photo Blanes

La photo maçonnique du dimanche 27 octobre 2019

Publié par Géplu
Dans Photos

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 27 octobre 2019
  • 5
    Jean-Michel Mathonière
    27 octobre 2019 à 16:36 / Répondre

    Comme l’a suggéré Chris Bogaert, A.D. est l’abréviation commune pour Anno Domini, ce que confirme la date, en chiffres romains, qui la suit.
    L’emblème est en effet, comme le propose Joël, un emblème corporatif, en l’occurrence celui des entrepreneurs en maçonnerie.
    J. et B. sont très probablement les initiales de cet entrepreneur, légitimement fier d’arborer cette enseigne — d’une parfaite facture — sur le linteau de sa demeure. Une recherche dans les archives locales pourrait certainement confirmer que son nom n’était pas Jaime Boaz 😉

  • 4
    PORTET
    27 octobre 2019 à 15:31 / Répondre

    merci, très cher Géplu, d’avoir précisé: Catalogne.
    Le fait est qu’en 1947, le franquisme régnait et avait supprimé tout ce qu’il pouvait trouver comme trace de libre arbitre et d’esprit « libertaire. et de catalanité. Même les noms de bars et autres lieux publics ont vu leur nom disparaître et être remplacés par un nom « espagnol »
    Des francs-maçons, il n’en a pas laissé un seul en vie. Pourchassés sans relâche, quand ils n’étaient pas fusillés, ils allaient finir leur vie dans la prison dite: « Modèle » à Barcelona dont, après avoir été torturé, on ne sortait pas vivant. Les Catalans (ils ne sont ^pas « Espagnols » (mais j’aimerais un jour l’expliquer) viennent, au cours de ces dernières années de détruire la prison Modèle, comme ils ont réussi à détruire les arènes pur les Corridas, barbarie interdite en Catalogne.
    Je vais essayer de savoir quelque chose auprès de mes amis et frères que, malheureusement, je ne peux plus voir, « tant donné mon état de santé.
    MERCI ENCORE POUR LA CATALOGNE 0NOUVEAU SOUS LA BOTTE DES TOUJOURS RANQUISTES ESPAGNOLS.
    Entre autres, mes frères, n’est-il pas honteux le silence assourdissant maintenu contre l’emprisonnement des 9 catalans, pour avoir mis un papier de vote uniquement de referendum dans une urne et cela, sous le matraquage de la police espagnole avec des blessures graves même sur des femmes âgées qu’on a pu voir en sang, un œil perdu chez plus d’un votant sous l’effet des balles en caoutchouc, et ça continue.
    L’Ecosse s’est tout aussi bien permis un référendum sans que ça occasionne de tels traitement inhumains e contre la liberté d’expression. Car la sentence, après 2 ans d’emprisonnement préventif est de cent ans de prison pour l’ensemble de ces prisonniers politiques, répartis selon le bon vouloir de ces messieurs franquistes. La plus forte peine ‘(13 ans + ces 2) à ORIOL JUNQUERAS, ministre du gouvernement autonome de la Catalogne, député européen, et catholique des plus discrets et des plus doux. Et Carme Forcadell, présidente du Parlement Catalan, lettrée et profondément républicaine, la discrétion même, qu’Est-ce qu’elle y fait en prison et loin de sa famille ? Aucun de ces condamnés pour « opinion » n’a commis nul délit.
    L’indignation devrait soulever le cœur de tout âtre avec une conscience morale.
    Mais pas une voix, pas un cri. Rien. Bravo.

    • 6
      yonnel ghernaouti, YG
      28 octobre 2019 à 04:32 / Répondre

      Concernant les relations entre Franco la la Franc-Maçonnerie, ici même le 20 mars 2019, Hiram.be nous invitait à assister à une conférence donnée dans le cadre de l’Institut d’Études et de Recherches Maçonniques (IDERM) sur « Franco, les Juifs et les francs-maçons » par Javier Dominguez Arribas (Université Paris 13 – Pléiade).
      C’est pourquoi, je vous invite à lire « Chroniques d’histoire maçonnique » n°84 été-automne 2019 dont le dossier est consacré à « La franc-maçonnerie de l’entre-deux-guerres » et où est reproduit, de la page 43 à 53, ladite conférence de Javier Dominguez Arribas. À commander, si tel est votre désir, sur :
      https://www.conform-edit.com/chroniques.html

    • 7
      Désap.
      28 octobre 2019 à 13:34 / Répondre

      Puisque notre soeur Portet remet le sujet sur la table, il convient de ne pas se laisser abuser par le romantisme historique, toujours abusif du reste.
      L’argument revendiqué de l’ultra libéral Puigdemont et ses partisans repose sur la richesse de la Catalogne et le refus de participer à l’effort national de l’Espagne, l’égoïsme valeur cardinale du néolibéralisme.
      Une rectification à l’article de notre frère Geplu, avec la Catalogne, le Pays Basque et les Asturies sont les deux autres régions d’Espagne ayant opposé la plus forte résistance à Franco et payé le plus lourd tribut, on se rappellera entre autre du bombardement de Guernica par l’aviation allemande.
      Catalans inclus, tous les Républicains se battaient pour l’Espagne avant de se battre pour leurs intérêts régionaux.
      Pour ne pas envenimer les choses je ne parlerai pas de la guerre entre PCE, POUM et anarchistes en Catalogne qui a bien affaibli les rangs anti-franquistes.
      Aujourd’hui, l’Espagne démocratique de Los Padres de la Constitución, Constitution du 31 octobre 1978 approuvée par le Congrès des députés par 325 voix pour, six contre et trois abstentions et par le Sénat avec 226 voix pour, cinq contre et huit abstentions, a su vaincre le terrorisme basque, elle vaincra l’égoïsme de 30% seulement des Catalans.

      • 8
        Joël
        28 octobre 2019 à 20:25 / Répondre

        Tant qu’à faire, si l’on parlait un peu de la Flandre et de la Wallonie… La Belgique est sans gouvernement depuis plus de 300 jours.

  • 3
    Michel SASTREl
    27 octobre 2019 à 14:21 / Répondre

    A ma connaissance, il s’agirait d’un emblème des « Operatives » (operatives.org.uk).

  • 2
    Joël
    27 octobre 2019 à 10:05 / Répondre

    Pas très probant. Les franquistes ne l’auraient pas laissé passer… La truelle apparaît sur de très nombreux tableaux de Loge, symbole de fraternité. Ici, il s’agit probablement d’un logo corporatif.

  • 1
    Bogaert Chris
    27 octobre 2019 à 01:01 / Répondre

    A.D. ne peut pas dire Anno Domini ? vue l’année juste en dessous ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous