Willermoz a-t-il inspiré la devise nationale belge?

Par Jiri Pragman dans Sites maçonniques

La devise de la Belgique, c’est L’Union fait la force (Eendracht maakt macht en néerlandais). Et, à ce propos, on trouve des choses curieuses dans Wikipedia puisqu’après avoir rappellé que cette phrase a été présentée par le régent Surlet de Chokier et que la devise (employée sous sa forme latine par les Provinces-Unies) était déjà utilisée lors de la Révolution brabançonne (1787-1790), il est noté qu’elle aurait été en réalité calquée sur celle de Jean-Baptiste Willermoz, fondateur des Hauts Grades maçonniques. Ajout curieux: Dans ce même ordre d’idée, la statue de Godefroid de Bouillon se trouve au milieu de la Place Royale à Bruxelles.

La page consacrée à Willermoz, toujours sur Wikipedia, comprend également la mention: i[Sa devise était « L’Union fait la force » qui semble avoir influencé celle de la Belgique dont de nombreux Francs-Maçons figuraient parmi les Constituants de 1830 (Alexandre Gendebien, Constantin Rodenbach, Eugène Defacqz, un des rédacteurs de la Constitution, etc.).

Un historien peut-il aider à démêler le vrai du faux?

samedi 12 janvier 2013 24 commentaires

Étiquettes : , , ,

  • 24
    JB Bienvenue 20 janvier 2013 à 10:31 / Répondre

    J’ajouterai encore que, comme on peut le voir à la page ci-dessous, la devise « L’Union fait la Force » apparaît à la médaille de la Loge madrilène « Napoléon le Grand » fondée en 1811.

  • 23
    Christophe 13 janvier 2013 à 12:15 / Répondre

    @ JB Bienvenue: Je me souviens bien de cette rencontre à Bruxelles. Et bravo pour ton musée! Il faut savoir choisir les chantiers sur lesquels on est le plus utile, nous en sommes d’accord, et ce que tu fais sur mvmm.org ne pourrait pas être réalisé sur WP.
    @ Jiri: De la même manière, ton blog a un rôle de plus en plus important dans le « PMF » et c’est très bien. Tout le monde peut lancer un site web, mais animer un site au quotidien sur le long terme, c’est une autre paire de manches. Bravo pour ça.
    @Gavepi: Je te renouvelle ici mes félicitations pour l’article sur la Grande Loge symbolique écossaise. J’ignorais que c’était toi. Il est parfois difficile de s’y retrouver quand les pseudos sont différents. 😉
    @Raphodon: Même chose, mais ici c’est plus facile, puisque c’est le même pseudo sur WP et sur le blog de Jiri!
    @ Tous: WP n’est en effet pas le bon endroit pour discuter du fond des problèmes. En revanche, la page de discussion des articles est le bon endroit pour critiquer la rédaction d’un article donné, tout comme la page de discussion du projet:franc-maçonnerie, dite « salle humide » (lien ci-dessous) est le bon endroit, sous-utilisé, pour critiquer de manière constructive l’ensemble des articles concernant la franc-maçonnerie. Sur 1959-1964 par exemple, ce serait le bon endroit pour trouver une solution consensuelle à cette lacune, qui touche plusieurs articles différents.
    Bonne continuation à tou(te)s sur nos chantiers respectifs.

  • 22
    gagevapi 13 janvier 2013 à 08:50 / Répondre

    @Christophe
    Je donne un exemple. Sur la page Wp « GLdF », l’épisode suspension/rupture des relations avec le GOdF en 1959 n’y est pas mentionné. Or c’est un événement majeur qui explique 1964 (et comme c’est expliqué là, ça tombe du ciel!) et aujourd’hui. Comme on sait que l’on est en plein révisionnisme historique de ce côté-là …

    Pour la Brabançonne, les paroles ont souvent changé pour se fixer sur ce que nous connaissons (bof!) dans la deuxième moitié du XIXème (il me semble: je n’ai pas vérifié.) Bref, la devise, elle était dans les airs bruxellois maçonniques et lorsqu’on sait l’importance des loges bruxelloises dans 1830 (alors qu’une majorité probablement des loges « belges », wallonne notamment, étaient orangistes (sauf il me semble les liégeoises): je le pense puisque qu’une grosse moitié des loges mettra la clé sous le paillasson à ce moment et que seulement une partie d’entre elle s’en relèvera lentement, les autres disparaissant: le descriptif se trouve dans le livre de Michel de Schampheleire que je n’ai pas été revoir, mais, de mémoire, c’est fort parlant!)

  • 21
    raphodon 13 janvier 2013 à 08:36 / Répondre

    Je suis aussi rédacteur wikipédien….j’ai mes  »dada » et j’essaie de les suivre assez correctement (mais il faut y consacrer du temps)
    Le portail maçonnique a connu de nombreuses attaques et violations… cela se calme maintenant…. mais nous y sommes que bien trop peu nombreux pour la surveiller, mais surtout pour l’alimenter en nouveaux articles….

  • 20
    gagevapi 13 janvier 2013 à 08:34 / Répondre

    @Christophe
    Le problème est là.
    Les pages qui concernent les GL sont en réalité fort verrouillées, construites comme vitrine à la gloire du titre!
    L’espace pour des humbles cherchants est nettement moins large qu’on le croit.
    Créer une page, par exemple celle de la GLSE, prend beaucoup de temps et demande une grosse biblio, surtout dans le domaine sensible de la FM.

    En même temps, parfois on a de grosses satisfactions. Pour avoir créé des articles dans mon métier, au départ surtout pour mes étudiants, le plaisir est de voir ces pages faire l’objet de nombreuses contributions de qualité, je n’en suis plus du tout « maître » et j’en suis vraiment très heureux, outre une belle fréquentation.
    Pour avoir fait le coup de gueule sur d’autres pages Wp au nombril franco-français qui se voulait universaliste et de voir finalement les éclatements nécessaires d’articles se réaliser donne envie de continuer. Et je le ferai.

    Puis la frustration de voir sur d’autres pages erreur sur erreur et de se dire qu’intervenir ne fera qu’augmenter les matatas!

    Or, si c’est bien et indispensable de faire du descriptif de qualité, c’est le but de Wikipedia, participer au débat, à partir d’une base solide, ne se fait pas au niveau de la page discussion de Wp, amha.
    Le plus simple est d’intervenir sur des blogs comme celui-ci, ou finalement pour plus de fond, créer son blog et le nourrir petit à petit, au risque de l’isolement à cause de la multiplicité des sources d’info, c’est vrai.

    En tout cas, merci et bravo, tes conseils et remarques furent et sont toujours bien utiles et les bienvenus 🙂

    Le frère François Van Campenhout, l’auteur de la musique de la brabançonne. Merci JB Bienvenu.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Braban%C3%A7onne

  • 19
    JB Bienvenue 12 janvier 2013 à 23:10 / Répondre

    J’ai le plus grand intérêt pour wikipedia et la plus grande admiration – que j’ai d’ailleurs déjà eu l’occasion d’exprimer à Christophe lors d’une rencontre fifienne à Bruxelles – pour ses artisans.
    Plus de la moitié des 1800 et quelque pages de mon site contiennent d’ailleurs des liens vers une ou plusieurs pages wiki.
    Je n’y interviens cependant que très rarement, pour la bonne raison qu’on ne peut tout faire, et que le temps que j’y consacrerais serait autant de temps que je ne consacrerais pas à l’agrandissement de mon « musée virtuel ».
    Mais je trouve dommage que les animateurs soient obligés de dépenser tant d’énergies à la chasse aux trolls, alors qu’ils auraient tant de choses plus intéressantes à faire, et que les règles de Wikipedia rendent si facile l’activité de trolls souvent anonymes …

  • 18
    Christophe 12 janvier 2013 à 22:25 / Répondre

    Jiri,

    * Ce qu’on appelle « Wikipédia », en tant qu’organisme, n’est jamais que la somme de la poignée de volontaires assidus (quelques centaines en tout) qui travaillent bénévolement à la construire, souvent plusieurs heures par semaine.
    * Elle « fait preuve d’intransigeance » lorsqu’un bénévole fait preuve d’intransigeance pour faire respecter les règles.
    * Elle fait preuve du plus grand laxisme sur les articles dont aucun bénévole n’a l’envie ni le courage de s’occuper.
    * Il arrive hélas souvent, dans de nombreux domaines, que les « zélateurs » parviennent à user le courage et la patience des bénévoles. Dans ce genre de cas, le pire devient possible.

    Juste pour mémoire, lorsque je suis arrivé sur Wikipédia en 2006, la quasi-totalité des articles des Wikipédia concernant la franc-maçonnerie était quotidiennement vandalisés soit par des militants antimaçonniques acharnés d’une part, soit par des zélateurs de quelques obédiences d’autre part. Ramener un minimum d’objectivité dans ces articles a demandé près de deux ans de travail acharné à deux ou trois bénévoles, dans l’indifférence quasi-totale de tous les autres francs-maçons francophones, alors que nous sommes plusieurs centaines de milliers, paraît-il.
    Malgré nos appels à l’aide un peu partout, jusque dans les obédiences, personne n’est venu nous aider. Et lorsque j’ai eu eu un coup de fatigue et que j’ai cessé de participer à Wikipédia il y a quelques années, personne, absolument personne, n’est venu me remplacer pour empêcher n’importe qui d’écrire n’importe quoi dans les articles du projet franc-maçonnerie. Je me suis donc décidé à reprendre un minimum de service, mais il n’est plus question que j’y passe 4 nuits par semaine.

    Je ne critique pas, je ne me plains pas, je ne cherche pas à me mettre en avant, je rappelle juste un fait historique, facilement vérifiable à travers les historiques de Wikipédia, puisque tout, absolument, y est enregistré.

    Pour ceux que ça intéresse, le projet franc-maçonnerie de Wikipédia reste ouvert à tous. Il n’y a même pas besoin d’être franc-maçon pour y participer. En revanche, il est nécessaire d’y consacrer quelques heures par semaine et de commencer par y acquérir un minimum de compétences techniques sur la syntaxe wiki et sur le fonctionnement du système. Rien de très difficile à surmonter, ça demande juste une bonne dose de persévérance, de modestie et de ténacité. Rien que de banales qualités maçonniques, en somme. 🙂 Bien cordialement.

  • 17
    Jiri Pragman 12 janvier 2013 à 19:38 / Répondre

    Effectivement, si le point de vue d’historiens a été sollicité dans l’article publié dans le Blog Maçonnique, on peut espérer que le débat aborde pour atteindre la page de Wikipédia.

    2 choses sont cependant inquiétantes:
    1. alors que Wikipédia fait parfois preuve d’une intransigeance par rapport aux sources, il semble qu’on ait pu insérer dans cette page, sans réaction, une information qui « stinkt » (pue) comme on dit à Bruxelles
    2. que des zélateurs de Willermow éprouvent le besoin de lui donner une influence qu’il n’a pas eue (ici politique) nous donnent à penser que certains sont « bien loins ».

  • 16
    L'Un connu 12 janvier 2013 à 19:27 / Répondre

    Bravo pour votre érudition… et pour votre humour !
    Et l’expression « Une fois ! », déclinée à chaque fin de phrase en Belgique, de qui est-elle ? (humour !)

  • 15
    gagevapi 12 janvier 2013 à 19:15 / Répondre

    @JB Bienvenue
    Bien sûr, Willermoz est loin, loin, loin.
    Les implantations SOT, aucun reconnu officiellement, aux PB-autrichiens, viennent soit de Prague (Luxembourg), soit de Leipzig (Verviers), soit de Luxembourg-Prague et/ou Allemagne (frères allemands casernés à Namur).

  • 14
    gagevapi 12 janvier 2013 à 18:50 / Répondre

    @ Christophe
    Wikipedia, pour y avoir collaboré et pour y collaborer est un formidable outil, malgré ses aléas!
    Mais il faut avouer que le petit échange ici est autrement plus dynamique pour résoudre ce point de l’histoire que la page de discussion ad-hoc sur Wp.

  • 13
    Dobyno 12 janvier 2013 à 17:08 / Répondre

    Encore un coup du Directoire National Rectifié de France !

  • 12
    JB Bienvenue 12 janvier 2013 à 15:14 / Répondre

    Comme gagevapi, je serais bien étonné que ceux des constituants belges qui étaient maçons aient jamais entendu le nom de Willermoz, dont à l’époque les élucubrations (qui antérieurement ne semblent de toute manière pas avoir eu d’écho plus septentrional qu’à Paris) n’étaient plus guère à la mode.

    Mais c’est bien pour les Vrais Amis de l’Union qu’en 1832 Van Campenhout a composé son hymne maçonnique « l’Union fait la Force ».

  • 11
    STOLKIN 12 janvier 2013 à 14:43 / Répondre

    La première mention de la devise ‘l’Union fait la force » est de la plume de Caius Sallustius Crispus , politicien , militaire et historien , vivant de -86 à -35 a JC.
    Dans son écrit « Bellum Iugurthinum « on peut retrouver : « … Nam concordia paruae des crescunt , discordia maximas dilabuntur … ». ( l’union fait le force , la discorde divise.)
    Cette phrase a été reprise en tant que devise de la République des Sept-Pays-Bas-Unis (1581-1794)…. et d’autres depuis lors.

  • 10
    gagevapi 12 janvier 2013 à 14:09 / Répondre

    et Charles-Alexandre n’était pas Grand, mais Archi !!!

  • 9
    gagevapi 12 janvier 2013 à 13:35 / Répondre

    @ Merci JB Bienvenue 🙂

  • 8
    gagevapi 12 janvier 2013 à 13:34 / Répondre

    Par contre « Vis Unita Forcior » est la devis de la Loge bruxelloise du XVIIIème « Les vrais Amis de l’Union » (avant de devenir les UP), et des membres Constituants en faisaient partie à l’époque. Si l’on veut absolument voir une origine maçonnique à la devise belge, c’est probablement là qu’il faut chercher.

  • 7
    Christophe 12 janvier 2013 à 13:22 / Répondre

    Merci à JB Bienvenue de ces informations précieuses et des sources qui les accompagnent. Je m’en vais reporter ça dans l’article Wikipédia de ce pas.

  • 6
    gagevapi 12 janvier 2013 à 12:54 / Répondre

    A cette époque (début du XIXème, époque française, hollandaise et indépendance), il me semble assez certain que le RER n’existait pas en Belgique et n’y avait jamais existé. Seule la SOT y avait eu qlq émules, à Luxembourg, à Verviers (selon GdF) et à Namur au XVIIIème.
    Pour ce qui est de la statue de Godefroid de Bouillon, originellement c’était la statue du gouverneur des PB-autrichien, le Grand-Duc Charles-Alexandre de Lorraine qui s’y trouvait!

  • 5
    L''Un connu 12 janvier 2013 à 12:44 / Répondre

    Hum ! Le Chien est mordant !

  • 4
    Christophe 12 janvier 2013 à 12:27 / Répondre

    Wikipédia est une encyclopédie collaborative dont la qualité dépend avant tout de la vigilance et de l’implication de ses lecteurs.
    La petite dizaine de bénévoles que se relaie chaque jour, 24h/24, pour lutter contre les vandalismes fait ce qu’elle peut, mais elle ne peut pas tout voir ni tout nettoyer.
    Chaque jour en effet, des centaines de vandales tentent de glisser des milliers d’âneries ou d’opinion personnelles au milieu des 1 339 866 articles en français. Il est donc impossible pour les bénévoles de tout intercepter sans l’aide des lecteurs.

    Dans ce genre de situation, la meilleure chose que puisse faire un lecteur éclairé et sensible aux valeurs maçonniques d’engagement solidaire et de lutte contre l’ignorance, c’est de cliquer sur l’onglet « Discussion » de la page Wikipédia et d’y signaler ses doutes.

    Le faire sur le blog de Jiri c’est bien, (et je vais prendre en charge ce problème dans la journée) mais le faire dans l’onglet « discussion » des articles, c’est mieux, parce qu’il y a alors beaucoup plus de chances que l’un des bénévoles voie passer la question et la prenne en charge.

  • 3
    JB Bienvenue 12 janvier 2013 à 12:24 / Répondre

    En 1764, Gaspard de Real de Curban écrit dans « La Science Du Gouvernement: Ouvrage De Morale, De Droit Et De Politique » (Volume 6, p. 486) que

    « Ce principe, l’union fait la force(vis unita fortior), est généralement reçu »

    En 1680, on trouvait dans « La Perpetuité De La Foy, Et De La Religion Chrétienne Dans Les Trois États De la Loy de Nature, de la Loy Ecrite, & de la Loy de Grace » du Père Paul Beurrier que :

    « l’union fait la force des choses unies »

    … en cette matière, Willermoz n’a rien inventé !

  • 2
    Le Chien 12 janvier 2013 à 11:40 / Répondre

    Est-on certain que ce ne soit pas : « L’Union fait la Farce ? »…

  • 1
    Le Chien 12 janvier 2013 à 11:39 / Répondre

    Ignaz von Born vous aurait certainement répondu :

    « Avec Willermoz, l’Union fait la Farce ! ».

    … Et je partage cet avis, tant l’Initiation ne doit pas être affaire de pouvoir temporel, mais chemin sincère vers la Lumière, loin des décorums et autres degrés postiches (que l’on doit en partie à JB Willermoz).

    Assurément, pour le véritable cherchant, les 3 premiers suffisent amplement !

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ut risus. velit, Phasellus mattis vulputate, at efficitur. non sed felis