La Franc-maçonnerie : Universelle ou univers occidental ?

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 12 mai 2014
  • 12
    Fred
    18 mai 2014 à 09:52 / Répondre

    Bonjour,
    Ne confondons pas le fond et la forme.
    Sur la forme la maçonnerie est typiquement occidentale, de part son origine, la forme religieuse de sa spiritualité ou sa volonté initiale et recente de propager les valeurs morales occidentales et d’assoir la puissance économique des pays occidentaux.
    Sur le fond elle participe de la tradition universelle qui a la vocation de transformer un individu en homme véritable. En cela elle s’adresse a l’ensemble de l’humanité.
    Bises

  • 11
    joaben
    16 mai 2014 à 15:31 / Répondre

    Pour parler et discuter du « GADLU » il faut en effet savoir de quoi on parle. Les rituels n’en disent pas grand chose.
    Dans le cadre de la FM anglo-saxonne c’est hors-sujet, voire tabou. Il s’agit là d’une exigence mais qu’on explicite pas, ce qui est pour le moins curieux.
    Pour autant la Bible judeo-chretienne est obligatoire en loge, et explicitée comme « dirigeant la foi ».
    Faudrait-il en conclure que la GADLU est le Bon Dieu barbu dans son nuage du catéchisme ? Ce serait difficilement acceptable vis à vis des valeurs maçonnes de liberté, clairvoyance, universalité, progressisme.
    Alors quoi ? On ne peut à mon sens aborder la question qu’en acceptant de passer outre les tabous et en discuter réellement en loge. C’est inévitable dans les HG où des mebres d’obediences « liberales » vont être confrontées aux recits typiquement bibliques.
    Je ne pense pas que l’approche GO de remplacer par des paraphrases ou en tailladant les rituels ou en créant une nouvelle divinité « atheisme » soit constructive. Les meilleures approches de la question viennent en n’esquivant pas, en intégrant à la lumiere de la reflexion maçonnique et en particulier venat de ceux qui n’ont pas connu le tabou du point 1 de la regularité anglo-saxonne.

  • 10
    Denis Cliche
    12 mai 2014 à 23:45 / Répondre

    @Flupke

    Je doute qu’on parle ici du Déiste, de celui qui a une conception spinoziste ou même de l’agnostique ouvert a l’idée de transcendance…

    Ceci dit, peut être qu’on pourrait s’entendre que le matérialiste, celui qui croit que le hasard de l’évolution a crée la pensée et l’homme et que cette même pensée est le résultat de l’interaction des petits objets dans le cerveau… Ceux qui ont ces dogmes, (oui car ce sont aussi des dogmes quoi qu’on en pense) et qui sont assez nombreux, ne peuvent pas prétendre être en harmonie avec la Franc-Maçonnerie Universelle.

  • 9
    lanterne
    12 mai 2014 à 22:54 / Répondre

    Bonsoir Flupke,

    Si le Gadlu désigne ce que tu dis, ça me parait convenable, le problème est que dans de nombreuses loges et même certains rituels le GADLU est le dieu compris dans sont acception exclusivement chrétienne, pas la « Nature » ou l’Univers …

    Voilà une bien curieuse universalité non ?

    Par ailleurs si comme tu l’écris GADLU c’est comme Nature (ou Univers), je trouve l’expression « grand architecte, de l’univers » assez contradictoire et « pléonasmique » !!! C’est donc peut-être un peu plus subtil que ça tu ne crois pas ?

    Je pense d’autre part que dire que « tout est la même chose » n’est pas un argument en soi, car le fait qu’il s’agisse de la même chose (à vérifier) ne garanti pas l’universalité de la voie. Par exemple un soufi n’est pas un maçon et un maçon n’est pas un soufi alors qu’on peut dire qu’il ont une conception de dieu relativement proche. Il y a une donc une direction certes universelle (et c’est ce que dit Flupke au fond), mais un chemin exprimé culturellement de façon très très différente et même presque incompatible pour ceux qui connaissent un peu le soufisme…

    Dès lors peut-on parler d’universalité de la maçonnerie ? Peut-on l’exonérer de sa composante culturelle qui peut être une vraie barrière ?
    De même peut-on retirer la composante culturelle au soufisme ? Comme par exemple psalmodier des mots en français pendant la prière qui ne traduisent plus la signification du mot en arabe … En oubliant également le rôle de la prononciation dans l’atteinte d’états extatiques spécifiques au soufisme comme pendant les danses derviches ? Cela ne me parrait pas très sérieux.

    Personnellement je ne vois qu’un argument en faveur de l’universalité : l’abscence de dogme.

    Seule l’abscence de dogme permettrait à tous de trouver dans la maçonnerie un miroir toute culture confondue, et c’est pourquoi je suis d’accord sur le fait que seul les outils et les nombres et l’architecture sont en mesure de proposer cette universalité. Le reste repose sur des éléments déjà orientés culturellement. Par exemple tous les mots proviennent du judaïsme (enfin pour ceux qui ont un sens car certains ont tellement été déformés qu’il ne veulent plus rien dire dans aucune langue), le temple n’est pas un temple universel, c’est celui de Salomon avec toutes les règles inhérentes à celui-ci, à l’arche … à la parole perdue qui est précisément un mythe hébraïque et plus directement kabbalistique…Et je ne parle même pas de la structure de rituels qui relèvent là aussi de règles empruntées à la kabbale (pas tous les rites bien sur).

    Les conditions dans lesquelles a été créé le degré qui est devenu plus tard le grade de R+C (18eme REAA) montre bien la conscience qu’avait certains maçons de l’orientation des rituels, au point de contrebalancer ceux-ci avec des rituels plus conformes au courant local c’est à dire chrétien (les rituels R+C d’origine sont sans ambigüité à ce sujet)… mais bon c’est de l’histoire on sort peut-être un peut trop du cadre …

    Donc la maçonnerie est-elle actuellemnt vraiment adogmatique dans ses rituels ? ou l’est-elle seulement dans l’espérance de ceux qui le professe ?

    A+

  • 8
    Flupke
    12 mai 2014 à 20:47 / Répondre

    On en revient au GADLU !
    et si pour moi GADLU et Nature (ou Univers) étaient deux mots désignant la même chose, vous me plaçait où dans vos constructions dogmatiques ?
    Chez les athées bornés ou chez les « spiritualistes » … quoiqu’il en soit j’y serais en très bonne compagnie philosophique !
    Je commettait le texte suivant sur le sujet :
    « Qu’entendez-vous par « athée » ?
    Celui qui ne croit pas en l’une des nombreuses vérités révélées ?
    ou
    Celui qui ne croirait en rien ? je parle au conditionnel car à mon avis cette variété d’humain ne n’existe probablement pas.
    ou
    Plus subtilement celui qui croit que dieu ou la nature sont la même chose exprimée de deux façons … le courant spinoziste qui était considéré par les calvinistes hollandais comme « athées ».
    ou
    indistinctement tous ces courants d’idées seraient tous athées ? »

  • 7
    lanterne
    12 mai 2014 à 19:12 / Répondre

    La question de l’universalité semble, pour pierredulot, reposer sur deux critères :

    – Le fait de pouvoir prêter serment sur le livre sacré au choix de l’impétrant.
    – Le fait d’être répartie dans plus de 160 grandes loges

    Cela me parrait défendable mais très réducteur, ne faudrait-il pas prendre en compte le contenu symbolique et ses mythes également pour définir si oui ou non elle peut prétendre à l’universalité ?

    A+

  • 6
    pierredulot
    12 mai 2014 à 17:37 / Répondre

    Bonjour à tous…

    Le poeme de Kipling nous montre ce qu’est la maçonnerie universelle, où toutes les acceptions de l’Etre Supreme sont admises ; Kipling était maçon britannique régulier au sens UGLE, travaillant au rite émulation. Cette maçonnerie, qui est celle des Grandes Loges de Turquie, d’Inde, du Japon, mais aussi du Brésil, du Canada, de la Russie et de l’Afrique du Sud, de Thailande et du Maroc, des grands Pays d’Afrique, d’amérique du nord, de Scandinavie comme d’Europe Centrale, est vraiment universelle, et pas qu’un peu… tous les adeptes de toutes les spiritualités peuvent prêter serment sur le livre de leur REVELATION, en plus de la présence de la Bible. La Maçonnerie Régulière est vraiment universelle puisque pratiquée par 160 grandes loges dans le monde… et pas des grandes loges de 150 membres….

  • 5
    lanterne
    12 mai 2014 à 17:09 / Répondre

    Bonjour Denis,

    Je suis d’accord, mais à condition de refuser de limiter le concept de grand architecte à celui de « Dieu », sans quoi elle ne serait plus universelle …

    Dieu est un concept qui a beaucoup évolué à travers les âges et les traditions. Certaines de ces traditions sont le vecteur de l’initiation depuis des siècles et refusent pourtant le concept de « Dieu » … « DIEU » n’est donc pas pour moi un signe d’universalité, c’est encore un habit qu’il faut retirer …

    Pour moi assimiler le GADLU à DIEU me fait le même effet que si l’on disait à un taoiste que le TAO et DIEU c’était la même chose … ou alors il faudrait revoir complètement la notion de DIEU très en dehors des concepts religieux ce qui nous placerait en situation d’hérésie à n’en pas douter ! 🙂

    A+

  • 4
    Denis Cliche
    12 mai 2014 à 16:51 / Répondre

    La FM traditionnelle qui invoque le GADLU est universelle. Vous n’avez qu’a lire le merveilleux poème de Kipling: La loge Mère.

    La FM républicaine, laïque qui s’ancre dans les débats sociaux appartient à la France et ne s’exporte pas très bien.

  • 3
    lanterne
    12 mai 2014 à 16:24 / Répondre

    Oui je suis aussi d’accord avec toi, d’ailleurs il eut été intéressant de distinguer la « moëlle » universelle et d’en ritualiser uniquement les principes ! Précisément ceux que tu énonces.

    Le fait que le tout soit habillé des aspects particuliers de notre culture n’est pas un problème. Ce qui est un problème en revanche, c’est de ne plus arriver à distinguer le culturel du fond, voir d’élaguer complètement le fond au profit de la forme… Or le constat est assez navrant de ce point de vue; ce qui devrait servir de tremplin à une véritable émancipation de l’esprit (dans le sens d’une verticalité) devient un objet de maintient dans une pseudo spiritualité acquise par le biais de la répétition des lieux-commun de la maçonnerie. Or il est pourtant évident que la maçonnerie s’acquiert non par l’accumulation des connaissances fussent-elles ésotériques, mais au contraire en éprouvant les dites connaissances ce qui est très différent. La maçonnerie devrait produire des esprits libres et je crois qu’on est loin du compte !

    A+

  • 2
    Flupke
    12 mai 2014 à 15:00 / Répondre

    Je suis d’accord.
    On peut sans doute affirmer sans grande chance de se tromper que les symboles maçonniques et les valeurs contenues concernent l’Occident.
    Cependant les deux premiers grades (géométrie et construction) peuvent sans doute être considérés comme universels.
    FM universelle pour les seuls deux premiers grades ? belle planche à faire … pouvant devenir très polémique …

  • 1
    lanterne
    12 mai 2014 à 12:39 / Répondre

    Bonjour à tous,

    Il me semble que le contenu des rituels maçonniques montrent sans ambiguïté ce qu’il en est. Cependant les maçons ont dans bien des cas (je pense au GODF) détourné la maçonnerie de son but qui est de faire des initiés, afin d’élaguer toute référence pour ne plus voir cet aspect « religieux » et tenter d’universaliser la maçonnerie.

    En réalité je vois mal un musulman (pratiquant) prêter serment sur la bible et dans un rite qui ne prête serment que sur celle-ci, qu’en est-il du grade de rose-croix par exemple , à quand un Imam CBCS, Profès et Grand Profès ? etc. On peut essayer de se le faire croire, mais tout cela n’est pas très cohérent.

    Bref il faut être honnête et reconnaître que la maçonnerie n’a pas été créé par des taoïstes ou des incas, par conséquent par qui à t-elle été crée et pour qui ?

    L’universalité de la maçonnerie concerne au mieux les religions du livre, en tout cas les deux première.

    Néanmoins il y a quelque chose d’universel dans la maçonnerie, c’est symboliquement ce qui est proposé, c’est à dire la lumière. La lumière ne saurait être différente en quel qu’endroit du monde. L’initiation de saurait conduire ailleurs qu’à la nature universelle de celui qui parcours le sentier.
    Cependant l’initiation emprunte les formes et la culture de l’endroit où elle s’exprime. La maçonnerie (dont on peut par ailleurs discuter sa capacité à être le vecteur d’une initiation effective) n’est qu’une forme culturelle qui s’adresse aux hommes de cette culture, en ce sens, elle n’est donc en rien universelle.

    Pour questionner sa prétention à l’universalité, nous pourrions contester également ses valeurs. La devise « liberté égalité fraternité » par exemple ne renvoi pas à des valeurs universelles, elles sont seulement politiques et ne s’expliquent que par notre histoire française.
    Il existe des endroits du monde où culturellement l’individu ne compte pas en tant que tel et où , à la place, c’est la famille qui est centrale, ce qui est strictement l’inverse de notre culture. Ces gens, tout à fait civilisés, ne peuvent donc pas accepter des valeurs comme les nôtres, car ils ne s’y reconnaissent pas, ou en tout cas il est à parier que la « liberté » il y aurait des concepts radicalement différents. Les maçons modernes ont la fâcheuse tendance à projeter dans le monde des valeurs qui ne correspondent qu’à eux, sous prétexte qu’elles seraient, justement, universelles. Il n’y a qu’a regarder ce que les « occidentaux » font dans le monde pour se faire une idée, comment nous transmettons la « démocratie » en faisant la guerre.

    A+

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous