footballeuses GCGFF

Le Rite français au féminin, sens dessus dessous

Par Jean-Pierre Bacot dans Contributions

Le Grand Chapitre Général Féminin de France, du Rite Français, a tenu le week-end dernier un Conseil exceptionnel, fête d’équinoxe à laquelle était invité notre ami Jean-Pierre Bacot, qui nous en fait ici la relation, déjà publiée sur son blog Critica Masonica.

______________________________

Un moral de gagnantes…

Tous les deux ans, le Grand Chapitre Général Féminin de France – GCGFF – de Rite français, juridiction indépendante mais regroupant pour la gestion des « Ordres de sagesse » des maçonnes issues de la Grande Loge Féminine de France, organise une fête d’équinoxe où tous les degrés du rite sont représentés, du premier grade au cinquième ordre.

Plusieurs délégations étaient présentes, notamment ce samedi 24 mars, celles du Grand Chapitre Général Féminin du Portugal, du Grand Orient de France, de la Grande loge Mixte de France et du Grand Orient latino américain. On notait aussi la présence de représentantes du Suprême Conseil féminin de France (REAA) et du Grand Prieuré Féminin (RER), ainsi qu’une importante délégation de la Grande Loge Féminine de France.

Le thème choisi cette année était : « Le Rite français, sens dessus dessous ». Il  fut déployé en trois exposés qui feront l’objet d’une publication, selon trois approches thématiques : historique  « Le Rite français, du story telling au récit partagé » ; philosophique  « Autour de la rhétorique maçonnique et de sa lecture française » ; sociopolitique « Message du Rite français et engagement sociétal ».

Ces travaux ont permis de mettre en évidence ce que sont les spécificités du Rite français. Outre qu’il tente de lier la réflexion symbolique à une approche sociétale, il lie les émancipations individuelle et collective.  Se réclamant d’une démarche immanentiste, il refuse toute transcendance collective, laissant à ses membres le droit de croire ou de ne pas croire à une puissance extérieure.

Rappelons également que le Grand Chapitre féminin de France a déjà publié en octobre 2016 un ouvrage, Femmes et démocratie, dont les textes étaient issus des travaux de la précédente fête du Rite français et dont nous avons rendu compte en son temps.

La réunion qui a rassemblé  quelque 180 sœurs et quelques frères, et à laquelle Critica masonica était invitée, était présidée par Frédérique Ferrand, dont on retrouvera une entrevue dans le numéro 12 de notre revue qui paraîtra en fin d’année.

mercredi 28 mars 2018 2 commentaires
  • 2
    Joël 28 mars 2018 à 14:19 / Répondre

    On remarquera au passage le jeu de mot subtil. Mais ne soyons pas plus puritains que le pape…

  • 1
    Marquise 28 mars 2018 à 12:20 / Répondre

    On attend cette publication qu’on pourrait illustrer par un France ecosse en ballon ovale.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
et, tempus eget sit mattis neque.