Patrice Deriemont

Indignez-vous ! : d’hier à aujourd’hui…

Publié par Patrice Deriémont

Patrice Deriémont est particulièrement prolixe ces temps-ci. Il vient de m’envoyer un nouveau texte en forme de coup de gueule sur l’indifférence des francs-maçons et des obédiences, ou au moins sur leur manque d’implication dans le problème de ces nouveaux boats-people des côtes méditerranéennes, que les médias appellent les « migrants ». Une indignation ô combien justifiée…
Géplu

______________________________

Lorsqu’en 2010 Stéphane Hessel sort son fascicule « Indignez-vous », pas un Grand Maitre ou une Grande Maitresse n’aurait voulu être tenu à l’écart de l’actualité médiatique. Tous voulaient poser sur la photo (on dirait aujourd’hui « selfie ») en compagnie du grand homme. Les Loges se battaient pour le recevoir et les « dignitaires » ne se faisaient pas prier pour représenter leur Obédience lors des Tenues où il nous contait son parcours personnel, ses combats et sa soif de justice, de liberté et de fraternité.

Aujourd’hui 3 à 5 000 personnes arrivent sur les côtes européennes par semaine et dix pour cent de ceux qui sont partis, principalement des côtes africaines, sont morts noyés en mer méditerranée.

Je n’ai trouvé aucun communiqué des Obédiences maçonniques européennes pour s’indigner. Elles sont pourtant promptes ces dites Obédiences pour nous donner des consignes de vote en nous appelant à voter contre « LES » extrêmes, c’est-à-dire en renvoyant dos à dos la gauche radicale et l’extrême droite (cf. le communiqué inter obédientiel publié à l’occasion des élections européennes).

Mieux, cette même maçonnerie européenne envisage de payer une personne à plein temps pour « infiltrer » les méandres de la Commission. Sa seule mission serait « d’y comprendre quelque chose ». Il me semble pourtant que sur les quelques 300 000 maçons européens, il devrait bien y en avoir quelques uns qui pourraient à Bruxelles ou à Strasbourg faire ce travail bénévolement. Mais revenons à nos « envahisseurs » ! Personne n’arrêtera le flux migratoire en cours actuellement, ni les murs, ni les barbelés, ni les politiques de fermeté. Il faut en convenir. Personne ne propose du moins officiellement de couler les embarcations pleines de ces pauvres personnes fuyant la misère et la guerre. Il n’est pas question pour moi de porter un jugement politicien sur les actions des gouvernements français des dix dernières années, mais force est de constater que les résultats sont « médiocres ». Après les dispersions des réfugiés de Sangatte, nous assistons impuissants à ceux de Vintimille.

Et la maçonnerie européenne ne dit RIEN.

C’est bien pourtant d’une affaire européenne qu’il s’agit. Bien sûr, chaque pays de l’Union doit prendre ses responsabilités, mais l’urgence appelle à inverser le processus de décision. Il faut agir d’abord et réfléchir ensuite. Nous ne couperons pas à la mise en place de « camps de réfugiés »où ces personnes trouveront la sécurité, de quoi dormir, manger et se laver.

Alors, mesdames et messieurs les Grands Maitres et Grandes Maitresses, « INDIGNEZ VOUS » sur l’égoïsme des États qui, comme le disait Michel Rocard, « n’ont pas vocation à accueillir toute la misère du monde, mais qui doivent en prendre leur part ».

jeudi 18 juin 2015
Étiquettes :
  • 20
    Petard Jean-Louis
    21 juin 2015 à 13:36 / Répondre

    Mes TCF;
    Mes 35 années de vie en afrique, où je termine ma carrière professionelle, me conduisent au triste constat que , par delà toutes les indignations , qui restent souvent sans effets, nous sommes devant un problème de dimension bien supérieure à la simple « crise des migrants » comme disent les journalistes.
    Pourra t-on encore longtemps refuser de voir en face le problème de fond : le partage des richesses nord/sud , qui conduit à ce que 20% de la population de la planète possède 80% des richesses, n’est plus en mesure d’assurer un équilibre acceptable?
    Quand on vit dans un village du soudan , de centrafrique, du rwanda ou de l’ethiopie, sans eau, sans electricité, sans accès à des soins minimum, comment réagi t-on lorsque notre ére de « communication » , déroule les images de nos villes européennes ou américaine , où les gens crèvent de l’excès de cholestérol?
    Ebola, sida, Boko-Haram, Shebbab, triades chinoises, chute des cours du pétrole qui est souvent la seule ressource des états…Démographie galopante , moyenne d’age des populations inférieure à 30ans, absence totale de confiance dans l’avenir , dans les discours et les actions politiques des états africains…Les conditions de l’explosion sont évidement réunies, et le choc inévitable.
    L’individu qui a perdu le dernier moteur qui le tient en vie dans son village, l’espérance, n’a d’autre ressource que de se lever et marcher…marcher vers ce qui lui semble pouvoir lui offrir les conditions d’une certaine dignité.
    90% des médicaments qui soignent les malades du sida sont réservés à 10% des malades, qui ont la chance d’être du « bon coté » de la barrière. Et 10% des ces mêmes médicaments seulement , seront proposés pour les 90% de personnes touchées par la maladie en afrique, qui elles, n’auront jamais accès aux tri-thérapies, faute de la capacité financière de les aquérir…
    La logique économique n’est pas la logique du coeur , ou de l’Humanisme!
    Il y a tellement à dire…tellement à s’indigner!
    Dans nos loges , nous avons quand même tendance, je trouve, à ronronner entre messieurs ou dames bien intentionnés, mais en évitant les sujets « qui fachent ».
    La vocation de la maçonnerie n’est pas de s’afficher dans la rue. Les organes officiels , assossiatifs ou autres , ont vocation à faire le travail de « rue » . C’est du moins mon avis. Il n’est pas besoin de manifester « es qualité » maçonnique, pour faire avancer les choses, on peut le faire de manière anonyme avec autant de succès.
    Mais la prise de conscience? La diffusion de fond du message  » hors du temple » , que nous vivons la fin d’une époque, que nos enfants auront une vie beaucoup plus rude que ne l’aura été la notre , et qu’un formidable challenge nous est imposé et non pas proposé , sous peine de faire la « voie royale » aux extrémismes qui conduiront ineluctablement à une explosion du système, cette tache n’incombe t-elle pas aux Franc-Maçons que nous sommes?
    Notre société doit accepter de se remettre en question fondamentalement , c’est la condition de sa survie.
    Et la franc-maçonnerie est probablement un des vecteurs de transmission de cette idée au monde profane.
    Mais la nature a peur du vide…

  • 18
    Bernard
    21 juin 2015 à 08:27 / Répondre

    S’indigner: et après? Manifester, s’indigner…Soupape de sécurité qui permet au(x) pouvoir(s) de quelque bord qu’ils soient de nous dire à peu près; »vous avez bien manifesté, vous avez bien pris l’air? eh bien rentrez chez vous, apaisé et nous continuons à faire ce que nous avons décidé ».
    J’ai de la peine pour la mémoire de Stéphane Hessel qui a permis, hélas, que tout le monde, y compris les gouvernants, s’indigne en choeur avec comme résultat qu’il ne se passe rigoureusement rien.

    S’indigner, peut-être mais agir, c’est mieux!

    • 19
      Patrice DERIEMONT
      21 juin 2015 à 10:57 / Répondre

      Bingo !!! Voilà exactement ou je voulais en venir. Il ne s’agissait pas pour moi de débattre sur la qualité littéraire de Stéphane Hessel mais bien de se demander: Que faire après l’indignation et la maçonnerie est elle là pour agir politiquement?
      J’ai changé plusieurs fois d’avis à ce sujet au cours de mes 25 ans d’engagement maçonnique. Aujourd’hui je pense et je l’ai dit et écrit après une émission de télévision (C dans l’air) que l’action doit être réservé aux institutions que nous avons nous même contribuées à créer (associations, partis politiques syndicats. Notre rôle selon moi doit d’abord commencer par le constat d’un désordre social (indignation) puis générer dans nos Loges la réflexion et les propositions. Mais laisser la mise en œuvre au pouvoirs publics ou aux corps intermédiaires.

  • 15
    fluo
    18 juin 2015 à 20:51 / Répondre

    MTCF Patrice,
    Sans vouloir faire d’angélisme, je constate que plus on verrouille les frontières, plus la tentation d’émigration est forte. J’ai dit sans angélisme, car, travaillant à l’étranger, je suis confronté au problème au quotidien. Je suis dans un pays à forte émigration, pas humanitaire, mais touristique (visite aux proches en France). La majeure partie comprend de mieux en mieux que la France n’est pas l’Eldorado et les plus grandes facilités qui leurs sont offertes leur donnent moins envie d’une clandestinité précaire.
    Au-delà de ton indignation justifiée (qui ne serait pas horrifié par ces morts dans d’atroces conditions), la situation empirera tant que les décideurs européens n’auront pas considéré les trois aspects de ce problème : l’accueil et le devenir de ces migrants, la sécurisation de ces coquilles de noix, et surtout en amont l’attaque à la source. C’est (à mon très humble avis), le point le plus délicat et le plus important. Tant que les enjeux seront lucratifs pour les passeurs et les gouvernements corrompus, on n’aura pas fini de s’indigner…

  • 6
    Arthur Ranc
    18 juin 2015 à 11:31 / Répondre

    Entre club libéral-réformiste, substitut de chapelle religieuse, forum new-age et prolongement de quelque parti politique , la franc-maçonnerie, plus elle se déclare  » sociétale » , plus elle a des problèmes d’identité ; ou en tout cas ne sait comment se positionner par rapport à des phénomènes politiques et sociaux.
    Elle réagit ( ou pas) au flux d’information continue de l’actualité par des communiqués , qui ne servent strictement à rien puisqu’ils ne sont jamais repris par les médias . Ce qui devrait l’interpeller, pour le moins et l’interroger sur sa communication. Mais Est-ce son rôle de réagir.
    Il me semblait , moi, ( mais je n’ai pas du bien comprendre) que si elle prescrivait à ses adeptes de se retirer à l’intérieur d’une enceinte sacralisée , loin des rumeurs du monde profane, c’était pour réfléchir avec le recul et la hauteur de vue nécessaires à la pensée . Cela suppose une réflexion dans le  » temps long » et non pas des « réactions » , cela suppose des capacités d’anticipation et non pas du  » suivisme » de l’actualité , cela suppose enfin et surtout de restituer de la verticalité à l’horizontalité de la société moderne . Voilà longtemps , déjà, que bous avons laissé entrer le pire des métaux dans les temples: l’esprit du temps .
    Si la franc-maçonnerie doit retrouver un rôle d’éclaireuse , cela ne peut être qu’en imaginant , anticipant, en retrouvant sa dimension  » utopique » . C’est parce qu’à la fin du 19ième siècle , elle avait cette dimension qu’elle a su, pu influencer les lois de la République en gestation. Pas en réagissant à l’actualité immédiate . Cette confusion-là , mortelle, est en train de lui faire perdre son identité.
    Acessoirement, aussi, à la fin du 19ième siècle, elle ne se contentait pas d’un  » ministère de la parole » ( inefficace d’ailleurs), elle agissait . Elle est à l’origine du mouvement coopératif , en actes . Ce qui la tue, à l’heure actuelle, c’est le  » petit-bourgeoisisme » , où les pharmaciens se prennent pour Voltaire et les épiciers pour Casanova (voir Brel) . Ils se donnent  » bonne conscience » en faisant des déclarations  » politiques » , qui ne sont même pas issus des valeurs et des principes qui sont censés guider leur pensée, leur discours et leur action…. Oui, là, il y a de quoi s’indigner !!!!! Quant au concept d’indignation, je rigole. Je préférerais les maçons scandalisés, révoltés, insurgés…… ( mais là, je suis dans la chimère!)

    • 9
      Patrice DERIEMONT
      18 juin 2015 à 14:16 / Répondre

      Mon cher Arthur Blanc. je te rappelle que je parlais juste de 3 à 5000 morts par semaine et que cela vaut bien un minimum d’indignation vis à vis des hommes et des femmes qui nous dirigent depuis 30 ans et qui ont construit cette Europe là. Quant à la maçonnerie, elle s’est grandie justement à la fin du 19ème siècle en « armant » philosophiquement et politiquement la République. On se demande bien ce qui pourrait la détourner de son utilité sociale aujourd’hui, même si je n’exclus pas qu’elle ait une utilité, disons plus « spirituelle ». Il ne s’agit pas de suivisme. Nos différentes commissions conventuelles nationales tentent quelquefois avec succès de proposer des solutions passant ainsi de l’utopie au réel, j’en veux pour preuve l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité. Mais comment ne pas relever dans l’actualité ce qui devrait tous nous indigner. La maçonnerie, en France, en tout cas n’a jamais été une maçonnerie hors sol et c’est tant mieux. Le combat pour la Laïcité de nos Frère Patrick Kessel et Philippe Guglielmi en sont des preuves vivantes. Et je n’oublie pas tous les autres qui ont « servi la maçonnerie et qui ne s’en sont pas servi »

      • 10
        arthur ranc
        18 juin 2015 à 15:19 / Répondre

        Il faut arrêter de se raconter des histoires et de se bercer d’illusions, MTCF. Aucun débat d’idées n’émerge, depuis des années dans l’obédience GODF. Dans les loges, oui, mais elles ne remontent pas.
        L’obédience n’a vu venir aucune des évolutions de la société qui se transforment en crises qui nous « pètent à la gueule ». A ces crises, elle ne sait que répondre République, République, de manière incantatoire. Si, comme tu le dis, la FM a armé philosophiquement la République, ce qui est exact, c’est parce qu’elle voyait loin et haut, qu’elle savait réfléchir sur la longue durée. Il n’y a qu’à en juger sur les propositions de questions à l’étude des loges, qui traitent d’actualité passée et non pas du futur. Il faut remettre oui, l’utopie à l’ordre du jour, en actes, pas en faisant des discours, fussent-ils intelligents dessus, il faut remettre l’imagination au pouvoir.

        • 12
          Patrice DERIEMONT
          18 juin 2015 à 16:39 / Répondre

          Alors là on est presque d’accord, encore que je sois un peu moins sévère que toi sur le bilan. Et si les Grands Maitres voulaient un peu plus s’inspirer du travail des Loges et un peu moins de leur carrière persoennelle, je suis sur qu’on pourrait encore aller plus haut, plus loin, plus fort

          • 17
            arthur ranc
            19 juin 2015 à 10:09 / Répondre

            C’est, effectivement, dans les loges qu’est l’intelligence collective. C’est dans les loges qu’on mène une réflexion. C’est dans les loges qu’on travaille. Le conseil de l’ordre n’a pas à se substituer aux loges pour exprimer quoi que ce soit. Sa mission est d’organiser, de coordonner, de faciliter l’expression de la réflexion des loges. C’est tout et ce serait beaucoup !

        • 14
          astronome64
          18 juin 2015 à 17:34 / Répondre

          Cher Arthur? comme disent les jeunes qui ne feront plus de latin, je « like » tous tes propos !!!

          • 16
            arthur ranc
            19 juin 2015 à 10:05 / Répondre

            Merci de « Liker » MTCF.
            Mon propos est de dire que si, dans les loges, les frères tournent en spirale autour du fil à plomb pour rejoindre le monde de leurs idéaux, il me semble que, plus on « monte » dans la hierarchie « exotérique » (conseil de l’ordre), plus on tourne en rond. Je sais bien qu’il est difficile pour chacun de hisser son comportement à la hauteur de son idéal, mais au moins, à la base ,on est en droit d’attendre de ceux qui nous représentent qu’ils soient exemplaires. Soyons exigeants!

  • 4
    astronome64
    18 juin 2015 à 10:18 / Répondre

    MTCF, Good Gracious !!! Convoquer les mânes de S.Hessel, le penseur des lycéens rebelles à roulettes, lycéennes qui écrivent à l’encre violette en faisant des ronds sur les « i » et ,par ailleurs, soutien du Hamas, remarquable organisation caritative… La liste des « indignations » est infinie… je suis indigné de voir que la mémé gentille, discréte, bien élevée que je croisais au marché fait désormais la queue aux restaus du coeur, indigné que des centaines d’agriculteurs se suicident en France, que la Creuse, l’Ardéche (cf poèmes de Jean Ferrat.) sont largement oubliés par les jeunes gommeux qui nous gouvernent ( voir différentiel avec le neuf-trois yo mon frère! cité par Bernard Maris un abominable facho..) indigné des 6 millions de français inscrits à pole emploi, indigné par les conditions de quasi esclavage des prolos asiatiques qui se tuent (au propre et au figuré) sur les chantiers des Pays du Golfe (je comprends d’ailleurs que les « migrants » ne souhaitent pas y aller alors que c’est à quelques encablures), indigné par la situation en Erythrée dirigée par l’extème gauche maoiste, indigné par les 14 milliards d’euros payés par les « migrants » aux passeurs des tribus lybiennes, indigné par les anglais qui ne veulent plus d’immigrés ( et pourtant ils sont strictement communautaristes… j’ai le souvenir des élèves d’Eton et des Pakis de Slough juste séparés par la M4…) etc etc… Allez, tous ensemble, on est indignés !!! Vachement indignés !!! A lire, un vieux bouquin de J.C. Ruffin de 1993 je crois : l’empire et les nouveaux barbares, et comme disait un abominable néo nazi Régis Debray : l’autre n’est pas moi, je ne suis pas chez moi chez lui. Pour info j’ai lu les 30 pages du fascicule d’Essel en 15 minutes à Carrefour en tête de gondole. Si tu veux mon mail, demandes à Geplu, on pourra en parler. TAF

    • 8
      Patrice DERIEMONT
      18 juin 2015 à 11:41 / Répondre

      Je t’encourage à lire la biographie de Stéphane Hessel. Il a peut-être raté son parcours littéraire, mais si chacun d’entre nous faisait le dixième de ce qu’il a dit ou qu’il a fait , le monde assurément irait beaucoup mieux. Mais mon propos initial ne consistait pas à faire l’apologie de son « livre ». J’ai déjà dit que je pouvais citer Mao sans être « maoïste », je peux donc citer le titre d’un livre que tu méprises sans considérer que c’est une œuvre majeure. J’avais juste pour objectif de rappeler que 5000 personnes débarquent sur les cotes européennes chaque semaine et que 3 à 500 personnes meurent noyées en tentant de les rejoindre. Et que pendant ce temps là nos GM se préoccupent de savoir si il faut un employé à plein temps à Bruxelles pour connaître les méandres des Institutions.

      • 11
        astronome64
        18 juin 2015 à 15:39 / Répondre

        Je ne méprise personne, comme je ne méprise pas Musso qui est à la littérature ce qu’Hessel est à la pensée politique, mais je ne goûte guère les maitres à ne pas penser ou du prêt-à-penser, tout comme son parallèle douteux entre l’occupation de la palestine et l’occupation allemande relativement « inoffensive » à ses yeux, m’est à plus d’un titre insupportable. L’histoire jugera sur ce qu’il a fait ou pas fait.
        Cela dit, la main-mise des petits marquis dans l’obédience ou un pseudo lobbying dont on a pas les moyens à Bruxelles est stupide et inopérant, je suis bien d’accord avec toi. Quant au reste, c’est hélas de la géo politique liée à l’extréme confusion de ces contrées à laquelle ni toi ni moi ni les obédiences ne pouvons apporter de solution sinon de l’émotion et de la compassion et l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. TAF

        • 13
          Patrice DERIEMONT
          18 juin 2015 à 16:45 / Répondre

          Tu vois, mon cher ASTRONOME64, du débat nait la « lumière ». Nous nous rejoignons presque sur le constat. je suis juste un peu moins pessimiste sur nos capacités, en Europe et en Afrique ou nous sommes présents, à trouver les bonnes volontés qui sont nécessaires à la résolution du problème de ces milliers et peut être bientôt de millions de déplacés et réfugiés auxquels il faut bien venir en aide par tous les moyens y compris maçonniques

  • 3
    Nestor Makhno
    18 juin 2015 à 10:00 / Répondre

    En effet, la Maçonnerie n’a pas vocation à changer le monde, mais à former les femmes et les hommes qui le feront quelque jour. ce ne sont pas les outils qui manquent. En effet le premier travail du Franc Maçon est de travailler sur lui même. Car pour changer le monde, autant avoir les cuisses propres. le résultat de ceux qui ont voulu changer la société avant l’homme se compte par millions de morts. Avis aux amateurs.

    • 5
      Patrice DERIEMONT
      18 juin 2015 à 11:31 / Répondre

      Mon cher Nestor Makhno. Tu peux penser cela, mais la réalité est ailleurs. Selon toi, il faudrait passer à la « trappe » les Frères morts sur les barricades de la Commune, ceux morts pour leur idéal maçonnique dans les camps? Ceux qui ont fondé la mutualité et qui ont combattu pour le progrès social. Je ne parle pas de politique politicienne, mais d’humanisme. Tu voudrais que le cri de Stéphane Hessel reste vain, que celui de Henri Caillavet à propos du « droit de mourir dans la dignité » ne soit pas repris et tout cela au profit d’une maçonnerie du « coin du feu », en bon père de famille !!!. La seule chose que je combats dans mes « coups de gueule » n’est pas l’engagement ou le non engagement de la maçonnerie, pour moi le débat est tranché par l’histoire, mais l’utilisation des Obédiences par certains Grands Maitres et Grandes Maitresses à des fins de promotion personnelle en vue d’objectifs ultérieurs comme des élections législatives par exemple. Mais si pour toi, la participations aux Tenues deux fois par mois suffit à ton bonheur, je ne blâme pas. C’est peut être ça aussi la maçonnerie du 21ème siècle.

  • 1
    357
    18 juin 2015 à 07:51 / Répondre

    Quel dommage, mes frères, que Patrice Deriémont n’ait pas pu se présenter « à l’insu de son plein gré » à l’élection pour le Conseil de l’Ordre ! Avec lui, la maçonnerie européenne ou le Grand Orient de France AURAIT DIT quelque chose sur la situation des migrants d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. Leur situation aurait été améliorée par un simple communiqué de presse, vous pouvez en être sûrs. Avec Deriémont, le GODF au moins aurait communiqué en temps opportun sur le centenaire du génocide arménien, sur la situation des polyhandicapés, sur la crise grecque ou encore l’inversion de la courbe du chômage. « Mais que dit, mais que fait la maçonnerie ? Il faut qu’elle agisse, elle n’a qu’à parler », disent tous ces culs assis sur les colonnes. Parler pour eux, c’est dire le problème et c’est du même coup le régler. C’est se donner bonne conscience à peu de frais. Ils me font penser à ceux qui croient qu’il suffit de légiférer pour régler un problème. Ils ont la prétention de comprendre le réel alors qu’ils entretiennent un rapport magique vis-à-vis de lui. Ils sont dans les incantations, dans les formules, dans les slogans, dans les postures et les impostures de l’indignation mondaine, les litanies sur ceci ou cela… Ce n’est pas ça la maçonnerie. La maçonnerie, c’est le travail sur soi-même et ce sont les initiatives individuelles que chacun peut librement mener au sein de structures dédiées à l’action (partis politiques, syndicats si on est militant, tissus associatif profanes, clubs services, églises si on est pratiquant, etc.). Je dis LIBREMENT car on n’est pas obligé d’être engagé, de militer, d’avoir toutes les cartes, de s’indigner avec ostentation, pour être un bon franc-maçon. On peut se contenter d’être un bon citoyen, un bon père de famille, un bon voisin. Rien que ça, c’est déjà difficile et peut-être hors de portée de ceux qui voudraient faire du GODF une usine à communiqués de presse. Etre « juste quelqu’un de bien » comme le chantait Enzo Enzo il y a une vingtaine d’années, c’est déjà du travail maçonnique. Et pour conclure, le GODF n’a pas à être « une obédience engagée » comme le serine Daniel Keller à chacun de ses déplacements en interne. Le GODF est une obédience maçonnique, pas une ONG.

    • 2
      Patrice DERIEMONT
      18 juin 2015 à 09:14 / Répondre

      Non mon cher 357, je ne regrette rien. Oui mon cher 357 il faut agir dans tous ces domaines, mais comme tu le dis pas uniquement en parler, mais proposer et je l’ai fait et je continue à la faire. Les principales lois sociales qui nous protègent sont issues de nos travaux. La maçonnerie française a ceci de particulier qu’elle est engagée, que tu le regrettes ou non. C’est vrai que l’on est pas obligé de vouloir agir pour venir en maçonnerie, mais attention tout de même, le « travail sur soi » ça c’est de la psychanalyse pas de la maçonnerie. Or la psychanalyse c’est individuel, alors que la maçonnerie c’est collectif, bâtie sur la confrontation des idées et l’enrichissement réciproque. Et puis comme tu es certainement un « vrai » maçon (je ne peux pas le savoir, car toi tu utilises un pseudo)tu me pardonneras certainement mes petites faiblesses.

    • 7
      Arthur Ranc
      18 juin 2015 à 11:36 / Répondre

      J’adhère, totalement, à ton propos, MTCF .
       » ils ont la prétention de comprendre le réel alors qu’ils entretiennent un rapport magique avec lui » . Tout à fait exact….
      Bien fraternellement

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif