De la puissance maçonnique

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 15 novembre 2006
Étiquettes : , ,
  • 4
    Jacques Cécius
    16 novembre 2006 à 09:12 / Répondre

    Les gens de bon sens, en Wallonie, surnommait « le beau Léon » Fourex. Pour nos FF.°. et SS.°. étrangers, Rex était le nom du parti fascsite créé par Degrelle, collabo, antisémite, anti-maçon, qui fut un temps soutenu par quelques prélats belges, puis « crossé » par le cardinal-archevêque de Malines, le pourtant conservateur Van Roey.

  • 3
    Chrisburg
    15 novembre 2006 à 17:42 / Répondre

    Pierre Vial, universitaire, est un érudit hors pair pour tout ce qui touche à l’histoire des Indo-européens, mais est aussi et surtout un raciste de pure souche. Il a notamment beaucoup influencé les idéologues du Vlaams Blok. Mais son terrain de prédilection reste sa patrie : la France. Dans ses ouvrages, il ne cache que très peu son attachement à la suprématie de la race blanche. Pour ceux qui voudraient se faire une idée sur son caractère ultranationaliste (voire même neonazi), je les renvoie à l’article suivant : Pierre Vial, « 27 juillet 1214 : Bouvines », dans National Hebdo, 52, 21 septembre 1994. Le marteau de Thor et la croix celtique lui iraient très bien comme symboles je trouve 😉 Qu’en pensez-vous ?

  • 2
    Jiri Pragman
    15 novembre 2006 à 15:35 / Répondre

    Le lien a été rétabli. Cet article sur le « coming out maçonnique’ avait basculé dans les archives du blog « Au milieu des ruines ».

    Jiri Pragman

  • 1
    Photogone
    15 novembre 2006 à 10:26 / Répondre

    Le lien sur ce « coming out maçonnique » ne fonctionne pas et l’article semble introuvable au sein du blog en question… Dommage, on perd apparemment de grandes et belles choses.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous