Hiram.be prend quelques jours de vacances

Il fait trop froid pour travailler,
Alors Géplu est parti chercher le soleil...  :-)

Nous nous retrouverons le dimanche 4 mars

.

Bonne semaine à tous, et n'oubliez pas qu'en attendant de nouveaux articles
vous pouvez toujours consulter les 12 000 qui se trouvent dans les archives d'Hiram.be.
Utilisez le moteur de recherche

Jean-Louis Bianco
Jean-Louis Bianco

Surprenantes « confusions » de Jean-Louis Bianco

Par Géplu dans Divers

Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité a envoyé le 20 décembre dernier au Grand Maître du Grand Orient de France un courrier qui n’a pas fini de surprendre, d’autant que pour faire bon poids et que tout le monde en soit bien au courant, celui-ci a été accompagné par un tweet grand public en résumant la teneur (voir ci-dessous).

Ce courrier accuse (le terme me semble convenir) Charles Arambourou, actuellement Conseiller de l’Ordre du GODF ainsi que responsable de la commission laïcité de l’Ufal, d’être l’auteur d’un « projet » que semble découvrir Jean-Louis Bianco. Or ce texte n’est pas un projet et ne date pas d’hier puisqu’il s’agit des « 25 propositions pour une République laïque au XXIe siècle » , document réalisé et largement diffusé par le GODF en 2014, et téléchargeable sur le site public du Grand Orient depuis cette date. Charles Arambourou, qui n’était pas encore membre du Conseil de l’Ordre du GODF en 2014, n’a été en rien responsable ni associé à sa rédaction. Vous pourrez d’ailleurs lire sur le site de l’Ufal l’analyse que celle-ci, aussi mise en cause, à faite de ce courrier.

Philippe Foussier, Grand Maître du GODF et destinataire de cette lettre vient d’y répondre. Vous pourrez lire ci-dessous cette réponse. S’adressant à Jean-Louis Bianco le Grand Maître s’y interroge « sur votre réaction à un document datant de 2014 alors que le Grand Orient de France a été auditionné trois fois par l’Observatoire que vous présidez depuis lors et que jamais vous ne nous avez questionné sur celui-ci. Lors de ces auditions, le Grand Orient de France, par la voix de son Grand Maître d’alors, Daniel Keller, ou la mienne en janvier dernier, a formulé un certain nombre de propositions ou de recommandations. Elles demeurent inappliquées pour la plupart d’entre elles. (…) Par ailleurs, votre courrier opère d’étranges confusions entre le rôle dévolu à la Commission nationale permanente de la laïcité du Grand Orient de France (CNPL), en effet à l’origine de ces 25 propositions, et les fonctions qui sont celles de Charles Arambourou, responsable national de l’Union des familles laïques (UFAL) et actuellement, mais sans confusion entre ces différents mandats, membre du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France. »  (…)

Il n’a pas l’air content de ces « confusions » le Grand Maître…  🙂
Il est vrai que l’on peut s’inquiéter et se demander comment une telle bourde, preuve au moins d’un grave manque de suivi si ce n’est d’un amateurisme inacceptable a pu survenir à un tel niveau de responsabilités.

Le Courrier de Jean-Louis Bianco
et la La réponse du Grand Maître du GODF

samedi 06 janvier 2018 29 commentaires
  • 27
    Chicon 9 janvier 2018 à 11:49 / Répondre

    C’est parfait, JL Bianco et ses assistants en sont arrivés à leur fin : on ne sait plus ce qu’est la laïcité si ce n’est un mélange d’accomodements accommodes, plat parisien servi uniquement à Paris.

  • 18
    pelican28 8 janvier 2018 à 13:53 / Répondre

    On tombe en plein dedans depuis Marine… la Laïcité démago qui cherche à faire briller les uns et les autres mais finalement quelle Laïcité et quand à l’horizon ?

  • 15
    condorcet 8 janvier 2018 à 06:29 / Répondre

    Mon Cher Luciole,
    Je persiste et je signe…C’est par une modification du rituel d’installation du collège que cette imposition du terme de soumission entière a été tentée. L’année 2015 ne remonte pas aux antiquités. Mieux on nous a dit à l’époque que les modifications des rituels d’installation n’étaient ni du ressort du congrès régional ni de celui du convent car il s’agissait d’un rituel particulier. Il aura fallu la contestation de plusieurs loges dont une fois de plus Ar Vreur pour que le conseil fédéral recule.

    « Mes TTCCFF Députés,
    Vous n’avez peut-être pas lu la dernière mouture du rituel d’installation du Collège des Officiers.
    Pourtant, celui-ci comporte une nouveauté inquiétante : la soumission entière au Conseil Fédéral.
    Je pense, de même que les quelques FF qui sont au courant et qui ont été abasourdis par ce texte, qu’il faut réagir et ne pas se laisser faire, et c’est le rôle du Député et des Congrès Régionaux.
    Pour la compréhension de la problématique, je trouve plus simple de vous envoyer un échange de mails que j’ai eu avec notre TRF Inspecteur et le Grand-Expert. Mais si le Congrès Régional s’empare de ce problème, je reformulerai la problématique en enlevant toute référence personnelle ».

    Maintenant si cela ne suffit pas je peux aller plus loin afin que l’on puisse vérifier mes dires….Mais le mieux c’est d’en rester là. Par contre, ce que je ne supporte pas, surtout chez nous, ce sont les atténuations des faits et des dires qui sont une manière de fuir la réalité et surtout ses propres responsabilités.

    • 19
      Joël Henri Micheau 8 janvier 2018 à 21:38 / Répondre

      Quel est le rapport avec l’article concernant l’observatoire de la laicité ?

      • 25
        ABIBALA 9 janvier 2018 à 10:28 / Répondre

        Certainement essai d’écriture automatique?

    • 23
      luciole 9 janvier 2018 à 00:23 / Répondre

      Mon cher Condorcet.
      Ce n’est pas pour polémiquer et je ne demanderais pas mieux que d’en rester là mais tu sembles plus au fait que moi en ce qui concerne les textes.Je m’étais contenté de dire au CF qui nous installait que je ne pouvais pas approuver ce texte et on m’avait assuré depuis qu’il avait été retiré.
      Si ce n’est pas le cas,je me joindrai à ceux qui demanderont son retrait définitif et sans appel et je te remercie de me mettre à jour des stupidités qui peuvent se faire en notre nom.

      • 28
        Condorcet 9 janvier 2018 à 12:03 / Répondre

        Cher Luciole, c’est le cas et heureusement. Il n’empêche que depuis cette histoire de la CMF tout aura été tenté pour transformer la philosophie de la GLDF au cours de ces dernières années et pas dans le sens du respect de la laïcité. Heureusement que certains députés se sont montrés particulièrement vigilants mais est ce le cas de tous. Autre exemple, le couvreur qui jusqu’à présent était considérée comme la fonction la plus humble, et symboliquement on sait pourquoi, est devenu une des cinq lumières de la loge…Pourquoi? Certains ont du mal à descendre de charge…Là encore il s’agit d’une régression de l’esprit chevaleresque de la maçonnerie au profit de celui d’une dévotion narcissique….Je persiste et signe triste évolution.

  • 14
    Alain 8 janvier 2018 à 01:07 / Répondre

    La lettre de Jean-Louis Bianco, avec le langage diplomatique qui est le sien, montre combien les défenseurs de la laïcité sont tombés dans le piège de la division, des reproches fratricides et au total d’une audibilité pour le moins réduite !

    Bien que nous soyons les défenseurs d’une certaine tolérance et d’un respect mutuel, nous n’échappons pas à le tentation des critiques faciles, polémiques et primaires sans nous apercevoir qu’au final nous en sommes les premières victimes car ce que l’on peut dire n’a plus de portée !

    Nous nous satisfont d’un communautarisme qui fait penser à ces cafés de quartier où les quelques habitués mettent l’ambiance à l’heure de l’apéro !

    Jean-Louis Bianco nous demande d’être un peu plus sérieux : ce devrait être possible non ?

    Notre destin n’est-il pas de transformer le Monde ?

    • 16
      réboussié 8 janvier 2018 à 11:28 / Répondre

      transformer le monde ? ben tiens , mais ce que peut être nous souhaiterions , c’est une idée d’après la transformation , et une idée du chemin pour y arriver
      L’homme nouveau , augmenté ….aménagé , pluriel , pucé ..?
      Et pour cela , bien sur , faut démolir , pardon déconstruire , oublier , rayer des mémoires l’homme ancien ? australo-pithécus a bien évolué ? n’est ce pas ?
      La Parole n’a rien à voir avec le slogan , la loi de 1905 ? il y en a de plus anciennes , sur l’affichage public ..
      A en croire la nombreuse littérature , les bérets verts dans nos rues ? les blocks de béton? la confusion entre assassin et victime ….
      Bianco ? et si on oubliait ? mais dans nos écoles ? celles de la république ? dans les entreprises ? dans nos rues ? dans les « quartiers  » qui ont remplacés les banlieues ….
      Je passai récemment devant un bâtiment « social » …que j’ai bien connu pendant plus de 10 ans ….lieu de trafic d’hiver , plus calme pendant 10 ans … aujourd’hui ? enfermé dans des grillages avec digicode car redevenu …..de centre social ouvert à tous à maison de tolérance ?…reste , phase ultime, à faire grimper des rosiers sur les grillages …multicolores bien sur , les rosiers Bianco ? entre nous ? sérieusement ? lyonnais dans mon enfance , j’ai bien fréquenté la Tête d’Or , sa roseraie ……et guignol…..et les petits chevaux de l’époque .
      Je reconnais aussi que la mémoire , vaudrait mieux la stocker dans les nuages et l’oublier ….mais narcisse n’est pas …….mnémosyne ..ni némésis ..

      • 17
        pelican28 8 janvier 2018 à 13:50 / Répondre

        Plutôt confus comme texte et pas tellement en rapport avec le problème d’échanges sur la laïcité

        • 20
          Joël Henri Micheau 8 janvier 2018 à 21:39 / Répondre

          Je confirme, c’est indigeste.

          • 24
            Elyonah 9 janvier 2018 à 07:08 / Répondre

            en effet…charabia

        • 22
          ABIBALA 8 janvier 2018 à 22:45 / Répondre

          BIANCO n’est plus seul!

      • 26
        réboussié 9 janvier 2018 à 11:03 / Répondre

        pas de rapport avec la choucroute ?
        Mais la laïcité n’est pas la tolérance , et la tolérance le laisser faire absolu , mes confusions ? les bérets verts dans les rues ? c’est digeste ? Charlie c’est digeste ? les agressions de sapeurs pompiers ….médecins , facteurs …..
        le problème n’est pas la laïcité mais la trahison du sens des mots , la répétition en boucle de slogans par une classe ou une secte au pouvoir et aux prébendes ……ben désolé , mais dans nos loges , il n’y a pas que des moutons , le noyautage a des limites , et il n’y a pas de pire sourd que le dogmatique religieux , économique , ou politique …je ne rajouterai pas socialiste pour ne pas stigmatiser un mot qui garde quand même et malgré tout et pour beaucoup un sens , celui du refus de la soumission , le droit de ne pas croire …mais votre opinion est respectable , me permettrez vous d’user aussi de mon droit à la parole ? ici , nous ne sommes pas en loge , j’essaie donc de rester pédagogue mais je n’ai jamais enseigné en maternelle , et je garde voix au chapitre …..bien amicalement …

  • 13
    ABIBALA 7 janvier 2018 à 16:37 / Répondre

    En un mot: Un vieux qui déconne!

    Soyons magnanime et posons-nous la question des personnes qui l’entourent.

  • 7
    tartuf_rit 6 janvier 2018 à 17:36 / Répondre

    Ô rage Ô désespoir Ô vieillesse ennemie n’a-t-il donc tant vécu que pour cette infamie…..! Enfin la preuve des ravages de l’âge sur les plus faibles et nouveaux convertis(si si j’ai osé)les membres LREM reconnaîtront enfin qu’Alzheimer a son utilité pour certains politiques et aide bien leurs Dieux (finance et communautarisme à l’américaine , haro sur l’état protecteur). À quand la tonte des collabos en attendant mieux?

  • 6
    Blazing Star 6 janvier 2018 à 16:46 / Répondre

    JL Bianco est un aparatchik du système, il ne connaît pas la base qu’il ignore superbement. Son comportement atteste qu’il est sur un petit nuage: la laïcité est un concept brumeux et souple.

    • 21
      Joël Henri Micheau 8 janvier 2018 à 21:40 / Répondre

      Avec Nicolas Cadène, Jean-Louis Bianco est défendu par Emmanuel Macron sous l’influence permanente de Christophe Castaner et surtout de Ségolène Royal ardente défenseuse de Jean-Louis Bianco.

  • 5
    réboussié 6 janvier 2018 à 16:44 / Répondre

    mézetulle , Catherine : nous renvoie à un article de la revue Marianne : pour que la parti socialiste retrouve sa boussole laïque , voir aussi la France intolérante au banc des nations ? allons donc , sur le même site …le seul ennui ? que dire de plus …

  • 4
    réboussié 6 janvier 2018 à 13:13 / Répondre

    certains me semble t il peuvent du moins au Canada prendre l’avion avec leur poignard communautaire au titre de la laïcité à ménager ??? ceux qui adorent Smith et Wesson pourront ils bénéficier de cette aménagement même limité au calibre 22 ?
    Et si on prenait conscience , d’abord chez nous de la différence entre un système politique et une religion ?
    Hitler , Mao ? Staline , Paul pote ont fait une erreur , ne pas commencer par « Dieu m’a dit …)
    On accepte de débattre sur la laïcité ? mais est ce le problème ? N’est ce pas plutôt un système ( et des individualités derrière ..) qui veut transformer les hommes et femmes en troupeau à quatre pattes ( et donc établir leur pouvoir ) et au nom de la liberté , instaurer leur dictature plus ou moins insidieuse chez les peuples ? le communautarisme des joueurs d’échecs n’a rien de violent , des joueurs de boule non plus et ils ne se mêlent pas de choisir la couleur des chaussettes de leurs voisins
    En 1905 , on a osé dire pour faire court , mêlez vous de vos affaires , occupez vous de votre niche , ( tiens , ça explique un peu l’accusation de sous chiens ? qui ne veut pas rester dans la niche , donc déviant ?? )
    Nous sommes FM du GO me semble t il plutôt sur la laïcité- liberté , face à Mr Bianco , nous ne parlons pas de la même chose , il sait fort bien le coté politique de la religion , la division pour régner , les petits troupeaux qui se battent entre eux , pendant que la caravane passe , et les chiens ou sous chiens qui aboient sont perçus comme un hommage à leur divinité et à leur suffisance : le problème ? le leur ? l’insuffisance de plus en plus voyante de leurs qualités , et leur insuffisance propre qui ne mérite guère que la dérision , et tant pis pour ceux qui préfèrent la sécurité du troupeau , en espérant l’étourdissement avant ….mais ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas ..et ils seront jugés en France .

  • 3
    Diderot 6 janvier 2018 à 13:08 / Répondre

    Merci Condorcet de nous avoir fait découvrir cet article ultra pertinent de ce philosophe
    Je retiens ces citations de Spinoza : »Dans son Traité théologico-politique, Spinoza mettait déjà en garde contre la soumission à « ce qui n’est que la lettre et l’image de la parole divine ». Cette soumission qui abolit toute liberté du jugement, « ce n’est point là de la piété, c’est de la démence pure ». Ces radicaux obscurentistes religieux quand ils passent à l’acte sont ce que l’on désigne par « Fous de Dieu » atteints comme dit Spimoza de « démence pure ». La revue « Le Monde des Religions  » a publié un numéro spécial consacré justement aux « Fous de dieu » qui nous apprend la spatialité comptempraine de cette « démence pure ». Inutile donc de rechercher en Syrie ou en Irak des « fous de Dieu » on peut en trouver à nos portes car « les loups sont entrés dans Paris  » bien avant et bien après juin 40.

  • 2
    Chicon 6 janvier 2018 à 10:40 / Répondre

    J’en suis resté à la « laïcité molle » communautariste prônée par JL Bianco : chacun dans son quartier, dans son école, dans ses vêtements suivant la laïcité islamique à la JL Bianco. Comme à Londres (Brixton ) Bruxelles (Molenbeek-St Pierre) .

  • 1
    condorcet 6 janvier 2018 à 10:08 / Répondre

    Cet observatoire qui ne sert à rien, si ce n’est qu’à nous imposer une société communautarisée chère à l’Europe, combien il nous coûte ? On peut se poser la question.
    Sous le titre Laïcité et radicalité une réponse sur le fond a été donnée aujourd’hui dans le journal Ouest France. Cet article émane d’ Yvan Droumaguet, philosophe et essayiste.
    Selon les représentants des cultes religieux récemment reçus à l’Élysée, le chef de l’État leur aurait fait part de sa « vigilance » face au risque d’une « radicalisation de la laïcité », ajoutant que, si la République était laïque, la société ne l’était pas.
    Le terme de radicalisation est, depuis quelques années, familier et désigne particulièrement un islam intégriste et extrémiste alimentant la violence terroriste. Retour à de prétendues racines et à un fantasme de pureté, ce fondamentalisme est un mélange de fanatisme et de superstition.
    Dans son Traité théologico-politique, Spinoza mettait déjà en garde contre la soumission à « ce qui n’est que la lettre et l’image de la parole divine ». Cette soumission qui abolit toute liberté du jugement, « ce n’est point là de la piété, c’est de la démence pure ».
    Y aurait-il donc un danger de radicalisation en ce qui touche la laïcité ? Ce propos met sur un même plan des croyances religieuses et la laïcité, confusion regrettable puisque la laïcité n’est pas une croyance parmi d’autres mais un principe. C’est un principe républicain inscrit dans la Constitution parce qu’inséparable de la liberté et de l’égalité. Sous le titre Principes, la loi de 1905 dite de séparation des Églises et de l’État énonce, dans son article 1er, que « la République assure la liberté de conscience ».
    La liberté de conscience est, d’abord, un droit à ne pas confondre avec la seule liberté religieuse, le droit d’avoir ou pas une croyance religieuse. Mais une conscience vraiment libre est une conscience qui parvient à s’émanciper des contraintes, des préjugés et de l’obéissance craintive aux traditions.
    Laïcité « ouverte » et la laïcité républicaine
    C’est pour cela que le principe de laïcité exprime l’idéal des Lumières, idéal politique de citoyens égaux et éclairés et idéal humaniste d’individus exerçant librement leur faculté critique.
    Parler de radicalisation de la laïcité, c’est opposer à la laïcité républicaine des Lumières, accusée d’être intolérante, une laïcité dite ouverte ou apaisée. Cette dernière conduirait à des accommodements prenant en compte les différences culturelles, notamment religieuses.
    C’est le sens de la distinction entre une République laïque et une société qui ne le serait pas. En effet, dire que la société n’est pas laïque, c’est la penser non en termes d’individus mais en termes de communautés, c’est faire de la croyance non une affaire privée, de conscience, mais un phénomène public. Cela conduit à faire de l’État une sorte d’arbitre assurant la coexistence de communautés, un gestionnaire du pluralisme religieux.
    Cette laïcité « ouverte » est contraire aux principes de la laïcité républicaine : la République ne reconnaît aucun culte et renvoie donc les croyances à la liberté individuelle, la République ne reconnaît pas des communautés mais des individus libres et égaux en droits.
    Si la loi interdit le port de signes religieux « ostensibles » à l’école, ce n’est pas pour brimer ou humilier des élèves mais, au contraire, par respect de leur liberté et de leur dignité. En effet, l’école républicaine n’accueille pas des musulmans, des chrétiens ni des juifs, elle n’accueille pas des communautés religieuses, ethniques ou raciales mais des individus qui viennent s’instruire. C’est là un principe d’égalité dans l’accès au savoir et à l’autonomie du jugement.
    Si vigilance nous devons avoir aujourd’hui, c’est à l’égard de ce qui, en s’en prenant à la laïcité républicaine, menace notre liberté.
    Fin d’article.
    Quand on pense que la GLDF voulait imposer la soumission totale il n’y a pas si longtemps on déplore le glissement de cette obédience depuis une bonne décennie.

    • 8
      Hep 6 janvier 2018 à 22:20 / Répondre

      Hors sujet ?

    • 9
      Luciole 6 janvier 2018 à 22:56 / Répondre

      Dommage de faire suivre cet article fort bien rédigé par une remarque aussi incongrue que malveillante.

      • 10
        condorcet 7 janvier 2018 à 09:36 / Répondre

        Mon Cher Luciole, la remarque n’est ni incongrue ni malveillante, elle est conforme à une réalité tentée il n’y a pas si longtemps par les instances dirigeantes. Je peux ressortir les textes officiels au besoin. Contre les textes il n’y a pas de procès d’intention ils existent ou ils n’existent pas c’est tout ce que j’ai voulu dire.

        • 11
          yasfaloth 7 janvier 2018 à 13:02 / Répondre

          Un texte, avec une formule qui date d’avant guerre, et qui a d’ailleurs été modifiée depuis car jugée désuète 🙂 !

        • 12
          luciole 7 janvier 2018 à 14:19 / Répondre

          @condorcet
          Excuse moi d’être un peu vif,ce mot, contre lequel je me suis élevé,provenait d’un vieux texte et dans un sens non-profane.
          Il a été corrigé définitivement par le convent ou même avant par le conseil fédéral.C’est le « il n’y a pas si longtemps » que je conteste car il laisserait entendre que nous sommes toujours dans cette optique.
          Il y a des 33e athées dans la Juridiction et toute dérive vers une obligation de croyance religieuse ferait démissionner des milliers de membres.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
905e7f99dd3788863c27d9a94c31cb61ppppppp