Heusele FM

L’affaire Heusèle et la franc-maçonnerie

Par Géplu dans Anti-maçonnerie

« L’affaire Jacques Heusèle » est celle d’un assureur d’Arras, disparu en janvier 2009 et dont le corps a été retrouvé un mois plus tard dans la Meuse. L’affaire avait fait grand bruit, car l’on s’est vite aperçu que ce notable arrageois avait mené une double vie, avec de nombreuses dépenses cachées et des rendez-vous secrets supposés galants, si ce n’est pire…

Il n’en fallait pas plus pour que tous les fantasmes s’expriment et, bien sûr, la franc-maçonnerie ne pouvait pas être absente du mystère ! Ainsi que le révèle (entre autres) le site Agora Vox, le journaliste animateur Karl Zéro, qui aime bien aussi de temps en temps l’événementiel un peu glauque, ça fait de l’audience coco, a consacré un reportage à l’affaire, avec tout le sérieux requis.

Après que deux avocats locaux « issus du cénacle des amis du Rotary », comme la victime, aient été accusés de ne rien faire, voire d’essayer d’étouffer l’affaire, la famille s’est adressée à un avocat parisien aux méthodes un peu plus musclées. Plainte a été déposé, une instruction ouverte, et l’avocat a rencontré la juge en charge du dossier. Cette dernière lui aurait déclaré : « Maître, on peut rien faire dans ce dossier, vous avez la franc-maçonnerie, qu’est-ce que vous voulez faire contre la franc-maçonnerie ». Et l’avocat de réagir : « Je vois pas pourquoi la franc-maçonnerie empêcherait de savoir pourquoi quelqu’un est mort. » On est bien d’accord, Maître.

Karl Zéro, flairant le bon filon interview alors la femme du disparu : « Est-ce que votre mari était franc-maçon ? » « Ben je ne sais pas, c’est le genre de question que j’aurai jamais pensé lui poser » répond l’épouse un peu perdue et n’ayant visiblement toujours pas digéré d’avoir appris que son mari menait une double vie.

En fait rien n’évoque précisément « la franc-maçonnerie » dans ce dossier, si ce n’est cette supposée confidence de la juge d’instruction, confidence d’ailleurs assez scandaleuse si elle était avérée, mais Karl Zéro ne s’est bizarrement pas préoccupé d’essayer de rencontrer et de questionner cette juge pour le vérifier. Il semble pourtant très satisfait de la conclusion de l’avocat : « Il y a trop de questions qui se posent dans ce dossier et nous penchons nous pour un assassinat qui doit toucher des forces suffisamment puissantes pour stopper la justice ». Hé oui, des forces « puissantes » ou « occultes », sans aucun doute. Suivez mon regard…

C’est tellement facile quand on n’a rien de sérieux à se mettre sous la dent que de laisser entendre, sans aucune preuve, que « la franc-maçonnerie » pourrait être impliquée dans cette affaire et, grâce bien sûr à ses puissants pouvoirs occultes, aurait tenté de l’étouffer. C’est ce que l’on appelle la théorie du complot. De la part de l’avocat on peut comprendre que celui-ci cherche, pour tenter de moins ternir l’image de son client, à ouvrir toutes les portes qu’il peut ou à faire des diversions, mais de la part du « journaliste », c’est inacceptable. Dans le temps le journaliste qui dans une rédaction traitait les échos, les potins locaux, était appelé un échotier. Karl Zéro vient d’inventer un nouveau genre : le ragotier. Félicitations Karl.

La première vidéo ci-dessous reprend les passages ou l’on parle de la franc-maçonnerie, dans le reportage de Karl Zéro, présenté complet dans la seconde.

jeudi 13 décembre 2018 16 commentaires
  • 15
    Justine 23 janvier 2019 à 17:36 / Répondre

    Bonjour,
    j’essaie de trouver des exemples de justice où on a pu contrer le pouvoir de la Franc Maçonnerie, et je suis tombée sur votre blog, je cherche des journalistes ou personnes qui pourraient m’aider ou me donner des solutions dans l’histoire sordide où je me trouve aujourd’hui. car je viens de quitter un Pervers Narcissique, personne reconnue et connue dans la ville où nous habitons. Après 17 ans de manipulation, de rabaissement, d’humiliation, voir frapper mes enfants etc.. J’ai enfin ouvert les yeux et je me suis sauvée et une fois partie, monsieur a eu des attouchements sexuels envers ma fille , j’ai du porter plainte après des semaines de réflexion , d’hésitation contre son père dans le but de protéger ma file. Il est sous contrôle judiciaire et le jugement a lieu mardi prochain. Et là comme par hasard, alors que j’avais demandé une pension de secours (vu l’écart de salaires, et la difficulté financière dans laquelle je me trouvais – car il faut savoir que le manipulateur met sa victime sous l’emprise morale, affective et financière ) alors que je suis super indépendante, d’ailleurs même avec peu je payais toutes mes dépenses même mariée. Bref, venons au sujet concerné la Franc Maçonnerie. Donc j’avais demandé une pension de secours . Cela faisait 8 mois que j’attendais, et comme par hasard, le JAF a accepté de reporter l’audience du divorce du 10/01 et pas au mois prochain ou en mars mais à fin mai, et comme par hasard, il y a eu un changement de juge sur mon dossier , avant c’était une femme et maintenant un homme d’un certain âge. ET là comme mon ex mari est franc maçon, cela parait tellement gros que je rentre encore dans une histoire de pouvoir et d’argent que je suis obligée de subir vue la puissance de cette organisation. Je ne veux pas rester inerte et inactive devant cette injustice. Quel peut être mon recours ? Que puis je faire pour que la justice soit établie et la vérité ?

    • 16
      Géplu 23 janvier 2019 à 18:42 / Répondre

      Votre détresse semble réelle Justine, mais attention aux préjugés et aux apparences.
      .
      A part votre “impression”, qu’est-ce qui prouve l’intervention inapproprié de la franc-maçonnerie dans votre affaire ? Avez-vous des éléments tangibles pour étayer vos suspicions ?
      Qu’il y ait pu avoir collusion entre des francs-maçons ici ou là, c’est exact même si c’est heureusement exceptionnel (et à chaque fois que les instances ont été informées le ménage a été fait), mais il aussi absurde autant qu’injuste de voir des combines et des petits arrangements partout. Qu’ils soient francs-maçons ou pas, les magistrats de notre pays sont dans leur immense majorité des hommes et des femmes intègres, et en douter est une grave accusation qu’il faut prouver.
      L’affaire Heusèle est à ce titre un parfait exemple d’accusation sans preuve, de diversion d’un avocat en mal d’effets.
      .
      Maintenant, si vous êtes persuadée qu’il se passe des choses anormales dans votre dossier, un courrier au Procureur de la République est le meilleur moyen de vous faire entendre.

  • 13
    RAD SOC 16 décembre 2018 à 08:50 / Répondre

    il faut savoir que Bernard Mery est l’auteur de deux pamphlets délirants sur les liens entre la Justice et la Franc-Maçonnerie….

    • 14
      Joël 16 décembre 2018 à 12:05 / Répondre

      De toute façon, les liens de ce type entre juges ne sont pas interdits. Je suppose qu’il y a des liens entre juges d’un même parti. Le tout est de respecter la légalité, la déontologie et le principe d’impartialité.

  • 10
    Thomas 14 décembre 2018 à 06:54 / Répondre

    Ce personnage est méprisable qui ne mérite pas un débat de notre part, c’est lui donner de l’importance

    • 11
      Roland 14 décembre 2018 à 10:32 / Répondre

      Plutôt d’accord. Mais on l’a déjà fait remarquer au WM pour d’autres dossiers lancés sur ce site.
      Pour ma part, je retiendrai quand même qu’il pourrait y a avoir (eu) des réseaux pédophiles pour notables à Mons et à Bruges. Mons, c’est le Hainaut belge et Dutroux, Bruges, c’est la ville de l’évêque Robert Van Geluwe, pédophile reconnu, et de l’ex-cardinal Danneels, inquiété…
      Je le dis parce qu’officiellement, il n’y a pas de réseaux pédophiles en Belgique, Dutroux étant un « prédateur isolé ». C’est la doxa de l’Etat belge.
      Une fois de plus, la police belge n’a pas fait grand-chose pour tirer au clair cette affaire glauque que laisse entrevoir le contenu des carnets.

      • 12
        Roland 14 décembre 2018 à 11:39 / Répondre

        A 20’46 » A la date du 12 août 1996, curieuse mention d’une fille en chemisette âgée de 14 ans. Laetitia Delhaie (14 ans) a été enlevée par Dutroux le 9 août, probablement sur commande, et retrouvée vivante le 15 du même mois.
        Pour l’évêque de Bruges, il s’agit de Roger Van Gheluwe, réfugié en France.
        Allez, j’arrête. Retournons à des sujets qui concernent la FM.

  • 8
    lazare-lag 13 décembre 2018 à 19:41 / Répondre

    Puis-je faire remarquer quelques petits détails de pure forme, mais au final assez savoureux.
    La ci-devant magistrate dit, ou semblerait avoir eu comme propos:
    « Maître, on peut rien faire dans ce dossier, vous avez la franc-maçonnerie, qu’est-ce que vous voulez faire contre la franc-maçonnerie ».
    De son côté, le ci-devant avocat réagit ainsi :
    « Je vois pas pourquoi la franc-maçonnerie empêcherait de savoir pourquoi quelqu’un est mort. »
    Enfin, notre Karl Zéro, de conduite, interroge la veuve:
     » Est-ce que votre mari était franc-maçon ? ».
    Laquelle aurait répondu: « Ben je ne sais pas, c’est le genre de question que j’aurai jamais pensé lui poser « .
    Rien ne vous choque?
    Chez les uns comme les autres?
    Une concordance dans les fautes d’expression.
    A mon sens, une magistrate, un peu instruite, un peu lettrée, aurait plutôt dit:
    « Maître, on ne peut rien faire dans ce dossier », d’une part et « Que voulez-vous faire contre la franc-maçonnerie ».
    Un avocat un peu éloquent, pas trop bourrin, aurait pu dire:
    « Je ne vois pas pourquoi la franc-maçonnerie, etc… »
    Quant à Karl Zéro, qu’on connait un peu plus à l’aise en syntaxe, on le voit plutôt dire:
    « Votre mari était-il franc-maçon? »
    Et la veuve, qu’on veut bien croire affectée par la perte de son mari, aurait pu dire:
    « Le genre de question que je n’aurai jamais pensé lui poser ».
    Bref, tous s’expriment avec une absence identique de négation dans une phrase négative.
    Et ensuite, tous utilisent le « Est-ce que » avec la même maladresse et la même lourdeur de construction, là où une simple astuce interrogative peut alléger la phrase.
    On se pose donc la question suivante:
    Avec des fautes ainsi identiques et comparables chez 4 personnes différentes (magistrate, avocat, Karl Zéro, la veuve), on en vient à douter de l’authenticité de leurs propos respectifs. Et donc de leur contenu.
    Cela laisse l’impression que le narrateur (peut-on le qualifier de journaliste?) installe ses propres mots dans les propos de chacun des protagonistes.
    Tout ceci laisse comme un goût d’inachevé, et il ne s’agit là que de sémantique.
    Il semble, et l’écoute quotidienne de la radio ou de la télé ne nous rassure pas davantage à cet égard, que ce soit ce français appauvri que l’on ne respecte pas dans les écoles de journalisme.
    Peut-être me répondra-t-on que les écoles de journalisme ne sont pas des écoles de défense de la langue française….
    Je crois utile de préciser que je ne suis ni enseignant, ni linguiste… mais un simple lecteur, essayant de ne pas faire trop de fautes, autant à l’écrit, qu’à l’oral.
    Et, comme franc-maçon, de respecter la langue que j’utilise dans la rédaction de mes planches et dans leur exposition orale.
    J’avais prévenu: rien sur le fond du dossier, que des questions de forme, mais pas forcément secondaires.

  • 7
    Thomas 13 décembre 2018 à 16:01 / Répondre

    Cette affaire doit être menée par un incapable qui se réfugie comme prétexte en se déchargeant sur une association qui dépasse son intelligence.

  • 6
    biobrute 13 décembre 2018 à 13:33 / Répondre

    J’ai l’impression de me répéter et mon propos sera valable que ce soit une rumeur ou un fait…dresser des temples à la vertus et des cachots aux vices quand on a certains des membres qui sont des raclures, c’est pas facile à assumer tous les jours…les frangins vertueux sont oubliés face aux mauvais, dans l’opinion en tout cas. Rappelons qu’un journal coupé en morceaux, ça n’intéresse pas les femmes, mais une femme coupée en morceaux intéresse les journaux…

    • 9
      Joël 13 décembre 2018 à 21:42 / Répondre

      Pas mal.

  • 5
    Turbulo 13 décembre 2018 à 12:25 / Répondre

    Monsieur Karl 0 s’était brillamment illustré dans l’affaire des réseaux de pédophiles et autres satanistes de Toulouse qui ont failli broyer Dominique Baudis.

  • 3
    Roland 13 décembre 2018 à 10:50 / Répondre

    Sale histoire quand même…
    Ci-dessous, on parle de réseaux de prostitution à Mons et Bruges
    https://www.bfmtv.com/societe/affaire-jacques-heusele-8-ans-apres-la-mort-de-l-assureur-le-mystere-demeure-1065713.html
    Je cite : « L’audition d’un homme qui s’est spontanément présenté à la famille Heusèle parlant d’un réseau de prostitution à Mons et Bruges n’a jamais été effectuée. » Cela me rappelle un célèbre dossier belge.
    Dans la vidéo que Hiram.be a mise en ligne, il est apparemment question de mineurs de 14 ans (filles et garçons mais aussi enfants – à partir de 19’42 »).
    Il est quand même facile pour nous de vérifier son appartenance ou non à la FM.

    • 4
      Joël 13 décembre 2018 à 12:03 / Répondre

      Que Heusèle en ait fait partie ou non ne remettrait d’ailleurs pas en cause l’intégrité morale de l’immense majorité des FM.
      Quant aux pressions maçonniques dans ce dossier, il faudra pour le prouver un peu plus qu’un petite phrase de la vidéo prêtée à un magistrat, si je ne m’abuse…

  • 2
    Sauër 13 décembre 2018 à 10:37 / Répondre

    La théorie du pouvoir occulte fait partie de l’approche profane concernant la FM . Tout comme le fameux secret dont nous serions dépositaires . Rien de nouveau ! Cela dit il existe des loges ou affairisme et symbolique sont étroitement lies … j’ai constaté que des Freres venaient en salle humide « régler leurs petites affaires et ne même pas assister a la Tenue … je tairai l’obédience et la Loge : c’est à Paris ! Face à ce type de  » corruption » philosophique comment ne pas s’exposer à la critique !

  • 1
    blob 13 décembre 2018 à 07:55 / Répondre

    Bonjour,
    comme le souligne sa fiche wikipédia, Karl Zéro n’est pas journaliste, il n’a pas de carte de presse. Cela ne l’excuse en rien de faire des amalgames, des sous-entendus ou de manier allègrement l’infotainment mêlée d’infox, c’est juste pour préciser.
    Bien à vous.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
amet, felis neque. odio eget commodo dolor. libero id id elementum