celui du GADLU est réglé depuis plus d’un siècle… Seriez vous plus fortes que Dieu, inspireriez vous plus de crainte ? Ce n’est pas possible car cela nous entraînerait sur le terrain religieux… comment ? Oui, bien entendu nous sommes différents des catholiques, les rabbins, les imams, mais en ce qui vous concerne nous avons le même point de vue. Mon Dieu, quelle horreur, voilà que je dis « nous ».

    Je vais être plus clair. Depuis trente ans le Grand Secrétariat ne refuse pas l’entrée des femmes qui frappent à la porte du Temple, il perd tout simplement les dossiers ou n’y donne pas suite… le mutisme est un outil maçonnique important… mais je ne m’appesantirais pas sur ces hautes valeurs morales et surtout sur le courage qui en découle.

    On se croirait dans l’une de ces administrations tant critiquées par certains de nos Frères.

    Les arguments ? J’en ai vu certains qui ne manquent pas de piquant. Celui du GADLU et de son invocation par exemple. Pour les croyants qui sont de plus en plus nombreux au GO, mes croyances ou ma religion m’amènent à exiger et te rappeler les règles de la Tolérance : « Je veux croire en Dieu et le fait que tu n’y crois pas me heurte ! Donc, prie avec moi par respect pour moi !»… changeons les mots « Je suis misogyne et le fait que tu ne le sois pas me heurte ! Donc refuse la présence de la Femme par respect pour moi ! ». Lorsqu’on me parle de Tolérance c’est toujours pour me prôner les vertus de l’intolérance… même les laïcs vont m’expliquer qu’il est bon de porter le voile à l’école. J’ai souvent envie de rappeler ce qu’en disait Clemenceau… mais, c’est vrai, il n’était pas franc-maçon et c’est à eux qu’il s’adressait.

    En fait de tolérance, que ceux qui le souhaitent le fassent et que ceux qui ne le souhaitent pas ne le fasse pas, telle est la définition depuis le moyen age, depuis l’abbaye de Thélème pour être précis… Le respect des autres et de soi-même n’inclus pas le rejet de ses idées au profit de celles d’autrui mais la possibilité pour chacun de s’exprimer. Si deux portes donnent accès à une pièce, le fait d’en condamner une revient à empêcher de découvrir vers quoi elle mène. La mixité, sur ce point est symptomatique. Si l’on condamne les femmes parce qu’elles sont dangereuses, nous entrons sur le terrain religieux qui les condamne par avance, nous ne sommes plus laïques et nous nous servons d’elles comme exutoire pour les accuser de tous les malheurs du monde… Qui sommes nous pour croire que l’Homme est parfait ? Il est perfectible ? Si j’en juge les arguments de ceux qui vous excluent mes très chères sœurs, j’en doute… Tous ces arguments datent de l’âge des cavernes… et encore, à cette époque on adorait la Déesse Mère. Peut-être n’est il pas besoin d’aller si loin. Dans cette période d’avant 1968 que semblent regretter certains d’entre nous… vous n’aviez pas, mes chères sœurs, le droit d’avoir un compte en banque sans l’accord de vos maris, pas plus que le droit de travailler sans son autorisation… et beaucoup d’autres interdits… ah, nostalgie…

    On sait qu’il suffit de donner un nom pour changer la nature du problème et puis, aujourd’hui, parler de la mixité, parler de ce qui devrait être depuis longtemps et en faire une affaire d’Etat digne de la sauvegarde forcenée d’une arrière garde néandertalienne cela permet de faire oublier que nous avons très largement baissé les bras sur les terrains de l’éthique et de l’humanisme au profit de la pensée unique. J’en ai même entendu qui mettaient en cause les questions sociales sur l’argument des vieilles constitutions : ni religion, ni politique en Loge… les vieux devoirs disent aussi que les francs-maçons sont égaux, ce qui n’empêche pas les mêmes rigoristes de se saluer par leurs rangs et grades… belle égalité en vérité.

    Nous sommes des êtres humains. Dès lors nous sommes égaux en droit. Si nous ne le sommes pas c’est qu’une autre conception de l’humanité vient en substitution. Utiliser le mot mixité c’est déjà, étymologiquement parlant, introduire une notion de métissage dans cette conception de l’égalité ; c’est admettre que des être dissemblables puissent cohabiter… c’est la base de la structure communautariste. On tolère l’autre à condition qu’il ne soit pas trop différent et on lui attribue des droits qui lui sont spécifiques. En fait, le refus du Grand Orient de France à initier des femmes est une façon comme une autre de revendiquer une société communautarisée. Les femmes ? Elles peuvent être initiées où elles veulent mais pas ici… à ce compte, les noirs ont Prince Hall, etc… Seul petit accroc… les sociétés communautaires ne sont pas égalitaires… mais la franc-maçonnerie se distingue d’abord et avant tout par ses hauts grades où l’on est censé devenir plus clairvoyants, plus proches de la Vérité, atteindre la sérénité… J’aurais, là dessus, la pudeur de jeter un voile tout aussi pudique que la discrétion qui devrait animer ceux qui en sont membres… O combien de Maîtres, combien même de Vénérables se sont vus rembarrés par les Loges dites de perfection au motif de leurs penchants coupables sur la mixité… et oui, mes très chères Sœurs, vous avez été responsables de la rupture brutale de l’illumination d’un certain nombre d’entre nous !

    J’attire votre attention sur ce point mes très chères sœurs, être initiée au Grand Orient ne signifie pas que vous puissiez accéder à tous les grades et j’ai bien peur que votre situation à l’intérieur de l’obédience ne devienne très vite pire que celle que vous connaissiez à l’extérieur… beaucoup de francs maçons chef d’entreprise opinent du chef lors de débats sur le principe du « à travail égal salaire égal », cela ne les empêche pas de ne pas l’appliquer une fois rentrés dans leurs usines… celles qui me lisent et qui sont déjà franc-maçonnes voient très bien de quoi je veux parler et celles qui ne le sont pas le voient très bien aussi… Cette parenthèse fermée, je reviens sur la mixité. Utilisez, mes très chers frères vos arguments contre les femmes et remplacez le mot femme par « juif », « noir », « arabe », « handicapés » et vous aurez le juste exposé des procès en discrimination qui vont vous tomber sur dos y compris de l’intérieur !

    Bien entendu mes frères, je vous entends d’ici : ce n’est pas la même chose me direz vous… en êtes vous bien certains ? L’étranger est toujours l’étranger et pour les plus anciens je vous rappellerais une vieille chanson de John Lennon : « Women are the niger of the world » ( « Les femmes sont les nègres du monde » ). Je ne dis pas que vous êtes handicapées, mes très chères sœurs, je dis simplement que sur l’échelle de l’exclusion, on admet et justifie tout sauf vous, cela tendrait à faire constater que vous êtes vraiment tout à fait au bas de l’échelle.

    Les femmes ne seraient elles pas la soupape de sécurité qui permet de parler d’autre chose que de nos défections ?

    Ceci étant dit, si notre obédience était à ce point un symbole de liberté et d’émancipation, il y a longtemps, mes très chères sœurs que l’on vous aurait vu dans l’étroite rue Cadet jeter des pierres sur la devanture et hurler au mépris de la femme. Seriez vous devenue moins revendicatrices ou tout aussi feutrées que là où vous souhaitez entrer ? Ne nous inquiétons pas outre mesure, nos frères « souhaitent un lieu retiré des turbulences »… Dans quelques années on va même installer des panneaux « silence » dans les couloirs. Pourvu que les ronflements ne réveillent pas les frères des loges voisines !

    Toute blague mise à part, j’ai bien peur que ce qui effraie les frères dans l’entrée des femmes ne soit rien d’autre qu’une grosse vague de perturbation dans le processus de momification ambiant. « Un lieu retiré des turbulences » ? Je n’ai plus qu’à jeter mon dictionnaire Ligou aux orties, ceux qui y sont cités doivent finir de se retourner !

    Aujourd’hui le ministère de l’Education Nationale propose de revenir aux écoles de garçons et aux écoles de filles… vous devriez être fiers mes Très chers Frères et mes Très Chères Sœurs, je suis même certain que quelques francs-maçons ont un flot d’arguments sur le sujet, on va pouvoir proposer de séparer les places assises dans les autobus cela permettra à nos futurs jeunes frères de s’habituer. Les Femmes à gauche et les Hommes à droite ! Ce serait normal me diront les tenants de l’argument de séduction et j’entends d’ici les bravos de ceux de la religion, cela va reposer la libido et permettra de sauvegarder les hautes valeurs morales ! La laïcité battue en brèche dès l’école maternelle par une mesure toute simple qui a l’avantage d’être admise par tous… il fallait sortir du petit séminaire pour en avoir idée, la franc-maçonnerie adogmatique va très certainement l’approuver.

    Rendez vous compte mes Très Chères Sœurs, il y en a, parmi nous, qui ne veulent pas de vous pour ne pas être soumis à votre séduction ! Bien entendu, ils ne sortent jamais de chez eux, ils n’ont jamais pris le métro, ne sont jamais allés dans les magasins, dans la rue, à leur bureau, bref, sur la planète… tous ces lieux où vous n’avez toutes qu’une seule idée : nous séduire… Bienvenue dans le monde merveilleux de Sigmund !

    Et puis il y a l’excellent : « que vont dire nos femmes ? ». En fait, mes très chères sœurs, je vous rassure, en trente ans de GO, j’ai pu constater que tous ceux qui excluaient leurs épouses en ne leur disant pas où ils étaient, en ne les informant pas du fait qu’ils demandaient à devenir maçon… tous, il n’y a pas d’exception, ont quitté l’ordre assez rapidement. J’ai souvenir d’un frère qui se demandait comment respecter son serment de secret et sa vie conjugale… demandes-toi simplement comment dire a celle que tu aimes et qui partage ta vie qu’elle n’est pas ta moitié, qu’elle n’est pas ton amour… demandes toi si tu ne peux pas partager tout simplement avec quelqu’un qui n’est pas plus stupide que toi… demandes toi si tu ne perds pas plus à exclure qu’à partager ?

    Nos amis anglais disent volontiers pour qualifier la franc-maçonnerie : « take good men and make them better ». Mais, bien entendu, les anglais n’ont jamais eu de franc-maçonnerie « sociale » ou « adogmatique ».

    Bien entendu, il est toujours possible de se revendiquer de la misogynie primaire héritée, en maçonnerie, des clubs de nos amis britanniques. Rappelons nous seulement que ce ne sont pas eux qui ont inventé la loi « Salique ». De plus, regardons nous en face, avons nous vraiment besoin des anglais pour nous influencer sur le sujet ?

    Mais, je m’éloigne, je m’éloigne. Pour revenir à mon questionnement sur votre demande plus que légitime à participer aux travaux de la franc-maçonnerie adogmatique du Grand Orient de France et le refus surréaliste et persistant de l’Obédience à vous accueillir ma question est la suivante : de toutes les Obédiences masculines qui pullulent sur la place, pourquoi celle-ci en particulier ?

    J’ai tourné et retourné le sujet plusieurs fois. Il m’est venu à l’esprit le juste retour des choses. En fait, vous ne pensez pas que la franc-maçonnerie puisse être représentée par ceux dont l’histoire nous a séparé, tous ces légitimistes, ultramontains parfois, souvent rétifs à l’idée de la République, tous ces frères rigoristes partis pour fonder ailleurs d’autres francs maçonneries, plus régulières, plus croyantes, plus dévotes, plus vraies, plus initiatiques, plus proche de la Vérité première… plus libres, dans les loges plus Libres et encore plus libres… des Grande Loges, des Grands Orients, des Ordres… des Chevaliers, des Grands Prêtres Cohanim ou Coëns, bref, tant de multiplicité et pourtant vous vous adressez à nous, comme si le Grand Orient était la maçonnerie. Pire, comme si les autres francs-maçons n’avaient rien à voir dans le cours de l’Histoire !

    J’ai tourné encore et encore la question dans ma tête et beaucoup de choses m’effraient mes Très Chères Sœurs… et l’une d’elles est ce que je perçois comme une certaine forme de déliquescence de l’Obédience dans laquelle j’ai passé tant de temps… Tout franc-maçon du Grand Orient de France doit avoir présent à l’esprit… les principes capitaux de notre ordre. La franc-maçonnerie a été fondée pour sauvegarder les hautes valeurs morales qui sans elle auraient continué de s’ignorer et pour être le centre de l’Union… le Grand Orient de France, n’admet aucune entrave à l’accomplissement de sa mission. Il a pour principe la tolérance mutuelle ( qui n’est pas, contrairement à ce que viendront me dire les antis, de privilégier l’un par rapport à l’autre, mais de permettre à tous de faire ce qu’ils désirent. Une Loge est libre de son règlement intérieur ), la liberté absolue de conscience, le respect des autres et de soi-même, il proclame le principe de laïcité comme étant, pour chacun, le droit de croire ou de ne pas croire en une vérité révélée de son choix…il a pour devise Liberté Egalité, Fraternité … Notre position vis à vis des femmes, pour une obédience adogmatique et orientée sur les question sociale est tout simplement aberrante.

    Cherchez bien mes très chères sœurs où le bas ( si j’ose dire ) blesse. Certains, parmi nous voient l’initiation des femmes comme la fin d’autres obédiences, comme un raz-de-marée sur la franc-maçonnerie. Pour ma part je ne le pense pas. Bien entendu, les obédiences déjà mixtes vont perdre quelques membres, peut être quelques Loges, les cartes peuvent éventuellement se redistribuées et même au GO nous risquons de perdre des membres. Je ne pense pas non plus qu’on les regrette longtemps et c’est peut être ceux qui les accueilleront qui le regretteront le plus. Je pense très sérieusement qu’une ou deux nouvelles obédiences vont voir le jour… il ne faut pas négliger l’appel du Canari… l’occasion d’être Grand Maître pour un ténor offusqué qu’on puisse porter une jupe sur le trône de Salomon ! On verra refleurir le bon vieux temps des Templiers, du Da Vinci Code et des Supérieurs Inconnus… et alors… ? Non, les obédiences historiques, le Droit Humain, la Grande Loge Féminine de France, la Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm et les autres survivront, il n’y aura pas de raz de marée… sauf rue Cadet, sauf dans les Loges du GO où nos sœurs nous demanderont très certainement d’arrêter de dormir parce que leurs maris ronflent déjà assez… depuis les années 90 la franc-maçonnerie ne se développe que pour elle-même, elle s’invente des histoires et valorise ses légendes. Plus personne n’a besoin de la franc-maçonnerie depuis qu’elle ne sert plus à rien d’autre que d’accueillir les âmes solitaires qui cherchent de la compagnie en prétextant l’initiatique.

    Le dernier grand dessein du GO a été, somme toute, de savoir si le restaurant du septième étage était aux normes européennes.

    Tout ceci étant dit, mes très chères sœurs, vous avez bien compris que je souhaite la survie du GO et que je ne pense pas qu’elle puisse être hors de votre présence. Néanmoins, pour mes Frères du GO, je tiens à leur livrer une mauvaise nouvelle : nous n’avons plus besoin de l’anti-maçonnisme, nous sommes assez grands pour faire cela tout seuls. Je sui allé sur le site de notre Obédience. Je vous passe sur le Temple « Louise Michel » et je comprends que pour cette période de la Commune il valait mieux donner le nom d’une communarde que celui du frère Thiers qui les bombardât même si c’est aujourd’hui les idées de ce dernier qui prennent le dessus. Il est aussi, dans les foires aux Question du site, un rappel du fait que les rituels invitent à l’émotion et à la sensibilité et il est précisé que « certains de nos membres refusent que cet aspect de leur personnalité soit révélé en présence de femmes ». Là je vais être très méchant parce que c’est quand même un argumentaire d’arrière salle de bar-tabac… la grande fraternité virile… la troisième mi-temps… les douches… les banderoles des supporters et leur grande ouverture d’esprit qui cache un cœur sensible et une âme en feutre mou…. J’ai regardé hier soir le DVD « Beowulf » et il est vrai que les grands guerriers ne doivent pas montrer leurs qualités humaines… ceux qui ont vu le film me comprendront… Mes biens chers frères, il y a longtemps que nous ne sommes plus de grands guerriers et nos femmes le savent mieux que tout autres.

    Il n’y a que deux endroits au monde où l’on peut se cacher d’avoir de la compassion, ce sont les toilettes et le cercueil, et encore, pour les premières, je ne suis pas sûr. Par contre, je n’ai jamais vu de Frères anti-mixitaires qui développent de la sensibilité au point de s’en cacher pour ne pas perdre de leur autorité ( parce que c’est de cela que l’on parle ) … parce qu’en tout état de cause quand on manque d’ambition, on a de l’autorité et cela, il ne faudrait pas que vous le découvriez mes très chères sœurs.

  • 14
    crl - pca 29 mai 2008 à 17:39 / Répondre

    bonjour,

    je suis une soeur membre du DH, ancienne de la GLMF, en PACA

    petit commentaire sur la mixite : une obédience peut être mixte sans que toutes les loges le soient obligatoirement . Exemple : la GLMF qui compte des loges mixtes (majoritaires) et quelques loges féminines et pour les masculines , je ne sais pas.

    en ce qui concerne le DH, je ne suis pas sûr que le changement soit si important que cela : frères et soeurs qui y travaillent y resteront . la spécificité culturelle existe et y est très forte. la spécificié du GO tient au rite français, à la possibilité de travailler pleinement sans gadlu et au lien avec les institutions républicaines (encore que, aujourd’hui ?). Une obédience comme le DH pourrait être beaucoup plus porté sur la réflexion interne de fond et pourrait accentuer ce point.

    les spécificités existent , même si ceux qui ne vivent que dans une seule obédience ne s’en apercoivent pas toujours.

    par contre effectivement; en, ce qui me concerne je considère effectivement qu’aucune justification valable (non machiste ou cohérente avec l’humanisme républicain) n’existe à la non mixité et ce n’est pas la manière dont elle est présentée sur le site du GO qui m’ammène à penser autrement. Je tiens aussi à souligner que depuis quelques mois avec le débat sur la mixité au GO, je vois remonter des loges des arguments présentés comme les « vrais raisons » de la non mixité: machistes primaires, refusant l’égalité aux femmes et voire machistes bestiales parfois….

    Avec une question : comment prétendre défendre la laicité et s’opposer au communautarisme quand les raisons (demandes et argumentaires avancés) de la non mixité en loge sont les mêmes que celles avancées par les rabins, prêtres et imams pour demander la fin de la mixité dans les écoles, les hôpitaux…. il me semble qu’une motion de soutien à ces prétentions seraient plus cohérentes avec la non mixité en loge.

    Et je précise que je peux être aussi dure pour la non mixité strictement féminine qui n’est pour moi qu’une réponse en miroir .

  • 13
    Fred29 13 novembre 2006 à 17:20 / Répondre

    A Metro Philo Dodo

    Peut-être, mais a-t-on le droit de nier les choses telles quelles sont pour autant?

    Pour ma part, je suis dans une loge masculine et m’y sens bien, même si je voyage dans des loges mixtes ou féminines.

    Il y a différentes voies, qui correspondent à des recherches différentes et personnelles dont nul n’a à juger.

    Je respecte la mixité, comme je respecte ceux et celles qui ont fait le choix d’entrer dans une loge masculine ou féminine. A ce que je sache, chacun a fait son choix, et est libre d’en changer si cela lui chante. Personne n’a jamais obligé tel ou telle à agir contre son gré.

    Je crois comprendre que cela ne vous plaît pas, mais si nous étions tous du même avis, la vie serait bien ennuyeuse.

