Freemasons Hall
The Freemasons'Hall, dans Great Queen Street à Londres

Franc-maçonnerie anglaise, la beauté des ruines

Par Jean-Pierre Bacot dans Contributions

Un article de nos amis de Critica Masonica, faisant référence à un article d’un autre excellent blog maçonnique, celui de Roger Dachez, Pierres Vivantes. Rappelons que Critica Masonica c’est aussi et surtout une revue écrite par des et pour les Frères et Sœurs, indépendante de toute obédience (comme Renaissance Traditionnelle), aux sujets variés, traités par des auteurs compétents même s’ils ne sont pas tous très connus, et qu’il convient de soutenir car (toujours comme Renaissance Traditionnelle) la revue ne vit que de ses abonnements, évidemment trop peu nombreux. Alors soutenez ces bonnes revues maçonniques indépendantes, et abonnez-vous. A Critica Masonica comme à Renaissance Traditionnelle.
Géplu

________________________________________

On ne saurait trop conseiller à nos lectrices et lecteurs d’aller voir de temps en temps ce qu’écrit Roger Dachez sur son blog « Pierres Vivantes », auquel il est possible, comme pour le nôtre, de s’abonner gratuitement. L’historien réputé de la franc-maçonnerie française s’intéresse également à ce qui se passe Outre-Manche dans cette maçonnerie dont certains se réclament sans trop regarder de quoi il retourne chez elle en cette période de déclin avéré. Au grand maximum 200.000 membres enregistrés, mais une réalité de présence située bien en dessous. La France a définitivement dépassé la Grande-Bretagne, quantitativement parlant et sociologiquement, la gentry a déserté les colonnes du temple.

Roger Dachez est allé lire pour nous le dernier numéro, daté de septembre, d’un bimensuel réputé, The Square (l’équerre), une revue érudite et indépendante, anciennement dénommée Masonic Square, qui nous éclaire sur ce qui se passe de l’autre bord du channel.

On y lira d’abord avec intérêt une discussion sur l’exposition consacrée à la franc-maçonnerie qui s’est tenue récemment à la Bibliothèque nationale de France. La déception des visiteurs britanniques  mentionnée dans la revue est jugée par notre historien bien sévère, eu égard au travail de mémoire réalisé. Mais c’est un autre article qui attirera notre attention : la description terrible du travail en loge faite par une personne qui a démissionné. Citons la traduction que propose Dachez :

« C’est trop hiérarchique. Les décisions sont juste prises et imposées – et pourtant je payais pour appartenir à ça (…) Les rituels sont désuets et souvent franchement stupides. Beaucoup les récitent mais n’y croient pas. Par exemple, j’en connais plein qui ne croient pas en Dieu (…) C’est beaucoup trop religieux – si je veux la Bible et des prières, je vais à l’église (…) Tout y prend beaucoup trop de temps. Ça peut prendre toute votre vie (…) Les repas [après les tenues] sont mauvais et les discours [qui se font habituellement à ce moment-là dans les loges anglaises] encore pires, et c’est la même chose à chaque fois (…) Les membres ne comptent pas dans la société en général. La plupart ne sont rien du tout. Certains sont même pires – nous avions deux alcooliques dans ma loge et un autre s’est suicidé (…) Les membres [des loges] sont vieux et figés dans leurs habitudes. Je n’ai pas envie de passer mes soirées avec de vieux hommes  pédants ».

Roger Dachez nous suggère que la situation ne serait guère plus reluisante dans une partie de la maçonnerie française aujourd’hui. À voir… « La maçonnerie en France a une chance et une faiblesse : la multiplicité des Rites et des Obédiences », écrit-il.  On ne peut qu’aller dans son sens, mais quant à la force uniquement. Pour ce qui est de la diversité, on a vu ce derniers temps, qu’elle était en permanente construction.

