Jean Ralaimongo

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 27 mai 2007
Étiquettes : ,
  • 3
    Thabo
    27 mai 2007 à 21h06 / Répondre

    Il me semble que c’est bien avec l’historien que je blague. En effet, l’esclavage est une notion que des courants essaient de plus en plus de galvauder. Dans quel but ?
    Toujours est-il qu’autrefois, on faisait bien la différence entre l’esclavage, le servage, le travail forcé, etc. L’esclavage gardant la particularité d’être un système où la perte d’identité et la chosification de l’individu sont des caractères distinctifs.
    Aujourd’hui, on ne sait plus faire la différence entre le trava
    esclave chez des voleurs de zébus

  • 2
    Jiri Pragman
    27 mai 2007 à 14h42 / Répondre

    Je cite les réflexions d’historien : « Né à l’époque de Rainilaiarivony, Premier ministre de la dernière reine de Madagascar, Ralaimongo eut une jeunesse dramatique. Il ne pourra retourner chez lui qu’à l’âge de quatorze ans, après avoir passé plusieurs années comme esclave chez des voleurs de zébus à la suite de ces razzia qui marquèrent le Royaume de Madagascar ». J’avoue avoir du mal à voir en quoi « elle est bonne cette-là ! ».

  • 1
    Thabo
    27 mai 2007 à 8h33 / Répondre

    Réduit en esclavage par des « bandits » pendant la colonisation française?
    Elle est bonne celle-là !
    Pour le reste, bravo…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous