Le Temple du GODF d'Alençon
Le Temple maçonnique d'Alençon, dans une splendide maison ancienne du XVIe siècle

Daniel Keller à Alençon le 18 mars : Être franc-maçon en 2015

Par Géplu dans Loges, Manifestations

C’est à 20h Salle Beaudelaire rue Porchaire à Alençon que Le Cercle philosophique et culturel de l’Orne et la loge La Fidélité du GODF recevront, en présence du Conseiller de l’Ordre Jean-Louis Auriau, le Grand Maître du GODF Daniel Keller pour une conférence-débat sur le thème Être Franc-Maçon en 2015 : Laïcité, liberté de conscience et d’expression.

Bernard Orsoni, historien local, a bien voulu nous confier le texte suivant présentant la maçonnerie ornaise :

L’histoire de la maçonnerie ornaise, ancienne de plus de 250 ans est curieusement rythmée par un cycle cinquantenaire : 1752 à 1802, cinq loges pour l’Ancien Régime, 1802 à 1852, constellation de six loges issues de l’Empire avec la Loge mère La Fidélité, 1852 à 1902, étrange désert avec une très brève réapparition maçonnique aux alentours des années 1889 à 1892. Nouvel éclat de 1902 à 1940 et renaissance ininterrompue depuis 1952. Citons brièvement la chronologie : Jean Castaing, receveur des tailles de la généralité d’Alençon créa la première des loges alençonnaises Saint-Louis des Coeurs zélés à partir de laquelle toute cette histoire maçonnique ornaise va s’écrire d’une façon linéaire. L’épine dorsale passe ensuite par trois autres loges d’Alençon, tout d’abord la très consistante Saint-Christophe de la Forte Union avec son chapitre associé, puis l’éphémère Émules d’oreste et de Pylade enfin la très érudite loge de La Ferté-Macé L’Union restée à l’écart de la vie alençonnaise. Mais c’est grâce à la prestigieuse loge impériale La Fidélité  du Grand Orient de France, continuité symbolique de Saint-Christophe de la Forte Union, dirigée par le premier préfet impérial ornais La Magdelaine, que la maçonnerie ornaise va déployer un véritable réseau de loges napoléoniennes sans précédent en Basse-Normandie, et ceci dans toutes les principales villes du département : La Parfaite Réunion à Domfront, L’Amitié à Bellême, Le Mont Liban à Mortagne, L’Étoile à L’Aigle. De cette constellation qui vivait trop sur l’influence de l’Empire il ne subsistera plus que la loge-mère La Fidélité qui a fêté son bicentenaire en 2003. D’autres obédiences sont venues compléter le tableau ornais dans les dernières décennies du XX siècle (GLDF, DH, GLNF, GLFF). Socialement parlant, rien ne relie les mille frères ornais qui composent cette longue chaine d’union, les nobles, les militaires, les bourgeois, les membres du clergé de l’Ancien Régime, les contre-révolutionnaires, les républicains, les hommes de pouvoir de l’Empire, les personnalités de talent, les radicaux anti-cléricaux de la République, les résistants, si ce n’est le même idéal et le même attachement aux valeurs de tolérance, de liberté, de justice, d’égalité et de fraternité. L’Orne, territoire qui a toujours été très imprégné par les idées religieuses, fut et restera toujours pour les maçons une terre de mission.

mercredi 11 mars 2015 1 commentaire

Étiquettes : ,

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
elit. ut Donec venenatis, elementum et, eleifend ut Aenean adipiscing