Patente

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 26 juin 2007
Étiquettes : ,
  • 3
    Jean DUBAR
    9 février 2008 à 00:03 / Répondre

    La patente garantie la légitimité de la transmission. 3 maitre-maçons, régulièrement initiés, peuvent initier à leur tour, mais ils ne peuvent délivrer de patente ni du rite, ni de loge.
    Là aussi il y a confusion : La patente du rite qui est délivrée par les hautes instances détentrices du rite, et la patente de loge qui est délivrée par l’obédience.
    Sans patente du rite, une obédience n’autorisera jamais une de ses loges à pratiquer ledit rite.
    Une loge n’ayant pas reçu patente d’une obédience est une loge dite « sauvage » ; je préfère dire indépendante.
    Sans patente de rite, nous risquons d’assister à une prolifération tous azimuts, dans le désordre, de tous les rites anglo-saxons et américains dont nul ne maitrise vraiment la pratique.
    Je n’aime pas non plus ce terme de « régularité » qui sent un peu trop l’austracisme de la GLNF, je préfère « légitimité ».
    Nos obédiences travaillent grâce à une patente qui leur a été légitimement délivrée en son temps ; viennent s’ajouter une lignée de grades dits supérieurs légitimement détenus par des instances « supérieures ».
    C’est déjà pas mal. Ne nous dispersons pas, tant il est vrai que l’assiduîté devient parfois une denrée rare, ne serait-ce qu’en loge bleue !

  • 2
    Jacques Cécius
    29 juin 2007 à 08:32 / Répondre

    Finalement, les patentes on s’en fout ! Maçonnons, maçonnons gaiement et, quand il le faut, sérieusement. Si quelques Grands Prieurés affirment détenir des patentes, grand bien leur fasse. Certains s’engueulent sur le fait de savoir qui détient les vraies patentes… Rappelons nous l’épisode grotesque de la S.T.O. Le baron de Hund n’a jamais pu exhiber les patentes qu’il prétendait détenir. Il fut d’ailleurs discrédité.

  • 1
    Fox
    26 juin 2007 à 18:34 / Répondre

    Il faut bien reconnaitre que les FM ont un goût immodéré pour le juridisme d’où un foisonnement de recherche de droits, patente, régularité etc…

    J’ai qd même du mal à voir sur quoi se fondent certaines patentes de rite. En quoi certains auraient le droit – ou non – de pratiquer un rite. En quoi certains auraient le droit d’autoriser d’autres à pratiquer un rite. Sur quoi se fondent ces autorisations ? Quelle est est la valeur juridique réelle de telles patentes ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous