Entre rêve et réalité, penser le progrès au XXIe siècle

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 6 avril 2014
Étiquettes : , ,
  • 3
    Luciole
    9 avril 2014 à 00:46 / Répondre

    Restez simple siouplait! Pas possible d’être aussi pompeux.

  • 2
    fluo
    6 avril 2014 à 21:55 / Répondre

    Je suis peut-être bête, et je le suis certainement, mais je n’ai rien compris…

  • 1
    HRM
    6 avril 2014 à 18:15 / Répondre

    HELAS, que les thématiques sont ringardes et démagogiques;
    mais elles sont bien à l’image de notre FM et de notre République, fatiguées, frileuses relativistes, nihilistes, sado maso…sans espérance sans foi, sans générosité, (j’allais dire sans charité);
    Malheureusement ou heureusement on est quasiment assuré qu’avec de tels titres les progrès ne les attendront pas; enfin voyons ce qui se dira et ce que sera encore une fois le ravage de l’école de Francfort avec la pollution mentale, sociale politique et spirituelle de son principe de précaution.
    Il faut être sacrément gonflé pour se croire Epiméthée, oiseau de malheur et en appeler à l’échec de son frère Prométhée, alors que tout montre que la nature de l’Homme se fait en faisant;
    Notre destin, en tant qu’espèce et un peu plus, s’écrivant inéluctablement depuis toujours dans l’exercice de la Raison que la maîtrise de la matière nous impose ….
    mais c’est aussi vrai que le procès dialectique du Progrès impose l’accouplement destruction/construction, notamment dans nos têtes et que nous nous aliénons localement dans cette phase de régression mentale, reflet des régressions économico sociétales en cours…. heureusement le reste de la planète tourne et que la voute céleste est toujours pleine d’étoiles… et en arrêtant de nous regarder les pieds, en nous Constellant nous nous pilotons vers la champ de l’Etoile, et ici ce n’est pas qu’au figuré.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous