Le président élu, en ‘position maçonnique’

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles gratuitement.
lundi 14 mai 2012
  • 23
    kalliia
    1 juillet 2012 à 15h38 / Répondre

    Certes, mais il faut aussi admettre que les personnes n’ont pas doute la même vision des choses ni les mêmes sensibilité, et heureusement devrais je dire.
    Mais à quoi cela sert il d’être vulgaire et d’avoir des propos insultants ? A rien. Un dialogue c’est un débat d’idées contradictoires des uns et des autres.
    Il y a tout de même des choses qui m’étonne. En effet, vous dites que c’est à la personne de dire ou non son appartenance à la franc-maçonnerie, et c’est là que cela m’étonne notamment lorsqu’on peut voir sur internet des interventions de certains politiciens justement au sein du grand orient de France. Et c’est là que je me pose une question, qui fait les vidéos sur ces interventions, cela doit bien provenir d’une personne de l’intérieur de la loge maçonnique qui filme l’intervention, et de surcroît la met sur internet. N’est ce pas là une violence de l’article 9 et suivant du Code civil ? Je me pose cette question parce que mine de rien, ces vidéos doivent avoir été faite par quelqu’un et doivent avoir été mises sur internet par quelqu’un aussi, non ?! Donc c’est pour cela qu’il ne faut pas vous offusquer lorsqu’on peut prétendre que telle ou telle personne appartienne à une loge, ou bien que l’on soit en droit de se la poser, vu que mine de rien quasiment tous les candidats à la présidentiels (à de rares exceptions près) se sont exprimés devant le grand orient de France, ce qui entraînement forcément un questionnement à ce sujet. Je me demande d’ailleurs pourquoi sont ils venus s’exprimer dans une loge maçonnique, alors que leurs discours pouvaient être entendu dans les divers journaux, à moins qu’il y avait des choses qui ne pouvaient être entendu et dites qu’aux seuls francs-maçons d’où ces soupçons.
    Et puis il ne faut pas être borné et être cantonné à ses positions, car nul ne détient la vérité, on est tous plus ou moins enchaînés à de fausses vérités, un peu comme dans l’allégorie de la caverne de Platon.

  • 22