le FM estil un original

Le franc-maçon est-il un original ?

Publié par Géplu
Dans Humour

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

samedi 3 septembre 2016
Étiquettes : ,
  • 8
    Iffig
    3 septembre 2016 à 22:04 / Répondre

    Bon, toujours est il que le FM doit s’engager dans la vie sociale, afin d’y porter la Lumière. Ce n’est pas franchement évident, car ce qu’implique la moindre honnêteté d’un F vis à vis de la situation amorphe (je pèse mes mots!) de nos sociétés occidentales déliquescentes, c’est effectivement de passer pour un dangereux anarchiste. Je le sais, je le vis à différents échelons pratiquement toutes les semaines dans des structures tant gouvernementales que locales ou associatives. Il faut bien le dire, ces structures sont dénuées de tout modèle de courage (à part celui d’un président de la république prêt à renier encore plus pour se faire réélire: le courage de la honte). Bref, ma foi maçonnique et quelques Frères et amis m’évitent de baisser les bras!
    Fraternellement, courage à nous tous……

  • 5
    joab'n
    3 septembre 2016 à 14:54 / Répondre

    Excellente approche qui interpelle inévitableent celui qui garde un esprit ouvert.
    A l’inverse que serait un FM pas « original » ? Un conformiste ? un soumis ? un courtisan ?
    Ne serait-ce pas le défi de la FM de réunir en fraternité toutes ces originalités ?
    Par exemple : si les tenants d’un ordre uniformisant les maçons avaient réussi qu’y aurait-il à « réunir » ?

  • 4
    Iffig
    3 septembre 2016 à 12:48 / Répondre

    Il y a de sinistres enfoirés partout… Mais il y a aussi des défraiements qui s’imposent.

  • 2
    Michel RENAULT
    3 septembre 2016 à 08:33 / Répondre

    Merci JISSEY de faire profiter de ton talent de réflexion à tous.
    FRATERNITE

  • 1
    357
    3 septembre 2016 à 07:17 / Répondre

    Simple curiosité: y a-t-il des conférenciers maçons qui font payer aux loges leurs prestations (je ne parle pas de la prise en charge des frais de déplacement) ? Je veux dire: « si je planche. C’est tant. » Témoignages bienvenus.

    • 3
      Jiri Pragman
      3 septembre 2016 à 10:46 / Répondre

      Il en existe qui demandent qu’on leur garantisse un important public (par exemple en veillant à ce que la tenue soit organisée par plusieurs loges) pour la vente de leurs livres à la sortie.

    • 6
      Patrice Deriémont
      3 septembre 2016 à 15:20 / Répondre

      J’espère que cela ne t’es jamais arrivé mon cher Frère.

    • 7
      lazare-lag
      3 septembre 2016 à 15:40 / Répondre

      A brûle-pourpoint, cher frère 357, j’ai presque failli te demander qu’en était-il de ton côté avec ceux que tu as reçu en ton atelier cévenol, par exemple, notamment et récemment, D.Keller et M. Maffesoli?
      Puis finalement, j’abandonne cette question: ce n’est pas cela qui est intéressant à savoir ici. Après tout c’est une question propre à chaque loge.
      Elle n’a pas à être évoquée ici publiquement sur un site.
      J’allais dire aussi que c’est une question propre à chaque personnalité.
      Eventuellement aussi ce peut être une question de notoriété. Voire d’ego, on ne peut rien exclure…
      J’observe aussi que ta question soulève la question par rapport aux seuls « conférenciers maçons ».
      Pourtant il est des T.B.O. qui peuvent être intéressantes avec un ou une intervenante profane.
      J’avais une fois tenté d’approcher un écrivain, via son éditeur, estimant qu’un thème abordé dans un de ses romans pouvait donner lieu à un développement avec le public spécifique que nous sommes.
      Je n’ai jamais eu de retour.
      Je ne saurai donc pas si mon courrier n’est pas allé au delà de l’éditeur ou s’il n’a pas pas trouvé d’écho auprès de cette personne.
      A moins que, vis-à-vis d’un individu profane, soit je n’ai pas su bien expliquer ma démarche, soit cette personne a pu avoir quelque inquiétude, selon l’idée qu’elle se fait de la Franc-Maçonnerie….
      Je vais d’ailleurs retenter, on ne sait jamais, une seconde tentative pourrait s’avérer meilleure.
      Sinon, j’ai tendance à penser que ce n’est pas le conférencier qui fait, ou plutôt qui fait seul, la réussite d’une T.B.O.
      C’est plus le thème qui doit correspondre à la loge organisatrice que le conférencier.
      Une T.B.O., me semble-t-il ce n’est pas qu’une question de casting, c’est un ensemble, un homme (ou une femme) et un sujet. Et un public.
      C’est tout un équilibre à trouver, il faut pouvoir sortir de la T.B.O. non pas en disant c’était un tel qui planchait, mais tel sujet abordé par tel quidam a été remarquablement apprécié.
      Pour moi c’est une nuance d’importance.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous