Après l’affaire Dreyfus, vers une conscience républicaine

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 4 mai 2007
Étiquettes : , , ,
  • 1
    Jacques Cécius
    7 mai 2007 à 16:08 / Répondre

    « L’engagement de la maçonnerie (GODF) en faveur de Dreyfus, après son second procès, eut des conséquences pour la République et la maçonnerie ». Effectivement la maçonnerie, à l’époque, savait s’engager pour la Justice, aux côtés des forces démocratiques. Magnifique époque. Cet engagement fut tout à l’honneur du GODF. C’est en masse que suivirent les FF.°. Le GODF fut le fer de lance de la lutte contre la toute puissance de l’Eglise, de la caste des officiers et des réactionnaires de tous poils. O tempora o mores… Maintenant la lutte a pris une autre tournure : organisation de colloques, etc. Une autre manière de défendre la démocratie. Mais demain, peut-être, le GODF, le DH, etc. devront-ils reprendre les armes.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous