rue des FM Brioude

La photo maçonnique du dimanche 11 mars 2018

Par Géplu dans Photos

C’est Pol qui nous a transmis cette photo, avec cette interrogation. Si quelqu’un peut lui répondre…

Voici une photo d’une (petite) rue de Brioude, en Auvergne. Il serait intéressant de savoir pourquoi cette appellation ?
Un Frère de Brioude (?) pourrait peut-être donner l’explication. La rue se trouve dans les environs immédiats de la remarquable église romane.

Si vous aussi près de chez vous ou en voyage vous remarquez un bâtiment un objet ou une décoration maçonnique ou évoquant la maçonnerie, n’hésitez pas à nous en envoyer des photos avec quelques explications.
Ces « témoignages » plaisent beaucoup aux lecteurs du Blog.

dimanche 11 mars 2018 8 commentaires
  • 6
    pol 18 mars 2018 à 18:10 / Répondre

    Merci pour les informations bibliographiques et historiques Mais des FF habitaient-ils dans cette rue ? Y avait-il un Temple ?

    • 7
      UNION ET SOLIDARITE 19 mars 2018 à 08:33 / Répondre

      La loge Saint-Julien ne semble pas avoir eu de local particulier jusqu’en 1778, du moins on en a aucune trace. En 1778, elle décide de louer (ou de sous-louer) un local, soit au frère Dulac, soit au sieur Troullier (la formulation du PV n’est pas très claire).
      Ce n’est qu’en janvier 1790 que la loge achète une maison en partie ruinée au niveau de la toiture, située dans le quartier de Bienveigne, dans une rue qui prendra plus tard le nom de rue du 14 juillet, puis rue des Francs-Maçons.
      Cette maison était située du coté sud de la rue.
      Source : Retranscription de l’acte de vente in « Les Loges Maçonniques de la Haute-Loire » E. Gautheron. 1937.

      • 8
        UNION ET SOLIDARITE 19 mars 2018 à 09:36 / Répondre

        Petite précision : l’acte de 1790 précise que la façade de la maison était située à l’est, et était bordée au sud et à l’ouest par un jardin.
        Sur le cadastre napoléonien, une maison remplissait ces critères, en face du numéro 14 actuel. Elle n’apparait plus sur les photos aériennes de l’IGN dès 1950.

  • 4
    Youen GWASKELL 18 mars 2018 à 14:24 / Répondre

    Il y a à Clermont Ferrand également une Rue de Francs Maçons, avec une école élémentaire publique du nom de Ecole des Francs-Maçons…

  • 2
    Union et Solidarité 11 mars 2018 à 07:08 / Répondre

    Bonjour,
    La tradition maçonnique de Brioude est très ancienne. La loge de Saint-Julien, fondée en 1744, est la plus ancienne loge de Basse et Haute Auvergne. Sa patente est conservée à la BNF.
    Cette loge a disparu à la Révolution, mais aujourd’hui, une autre loge du GODF (Les Deux Mondes, allusion au F.·. Lafayette dont la famille était originaire de Haute-Loire) a repris le flambeau.
    Source : http://www.musee-maconnique-auvergne.fr/crbst_121.html

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG 11 mars 2018 à 07:07 / Répondre

    Pour connaître l’origine du nom de la rue des Francs-Maçons à Brioude, sans doute le mieux est-il de se reporter à ce qu’a écrit Pierre Chevallier (1913-1998), professeur émérite de lettres et historien, célèbre d’ouvrages sur la franc-maçonnerie et les ordres monastiques, prouvant ainsi l’ancienneté de la présence maçonnique dans cette bonne vieille ville de Haute-Loire dont le joyau est la Basilique Saint Julien.
    Je vous invite donc à lire son « La loge Saint-Julien de Brioude de 1744 à à1789 » in Almanach de Brioude et de son arrondissement, organe de la Société d’Études Archéologiques, Historiques et Littéraires de la région de Brioude, 60 – année 1980, pp. 11 – 92.
    Très fraternellement.

    • 3
      UNION ET SOLIDARITÉ 11 mars 2018 à 10:34 / Répondre

      Effectivement l’article de Pierre Chevalier rectifie beaucoup d’erreurs de l’ouvrage pionnier d’Émile Gautheron « Les loges maçonniques de la Hte-Loire » paru en 1937.
      Par contre le livre plus récent de B. Prou et M. Achard « Franc-maçonnerie en Hte-Loire » ne traite que de la partie « Velay », donc inutile de chercher de ce coté.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
1106fd9e65dc117c4a0b6c09b2f02373eeeeeeee