  • 12
    metro philo dodo 13 novembre 2006 à 11:26 / Répondre

    A Fred29

    Merci
    Mais votre réponse, à mes yeux, ne signifie qu’une chose, à savoir qu’une fois de plus, l’idéal d’égalité est assombri par des considérations purement pragmatiques…

  • 11
    Jacques Cécius 11 novembre 2006 à 10:19 / Répondre

    Bravo, cher Philippe. Rions de nous-mêmes lorsque nous rêvons de jouer au curé. Rions de nous – mêmes cela est sain. Il m’est arrivé de me croire à la grand messe d’onze heures dans certaines (rares) loges. Mais c’est encore le droit des FF.°. de celles-ci d’aimer la chose.
    Anecdote : un jour un F.°. Vén. M. (Rite Français) m’a déclaré sans rire « lorsque je suis à ma stalle, je deviens un liturge »! Par contre, je connais des FF.°. du RER qui ne se revêtent pas d’un cape et ne se coiffe pas d’un tricorne. Quoi qu’il en soit nous sommes tous maçons.

  • 10
    Philippe 10 novembre 2006 à 15:52 / Répondre

    Une réflexion
    Le sujet était laïcité et spiritualité au GODF, nous en arrivons à la mixité.
    Il existe forcément un lien.
    Je formule une hypothèse.
    Je me suis amusé de la cohabitation dans le même texte des mots Gd Maître, Gd Prieur et laïcité. Nous sommes passé à l’évocation de la mixité dès le deuxième commentaire.
    Dans l’imaginaire maçonnique peut être y-a-t-il cette idée que les membres de la FM se proclamant à la recherche de la vérité ils constituent une classe « sacerdotale », située en quelque sorte entre le profane et cette vérité dont ils cherchent désespérément à s’approcher.
    Dans ce contexte il devient logique d’utiliser dans ses relations externes ( comme en interne) des termes religieux comme Gd Prieur.
    Cette fonction sacerdotale étant liée très très majoritairement au sexe…..masculin elle peut expliquer les réticences historiques vis à vis de la FM féminine qui perdure actuellement sous la forme d’une réticence-résistance à la mixité.
    Il devient alors logique d’évoquer la mixité avec la laïcité.
    En fait ce que certains contestent sans l’exprimer complètement c’est peut être cette prétention à une fonction sacerdotale qui ne veux pas s’avouer comme telle, mais qui pointe toujours l’oreille.
    Restent l’humour et la dérision pour lutter contre cette tentation de notre imaginaire masculin et dès que l’on a envie de se prendre pour un curé RIONS.

  • 9
    Fred29 10 novembre 2006 à 15:34 / Répondre

    A Metro Philo Dodo,

    J’accepte vos excuses.

    La question ainsi posée me paraît plus claire et justifiée. Au-delà de la question de la mixité en loge, contre laquelle je n’ai aucune opposition de fond, se pose la question du modèle choisi et des conséquences éventuelles de la décision d’initier des femmes au GO (entre autres) :

    – la mixité au GO = des loges féminines, masculines ou mixtes qui cohabitent ?, ou alors la mixité pour toutes ?

    Au sein de ma loge, d’imposer la mixité à tous, sans laisser le choix d’appartenance à un loge masculine uniquement, créera sûrement une scission entre les frères, et ce n’est probablement pas un cas isolé. Ces frères n’auront-ils pas d’autres choix que de quitter le GO pour la GL ?

    – les frères et soeurs du DH sont-ils prêts à perdre la spécificité de leur obédience au profit d’un GODF qui redeviendrait à plus ou moins long terme le centre de la Maçonnerie française ?

    Que dire de la GLFF et d’autres obédiences féminines, qui seraient plus isolées et condamnées à disparaître ou fusionner avec d’autres ?

    Sont-elles prêtes à le faire ? Une fusion GO / GLFF était un jour prévue, mais est retournée dans son tiroir.

    La mixité au GO est aussi (pas seulement) une affaire de « géopolitique » maçonnique entre obédiences, me semble-t-il.

    Bon week-end.

  • 8
    metro philo dodo 10 novembre 2006 à 13:59 / Répondre

    A Fred29,
    La forme a dépassé le fond, veuillez m’en excuser.
    L’adjonction de mon « non? » après mon « point barre » était, pour moi, une invitation à débat, certainement pas une conclusion.
    Ma question aurait peut-être dû être formulée de cette autre façon: peut-on, sans contradiction et sans compromission intellectuelle, revendiquer à la fois l’égalité et l’exlusion des femmes?
    Bon weekend

  • 7
    Fred29 10 novembre 2006 à 11:21 / Répondre

    Mes Chers Frères,

    Je ne trouve pas le ton de vos interventions très fraternelles. Pour moi, on peut avoir une vision critique du GO ou de la Maçonnerie, mais de là à dire qu’on a « rien à f… » ou d’avoir des idées aussi radicales que de conclure par « point barre » est à mes yeux plutôt intolérant.

    On peut ne pas être d’accord, et très sincèrement je ne partage pas votre avis, mais de là à être aussi extrème et irrespectueux… Je crains que vos propos ne discréditent votre position. Ce n’est pas avec des propos excessifs que l’on peut le mieux rallier les frères à sa cause. Et honnêtement, à vous lire, je n’ai pas trop envie de modifier mon avis.

    Fraternellement.

  • 6
    metro philo dodo 10 novembre 2006 à 09:10 / Répondre

    A Fred 29

    Mais qu’est-ce qu’on en a à f….. que « des intervenants de diverses obédiences parleront de leur expérience de la mixité ou non-mixité »?
    Se pose-t-on la même question lorsqu’on initie un handicapé, un homme de couleur ou un homosexuel?
    La mixité est un pilier essentiel de l’égalité. Point barre, non?

  • 5
    Philippe 9 novembre 2006 à 16:48 / Répondre

    Je suis membre du GODF, je pense au travers et grâce ( mais seulement très partiellement ) à la FM et incidemment au GODF. Mais je ne suis pas un « croyant » de ces structures, elles ont comme toute chose aussi leur manques et leurs failles, leurs incohérences et leurs ambiguïtés.
    L’humour y compris en FM est utile.
    Prendre malicieusement les yeux du Candide de service comme le faisait au 18ème siècle notre illustre frère est à conseiller aux esprits chagrins et permet des « découvertes » hygiéniques pour la bonne santé intellectuelle.
    D’où humblement « ma pseudo lettre persane » mal fagottée.
    Excusez moi mais dans le même texte Gd Prieur ( et Gd Maître ) et laïcité me font sourire, voire franchement éclater de rire ! Il est des termes à usage interne tant ils peuvent prêter à confusion.
    Dans la loi 1901 on parle je crois de Présidents ( pour présidents d’associations).
    Ceci dit le GODF s’exprime vers l’en-dehors et est donc exposé aux éventuels quolibets.
    Tous les autres se disent eux seuls « initiés » ou sur la voie pour l’être pour sûr mon bon monsieur !, et donc par voie de conséquence voguant dans des sphères éthérées où le vulgaire profane ne peut respirer. « Ces autres » ne risquent aucune critique et ne risquent pas de faire de l’humour sur eux-même enserrés dans la camisole de leurs certitudes.
    Ça va tomber dru sur Candide !!!

  • 4
    Fred29 9 novembre 2006 à 14:49 / Répondre

    Je ne partage pas vraiment les avis énoncés ci-dessus. Ceux qui critiquent le GO en font-ils seulement partis ?

    Quoi qu’il en soit, voici mon avis sur la question. Pour la mixité, le débat est assez ancien et il a déjà été débattu mille fois au GO, mais la question progresse petit à petit. Le Grand-Maître actuel et le Conseil de l’Ordre sont tout à fait ouvert au débat, un colloque sera organisé sur le sujet, lors duquel des intervenants de diverses obédiences parleront de leur expérience de la mixité ou non-mixité. D’après la progression statistique des avis au GO, la question devrait être réglée d’ici 2013.

    Quant à l’invocation du GADLU, je ne comprend pas pourquoi certains voudraient qu’elle disparaisse des Loges. Elle a toujours existé, même après le fameux Convent de 1877. Environ 20 % des loges du GO travaillent aux autres rites que le rite français (REAA, RER, York et Memphis-Misraïm).

    Porquoi devrions-nous tous professer le même avis ? Je suis personnellement croyant, je travaille dans une loge de rite français (qui n’invoque pas le GADLU), mais je ne suis pas choqué d’aller visiter une loge invoquant le Gadlu au REAA, au RER ou au rite de Memphis-Misraïm. Question de choix personnel que je respecte. La FM du GO, dans son esprit de tolérance et de respect des diverses voix initiatiques, serait diminuée si une voie unique voulait s’imposer à toutes les autres.

  • 3
    Jacques Cécius 8 novembre 2006 à 17:42 / Répondre

    D’accord, mille fois d’accord avec métro-philo-dodo.
    En tant que protestant pratiquant je suis contre la présence de la Bible en loge. Pourquoi pas, sinon, le Coran et les autres « livres saints »?
    La Loge n’est pas un espace religieux, même pas « sacré », mais sérieux. Il n’y a pas de place en loge pour des symboles chrétiens ou autres. Comment des athées peuvent-ils prêter serment sur la Bible?
    Alors, supprimons tous ces symboles désuets. On évitera ainsi l’hypocrisie!

  • 2
    metro philo dodo 8 novembre 2006 à 13:04 / Répondre

    Comment la FM progressiste peut-elle continuer à vivre sans être étouffée par ses propres contradictions?

    Comment peut-elle prôner l’égalité en n’ouvrant pas ses portes systématiquement aux représentants des deux sexes?
    Tous les FM humanistes, libres-penseurs, ne devraient-ils pas se mobiliser pour faire avancer cette cause? Les FM progressistes ne seraient-ils pas honteux de voir les prêtres autorisés à se marier ou les femmes autorisées à devenir prêtresses avant qu’eux-mêmes n’aient eu le temps de généraliser la mixité?

    Comment la FM peut-elle continuer à évoquer un GADLU, même dans les loges qui permettent une désacralisation du rituel? Même là où les adeptes de la FM libérale interprètent ce symbole en le vidant de son sens divin?

    En continuant à vivre sans revendiquer haut et fort ses différences, la FM ne reconnaît-elle pas une certaine supériorité de fait de la FM anglo-saxonne qui entend imposer la croyance religieuse comme règle à toutes les obédiences qui souhaitent être « reconnues »?
    Son sens de l’ouverture et de la conciliation n’est-il pas de nature à empêcher la FM progressiste de briller comme elle le devrait?

    MPD

  • 1
    Philippe 7 novembre 2006 à 11:44 / Répondre

    Une lettre persane

    RICA A ***.
    Le café est très en usage à Paris: il y a un grand nombre de maisons publiques où on le distribue. Certaines de ces maisons prêtent à leurs clients d’étranges petites boîtes qu’on appelle Internet.
    On me montra hier une bien curieuse nouvelle écrite sur cet Internet.
    C’était un appel à participer à une réunion d’une de leur secte appelée GODF qui prêche dans leur pays, m’a-t-on expliqué, depuis 100 ans la séparation entre les imams d’une part et les vizirs et califes d’autre part, les premiers n’ayant pas à se mêler de ce que font les autres m’a-t-on dit.
    Mais chose assez singulière cette réunion est co-présidée à la fois par le Grand Maître de la secte du GODF et par un Grand Imam qui s’appelle Grand Prieur ?
    Ce doit très certainement être le grand chef des petits prieurs des monastères de leur religion chrétienne qui hébergent parfois leur pèlerins allant à leur Compostelle et dont l’un d’entre eux nous avait recueilli lors du fameux orage que je t’avais conté dans l’une de mes lettres.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
73f9b98515de1b4e2e3d0481fac879d7!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!