Si nous avons choisi de reprendre cette vision pour nos propres lecteurs, au deuxième degré, c’est qu’un phénomène nous semble en train de naître, de l’ordre de la nostalgie. Il existe des maçons érudits britanniques ou nord-américains, voire australiens ou néo-zélandais, pratiquant une infinité de degrés, autant qu’analystes et que l’animateur de « Pierres vivantes » est l’un des rares à fréquenter assidûment au sein d’une petite communauté d’éclairés. Mais il en sera bientôt de la maçonnerie anglaise ou écossaise comme des Églises occidentales. On dissertera de leur beauté sur leurs ruines, en néo-romantiques affirmés, on magnifiera les derniers des Mohicans et les symbolistes disserteront sur le fait qu’il manque décidément à l’équerre, si elle est esseulée, l’ouverture du compas.

Pour ceux qui passeraient par Londres, une interview de Diane Clements, une femme qui dirige la bibliothèque et le musée de la Grande loge unie d’Angleterre, institution intégrée au Freemason’s hall, dans le dernier numéro de Franc-maçonnerie magazine (n° 51, octobre-novembre 2016) permet de constater que cela commence à sentir la naphtaline, respirée par quelque 30.000 visiteurs par an, alors que la Grande loge unie qui comptait jusqu’à un million et demie d’adhérents au début des années 1960 n’atteint plus les 200.000.

vendredi 23 décembre 2016 26 commentaires
  • 26
    Marih 19 décembre 2018 à 16:27 / Répondre

    Bonjour, à tous et à toutes.
    La Franc-Maçonnerie est aujourd’hui fondée sur deux conceptions opposées : la maçonnerie dogmatique d’origine anglaise et la maçonnerie adogmatique d’origine Française. Que la maçonnerie dogmatique soit en perte de vitesse, n’est pas nouveau, les Irlandais se posaient déjà la question en 1744 ! ni que la maçonnerie adogmatique soit stationnaire.
    A chacun de balayer devant sa porte.
    Certes, j’ai du mal à imaginer qu’au XXIème siècle une maçonnerie dogmatique, très religieuse, avec prières, invocation de Dieu, obligation de prier tous les jours, et fermée aux femmes, ait des chances d’intéresser grand monde. Mais c’est le problème de nos « Frères Anglais » qui je l’espère sauront y répondre. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les Australiens aient choisis deux femmes pour le faire… !
    En ce qui concerne la maçonnerie adogmatique à laquelle j’appartiens, elle a plus d’atouts. Elle a depuis longtemps, sous l’influence des « Moderns », montré sa capacité à s’adapter en faisant progresser ses rituels et ses mythes. Elle a supprimé les prières et pour la plupart des rites, supprimé ses invocations divines (il en reste encore). La chance et l’intérêt de la maçonnerie adogmatique réside dans la Liberté de Conscience qu’elle a su intégrer. C’est la seule organisation permettant une démarche basée sur une spiritualité laïque exempte de toute influence religieuse. Dans ce cadre, même le GADLU n’est pas un écueil pour un « athée » … pas trop stupide, chacun pouvant y mettre ce qu’il veut, y compris rien !
    « La maçonnerie en France a une chance et une faiblesse : la multiplicité des Rites et des Obédiences » dit Roger Dachez ; je ne crois pas que ce soit une faiblesse bien au contraire, car, ainsi, elle ne rejette personne et offre à chacun une voie qui lui convient le mieux.
    Par contre, sa faiblesse c’est de faire, pour certains, trop de « sociétal » insuffisamment ancré sur les valeurs maçonniques. La maçonnerie a la prétention de vouloir travailler à « l’amélioration matérielle et morale de l’Humanité » : quel merveilleux projet ! mais avec quelques dizaines de milliers de personnes face à des milliards d’individus, il faudra se bouger un peu plus et être plus convaincants…
    Il faut d’abord et avant tout faire ce pour quoi nous sommes entrés en maçonnerie : tenter de s’améliorer soi-même, tenter la voie Initiatique. « Connais-toi toi-même et tu connaitras les Dieux immortels et les hommes mortels » si tu es un peu théiste, ou « Connais-toi toi-même et tu connaitras l’Univers et les hommes » si tu es plutôt athée, pas trop stupide…
    On n’est pas toujours obligé de s’en remettre à Dieu : la quête de soi est personnelle et accessible à tous et à toutes…

  • 23
    Benjamin Rathery 26 décembre 2016 à 11:57 / Répondre

    La Franc-maçonnerie anglaise et américaine est, en termes d’effectifs, entré dans un déclin qui semble inexorable alors que la reconnaissance par la GLUA semble être, encore, l’alpha et l’oméga de certaines obédiences françaises qui, elles, malgré leur dispersion et leur multiplication, sont en progression d’effectifs. Paradoxe !?!?!
    Comment comparer ces évolution contraires ?
    L’une des explications n’est-elle pas due au fait que du coté anglo-américain la FM n’est plus qu’un « club-service » de bienfaisance alors que du coté français, belge, suisse, elle est encore un lieu de réflexion ?
    Il serait intéressant de connaître le « point de vue » de Roger Dachez sur ce point et l’analyse des instances des obédiences françaises, à commencer par l’analyse de la GLNF.

    • 24
      Yasfaloth 26 décembre 2016 à 16:06 / Répondre

      Je suppose que pour écrire tout cela, Benjamin, vous avez une connaissance personnelle et étendue des maçonneries Britanniques et US, et que vous ne tenez pas du tout vos informations de ce qu’on peut lire de la part d’autres bloggeurs tout aussi informés que vous, ou de personnes qui ont un certain intérêt à donner de la maçonnerie anglo-saxonne une image négative qui puisse (éventuellement) servir de répulsif…
      .
      Personnellement je ne puis pas fréquenter directement cette maçonnerie, car elle persiste à penser que nous sommes « irrégular », mais ayant un esprit curieux, je me suis depuis quelque temps plongé dans leurs bloggs et abonné à des publications (dont The Square), et je dois dire que cela a pas mal modifié (corrigé ?) mon opinion à son sujet, bien au delà de certaines images caricaturales que nous pouvons lire ici ou ailleurs.
      .
      Qu’il y ait « quelques » problèmes, cela semble évident, mais parler de « déclin inexorable » me semble aussi légèrement prématuré, surtout quand on voit la qualité et la profondeur de certaines discussions, articles, ou de certains travaux rendus publics.
      .
      Ce qui est sûr par contre, c’est que la pratique de la maçonnerie dite « spiritualiste », présente des exigences auxquelles de moins en moins de gens sont, de toute évidence, préparés, et qu’il faut s’attendre à ce que ses effectifs augmentent peu, stagnent ou même diminuent, partout, y compris chez nous.
      .
      Nous sommes tributaires des grands cycles civilisationnels, c’est un fait, pour ma part je pense que l’essentiel c’est que les qualités humaines et « initiatiques » (concepts subjectifs, mais j’assume) de ceux qui restent ou nous rejoignent, perdurent, voire se développent…
      .
      Je pense que c’est aujourd’hui notre plus grand défi, bien au delà d’un simple problème d’effectifs.
      .
      Après, oui, il existe une autre « Maçonnerie » où, toujours de mon point de vue, les exigences sont bien moindres (et j’en sais quelque chose), normal que celle la progresse (ou régresse moins), elle est dans « l’air du temps »… et elle a certainement son utilité et sa raison d’être… il faut de tout pour faire un monde, à chacun de faire son choix… mais si possible en toute objectivité…

      • 25
        Luciole 31 décembre 2016 à 14:41 / Répondre

        @Yasfaloth
        Voila un point de vue auquel je me rallie tout à fait.
        Bonne année.

  • 11
    ce78 23 décembre 2016 à 22:29 / Répondre

    La critique de ce maçon britannique est pleine d’amertume et d’aigreur. Et comme le disait si bien Talleyrand, « tout ce qui est excessif est insignifiant ». Ce Frère se trompe, même si son sentiment doit être entendu, écouté. Nous nous réunissions, hier soir, dans ma loge. Et en lisant ce frère, les mots suivants me viennent à l’esprit :

    Il y avait Frédéric, l’ancien maire, proche d’un ancien premier ministre, Lionel, de l’industrie pharmaceutique,
    Jacques, des éditions X, Pierre, fonctionnaire des impôts, Et Jean-Pierre, ancien inspecteur du travail, qui fut deux fois Vénérable, Et aussi le jeune Nezzar, qui tenait le magasin « Aux denrées Européennes ». Dehors, on se disait : « Monsieur le directeur, Monsieur, Salut, Salam ». Dedans c’était : « Mon frère », et c’était très bien ainsi.
    Nous nous réunissions sur le niveau et nous nous quittions sur l’équerre. Moi, j’étais Vénérable dans ma Loge-mère, là-bas !

    Il y avait encore Jacques, le comptable, Frank, le juif de Tel Aviv, Michel, l’ancien consul, le sieur Gwenael, Amir le concierge, et Jean-Louis, du supermarché W, le Catholique romain.

    Nos décors n’étaient pas riches, notre Temple était vieux et dénudé, mais nous connaissions les anciens Landmarks et les observions scrupuleusement. Quand je jette un regard en arrière, cette pensée, souvent me vient à l’esprit : « Au fond il n y a pas d’incrédules si ce n’est peut-être nous-mêmes ! (…)

    À la manière de… Rudyard Kipling, sujet britannique, prix Nobel de Littérature, franc-maçon

    À méditer.

    • 12
      Yasfaloth 24 décembre 2016 à 11:46 / Répondre

      Bien d’accord, en cherchant un peu on trouvera toujours, dans une population maçonnique, un frère ou une sœur en « rupture ». Souvent des gens qui sont entrés chez nous pour de fausses bonnes raisons et qui se sentent obligés de faire savoir au monde leur déception ou leur désenchantement.
      .
      Plus intéressant serai de se poser la question de se demander pourquoi R. Dachez trouve « plus intéressant » ce témoignage publié dans la tribune de « The Square »… et passe à côté de la multitude de témoignage positifs qu’a pu produire ce magazine (ou d’autres).
      .
      Soit c’est une réponse un peu « cours de récréation » à la première partie de son article (la déception du vilain visiteur anglais devant « son » expo), ce que je ne saurais l’imaginer.
      .
      Soit c’est l’occasion d’en remettre une petite couche contre tout ce que représente la maçonnerie anglo-saxonne, et évidemment, par comparaison de mettre en valeur la maçonnerie qu’il représente avec ses collègues du GO, dont Alain Bauer and co…
      .
      Alain Bauer qui d’après notre ami de 3,5,7 trouverait désormais Marine Le Pen fréquentable…

      • 13
        Géplu 24 décembre 2016 à 12:17 / Répondre

        Allons Yasfaloth !
        Alain Bauer a simplement dit que, vu la progression de « l’audience » de Marine Le Pen dans la société française, il était inévitable que l’on trouve à l’avenir de plus en plus de de ses amis en maçonnerie, ce qui vient encore hélas de se produire avec le cas Daraud. Mais il me semble que le GODF a, cette fois encore, clairement montré sa position et sa réactivité à ce sujet, et agi en conséquence. J’ose espérer qu’il puisse en être de même dans toutes les obédiences…

        • 15
          HRMS 24 décembre 2016 à 12:26 / Répondre

          je maintiens qu’une des méthodes politiques possible de lutte contre les idées et pratiques du FN, est d’y pratiquer l’entrisme maçonnique pour y activer les forces centrifuges;
          « la FM nulle part, les FMs partout », même là où ça « stinke »… mais ce n’est pas un jeu pour des apprentis, car il faut alors savoir pratiquer la danse dans tous les plans.

          • 16
            Vache qui rit 24 décembre 2016 à 12:52 / Répondre

            Le Pere Noël est d’ailleurs entre au FN pour deposer des hommes politiques d’occasion dans la cheminée

          • 18
            Désap. 24 décembre 2016 à 13:28 / Répondre

            Ah … Parce que tu penses qu’il soit possible de faire de l’entrisme chez les fachos ?
            Cette illusion de est très bien décrite dans le film
            « OSS117, Rio ne répond plus »
            :-))

            • 20
              HRMS 24 décembre 2016 à 15:14 /

              Désap @ illusion de l’illusion quelle est alors l’efficacité politique de la dérision de ce pastiche rigolard,qui brocarde sur les guerres de l’ombre… Si ce n’est donc, de ne rien faire d’autre que de l’incantatoire pour docilement suivre une bien pensance de plus en plus trouble et surtout qui ne fait qu’échouer depuis plus de trente an.la QS reste ; Comment faire en démocratie pour s’opposer aux idées néfastes? : restreindre la liberté d’expression? restreindre la démocratie? … etc ? ou les combattre sur leurs attendus et préambules ? Mais alors, dans quelles champs de la pensée et de la politique, si le dénie devient la règle morale et éthique pour proclamer son intelligence et sa capacité politique dans le mépris?

        • 17
          Yasfaloth 24 décembre 2016 à 13:21 / Répondre

          Bah j’en été resté à cette phrase rapportée par notre ami sur le blog « 3,5,7 » :
          .
          « Marine Le Pen ne doit pas être rejetée par a priori car elle est plus structurée politiquement que ne l’était son père qui était un pur provocateur ; »
          .
          Cela ressemble quand même, pour le moins à un début de considération… et connaissant le pragmatisme de A.B. cela ne m’étonne pas vraiment. A moins que j’interprète mal (c’est possible).
          .
          Ce ne serait pas la première fois que les principes personnels d’A.B. semblent s’écarter de ceux de l’obédience qu’il a dirigé, et qu’en l’occurrence j’approuve totalement (hormis la publicité qui est donnée à cette affaire).
          .
          Mais ce n’est pas le sujet…

          • 19
            HRMS 24 décembre 2016 à 14:47 / Répondre

            Il ne s’agit pas d’un « début de considérations », mais de prendre en considération les forces en jeu, leurs origines complexes et multiples, leurs conséquences possibles à probables par l’exercice de la Raison, qui ne relèvent pas du prophétisme messianique de gauche qui se complait dans la procrastination des pusillanismes incantatoires, comme le sont souvent les FF, bien au chaud à couvert et qui pensent ainsi sans aucune humilité pratique faire de la Politique!

            • 21
              Vache qui rit 24 décembre 2016 à 17:38 /

              Il faut prendre les périls tels qu’ils sont, même si cela nous deplait (FN, Islam,Chine, etc..). Nous jouons souvent les autruches, une forme de lacheté collective accentuée par les médias qui nous divertissent. Nous français, nous nous reveillons trop tard, sauvés en derniere minute par un pays tiers, jusqu’a present.

      • 14
        HRMS 24 décembre 2016 à 12:18 / Répondre

        Non,le plus « intéressant » est de s’interroger justement (cad métaux déposés) sur le fait que le Square ait publié un tel témoignage;
        on peut alors penser que la lecture avec commentaires par Dachez n’est que secondaire.

        • 22
          Yasfaloth 24 décembre 2016 à 17:50 / Répondre

          C’est très simple vous faites comme moi et vous allez chercher l’article dans le magazine : pages 33 et 34.
          .
          Là vous verrez que la personne qui s’exprime (à la demande de l’éditeur), s’est manifestement trompée en entrant en maçonnerie, et qu’il n’a pas été accompagné de façon adéquate.
          .
          Je vous transcris ici le post-scriptum de l’éditeur et les raisons qui l’ont poussé à publier :
          .
          « Ed: Wow! I asked for truthfulness and I sure got it. I thought hard about this article and discussed it with the publisher. We decided to go with it because it pulls no punches. It is harsh criticism but both of us agreed that we had indeed heard similar from other members. Of course, there is always another side to be heard. The author’s name is not his real name for obvious reasons and he did not want to be so critical because most of us do not like to be seen as troublemakers or whingers. If nothing else it shows just how important it is to select the right people as members, give them full information before they join and then support them and try to live up to the rhetoric we spout so easily once they are in. »
          .
          « Profiter » de cet article courageux pour se gausser de la maçonnerie anglaise me semble assez malhonnête…

  • 6
    Désap. 23 décembre 2016 à 14:34 / Répondre

    Cet éclaircissement des Colonnes n’a aucune importance, il est à mon sens heureux, il y a trop de monde en Maçonnerie.
    Je vais rassurer notre F. Maçon Prolo, la Maçonnerie n’est pas affaire de classe, situation ou possession, ces notions profanes ne sont d’aucun intérêt, la Maçonnerie est affaire d’aptitude, on ne fera jamais d’un bourrin un cheval de course, c’est aussi simple que ça, les propos du démissionnaire sont emblématiques d’une inaptitude totale, « rituels désuets » une stupidité insondable.
    Plus précisément, un niveau intellectuel élevé peut être un handicap (toute proportion gardée, bien entendu), il confine parfois, voire souvent, à une sorte de prétention et il faudra d’autant plus travailler pour se débarrasser des contingences, propre du voile.
    L’intellect est ce qui déforme, ce qui importe et doit être acquis est la réflexion du coeur, le mot important est « réflexion ».

    • 7
      Maçon p'tit bourge 23 décembre 2016 à 16:17 / Répondre

      Un coeur, ça bat, ça ne réfléchit pas.
      anti-intellectualisme primaire ou secondaire, c’est ce qui fait qu’on s’ennuie en loge quand cela vole à raz les pâquerettes
      Cela dit, le plus important aujourd’hui, c’est l’existence d’un rapport à l’autre, d’un sens du collectif et donc pas de ce « développement personnel » cher à certains qui développe le narcissisme, toutes classes confondues

      • 9
        Désap. 23 décembre 2016 à 17:12 / Répondre

        Incohérence quand tu nous tiens …
        à moins que ne ce soit l’ignorance des significations du verbe réfléchir et du mot coeur, d’un point de vue maçonnique bien entendu, puisque c’est de ceci dont il s’agit.
        Quant à l’intellectualisme … Socrate et Platon l’encensent, ce dernier va jusqu’à affirmer « les sages savent parfaitement que tous ceux qui font des choses laides et mauvaises les font malgré eux », une préfiguration du « pardon » inconditionnel, une excuse à l’ignorance comme si celle-ci était une fatalité, nihilisme total de la « responsabilité » si chère à nous, pauvres Maçons.
        Je me suis toujours demandé si ces deux grands philosophes religio-compatibles avaient bien entendu Pythagore ?

  • 4
    maçon prolo 23 décembre 2016 à 11:33 / Répondre

    Celui qui n’a rien compris se permet de souligner que le fait que la maçonnerie anglaise soit devenue populaire ( en particulier recrutement policier de base, dit-on) n’a rien de choquant, mais n’enlève rien à la réalité de son déclin que la Grande loge unie ne cache d’ailleurs pas.

    Il faudrait au reste regarder ce que sont devenues les sociétés para-maçonniques populaires comme les foresters ou les odd fellows. Chicon pourrait sans doute nous renseigner, avec sa sensibilité et ses connaissances.

    Quant au fait que la franc-maçonnerie française serait devenue populaire, il faudrait s’entendre sur le terme, mais cela ne correspond en rien à la sociologie des obédiences. Certaines sont certes plus bourgeoises que d’autres, mais soyons sérieux, quiconque a un peu voyagé sait de quoi il retourne.
    Pas de quoi se révolter, elle est comme elle est, la maçonnerie française, en sa diversité de rites et de genre.

    • 5
      Chicon 23 décembre 2016 à 13:51 / Répondre

      Un maçon prolo, comme l’étaient tous les maçons au départ, s’il travaille habilement de ses mains « sentira » quel est le sens, de son travail. Vive les maçons prolos et pas bêtes.

      • 8
        Maçon p'tit bourge 23 décembre 2016 à 16:22 / Répondre

        Révise ton histoire, si ce n’est pas trop intellectuellement exigeant. Au départ il n’y avait pas un ouvrier ni un paysan en loge, que de la petite bourgeoisie, avant que cela soit repris en mains par la gentry
        Quant à dire que l’éclaircissement des colonnes n’est pas si grave, ça me fait penser à l’église qui dit que ce n’est pas dramatique si elle s’écroule. Pour une FM qui prétend régner sur le monde, ça ne fait pas riche.

        • 10
          Désap. 23 décembre 2016 à 17:24 / Répondre

          Ben oui mais … comme il ne s’agit pas de régner mai d’être Roi, comme nous laissons les métaux à la porte et comme la petite et grande bourgeoisie ainsi que la noblesse furent initiées par des roturiers, il semble tout de même que tu rames résolument vers l’Ouest.
          On ne peut t’en vouloir, il faut être initié pour comprendre ces choses là 🙂

  • 3
    de chamarten 23 décembre 2016 à 11:24 / Répondre

    J’ai constaté en tant que FM franco anglais le vieillissement des FF britanniques et la difficulté de recrutements des futurs membres dans un pays où l’ultra libéralisme a envahi la nouvelle générations qui a pour Dieu la MONEY!!ma lodge à Londres vit bien les apprentis rentrent régulièrement..ce sont des jeunes désinteressés ,issus des classes moyennes ,fonctionnaires,etc..qui jadis n’auraient pu être acceptés du fait de la présence de la présence des lords et autre noblesse!!ils trouvent une amitié fraternelle et solide EN TOUTE SITUATION .
    Les Agapes sont animées car elles ont lieu dans les pubs..dans des salles discrètes
    Quant à l’ignorance de certains FF anglais j’en ai connu et connais, lors de mes visites en France,des Maitres absolument hors de la plaque qui courent à la Cordonnite ; j ‘ai assisté également )à une suite de Réunion du Conseil Général en tenue où les FF s’invectivaient directement sans ^passer par le VM !ceci se passait quant j’étais au GODF il y a plusieurs années ce qui a déclenché ma démission !
    Il est plus facile de voir la paille dans l’œil de l’autre lorsque l’on a une poutre dans le sien
    Il vaut mieux 1000 personnes actives,opératives dans la réalité de la vie:une partie de nos cotisations est attribuées à des cas discutés en lodge et votés ,avec actualisation quelques mois après..je n’ai pas vu,en 34 ans de FM en France un tel système!!où on invente des fondations,pompe à fric ‘ex STIFANI Nous sommes conscients de cet état,

    éral

  • 2
    HRMS 23 décembre 2016 à 10:57 / Répondre

    «  » C’est trop hiérarchique. Les décisions sont juste prises et imposées – et pourtant je payais pour appartenir à ça (…) Les rituels sont désuets et souvent franchement stupides. Beaucoup les récitent mais n’y croient pas. Par exemple, j’en connais plein qui ne croient pas en Dieu (…) C’est beaucoup trop religieux – si je veux la Bible et des prières, je vais à l’église (…) Tout y prend beaucoup trop de temps. Ça peut prendre toute votre vie (…) Les repas [après les tenues] sont mauvais et les discours [qui se font habituellement à ce moment-là dans les loges anglaises] encore pires, et c’est la même chose à chaque fois (…) Les membres ne comptent pas dans la société en général. La plupart ne sont rien du tout. Certains sont même pires – nous avions deux alcooliques dans ma loge et un autre s’est suicidé (…) Les membres [des loges] sont vieux et figés dans leurs habitudes. Je n’ai pas envie de passer mes soirées avec de vieux hommes pédants ».
    Etrange: j’ai l’impression amère qu’il parle de ma loge !!!
    illusion des pseudo élite, guignoleries des cheap spiritualité, inculture … surtout jachère des vanités
    Reste la Philosophie de fond de la FM Andersonnienne, des trois grade+1 , ce pourquoi e que j’adhère, que j’appartiens, encore depuis 44 ans …. il faut coute que coute maintenir les outils!

  • 1
    Chicon 23 décembre 2016 à 10:02 / Répondre

    « la gentry a déserté les colonnes du temple » observe justement Geplu. En Angleterre comme en France, le recrutement élitiste au départ, est devenu populaire. Il n’est donc pas étonnant de rencontrer ce type de commentaire de quelqu’un qui n’a rien compris faute de sensibilité et de connaissances.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
commodo mattis dolor. elementum felis diam consequat. Lorem fringilla ante. ultricies porta.