La photo maçonnique du dimanche 27 septembre 2020

Publié par Géplu
Dans Photos

C’est Pol qui nous a envoyé ces photos, prises au Musée de la faïence de Moutier-Sainte-Marie (Paca).

Notons que le Musée de la franc-maçonnerie de la rue Cadet possède lui aussi une très belle collection d’assiettes et plats maçonniques en faïence de Moustier (notamment le célèbre service « aux 25 symboles »).

Si vous aussi près de chez vous ou en voyage vous remarquez un bâtiment un objet ou une décoration maçonnique ou évoquant la franc-maçonnerie, n’hésitez pas à nous en envoyer des photos avec quelques explications.
Ces « témoignages » plaisent beaucoup aux lecteurs du Blog.

Si certains ne savent pas lire l’alphabet maçonnique, ils trouveront ici les alphabets que notre Frère Daxad a réalisé, et qui peuvent être téléchargés pour être utilisés comme une police normale sur ordinateur. Pratique pour envoyer les convocations…  🙂

(Et accessoirement ils pourront aussi traduire la très belle devise écrite au bas du plat).

dimanche 27 septembre 2020
  • 10
    Cyrus 35
    28 septembre 2020 à 10:15 / Répondre

    Nous sommes envahie par l’anglicisme restons Français!

    • 11
      pierre noel
      28 septembre 2020 à 12:42 / Répondre

      Je ne crois pas que ce soit un problème d’anglophilie.
      la faïence n’est pas rare dans ce pays étranger et si lointain par les moeurs (ils parlent de « china »).
      La disposition des luminaires et le temple rond pouvaient soulever un doute.
      La présence du ternaire républicain en chiffres maçonniques (masquant le français, of course!) l’écarte et plalde pour le XIX° siècle bien français.

      • 12
        Michel
        28 septembre 2020 à 13:56 / Répondre

        Mon cher pierre
        Saches qu’en Provence sur les marchés ou les brocantes, on trouve beaucoup d’objets dit maçonniques réalisés par des profanes, tout simplement car c’est vendeur…
        J’ignore si c’est le cas pour cette faïence ? Souvent on observe des incohérences, comme tu en exprimes « le doute »
        Sur cette faïence , un Maçon aurait-il mis 6 marches ? Au lieu de 5 ou mieux 7 pour accéder au Temple.

        • 13
          pierre noel
          28 septembre 2020 à 17:17 / Répondre

          « Semblent » maçonniques le pavé mosaïque, les deux colonnes et les sphères, les luminaires, les outils, l’étoile …et surtout l’alphabet.
          Cela dit, un artisan habile réalise ce qu’on lui demande, sans état d’âme.
          J’ai autrefois commandé dans une entreprise de taille de pierre (comme on en trouve près des cimetière) 3 pierres, une cubique, l’autre oblongue et la troisième de la forme d’une clé de voûte. Le préposé s’est enquis des dimensions désirées, du type de pierre ….
          Il ne m’a pas demandé ce que je comptais en faire.

  • 8
    pierre noel
    27 septembre 2020 à 17:42 / Répondre

    La position du soleil et de la lune est celle des plans de loge français des divulgations de 1740-1755 (aujourd’hui, c’est habituellement l’inverse, en tout cas de ce côté de la Manche).
    En revanche, le temple rond avec ses colonnes et sa coupole rappelle le frontispice de Ahiman Rezon, le temple de Vesta à Rome ou la gravure du Régulateur (le soleil y est à droite, la lune à gauche, cahier du 2° grade).
    L’inscription en alphabet maçonnique ne signifie-t-elle pas Egalité (en français) ?

    • 9
      Emanuel
      27 septembre 2020 à 18:06 / Répondre

      Mon cher Pierre les inscriptions en caractères maçonniques sont transparentes. Il suffit de compter les signes pour voir qu’ils représentent la devise L E F bien connue.
      A ce propos si on lit cette devise selon les règles posées par « Gras C’est D’or C’est » on obtient la formule Libère Tes Egals (égaux) Tes Frères en Eternité. Beau projet maçonnique… non?

  • 6
    JAMIN Claude
    27 septembre 2020 à 13:21 / Répondre

    Assiette – la ronde -que je possède depuis quelques années et qui provient de Moutier Sainte-Marie.

  • 5
    yonnel ghernaouti, YG
    27 septembre 2020 à 11:42 / Répondre

    PACA, petite histoire de toponymie…
    TC Lazare-Lag, content de te lire sur le sujet.
    « … Après le décret du 2 juin 19609, la région Provence-Côte d’Azur-Corse est créée : elle comprend les départements des Basses-Alpes, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, de la Corse, du Var et de Vaucluse. La Corse en est détachée par le décret du 12 janvier 1970.
    La dénomination « Provence-Alpes-Côte d’Azur » est utilisée par le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, les organismes de l’État et de l’Union européenne. Elle s’écrit avec deux traits d’union. La graphie « Provence-Alpes-Côte-d’Azur », avec trois traits d’union, est peu usitée bien que préconisée par la Commission nationale de toponymie conformément aux règles de la typographie française qui prescrivent des traits d’union entre tous les mots composant un nom de territoire politique ou administratif déterminé.
    En juin 2009, Michel Vauzelle, président du conseil régional, lance une consultation afin de rebaptiser la région, à la demande de plusieurs associations de promotion de l’identité régionale qui rappellent que « pacan » signifie « paysan » en provençal et jugeant que « Provence-Alpes-Côte d’Azur est un beau nom, mais il est trop long et peu pratique. L’acronyme PACA n’illustre ni la richesse, ni la diversité de ses territoires et de son patrimoine culturel exceptionnel et ne permet pas non plus de nommer ses habitants ». Les termes « Provence » et « Méditerranée » se dégagent, laissant de côté « Alpes » et « Côte d’Azur », ce qui provoque la protestation d’élus des zones délaissées. Finalement, le projet est abandonné quelques mois plus tard12 et le nom de la région reste inchangé.
    Le conseil régional a voté le 15 décembre 2017 l’utilisation du nom « région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur » sur tous les supports de communication, afin de promouvoir l’utilisation de l’abréviation « région Sud » au lieu de l’acronyme « PACA »… »
    Source Wikipédia

    • 7
      Lazare-lag
      27 septembre 2020 à 15:26 / Répondre

      MBAF Yonnel, merci pour ta contribution qui a l’avantage sur la mienne d’apporter un éclairage neutre, quasiment juridique.
      La mienne a toute la subjectivité de quelqu’un qui n’apprécie pas les démonstrations de mise à mal de la langue française. Et qui la supporte d’autant moins lorsqu’elle émane de gens susceptibles, a priori, de posséder quelque culture et quelques règles de maniement de la langue maternelle.
      Ce qui est quand même malgré tout le minimum que l’on puisse attendre de la part de journalistes d’information ou de bulletins météo.
      De mon point de vue, mais on n’est pas obligé de l’approuver, le respect de la langue française, de notre outil national de communication, se doit d’être un minimum déontologique et professionnel pour qui possède une carte de journaliste ou se prétend tel.
      Au moins avec la presse écrite, on n’a pas l’agression verbale, phonique, et la langue y est un peu plus respectée.

  • 2
    yonnel ghernaouti, YG
    27 septembre 2020 à 06:04 / Répondre

    Bien sûr, vous pouvez retrouver sur Hiram.be des articles sur les faïences maçonniques, comme celui réalisé par notre Frère Pierre Mollier intitulé « LES TRÉSORS DU MUSÉE DE LA FRANC-MAÇONNERIE – 7 – DEUX NOUVELLES FAÏENCES EXCEPTIONNELLES » en date du 2 juillet 2015 https://bit.ly/338a2ai.
    Mais pour les amoureux des livres, je vous rappelle, qu’à l’occasion du Salon Maçonnique du Livre de Paris 2017, l’Institut Maçonnique de France a décerné le prix littéraire, catégorie Beaux-Livres, à Jean-Claude Momal pour « Trésors de la faïence maçonnique française du XVIIIe siècle » (Éd. Dervy, coll. L’univers maçonnique, 2017). Un remarquable ouvrage, préfacé par Roger Dachez, qui nous offre une étude sur les faïences maçonniques selon leur localisation et leurs ateliers. Quand les arts du feu mettent en scène notre symbolique et lèvent un peu sur le voile sur nos grades et devises…

  • 1
    Lazare-lag
    27 septembre 2020 à 00:32 / Répondre

    L’écriture exacte de ce village est Moustiers-Sainte Marie et il se situe dans une région qui s’appelle – uniquement et pas autrement – Provence-Alpes-Côte d’Azur.
    Je laisse pour ma part le terme hideux de Paca à ceux qui souhaitent manquer de respect à la langue française en lui préférant une sonorité infecte qui écorche l’oreille et démontre une paresse de vocabulaire certaine.
    Poussons le ridicule jusqu’au bout.
    Pourquoi ne pas utiliser O pour Occitanie, on y aime peut-être une telle histoire d’O?
    Ou ARA pour Auvergne-Rhône-Alpes? Après tout ils ont élu un perroquet à la tête de leur région.
    Les parigots habitent-ils en IDF et les nordistes en HDF? Et où se trouve la NA?
    Paca ça sonne pacage, ou pire package, ou pire encore pas cap’.
    C’est désastreux autant pour celui qui l’écoute que pour celui qui le dit.
    Et c’est même une souffrance à l’entendre à la radio ou à la télé.
    Oui, une souffrance, tellement ce terme est horrible à entendre. On se demande même comment il peut être prononcé par quelqu’un de supposé lettré comment on croit en voir ou entendre sur les antennes.
    A se demander si le passage par une école de journalisme , ou par de hautes études scientifiques menant à la météorologie nationale c’est tout sauf l’amour et le respect d’une langue.

    • 3
      Pitou
      27 septembre 2020 à 08:43 / Répondre

      Bonjour Lazare ! Tu as tout a fait raison et en plus incompréhensible pour le visiteur ….
      Cela me semble une manie bien francaise !

    • 4
      yonnel ghernaouti, YG
      27 septembre 2020 à 11:41 / Répondre

      PACA, petite histoire de toponymie…
      TC Lazare-Lag, content de te lire sur le sujet.
      « … Après le décret du 2 juin 19609, la région Provence-Côte d’Azur-Corse est créée : elle comprend les départements des Basses-Alpes, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, de la Corse, du Var et de Vaucluse. La Corse en est détachée par le décret du 12 janvier 1970.
      La dénomination « Provence-Alpes-Côte d’Azur » est utilisée par le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, les organismes de l’État et de l’Union européenne. Elle s’écrit avec deux traits d’union. La graphie « Provence-Alpes-Côte-d’Azur », avec trois traits d’union, est peu usitée bien que préconisée par la Commission nationale de toponymie conformément aux règles de la typographie française qui prescrivent des traits d’union entre tous les mots composant un nom de territoire politique ou administratif déterminé.
      En juin 2009, Michel Vauzelle, président du conseil régional, lance une consultation afin de rebaptiser la région, à la demande de plusieurs associations de promotion de l’identité régionale qui rappellent que « pacan » signifie « paysan » en provençal et jugeant que « Provence-Alpes-Côte d’Azur est un beau nom, mais il est trop long et peu pratique. L’acronyme PACA n’illustre ni la richesse, ni la diversité de ses territoires et de son patrimoine culturel exceptionnel et ne permet pas non plus de nommer ses habitants ». Les termes « Provence » et « Méditerranée » se dégagent, laissant de côté « Alpes » et « Côte d’Azur », ce qui provoque la protestation d’élus des zones délaissées. Finalement, le projet est abandonné quelques mois plus tard12 et le nom de la région reste inchangé.
      Le conseil régional a voté le 15 décembre 2017 l’utilisation du nom « région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur » sur tous les supports de communication, afin de promouvoir l’utilisation de l’abréviation « région Sud » au lieu de l’acronyme « PACA »… »
      Source Wikipédia

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif