Nivel H 2019

Marché de Noël maçonnique 2019

Publié par Géplu
Dans Divers

Comme les années précédentes, l’association des 7 loges de Nivel House à Nivelles (3 de la GLRB, 1 du GOB, 1 de la la GLB, 1 de la GLFB et 1 de Memphis Misraïm) organise ce Samedi 30 novembre toute la journée le 5ème « Grand Marché de Noël Maçonnique » Inter-obédientiel à Nivel House.
Les 25 exposants sont tous francs-maçons, artistes et artisans de toutes obédiences, et les produits proposés d’inspiration ou à connotation maçonnique.

Bar festif et petite restauration gastronomique toute la journée.
Soirée en fête : à 19h30 Spectacle Michel Mainil & Friends Four Brothers, une histoire de jazz et de fraternité,
suivi vers 21h00 d’une soirée choucroute (ou quiches végétariennes). Prix unique pour la soirée : 35 €.
Réservation pré-paiement obligatoire avant le 21 novembre à marche-nivel-house@proximus.be

Téléchargez l’affiche avec tous les renseignements : affiche marché de noel 2019

mercredi 30 octobre 2019
  • 9
    lazare-lag
    14 novembre 2019 à 11:58 / Répondre

    (@ message 7)
    MTCF Marcus,

    Ton message m’interpelle et me pose réellement question.
    Je crois que nous faisons fausse route car tout part d’une mauvaise interprétation de mes réelles intentions.
    Tu me mets donc en position de devoir m’en expliquer.
    – – –
    Si ce que j’ai pu écrire a eu pour conséquence que tu te sentes heurté, alors oui, bien évidemment, trois fois plutôt qu’une, j’en suis le premier confus car, et en cela tu as raison, le but d’une intervention ne doit en aucun cas être celui de blesser volontairement (je dis bien « volontairement ») un autre frère, inconnu ou pas d’ailleurs.
    Car à aucun moment ce n’était le but de ma démarche. D’ailleurs où en serait l’intérêt ? Où en serait la justification ? Je ne vois pas bien.
    – – –
    Comment te convaincre que ma démarche n’était absolument pas celle-là ?
    Eh bien en essayant de t’expliquer (je ne sais pas si je serai compris, c’est le risque, et ça dépend de toi, plus de moi) ce qui a pu me guider.
    – – –
    L’humour , Marcus, l’humour.
    L’humour et la langue française, car j’aime la langue française.
    J’aime les ressorts qu’elle peut cacher, les feintes qu’elle propose, les pièges qu’elle nous tend, et l’esprit facétieux qu’il peut en ressortir. Oui, j’aime jouer avec les mots.
    – – –
    Le but n’était pas de montrer que je connais la grammaire, si je la connaissais si bien, je ne ferai pas moi-même quelques fautes, ici même, sur ce blog.
    Et si tu étais un habitué du site Hiram-be, tu aurais pu observer qu’il m’arrive de m’autocorriger et que je m’efforce de le faire avec humour, parce que je suis assez adepte de l’auto-dérision.
    Se moquer de soi-même plutôt que des autres est effectivement assez savoureux. Cela démontre qu’on est conscient de ses propres faiblesses, qu’on s’efforce de les dépasser, qu’on s’efforce de s’améliorer, et qu’on ne se prend pas au sérieux ; excellente école de modestie.
    – – –
    Le but n’était donc pas de ridiculiser un frère, surtout pas.
    Il était, à partir d’une construction de phrase, de jouer avec les différents éléments qui la composent, et d’en montrer ou démonter, quelques effets cachés, ou involontaires, ou humoristiques qui tiennent aux mots eux-mêmes, et certainement pas à leur auteur.
    Ce n’est pas le F :. Marcus qui est visé, ce sont les quatre mots employés, ne ramène pas cela à ta personne, ce n’est pas le même plan, et à aucun moment je n’étais sur celui-là.
    – – –
    La preuve ?
    Quand je fais une digression autour de Nivelles (nom de lieu) et Nivelle (nom de personne), et que je m’en amuse, en quoi toi, Marcus es-tu concerné ?
    En rien, puisque c’est moi qui partant de tes mots, les dépassant, dérive sur toute autre chose qui n’est absolument pas contenu dans ton propre texte.
    J’aurais d’ailleurs pu tout aussi bien faire une astuce avec niveler ou niveau, mais ça m’est venu trop tard.
    – – –
    C’est donc une double et totale extrapolation.
    Une extrapolation de ma part, parce que j’ai dépassé ton tout petit propos de quatre mots pour partir sur totalement autre chose.
    Une extrapolation de la tienne, car tu viens me prêter de bien sévères et curieuses intentions totalement absentes et étrangères de ma démarche.
    – – –
    La seule petite faute, et elle est bien vénielle, ce n’est même pas une faute, à peine une imperfection, c’est d’avoir oublié un petit accent sur le « où ».
    Pour ceci, tu ne mérites aucun opprobre, et que celui qui ne l’a jamais faite, jette la première pierre.
    Et ça ne sera pas moi, d’une part parce que celle là il m’est arrivé, et il m’arrive encore, de la faire.
    D’autre part, parce que les pierres, MTCF Marcus, tu le sais bien, sont là pour être taillées et jointes à l’édifice, non pour agresser quiconque.
    – – –
    Par contre, ce en quoi tu as totalement raison, c’est dans le fait que je ne suis ni ton professeur, ni ton patron.
    Et c’est d’autant plus exact que je ne suis ni enseignant, ni directeur de quoi que ce soit, et que je connais très bien ce que c’est d’être un maillon dans une chaîne hiérarchique et ce en ayant bien plus de tels maillons au dessus de soi, qu’en dessous.
    Et un des avantages de la démarche maçonnique est bien celui-ci : pas d’enjeu, pas de stress, pas d’objectifs à atteindre autre que celui de la convivialité et du vouloir bien vivre ensemble, bref de la fraternité.
    – – –
    Quant au fait que je puisse être bien seul et que mes frères en loge seraient à plaindre, je crains que ta colère et/ou ta susceptibilité te guident au delà de tes pensées.
    Je ne vis pas seul, je te rassure, épouse et enfants m’apportent plein de joie et ne me donnent pas l’impression d’être martyrisés, malheureux ou éteints ; et je crois m’être fait de solides amitiés sur les colonnes.
    Et à ce propos, tu remarqueras que l’attaque personnelle n’est pas de mon registre, je laisse cela à ceux dont c’est la dernière argumentation, quand ce n’est pas la première.
    – – –
    Et, pour m’appuyer sur tes tous premiers mots de ton message 7, je ne crois pas un instant avoir perdu du temps à te répondre.
    Sur ce je te laisse, MTCF Marcus bien profiter du marché de Noël.

    • 11
      Luciole
      15 novembre 2019 à 00:10 / Répondre

      Bonjour
      On peut même dire que la FM a été le terrain sérieux d’humoristes patentés comme Grock,Zavatta,Léo Campion,Pierre Dac,Pierre Doris,Gabriello,Stan Laurel et plus tard Oliver Hardy,j’en oublie surement bien d’autres et,pour les amoureux de la langue française des non-maçon comme les regrettés Pierre Desproges ou Raymond Devos.
      J’ai toujours prôné l’humour en loge car un travail sérieux ne doit pas empêcher,à d’autres moments,la saine et joyeuse ambiance qui nous fait savourer nos rencontres.

  • 8
    geller
    3 novembre 2019 à 14:41 / Répondre

    Bravo ,exemple a suivre .

  • 7
    Marcus
    3 novembre 2019 à 01:08 / Répondre

    Mon pauvre Lazare, Tu as vraiment du temps a perdre ou tu dois être bien seul pour passer autant de temps a écrire de telles bêtises prétentieuses pour montrer que tu connais la grammaire et a essayer de ridiculiser un frère que tu ne connais pas. Je suis au regret de confirmer qu’écrire Ou est ce Nivelles ? est correct vérifies et même si cela ne l’était pas qu’est ce que cela peut te faire. Tu n’es pas mon professeur, ni mon patron et tu n’est pas non plus un franc maçon fraternel et tolérant. Tu n’es qu’un petit qui se prend au sérieux et qui ne rend pas la vie belle et si tu es comme cela avec les membres de ta loge je les plains.

  • 6
    lazare-lag
    31 octobre 2019 à 22:50 / Répondre

    Le Français est vraiment une sacrée drôle de langue.
    Elle peut parfois révéler des pièges, ou bien suggérer plusieurs pistes simultanément, mais peut parfois aussi prêter à sourire.
    Qu’on en juge à partir du simple message (n°2) de Marcus, pourtant composé de seulement quatre mots:
    – – –
     » Ou est ce Nivelles? »
    – – –
    Sans changer aucun de ces mots, ni la prononciation de l’ensemble, on peut y comprendre plusieurs choses.
    Si le but recherché est de savoir où se situe la ville belge de Nivelles, il eût été préférable d’écrire:
    – « Où est-ce Nivelles? »
    avec « Où » comme adverbe de lieu et non « Ou » conjonction introduisant un choix entre deux ou plusieurs propositions.
    Ou, mieux encore:
    – « Où est Nivelles? »,
    le « ce » ne se justifiant pas vraiment pour désigner une localité.
    Qui plus est, on peut se souvenir que Nivelle (sans « s » cette fois) était un général français qui succéda à Joffre pendant la 1ère Guerre Mondiale, et pas de la meilleure des manières…
    Du coup, pensant à un individu, et non plus à un lieu, dire:
    – « Où est ce Nivelles? »
    donnera l’impression que l’on recherche quelqu’un en particulier.
    Et alors l’adjectif démonstratif « ce » introduit comme une familiarité pour désigner le quidam ainsi nommé.
    Mais si l’on maintient le « Ou » sans accent, la conjonction suggérant un choix, cela donne l’impression d’être une deuxième phrase, du genre:
    – Est-ce Fleurus? « Ou est-ce Nivelles? »
    (ou, dit légèrement autrement: « Ou bien est-ce Nivelles? »)
    si l’on veut choisir, par exemple, entre deux villes belges proches l’une de l’autre.
    – Est-ce Joffre? « Ou est-ce Nivelle? »,
    si l’on veut départager les deux généraux français précités.
    Enfin, on peut aussi observer que selon que l’on conjugue le verbe être avec ou sans trait d’union (« est-ce » ou « est ce », peuvent alors s’introduire d’autres nuances de compréhension.
    Dit autrement, voilà une phrase que l’on pourrait croire des plus simples (pensez donc: rédigée avec seulement quatre mots), mais en jouant uniquement avec un accent par ici, un trait d’union par là, et une homonymie au moins phonétique entre un lieu et un personnage, et vous pouvez arriver à construire les significations les plus diverses.
    De quoi embrouiller bien du monde.
    Elle est pas belle, la vie?

    • 10
      Eric
      14 novembre 2019 à 16:54 / Répondre

      En précisant que la ville de Fleurus se situe à 28km de Nivelles

      • 12
        lazare-lag
        16 novembre 2019 à 22:25 / Répondre

        Cette proximité, de 28 km donc, est effectivement une des deux raisons pour lesquelles j’en suis venu à citer ici Fleurus.
        La seconde raison tient au fait que Fleurus parle assez, en France en tout cas, à ceux qui s’intéressent d’un peu près à la période de la Révolution Française.
        Comment ne pas penser un instant, en effet, au refrain du « Champ du départ »?
        Chant révolutionnaire, chanté pour la première fois à la bataille de Fleurus en 1794, face aux armées coalisées.
        Pour mémoire, le refrain en est:
        « La République nous appelle,
        Sachons vaincre ou périr,
        Un Français doit vivre pour elle,
        Pour elle, un Français doit mourir ».

  • 4
    MARCUS
    30 octobre 2019 à 15:43 / Répondre

    Merci Pitou, y a t-il en France un marché identique ?

    • 5
      Pitou
      31 octobre 2019 à 14:59 / Répondre

      Excellente question! Je n’en sais rien…

  • 2
    Marcus
    30 octobre 2019 à 10:41 / Répondre

    Ou est ce Nivelles ?

    • 3
      Pitou Grandjean
      30 octobre 2019 à 13:48 / Répondre

      Bonjour
      en Belgique, entre Mons et Bruxelles, sur le tracé de l’autoroute E19

  • 1
    Pitou Grandjean
    30 octobre 2019 à 09:21 / Répondre

    Merci « Géplu » . ….et n’oublions pas le soutien de 2 loges « locataires » : R.°.L.°. Yggdrasil du Droit Humain et la loge Orion ( GLFB°) en formation!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif