La Grande Loge Traditionnelle et Moderne de France

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 31 octobre 2007
Étiquettes : , , , ,
  • 22
    saincllair
    26 juin 2011 à 16:20 / Répondre

    Quand je lis certain pseudo fréres proférer de tel méchanceté sur la GLTMF et Monsieur Mosser , je suis content de ne pas avoir été initié par eux.Je dis par eux car leur obédience n est pas responsable de leur bétise et de leur méchanceté gratuites.Je pense aussi qu ils devraient rendre leur tablier et arrêter de salir la FM par leurs paroles.
    Juste une petite question a ces frères qui crachent du venin . Souvenez vous de votre parole donné lors de votre initiation? Pour votre gouverne c est pas le le tablier qui fait le Maçon mais l homme et vous messieurs vous méritez pas le mot frére et encore moins le mot franc-maçon vu vos paroles.
    Comme je n ai pas droit a la parole je signerai
    Un apprenti

  • 21
    alamau Melun
    30 novembre 2010 à 13:58 / Répondre

    Tout ceci est bel et bon, mais force est de reconnaître que pour un profane il est bien difficile de se faire une idée de ce que proposent les différentes obédiences, les grandes GODF, GLF, GLDF, GLFF puis le DH et d’autres encore.
    Quelles sont leurs axes de travail, leurs références au GADLU ou non etc…
    Je suis dans une obédience qui me convient bien et je ne souhaite pas en changer, mais je reconnais également y être arrivé un peu par hasard et heureux tout de même.
    Je recommande aux profanes qui souhaitent donner un autre sens à leur vie de se documenter et après mûre réflexion de frapper à la porte qui leur sera ouverte afin ensuite de recevoir la lumière.

  • 20
    Laurent Dal. Paris
    19 septembre 2010 à 22:01 / Répondre

    A la lecture des interventions ci dessus, il me semble que si tous les frères ne pratiquent pas la « fraternité » ou tout du moins ne le laisse pas penser à l’humeur de leurs propos, cette jeune obédiance et son chargé de communication, lui, semble la pratiquer et est si pleins d’espoir et de tact, que nous ne pouvons que lui souhaiter le maximum de réussite !

  • 19
    morgan
    10 février 2010 à 13:55 / Répondre

    Je trouve les mots durs cachés d’ironie et ad hominen particulièrement choquants et peu maçonniques, surtout lorsque l’on se cache derrière un clavier et un pseudonyme. Quel est le but ? Quelles en sont les véritables raisons ? Et pourquoi cette réaction si fachée et si tardive ?

    Je fus initié à la GLTMF, avant de passer, pour des raisons pratiques, dans une autre obédience (qui compte plusieurs dizaine de milliers de frères et de loges).

    Je ne peux juger d’une obédience, car c’est avant tout un fonctionnement administratif, avec ses qualité et ses travers en matière de communication ou de fonctionnement. TOUTES les obédiences présentent ces travers. Donc à moins d’être FM d’une loge « libre », qui peut se permettre de voir la paille dans l’obédience de l’autre alors que chacun devrait s’occuper de la poutre qui occupe son obédience ?

    Une obédience, c’est aussi un idéal, mais toutes les obédiences partagent plus ou moins le même, décliné sous divers concepts : initiation, fraternité, progrès, reflexion…

    Je peux affirmer que la Loge mère et les frères que j’ai connus à la G.L.T.M.F sont de très bons FM, dignes et plein de fraternité. Ils m’ont toléré avec mes défauts et ont su me transmettre l’initiation maçonnique. Ils font preuve d’ouverture, de rigeur et de grande fraternité dans leur oeuvre maçonnique.

  • 18
    mouans
    30 janvier 2010 à 19:08 / Répondre

    Rectificatif pour sans doute une erreur de frappe;
    Fin 2009 la GLTMF rassemblait un peu plus de deux cent Frères.

  • 17
    HIppolyte Gordon
    9 janvier 2010 à 16:19 / Répondre

    Ce gentil frère nommé Touzalin, celui qui envoie les communiqués au blog hiram.be, le même qui répond à toutes les questions, semble omniprésent. Est-ce lui aussi qui pose les questions ? Si l’on n’en croit le site internet de la GLTMF, ce frère est donc à la fois chargé de la communication, Grand Maître Provincial d’Ile de France… Gageons qu’il sera sans doute le successeur du Grand Homme et Grand Maçon Mosser… maintenant nous savons donc que cette obédience comporterait quelques 800 frères… avec une seule loge parisienne créée il y a 3 ans… mais nous sommes sûrs en tout cas qu’elle compte déjà 2 grands Maçons. Nous voilà rassurés. Molière quand il a écrit Tartuffe, savait-il qu’il parlait de franc maçonnerie ?

  • 16
    Touzalin
    11 novembre 2007 à 22:01 / Répondre

    Bonsoir,

    Justement, ce mélange étonnnant, voire détonnant de Tradition et Modernité, c’est ce qui nous lance dans l’aventure… mais y arriver-a-t-on ! pourrons nous jamais associer Tradition et Modernité… Et pourquoi pas. La tradition! La tradition! on n’entend que se mot ! c’est bien joli, mais enfin, la tradition, un jour, elle a été moderne ! les églises ne sont pas nées avec déjà 2000 ou 3000 ans d’histoire avec des chefs qui voulaient qu’on ne touche à rien… La tradition : c’est le voyage. La modernité c’est de le faire en voiture (certes, je sais les vertus de la marche à pied, j’ai fait moi même une longue randonnée dans le désert -le Hoggar- le respect de la tradition ne va pas nous enjoindre de répugner à l’utuilisation des outils modernes. Un Maçon de Tradtion doit être aussi de son temps… et à la tradition peut s’agréger la modernité.
    Enfin l’architecte d’aujourd’hui qui construit les bâtiments les plus futuristes doit toujours respecter les lois traditionnelles de la gravité, les lois intangibles de l’architecture qui vont des temples grecs aux tours les plus folles d e Doubaï.
    La Maçonnerie ce n’est pas passer tout son temps dans les grimoires et les palimpsestes et dérouler des exégèses à n’en plus finir. Il y a aussi le ici et maintenant, le Hic et Nunc, dont il fait s’occuper le temps de notre courte vie.
    faites un tour sur notre site http://www.gltmf.com nous y disons nos projets, mais peut-être tomberons nous de l’échaffaudage… nous partons heureux mais pas en vainqueur… nous partons avec la joie de se mettre en route.
    jérôme Touzalin.

  • 15
    p-a-eg
    5 novembre 2007 à 14:10 / Répondre

    Tout ce que j’exprimais était le fait qu’avant d’initier , il faut être franc , et savoir dire au profane lors des enquête : Attention notre obédience n’est qu’au début de son chemin , et pour l’instant il vous sera très difficile de visiter ailleurs .
    Cette franchise toutes ne l’ont pas , je parle en connaissance de cause.
    Aprés cela n’enlève rien au courage et à la qualité des Maçons fondateurs.

  • 14
    Un F de la GLDF
    5 novembre 2007 à 11:53 / Répondre

    Faut-il des médailles pour faire un grand homme ?
    Faut-il des degrés pour faire un grand maçon ?

    Une obédience de plus pour que chacun trouve la voie qui lui est propre, selon ses aspirations, selon ses ambitions… Aïe, le mot est lâché…

  • 13
    isis
    5 novembre 2007 à 10:02 / Répondre

    Jerome:

    je partage votre point de vue (etant encore a l exterieur, je le rappelle pour qu il n y ait aucune confusion)
    les chemins qui menent au sommet sont multiples, differents, et l essentiel est de grimper ;
    c est bien pour cela que je suis allez on va dire contrariee quand j entend (ou je lis )qualifier certaines obediences par des Freres.
    comme j en suis encore , malgre mon age, a rever de fraternite, j aimerai voir ceux qui prennent des chemins differents accorder autant de  »valeur » aux chemins , cest a dire grimper.
    donc vivent toutes les plaques d immatricculation, et surtout paix aux conducterus de voitures;-)
    ps:Tradition et modernite ne sont pas incompatible selon moi

  • 12
    Yack
    5 novembre 2007 à 09:48 / Répondre

    Bonjour,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le point de vue exprimé dans le message 11.

    N’étant pas Maçon, je vais prendre un autre exemple ;j’ai pratiqué les Arts Martiaux pendant de nombreuses années. Certaines raisons de santé m’en ont éloigné, mais je m’y intéresse toujours de près.

    On peut très bien perpétuer une tradition, mais tout en tenant compte des évolutions socio-culturelles, j’ai très bien pu le constater au travers des Arts Martiaux.

    Et pour en revenir à nos Amis Maçons, n’est-ce pas selon le même principe que des Loges ont pu s’ouvrir aux femmes ? N’est-ce pas aussi par là que certaines obédiences, dont, par exemple, le Grand Orient de Belgique (ainsi que beaucoup d’autres), ont pu se tourner vers des débats profondément Humanistes, en tenant compte des « facteurs » du monde moderne, mais tout en préservant intacte la tradition de la Franc-Maçonnerie ?

    Ceci sont juste les réflexions d’un profane ! 😉

    Amicalement

  • 11
    Marine
    5 novembre 2007 à 00:56 / Répondre

    « La Grande Loge Traditionnelle et Moderne de France »
    Ya pas comme un léger paradoxe entre traditionnalisme et modernisme que vous décrivez là pour la Franc-maçonnerie!?
    Oui, soit on est traditionnel, avec la société catholique qui a quand même menée la France pendant pres de 2000 ans avec certaines valeurs…, ou soit on rentre dans la société moderne d’aujourd’hui sans église, avec tous les progres techniques qui vont avec!
    Mais je vois difficilement les deux conciliables!

  • 10
    Stéphane
    4 novembre 2007 à 15:27 / Répondre

    Jérôme,

    Je n’ai qu’une chose à dire : belle conclusion !

  • 9
    Touzalin Jérôme
    4 novembre 2007 à 12:57 / Répondre

    Bonjour,
    Je répondrais aux différents textes que je viens de lire : Nous ne cherchons pas à être LE vrai. Le seul… quelle folie dans cette diversité humaine ce serait que de s’imaginer prétendre à réprésenter la seule et vraie Maçonnerie (y en a-t-il une d’ailleurs….) le travail se fait effectivement sur soi, et c’est bien soi-même que l’on a à améliorer avant que d’avoir la prétention d’imposer aux autres. Rien que soi, c’est le travail de toute une vie.
    Par quelle magie la Maçonnerie échapperait à ce mouvement qui fait que les hommes vont et viennent, se rassemblent, se séparent, se rassemblent à nouveau mais autrement… toutes les activités humaines se vivent de la sorte depuis la nuit des temps…. notre idée n’est pas de nous imaginer sur la seule vraie route… il y en a des chemins pour grimper au sommet de la montage ! Il faut trouver celui qui vous convient le mieux. Parfois des discordes naissent entre des compagnons de route, c’est désolant… alors soit on change d’équipe, soit on en bâtit une nouvelle mais dans ce dernier cas, c’est sans esprit de supériorité, des proximités d’évènements nous rassemblent.
    Quand la GLNF s’est constituée en 1913, « ils » étaient une poignée, aujourd’hui ils se disent 35.000… tout ceci n’a pas d’importance;.. Nous sommes tous Frères, c’est cette fraternité qui dépasse les « plaques d’immatriculations » que nous portons les uns ou les autres qui compte.
    Et merci pour les voeux des uns, les sourires amusés des autres…
    Jérôme Touzalin

  • 8
    Stéphane
    3 novembre 2007 à 17:46 / Répondre

    J’ai visité le site de la GLTMF et ne trouve rien à y redire quant au contenu, somme toute assez classique pour un site obédientiel. Je ferais juste une (petite) remarque sur la page d’accueil qui utilise un ton et une iconographie rappelant un peu les brochures que l’on reçoit parfois des Témoins de Jéhovah 🙂

    Ceci étant dit, je salue le courage de ces FF:. qui ont quitté une obédience bien mal représentée dans leur région. Fallait-il pour autant créer une nouvelle obédience ? Je l’ignore mais c’est leur choix et je le respecte.

  • 7
    Alain
    3 novembre 2007 à 14:08 / Répondre

     » C’est pas très fraternel, mon Frère ».
    C’est toujours la même phrase que j’entends depuis vingt ans quand on critique, et oui critique, une situation.
    Je ne mets absolument pas en doute les qualités maçonniques de nos Frères, transfuges de la GNLF je suppose, de la région de Nice, si je comprends bien. Je souris de la posture, de grand homme, du grand Maitre, crime de lèse majesté si l’en est, mais bon j’assume. Le rire est le propre de l’homme, comme disait l’autre. Et voir un site avec le portrait, aussi respectable soit il, de « notre Grand Maitre », me fait sourire, oui sourire. Not’ bon maitre disaient mes aïeux paysans. Ça me rappelle un dessin de SaT.
    Mais ceci dit, sincèrement, bon vent à cette nouvelle obédience et à ces membres.

  • 6
    isis
    3 novembre 2007 à 10:43 / Répondre

    profane beneficiant de quelques rais de lumiere se glissant tres faiblement sous la Porte, mais sans opinion aucune sur la GLTMF dont j ignorais l existence jusque la, les posts de Jerome Touzalin font ressurgir en moi des questions mises en sommeil pour plus tard:

    les Obediences se divisent, les Loges essaiment, chacun veut etre LE vrai LE seul FM reconnu, et cela dure depuis….enfin, surtout depuis le debut du 18eme siecle.

    et pourtant, en meme temps on dit la Fm Universelle, tous Freres et Soeurs, le travail se fait sur soi avec les memes outils…

    j entend des choses parfois pas tres fraternelles se dire des uns et des autres.

    apres mures reflexions et conseils avises , j ai fait mon choix

    mais quelle cacophonie, pour les non inities, au sens propre du terme!!!!

  • 5
    Touzalin Jérôme
    2 novembre 2007 à 23:31 / Répondre

    Bonsoir,
    Et alors, où est le problème que d’initier ? Ne le faites vous pas vous mêmes. Informez vous avant de vous désoler. Le Frère questionne, se renseigne, réfléchit et après dit : cela me plait, ou cela ne me plait pas, Non ?

    Jéeôme Touzalin (responsable de la communication à la GLTMF)

  • 4
    Touzalin Jérôme
    2 novembre 2007 à 23:29 / Répondre

    Bonsoir,
    Facile de commencer par dénigrer avant même de chercher à savoir… facile et peu fraternel…
    L’évolution humaine, religieuse, philosophique, politique, scientifique et maçonnique a toujours fonctionné ainsi… des groupements se forment, se séparent, d’autres se reforment, des variantes naissent… ainsi en est l’esprit humain divers et varié… Ce serait navrant un monde où tout le monde aurait les mêmes idées, un seul chemin a suivre, ce serait comme un monde où tous les hommes se ressembleraient, il n’y aurait que des jumeaux…effrayant non ?… Il ne s’agit pas de créer son obédience, il s’agit d’échapper à certaines pratiques, il s’agit de ne plus se prendre pour le centre du monde et pour la Maçonnerie vraie sous prétexte justement que l’on est pléthorique en nombre et devenu maigrelet en idée.
    je serai ravi de poursuivre la conversation.
    Jérôme Touzalin (chargé de la comminucation à la GLTMF)
    Bonsoir. Cordialement.

  • 3
    y.rame
    2 novembre 2007 à 18:52 / Répondre

    Si j’étais à la place du grand Maître, j’aurais une conversation avec le Frère responsable de ma biographie sur le site.
    ne flatte point ton Frère, c’est une trahison (!!!)
    si ton Frère te flatte, crains qu’il ne te corrompe (re !!!)

  • 2
    p-a-eg
    2 novembre 2007 à 10:04 / Répondre

    Le problème c’est qu’ils vont initier …

  • 1
    Alain
    1 novembre 2007 à 01:54 / Répondre

    Ne mesurant qu’un mètre soixante neuf, je ne serai jamais un grand maçon. Ceci dit je me vois bien fonder MON obédience aussi. Après tout Napoléon lui même, protecteur de l’ordre, n’était pas de grande taille. Mais bon j’hésite pour le nom.
    Nouveauté dans l’ancien
    Recyclage dans l’avancée
    Du neuf avec du vieux
    Ou
    Monte la dessus tu verras mon Maitre

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous