L’accueil des Soeurs en Loge masculine

Publié par Jiri Pragman
Dans Humour

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 26 septembre 2007
Étiquettes : , , ,
  • 1
    cp
    27 septembre 2007 à 07:59 / Répondre

    Je me permets de vous signaler un ouvrage interessant pour contribuer à l’éventuelle réflexion que certains et certaines auraient sur le sujet:
    MAURICE DAUMAS
    Au bonheur des mâles. Adultère et cocuage à la Renaissance : 1400-1650
    Armand Colin – 2007
    (-4e de couverture-):
    « Si l’adultère est un péché et un crime, que punissent les lois humaines et divines, le cocuage en est la face imaginaire et ludique. Aussi éternel que la réalité qu’il désigne, il connaît de la fin du Moyen Âge au début des Temps modernes une sorte d’apogée : le cocu est alors l’un des grands personnages de la fête populaire et de la littérature facétieuse.

    Tromper son conjoint est d’abord un comportement de mâle, qui coïncide avec d’autres formes d’exploitation féminine : l’âge d’or de l’adultère masculin est aussi celui du viol et de la prostitution institutionnalisée. Or, durant toute la période, l’humiliation, le déshonneur du cocuage n’atteint que les hommes. Pas trace de femme cocue dans la langue, les fêtes, les farces, les nouvelles, les images. Pourquoi donc les hommes sont-ils seuls cocus ?

    C’est un tableau inédit des moeurs masculines qui se fait jour ici, révélant derrière la figure du cocu une autre figure ambiguë, celle du bon compagnon, célibataire vaurien et séducteur. Et nous voici conviés à explorer une sociabilité virile complexe où s’affirme un goût sexuel inavoué : le partage d’une même femme.

    C’est ce désir caché que l’auteur dévoile à nos yeux, tandis que se dessine une identité sexuelle masculine en pleine mutation, dans un monde où la femme prend peu à peu la place qui lui revient. »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous