Chaïne d’Union

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 10 avril 2007
Étiquettes : ,
  • 5
    Pierre-Jean
    12 avril 2007 à 11h46 / Répondre

    Mais de rien Isis 🙂
    Entièrement d’accord, Stéphane. Et rien ne me blesse autant dans certains rituels épurés que l’absence de chaîne d’union. Cet élément rituel est un peu comme le Sel d’une Loge, équilibrant le Soufre et le Mercure.

  • 4
    Stéphane
    11 avril 2007 à 19h23 / Répondre

    C’est, pour moi, le moment le plus intense de la tenue. Celui où tous les FF:. sont là, les présents comme les absents. Celui où l’on se sent vraiment appartenir à quelque chose qui nous dépasse…

  • 3
    isis
    10 avril 2007 à 23h30 / Répondre

    merci, pierre jean.

  • 2
    Pierre-Jean
    10 avril 2007 à 18h19 / Répondre

    La chaîne d’union revêt plusieurs formes :
    – la chaîne longue, dans sa forme générale
    – la chaîne courte ou raccourcie qui se fait en passant un bras sur l’autre (croisés), utilisée pour la communication des mots de semestre

    La chaîne revêt plusieurs aspects :
    – l’ensemble des maçons qui la composent
    – l’ensemble des maçons passés, présents et à venir. La chaîne est d’ailleurs rompue lors d’une tenue funèbre, elle est exécutée ouverte. Puis on intègre un frère à la chaîne pour la reformer. C’est d’ailleurs ce symbole qui est le plus fort, et qui nous rattache à nos frères du passé, du présent et à ceux de l’avenir

  • 1
    isis
    10 avril 2007 à 10h53 / Répondre

     »si tous les gars du monde voulaienr se donner la main…. »

    sans doute le symbole qui touche le plus mon coeur de profane…
    isis

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous