Du port d’insignes philosophiques ou religieux dans la fonction publique

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 25 janvier 2007
  • 21
    isis
    30 janvier 2007 à 10h59 / Répondre

    quel sens attribuons -nous au fait de porter un signe d’appartenance quel qu’il soit bien en vue sur notre vêtement, autour du cou etccc…?

    je porte un pendentif représentant Isis ,: il a pour moi valeur de symbole intérieur, mais n’est en aucun cas une banière de ma « foi »

    je porte à mes revers de vestes la roue rotarienne : c’est un signe de reconnaissance, qui s’adresse à l’extérieur (on nous recommande de ne pas oublier de porter cette roue si on veut être de « bons » rotariens fiers de l’être)

    ce n’est pas du tout le même message dans les deux cas.

    au fait je suis fonctionnaire….

    isis

  • 20
    Philippe Benhamou
    29 janvier 2007 à 13h42 / Répondre

    J’ai remarqué récemment que sur la plupart des documentaires télé, les marques inscrites sur les vêtements des interviewés et passants sont floutées (quel boulot). Ne devrait-on pas exiger la même chose pour les croix, étoiles, croissants, triangles et autres formes géométriques déposées. Et que dire des expressions courantes comme Oh Mon Dieu, Seigneur, ou les petits signes de croix des athlètes entre EPO et épreuve sportive? Peut-on encore lever les yeux au ciel?

    Philippe Benhamou

  • 19
    Corto
    29 janvier 2007 à 12h57 / Répondre

    Je suis totalement d’accord avec Jiri: il convient d’éviter de faire l’amalgame entre la tolérance et la neutralité, cette dernière étant évidemment un des principaux piliers de la crédibilité de l’Etat. Sans cette neutralité qu’en serait-il donc de de la profession de foi de Xul qui s’écrie « vive les différences »? Car si « vive les différences » devait nous contraindre à vivre dans un pays où cohabiteraient tant bien que mal des communautés repliées chacune sur ses propres convictions au mépris d’une volonté du vivre ensemble, ce « vive les différences » risquerait de n’être que le tchador d’un communautarisme larvé qui guette notre société. Suis-je donc intolérant si je suis choqué d’être accueilli à la maison communale par un(e) fonctionnaire portant la kipa, le voile ou une croix au revers de son veston? Si la réponse à cette question est oui alors je ne vois d’autre solution que de revendiquer cette intolérance au nom de la neutralité du service public qui est garante du vivre ensemble dans un pays où les cultes et la laïcité sont subventionnés.

  • 18
    xul
    28 janvier 2007 à 21h10 / Répondre

    Le déroulement de la fin du cycle (âge de fer) rend la question
    de la « neutralité » de l’État et de ses représentants encore plus
    épineuse. En effet, au lieu de certaines prépondérances ethniques
    et géographiques des Traditions adaptées à des mentalités
    diverses, on constate la présence simultané d’un nombre important
    de Traditions, religions, sectes, mouvements pseudo-religieux et
    pseudo-ésotériques, etc. souvent exclusifs et assortis d’un
    prosélytisme aiguë. Malheureusement, l’égalitarisme tend à voir
    tout ceci d’un même oeil incompétent et donc aveugle.
    Derrière la masque de la « laïcité » se trouve souvent une
    anti-tradition féroce.
    Et pourquoi par exemple un juif en kippa
    ne devrait-il pas être capable de faire abstraction de son
    appartenance religieuse en fonction publique?
    Ôter l’insigne enlève donc la préjudice du coeur?

  • 17
    Jiri Pragman
    27 janvier 2007 à 20h16 / Répondre

    Le Centre d’Action Laïque (CAL) via son site web (www.ulb.ac.be/cal/laiciteAZ/flambeau.html) explique ce symbole adopté comme emblême de la laïcité belge dès 1972.

    On peut aussi accéder sur ce site (www.ulb.ac.be/cal/Documentation/logos.html) à une zone de téléchargement de ce logo (protégé par le dépôt de marque).

  • 16
    Fox
    27 janvier 2007 à 19h10 / Répondre

    les FF belges pourraient-ils en dire plus sur ce flambeau symbole de laïcité.
    Je ne l’ai jms vu en France.
    Un manque d’attention de ma part ?.

    TAF
    Fox.

  • 15
    Pilou
    27 janvier 2007 à 15h31 / Répondre

    Bonjour,

    J’ai suivi le débat et attendu …

    En ce qui concerne nos tribunaux (mais peut-être la remarque a-t-elle été faite et m’a-t-elle échappé, mille excuses), n’ont été conservées dans les tribunaux que les oeuvres d’art … mais le jugement peut être subjectif, direz-vous !

    Imaginons donc que Félicien ait décoré un prétoire en utilisant un « christ » en croix …

    Enfin, quand j’enseignais, brillaient sous mes yeux les croix que portaient mes élèves. Rarement une croix protestante … Et l’enfant adopté « cachait » sa médaille …

    Quant aux professeurs, si la croix ne posait aucun problème, qu’en aurait-il été du flambeau, symbole de la laïcité. Et nous amusions dans une école de la Communauté à décrocher les crucifix … un jeu de gamins !

    Mais pourquoi pas l’acacia au revers … pour laisser croire que vous êtes écolo :o))

    Quant à notre voisin que nous aimons tellement, ainsi que l’écrit mon F. Patrick de Bègles: « Et la France se voudrait le phare de l’Europe … « 

  • 14
    Jacques Cécius
    27 janvier 2007 à 10h35 / Répondre

    isis a raison, je suis le premier à le reconnaître. Mais en tant que maçon je ne me sens pas le droit de vouloir faire interdire le port du voile, de la kipa, de la croix ou du flambeau de la laïcité, sauf, comme je l’ai déjà écrit, par des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions.
    Quant à la force des regroupements volontaires, c’est un danger réel.

  • 13
    isis
    26 janvier 2007 à 22h33 / Répondre

    jacques cecius ecrit
    «  »Cela étant, je ne suis pas de ceux qui voudraient interdire à un(e) jeune de porter une petite croix, un foulard, une kipa ou le flambeau laïc à l’école. «  »

    pour vivre en France, dans un établissement scolaire public, laic donc, je peux dire que ce n’est pas la petite croix ou le foulard en soi qui pose problème à la collectivité., pas vraiment organisée pour y répondre.

    c’est la force de regroupement des porteurs de signes distinctifs « volontaires »que je crains.

    déjà que je ne peux plus servir dans mon restaurant scolaire de vraie tartiflette, de vraie quiche, j ‘ai de plus en plus d’élèves qui boudent la viande , exigent le repas de minuit à certaine période, et le petit déj à 5 heures du mat…
    je redoute le jour où nous devrons servir à tous les élèves les repas adaptés au groupe le plus influent…

    isis

  • 12
    Philippe
    26 janvier 2007 à 15h55 / Répondre

    Je suis d’accord avec la neutralité nécessaire des représentants des services publics ou assimilés. Cette neutralité exige de n’afficher aucune croyance ou appartenance sous le nez du citoyen.
    Changeons de regard.
    Si l’on observe cela du point de vue de l’exhibitionniste que nous dit-il ? Il nous dit en affichant sa croyance ou appartenance qu’il est tout à la joie, quasi infantile, d’avoir trouver et enfin, ouf, de SAVOIR… définitivement SAVOIR.

    En résumé il nous dit l’inverse du texte de « Maintenant je sais »
    Maintenant je sais Paroles: Jean-Loue Dabadie 1974 dit ou « chanté » par Jean Gabin
    « Il y a 60 coups qui ont sonné à l’horloge
    Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j’m’interroge ?
    Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU’ON NE SAIT JAMAIS !
    La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses
    On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
    C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le SAIS… ! »

  • 11
    Jacques Cécius
    26 janvier 2007 à 15h28 / Répondre

    Jiri a raison. Le port d’un insigne religieux, ou laïque, par un fonctionnaire dans l’exercice de sa profession n’est pas admissible.
    Personnellement je ne portait pas ma croix huguenote lorsque j’étais fonctionnaire de police, la plupart du temps en civil.
    Cela étant, je ne suis pas de ceux qui voudraient interdire à un(e) jeune de porter une petite croix, un foulard, une kipa ou le flambeau laïc à l’école.

  • 10
    Jiri Pragman
    26 janvier 2007 à 14h43 / Répondre

    Je doute qu’on puisse me soupçonner de n’avoir retenu de l’exposition que cette anecdote (puisque j’ai dirigé l’ouvrage à partir duquel les légendes de cette exposition ont en grande partie été réalisées).

    Je pense qu’il y a dans certains propos une confusion entre la neturalité et la tolérance. A mon sens, le service public, à travers ses agents, doit se présenter comme neutre et ne afficher une préférence pour une philosophie ou une religion. Autrement dit, un agent public n’a pas à porter, dans l’exercice de ses fonctions, l’équerre et le compas, la croix chrétienne, la kippa, le foulard,…

    Pour ma part, j’estime que je n’ai pas à être « tolérant » avec un « intolérant » qui impose ses convictions dans le service public qui l’emploie et se montre ainsi irrespectueux du visiteur-citoyen. Comme Maçon, je suis respectueux des croyances de chacun; comme Maçon aussi, je lutte hors du Temple pour que les églises ne débordent pas dans la sphère publique.

    Jiri Pragman

  • 9
    frère Jacques
    26 janvier 2007 à 14h39 / Répondre

    Pour Xul:
    La plus part des maçons ne se décorent qu’en tenue et dans le temple. Il s’empressent de ranger tabliers, sautoirs et gants dès la fermeture des travaux. Celà me convient comme démarche car elle est en accord avec mes principes de « laïcis(t)e fondamentaliste dogmatique (de) (m)a Sainte Église Laïque Républicaine (GODF) ». Les hommes de toute confession ou/et courant de pensée devraient avoir la même discrétion. Croix et pin’s de tout genre (y compris rameau d’accacia) ne devraient être arborés de dans le cadre de la sphère privée. Cher Xul, je suis d’accord avec toi: « vive les différences », mais l’expression de ces différences a t’elle besion de s’afficher par ces accessoires « exibitionnistes »….on pourrait aller trés loin n’est ce pas?
    Plus de tolérence dans l’écoute et désir de compréhension des différences n’ont pas besoin de gadget au revers de la veste (ou autour du cou) mais nécessitent souvent des efforts certains que l’on ne peut acheter chez un bijoutier. Cordialement et salutations aux lecteurs de ce blog.

  • 8
    latelier
    26 janvier 2007 à 14h01 / Répondre

    Nous pronons ce que nous appliquons de moins en moins:la Tolérance.
    A croire que tout ce que ce F. à retenu de l’exposition, c’est la croix porté par un employé communal ! Et alors! Nous devenons exactement comme ceux que nous dénonçons,nous voyons le mal partout. Il est grand temps de revenir à nos préoccupations, c’est à dire la Maconnerie .

  • 7
    Eliram
    26 janvier 2007 à 13h04 / Répondre

    Tout a fait d’accord avec xul.

    J’ajouterai qu’un fonctionnaire peut être neutre tout en portant ses croyances sur sa pointrine. Il y a des laïcs, sans signes « ostentatoires », bien plus intolérants qu’un croyant fier de sa philosophie. Le fonctionnaire (je parle de la France, je ne connais pas le droit belge) incarne l’intérêt général et non l’Etat, c’est pourquoi il peut être déchargé s’il juge qu’un élu (représentant du peuple) outrepasse ses prérogatives.

  • 6
    xul
    26 janvier 2007 à 10h14 / Répondre

    Merci TCF de vos explications en ce qui concerne les différences entre la Belgique et la France et sur la spécifité de l’exposition. Chez nous en Confédération Helvétique, la situation du laïcisme diffère de l’un Canton à l’autre; il y en a 26.

  • 5
    Jiri Pragman
    26 janvier 2007 à 8h40 / Répondre

    Quelques réactions :
    – la situation évoquée a été rencontrée dans la ville de Tournai en Belgique et non en France. Dans ce premier pays, une monarchie parlementaire, il n’est pas d’usage de lancer des incantations aux « valeurs républicaines ». Par contre, une partie de la population souhaite une laïcité de l’Etat avec une séparation claire de l’Eglise et de l’Etat.
    – il ne faut pas confondre la question du port – limité ou pas – d’insignes philosophiques ou religieux par des citoyens et le port des mêmes insignes par des agents publics dans le cadre de leur fonction ou dans les établissements publics.
    – l’exposition évoque bien le grade de Rose-Croix avec de très beaux tabliers mais, à ma connaissance, les Rose-Croix qui seraient agents publics ne porte pas l’insigne de ce Grade dans leurs fonctions publiques ! Il ne faut pas confondre les circonstances de l’anecdote (il s’agissait d’une visite à ce musée dans le cadre d’une exposition maçonnique mais il aurait pu s’agir d’une exposition d’art religieux, d’icônes,…) et les faits eux-mêmes.
    – il semble qu’il n’existe pas d’interdiction générale de tels signes pour les agents communaux en fonction. Il s’agit donc pour chaque commune de prendre ses dispositions. Ainsi, à Anvers, dans le cadre du programme de majorité, une disposition prévoit que plus aucun insigne distinctif d’une opinion religieuse ou philosophique ne peut être porté par le personnel des guichets. Apparemment, si de telles dispositions ne sont pas adoptées, il n’est pas possible de sanctionner les agents en cause.

    Jiri Pragman

  • 4
    EMEREK
    26 janvier 2007 à 0h17 / Répondre

    Visiblement l’exposition n’a pas abordé le grade de Rose-croix (18éme degré du REAA)???

    La maçonnerie a cet avantage de pouvoir s’affranchir des symboles en les comprenant et en les intériorisant…Cela demande une certaine ouverture d’esprit…………..

  • 3
    jojo
    25 janvier 2007 à 22h31 / Répondre

    sur l’intervention de xul :
    En Belgique, le vrai problème n’est pas le choix du déguisement mais qui le paye.
    Nos amis français vivent une autre réalité en ce qui concerne les cultes. On pourrait aller voir en Allemagne où il me semble que les contribuables choisissent leur confession favorite voire pas de confession du tout. Cela devrait être un des combats principaux de la laïcité.

  • 2
    xul
    25 janvier 2007 à 19h53 / Répondre

    Faux problème, fausse solution.

    À mon humble avis, le laïcisme fondamentaliste dogmatique et sa Sainte Église Laïque Républicaine (GODF) ont dépassé il y longtemps les bornes du ridicule. En ceci, ils sont fortement soutenus par les États et les grandes sociétés commerciales agnostiques et matérialistes selon l’antique mot d’ordre: pecunia non olet.

    Si la laideur de l’architecture moderne n’était déjà témoin suffisant de l'(anti)esprit de nos temps…

    Au sein de l’Église Laïque on ne semble tolérer aucune intolérance. La Sainte Inquisition Laïque se poursuit avec ferveur devant les tribunaux, voir les cas d’exclusions de jeunes filles des écoles publiques pour le crime grave de porter un foulard ou une croix.

    Vivent les différences! Le juif hassidique en kaftane et chapeau de fourrure, le moine chrétien en habit, la musulmane en foulard islamique, et – pourquoi pas – les déferlements de FM décorés comme aux pays anglophones?

  • 1
    Corto
    25 janvier 2007 à 16h23 / Répondre

    Et quid des crucifix trônant encore et toujours dans les prétoires? Croyez bien que je sois aux antipodes d’une laïcité rabique et intolérante mais les images du palais de justice de Hasselt lors de la comparution de Laurent de B il y a peu démontrèrent, une fois de plus, que la justice dans ce pays fait facilement l’économie des « signes extérieurs de neutralité »… Par définition les maçons sont sensibles aux symboles et peut-être dès lors ont-ils plus que d’autres le sang qui s’échauffe à la vue des signes religieux, quels qu’ils soient, ostensiblement déployés dans les lieux où s’exerce la puissance publique. Et non ce n’est pas être bêtement bouffeur de curé que d’exiger cette neutralité dans les prétoires et autres lieux de service public. C’est clamer notre attachement à des principes de liberté et d’égalité… Mais il est vrai que c’est d’un ringuard ça…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous