Peut-on être à la fois « fils et filles de l’Eglise » et « Fils de la veuve »?

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 23 juillet 2010
  • 40
    LOU
    6 mars 2012 à 13:51 / Répondre

    l’église DOIT condamner la maçonnerie et vous prendre en grande pitié : avortement, immigration etc. merci les frangins !

  • 39
    RL
    18 septembre 2010 à 23:09 / Répondre

    Merci pour cette intervention mais « Bien que je ne partage pas du tout l’opinion de ce site », alors je vois pas bien de quelle opinion vous parlez, d’une part effectivement les articles de Jiri ne sont jamais partisans ou manifestant une opinion marquée, et si l’on s’en tient aux commentaires des articles c’est en générale la diversité d’opinions (euphemisme) qui est frappante.

  • 38
    Mark
    18 septembre 2010 à 11:56 / Répondre

    Bonjour à tous,

    Il est évident que l’Eglise Catholique, tout comme les Eglises Orientales et les Eglises Orthodoxes refusent la franc-maçonnerie pour deux raisons.
    L’une spirituelle, puisque la maçonnerie englobe la pensée chrétienne -en la transformant- et nie le Salut des hommes par l’intervention de Jésus Christ. Cela revient à donner raison à Pélage (« on peut se sauver seul ») contre st Augustin, alors que ce dernier est la pierre angulaire de la pensée chrétienne occidentale.

    Au niveau politique, cela revient à remplacer dans les coeurs et dans les actions des hommes les valeurs chrétiennes par celles de la franc-maçonnerie. L’Eglise qui a été une institution en monopole durant près d’un millénaire se voit défier par une organisation dont le secret est l’une de ses forces. Qui dit perte de monopole, dit aussi perte d’argent donc de pouvoir et d’influence. L’essor de la maçonnerie a coïncidé en Europe à une émergence de nouveaux pouvoirs en compétition avec l’Eglise (les Etats, les regroupements associatifs, les réseaux de réflexions, etc.).

    Bien que je ne partage pas du tout l’opinion de ce site, je vous félicite pour la qualité et la transparence de vos informations.

  • 37
    Mikael
    28 août 2010 à 22:03 / Répondre

    Quelques corrections (modestes) de dates et de circonstances :

    Une confraternité unissant ses membres de façon aussi étroite dans l’entraide et la solidarité échappe de ce fait en partie au pouvoir civil, et apparaît a priori comme un danger potentiel de conspiration, quelles que soient les assurances fournies. Par ailleurs, aussi bien le pouvoir temporel que religieux va se focaliser jusqu’à l’obsession sur le secret maçonnique: Que se disent-ils donc, que font-ils donc qui puisse exiger des membres un secret aussi absolu? On comprend bien, de l’intérieur, que personne ne puisse fournir de réponse satisfaisante!

    Deux autres éléments vont jouer un rôle important. Le premier est politique: les Stuarts réfugiés sur le continent utilisent les Loges qu’ils fondent comme ferment de conspiration contre la dynastie protestante d’Angleterre, laquelle a sans doute exercé des pressions diplomatiques sur le Vatican, bien que les Loges jacobites soient catholiques. Le second élément est d’ordre religieux: La Maçonnerie accueillant des hommes de toute religion, et travaillant sous le sceau du secret, elle paraît constituer pour l’Eglise Catholique un danger spirituel grave.

    C’est ainsi qu’en 1737, la loge jacobite de Rome est fermée brutalement par les autorités pontificales. Et le 4 avril 1738, Clément XII, âgé de 86 ans, aveugle et malade, pape depuis 8 années, prononce la bulle In Eminenti : les Francs-Maçons sont suspectés d’hérésie et excommuniés. La bulle indique aussi un second motif, non précisé: « Et pour d’autres motifs justes et raisonnables, de Nous connus. ». On ne saura jamais lesquels. Le décret du 14 janvier 1739, pris par le Cardinal Firrao au nom du pape indique les sanctions temporelles: peine de mort et démolition des maisons servant aux loges. Mais il ne fut pas appliqué.

    En 1751, Benoît XIV, successeur de Clément XII, renouvelle la condamnation dans la bulle Providas. De 1751 à 1902, la Maçonnerie subira ainsi dix condamnations de la part de l’Eglise Catholique. Mais le Parlement de Paris refuse d’enregistrer la loi promulguée par un souverain étranger; par conséquent, les Maçons français ne sont pas officiellement excommuniés – jusqu’au Concordat de 1801, en vertu duquel les Bulles papales sont reconnues valides en France.

    De multiples conflits inter-maçonniques conduisent à la dissolution de la Grande Loge de France en décembre 1772; elle est remplacée officiellement par le Grand Orient de France le 26 juin 1773. C’est aussi vers cette époque que les relations se tendent entre la Maçonnerie et les autorités catholiques de France, celles-ci refusant souvent de célébrer des messes pour des Loges ou à l’occasion de fêtes maçonniques.

    A la veille de la Révolution, le nombre des Maçons est estimé à 50.000. L’égalité en Loge est réelle, mais ne favorise nullement un bouleversement social, contrairement à ce qui est parfois affirmé par les adversaires ou les sympathisants de la Maçonnerie; ces affirmations remontent d’ailleurs aux Monarchies européennes de l’époque, qui vont étroitement surveiller et poursuivre dans nombre de cas les Loges de leur pays. Il y a eu également confusion avec la secte subversive des Illuminés de Bavière. La Révolution s’est préparée non pas dans les Loges mais dans les nombreux clubs politiques. Il est vrai que ceux-ci ont noyauté ensuite une partie de la Maçonnerie, qui sera du reste persécutée par le pouvoir dictatorial de la jeune république.

    Les Loges renaîtront en 1799, mais la Franc-Maçonnerie sera totalement inféodée au Premier Empire, puis prudente sous la Monarchie rétablie. En revanche, elle penchera nettement pour la seconde République en 1848, avec un engagement politique public. Puis elle redeviendra docile sous le second Empire. Le 11 janvier 1852, Napoléon III publie un décret selon lequel il nommera seul le futur Grand Maître.

    Le 12 octobre 1869, le pape Pie IX prononce une nouvelle condamnation de la Maçonnerie; il est vrai que la notion de Grand Architecte de l’Univers commence à gêner beaucoup de Maçons du Grand Orient, préoccupés de neutralité religieuse et d’éducation laïque; c’est un Maçon, Jean Macé, qui fonde en 1866 la Ligue Française de l’Enseignement; l’Eglise voit lui échapper une partie de la jeunesse. A partir de 1870, le Grand Orient développe un fort courant de pensée rationaliste et anticlérical. Cela conduira le Convent du Grand Orient de 1877 à supprimer l’obligation de travailler à la Gloire du du Grand Architecte de l’univers, entraînant la vive réaction des autres puissances maçonniques, qui déclarent le Grand Orient « irrégulier » et cessent toutes relations. L’opinion publique ne connaîtra désormais que les Francs-Maçons athées et anticléricaux, image qui ne fera qu’aggraver le conflit avec l’Eglise Catholique…

  • 36
    EMEREK
    31 juillet 2010 à 19:26 / Répondre

    @Sowila

    +1

  • 35
    Sowila
    30 juillet 2010 à 17:07 / Répondre

    C’est toujours agaçant cette histoire d’église car catholique voulant dire universel il faudrait spécifier « Eglise catholique romaine » et bien comprendre que cette dernière n’a ni l’exclusivité du Christ ni du Saint Esprit quoiqu’elle dise.
    Il faut aussi se souvenir de cette phrase de S.S. Pie XI : « … Les quartiers détachés de la roche aurifère, sont aurifères eux aussi… ».et que donc, dans ces quartiers détachés il existe d’autres églises.
    Donc, moi l’anathème des romains je m’en moque joyeusement et comme nous avait dit une postulante catholique romaine pratiquante qui passait sous le Bandeau à qui il avait été demandé comment, si elle était acceptée, elle allait allait gérer cette dualité, elle avait simplement répondu qu’elle s’arrangerait avec Dieu, qu’elle préferrait la « parole du Christ » à celle du Pape même parlant ex cathedra.
    Dieu reconnaitra les siens est-il dit. Alors laissons-le faire.
    Par ailleurs, il est souvent gommé qu’au 18e siècle des centaines et des centaines de moines ont rejoint la Franc-Maçonnerie. Ils « avaient déjà Dieu », mais il semble que cela n’était pas suffisant.

  • 34
    Ronan
    27 juillet 2010 à 08:51 / Répondre

    Je suis persuadé qu’il s’en remettra !:=))

    Chacun peut lire le bouquin en référence : le prix est tel qu’il serait dommage de s’en passer. C’est l’avantage des références, chacun peut s’y reporter pour se forger une opinion, en dehors des anathèmes des idéologues.

    A cet égard, j’ai adoré le post de Horus qui fait une distinction salutaire entre « régularité » et « reconnaissance ». Point n’est besoin d’être reconnu par les Anglais pour être parfaitement régulier, et, de mon point de vue du moins, sauf à adopter une position strictement dogmatiques façon Eglise, les critères évoluent avec la société, aussi peu que ce soit : recevoir les croyants de toutes religions était révolutionnaire en 1723, recevoir les athées en 2010, voire les femmes!:=)) n’est que l’extension de cette volonté initiale d’ouverture. L’esprit domine la lettre, en tout cas, c’est ainsi que je vois les choses : suis-je régulier en cela ?

    Bien entendu et pour en revenir à la question initiale, la complexité d’un mécanisme qui s’est étalé sur un demi-siècle ne se résume pas à quelques lignes. Mais nier la filiation directe du GODF avec l’ancienne GL (laquelle n’a rien à voir avec l’actuelle, bien entendu, hors l’appellation) est simplement ridicule.

  • 33
    EMEREK
    27 juillet 2010 à 08:07 / Répondre

    @Ronan

    Désopilant…!!!
    Je suis curieux de connaître le futur nom de madame Michu ;-)))))

    Nb: mélanger Roger Dachez à ces élucubrations ne me semble pas très correct….!!!

  • 32
    Ronan
    27 juillet 2010 à 00:27 / Répondre

    @Emerek
    Décidément, tu ne sais pas lire et tout ce que tu étales ici, est une inculture historique vraiment crasse doublée d’une amusante mauvaise foi à l’égard de tout ce qui dérange tes certitudes.
    Le Grand Orient procède directement de la Grande Loge initiale, laquelle s’est progressivement structurée à partir de la paléo-maçonnerie continentale dont les premières traces remontent sans ambiguité à 1728. Ce n’est pas parce que Madame Michu a changé de nom après son divorce qu’elle n’est plus la même personne : peut-être peux-tu comprendre cela ? C’est exactment ce qui s’est passé lors de la transition GL/GO.
    Les bons auteurs ne manquent pas, désormais, en matière historique, et chacun peut aisément se faire sa propre opinion au sujet de tes ratiocinations : à Roger Dachez, déjà cité pour un ouvrage simple et clair, à ta portée, ajoute Charles Porset, Ludovic Marcos, Pierre Mollier (et quelques autres…). Tu en sais certainement plus qu’eux tous réunis, mais une petite visite au Musée de la FM rue Cadet ne te ferais malgré tout pas de mal. Ce n’est plus le musée du GODF, désormais, mais un Musée National : de quoi te rassurer lorsque tu franchiras la porte ! N’oublie pas pas de t’adjoindre un guide-conférencier : à l’évidence, tu en as besoin.

  • 31
    EMEREK
    26 juillet 2010 à 21:40 / Répondre

    Non Rethy mon frère, je ne vends rien ,et cette citation ne me gêne pas .
    La connerieet la méchanceté des Hommes dépasse souvent les fonctions, fût-elle celle de Pape.
    Je n’ai pas un gramme de cul-béni !!!
    Je reste cependant prudent sur les reprises de commentaires sur un individu surtout venant du bon Guillotineur de Lavicomterie qui s’était fait une spécialité dans ce genre de bouquins(crimes de rois,crimes de papes ,crimes d’ empereurs….) que tout le monde a oubliés…

    Pour Ronan…Ah bon!!! Je suis rassuré,la date de création du GODF « 1728 » est donc bien une erreur typographique sur le Sceau de l’obédience…Il fallait lire 1773…Il serait peut-être souhaitable que tu le signales en haut lieu car ,si j’ai bien compris ,tu y occupes d’importantes responsabilités…
    A moins qu’il ne s’agisse là ,encore, d’un hold-up historique bien organisé …

  • 30
    Rethy
    26 juillet 2010 à 12:48 / Répondre

    @ Emerek,
    Le texte est repris par L. LAVICOMTERIE dans son livre « LES CRIMES des PAPES » de 1792. Ce livre est particulièrement bien documenté sur les agissements et fourberies papales. Cormenin et Larousse ne disent pas moins de ce brave Boniface.C’est quand même bizarre qu’on met toujours en doute les citations qui dérangent et qu’on approuve sans réserve celles qui arrangent bien comme ces évangiles trafiqués. Néanmoins (…) mon frère.

  • 29
    Ronan
    26 juillet 2010 à 01:25 / Répondre

    Quelques dates marquantes pour la maçonnerie française au XVIIIe siècle
    1737 – Des loges éparses, plutôt formées de jacobites et donc réfractaires à la Grande Loge anglaise. La descente de Police du Lieutenant Hérault nous permet d’en garder la trace.
    1740-1760 – La loge des Grands Maîtres, dite « Grande Loge de France » (Antin, Clermont…) s’efforce d’asseoir son autorité.
    1773 – Le Grand Orient héritie de la plus grande partie de l’ancienne Grande Loge à la suite de la « scission de Clermont » avec, pour résultat, l’abandon du vénéralat ad vitam et une structuration de l’Obédience qui prend un contrôle plus effectif des quelques 600 loges françaises.
    Source : Dachez Roger, Histoire de la FM française, Que Sais-Je, PUF, 2003

  • 28
    EMEREK
    25 juillet 2010 à 22:09 / Répondre

    @Ronan

    C’est justement ce qui fait le charme du GODF, Obédience régulière depuis les années 1730 (elle s’est d’abord appelée Grande Loge de France, mais la continuité est historiquement indiscutable) et libérale, adogmatique et plurielle.

    Le fait d’affirmer de telles inepsies laisse planer un doute certain sur toutes vos affirmations et allégations par ailleurs…

    Pourquoi pas le GODF datant de 1717 pendant qu’on y est !!!Ses membres fondateurs étaient déjà dans la taverne « l’oie et le gril »…Qu’on se le dise…

    Ridicule ,stop aux inepsies ,vous abusez un peu trop des bonnes choses 🙂

    @Rethy
    Impressionnant ce texte,peut- être un peu trop justement…
    Je me méfie du mec qui cite un mec qui a entendu un mec dire quelque chose…
    Car, après recherche, le texte est de Jean Villani ,cité par René Thirifays………
    ………..ça me semble un peu lourd quand même …
    C’est un peu comme si l’on donnait foi à un argumentaire historique de Ronan qui rapporterait les propos du copain Schreck racontant le braire de son âne (du Poitou) …

  • 27
    Ronan
    25 juillet 2010 à 21:06 / Répondre

    @emerek

    « pour Ronan : il y a au GODF des frères qui travaillent « régulièrement » et au GADLU…!!! »

    Merci, mon Bien Aimé Frère, sans ton intervention… salutaire (c’est le mot pour un tel sujet), j’aurais continué de l’ignorer!:=))

    C’est justement ce qui fait le charme du GODF, Obédience régulière depuis les années 1730 (elle s’est d’abord appelée Grande Loge de France, mais la continuité est historiquement indiscutable) et libérale, adogmatique et plurielle. Ainsi, dans ma loge, l’athée pur jus que je suis croise le croyant fervent, le gauchiste avéré le militant UMP et le syndicaliste le cadre dirigeant ou l’affreux suppôt du (petit) Capital !

    Tout le reste est fortement masturbatoire et peu conforme aux visées de nos Grands Anciens qui voulaient le Centre de l’Union au prix du relativisme religieux (ce brave GADLU qui n’engage pas à grand chose en matière religieuse, sinon de foi) et de l’évacuation des querelles politiques. Peu conforme en tout cas à l’esprit (lequel, à l’évidence, ne souffle pas également partout) des Constitutions dites d’Anderson de 1723, contextualisées par la méthode historique, cela va sans dire.

    PS – Le verbe « palier » est transitif !

    @Myosotis
    « J’ai un peu de ressenti envers les Frères qui, usuellement, crachent sur mon Obédience. »

    J’allais le dire et j’ai comme l’impression de ne pas avoir été à l’origine de cette dispute. Il suffit de lire le fil depuis le début pour le vérifier.

    Je rentre d’un WE très fraternel au cours duquel, avec ma compagne, nous avons partagé le pain et le Sauternes (plus quelques mets roboratifs) avec des frères et des soeurs de toutes Obédiences, incluant la GLNF (par parenthèses, ils sont plutôt sur le versant des Myosotis). Il ne faudrait pas imaginer que tu es seul au monde, mon frère… évite donc les bourre-pifs vicieux en mêlée si tu ne veux pas te prendre une infusion de crampons à la première occasion, voilà tout.

  • 26
    xul
    25 juillet 2010 à 17:20 / Répondre

    À Horus 24,

    Nous avons déjà maintes fois discuté ici de la différence entre la régularité de la règle, donc des règles, et la régularité politique indiquée par une reconnaissance mutuelle et formelle entre organisations. Sans besoin de polémiquer tant, il est évident que la pratique de la GLUd’A en matière de reconnaissance n’est pas toujours cohérente. Elle reconnait par exemple env. 100 organisations aux EUd’A et une seule en France.

    Tant que j’en sache, l’Église Catholique Romaine ne reconnait aucune sorte de franc-maçonnerie, si régulière qu’elle soit, comme compatible avec la foi chrétienne. Quand on pose des questions relatives à cet état de choses aux candidats à la réception, les réponses sont souvent évasives ou peu cohérentes, visant en général à avoir «le beurre et l’argent du beurre». Mais certaines sont lucides, assignant la responsabilité à l’Église Romaine qui, elle, décida de rompre ses liens avec les héréditaires de Melkitsédeq.

  • 25
    HORUS
    25 juillet 2010 à 11:18 / Répondre

    @Myosottise N°8 : GLNF, seule obédience « régulière ».

    On peut voir dans ce refrain, dans ce jingle devenu marqueur obédientiel, une provocation récurrente dont l’auteur jouit à l’avance des réactions qu’il aura si « habilement » provoquées.

    On peut aussi imaginer qu’on se trouve plutôt en face d’un fou de Dieu, Dieu étant la GLNF, fou ou croyant fanatique qui brandit la bannière de sa croyance à chaque occasion de dire le vrai. Les idéologies ou armées ont besoin de ce type de combattant aveuglé par le bourrage de crâne traditionnel : « vous êtes les meilleurs ! ». Heureusement pour les armées, il y en a.

    Se sortir d’un formatage mental et d’une toile d’araignée anglo-saxonne dont on est prisonnier, quoi qu’on en dise, semble très difficile.
    Soit Myosotis confonds régularité et reconnaissance, volontairement ou non, soit il en est intimement persuadé. Les deux sont assez graves. Me permettrai-je de lui rappeler (cela a déjà été dit sur ce forum) quelques idées sur ces concepts :

    Il y a une confusion savamment entretenue entre Régularité et reconnaissance.
    La Régularité s’entend par le respect de la Tradition, par l’observance des textes fondateurs du Rite, (n’est-il pas ?) par la pratique scrupuleuse des rituels.
    La reconnaissance relève de règles administratives inter-obédiences et inter-visites.
    La régularité découle d’une adhésion pleine aux valeurs de la Tradition et aucune autorité maçonnique au monde ne peut la concéder ou la retirer à une Obédience. La reconnaissance est beaucoup plus terre à terre et est le plus souvent inspirée de considérations politiques.

    La régularité, telle qu’édictée par l’UGLE, est donc un enjeu de pouvoir, (ni plus ni moins que le « contrôle » de la Franc-Maçonnerie), et une simple réalité administrative dont la valeur initiatique est égale à ZERO.
    Une fenêtre d’opportunité historique va s’ouvrir brièvement pour la GLNF. Ce sera l’occasion d’une possible refondation de la GLNF avec une seule alternative :
    Soit elle s’émancipe du Vatican maçonnique, et comme Abraham (lekh lekha) ira vers elle-même en refusant la dialectique du Maître et de l’esclave,
    Soit elle continue d’être soumise, grâce aux fous de Dieu, jouant ainsi le rôle « d’idiot utile » pour des structures reflétant encore la mentalité des empires. Le terme d’idiot utile ne se veut absolument pas insultant vis-à vis des FF de la GLNF, dont je connais bon nombre et apprécie la qualité de vrais maçons. C’est tout simplement l’expression de Lénine qui qualifiait ainsi les intellectuels occidentaux qui glorifiaient le paradis communiste et faisant de la propagande à l’URSS sans qu’il ait à les payer.
    L’avenir dira s’il s’agit d’un ravalement de façade où les clôtures pérenniseront une ghettoïsation dans le PMF (paysage maçonnique français) ou de la construction d’une maison parmi d’autres dans la demeure du Père.

  • 24
    EMEREK
    25 juillet 2010 à 10:28 / Répondre

    @Myosotis
    Je n’ai aucune animosité vis à vis de la GLNF parmi laquelle j’ai de nombreux amis.
    Aujourd’hui je suis plutôt du côté des mutins pour les raisons que l’on connait.(je sais que sur ce sujet ,vous ne partagez pas mon opinion)
    J’apprécie et reconnait mes frères de la GLNF,obédience essentielle au paysage maçonnique français, même si l’un d’entre eux un jour m’a appelé non son frère, mais son cousin… !!!

    ,

  • 23
    xul
    25 juillet 2010 à 10:23 / Répondre

    À Santiago64, 9,

    Vous vous référez au «Saint-Esprit». Rappelez-vous quelle différence doctrinale fondamentale fut à l’origine du Grand Schisme entre les églises de Constantinople et de Rome ? «Et filioque», qui, en éliminant le Féminin de la trinité théologique, ruina l’accord sous-jacent entre doctrines exotériques et ésotériques.

    Le vrai motif du rejet de la Franc-Maçonnerie par certaines organisations religieuses est que celle-ci échappe à leurs prétentions du pouvoir absolu en matière de «salut», malgré les faits que, selon les écritures chrétiennes, Abraham fut le vassal de Melkitsédeq, et que Jésus fils de Marie enseigna lui-même à plusieurs reprises à un cercle restreint de fidèles, soulignant que ces doctrines ne furent pas pour la masse.

    Mais il y a encore une autre différence fondamentale entre la perspective des religions exotériques, en particulier abrahamiques, et celle des Ordres initiatiques authentiques comme la Franc-Maçonnerie traditionnelle et régulière. Celles-là visent le «salut», ceux-ci la «délivrance» appelée aussi la «libération», où les religions extérieures n’ont aucune connaissance et, par conséquent, aucune compétence. Elles se bornent donc a rejeter ce qu’elles ne peuvent pas comprendre. Souvent, les ténèbres ne comprennent point la lumière. Cependant, «délivrance» et «salut» ne sont pas incompatibles.

  • 22
    Baptiste
    25 juillet 2010 à 09:05 / Répondre

    @myosotis (8) :
    « Comme quoi des Frères du Vatican et des Frères héritiers des constructeurs de cathédrales peuvent non seulement se voir mais aussi partager des idées communes sur bien des points… « 

    Plus j’en apprends sur l’histoire de la Maçonnerie, et plus ce genre d’idées me fait marrer.
    Héritiers des constructeurs de cathédrales … Descendants des croisés (cf Discours jamais prononcé de Ramsay), descendants de l’ordre de Saint André du Chardon / Robert Bruce, et j’en passe… Les mythes ont la vie dure…
    C’est vrai que quand on est prêt à croire qu’un soit disant Adam qui n’a jamais existé, était lui-même Maçon, on peut accepter à peu près tout…

    Suffit-il de rappeler que Anderson ou Désagulier, je ne sais plus lequel, s’est fait expulser d’une des dernières loges opératives de Londres, à l’époque où il commençait à bricoler l’héritage des opératifs, en montant dans l’ombre son propre groupe de spéculatifs, en en bricolant l’histoire, et au passage en inversant la disposition est-ouest de la loge ? Bref, pas sûr du tout que les opératifs de l’époque reconnaitraient quelque filiation que ce soit à la FM moderne… Faut arrêter de se leurrer.

    C’est peut-être parce que vous vivez un peu trop dans ce passé mythique et imaginaire, que votre conscience refuse de prendre la mesure de ce qui se passe dans votre jeune obédience, qui jette l’opprobe sur toute la Maçonnerie Française et alimente l’anti maçonnisme.

  • 21
    Myosotis
    25 juillet 2010 à 00:13 / Répondre

    @Emerek : la plupart des mercredi midi, je partage le pain et le vin avec des Soeurs et de Frères venus d’autre Obédiences françaises, en toute fraternité. C’est ainsi sur Pau… Nous oublions les discordes pour nous retrouver sans deviser sur les troubles au sein de nos appareils. Ici, le ton est différent… La Grande Loge Nationale Française est l’objet de la hire et du courroux de grand nombre d’intervenants… Je suis membre de cette noble institution. Je travaille, mois aprés mois au seinde cet Ordre. J’ai été initié, passé et élevé dans au sein de ma Loge, au nom du Grand Architecte de l’Univers. J’ai un peu de ressenti envers les Frères qui, usuellement, crachent sur mon Obédience.

  • 20
    Rethy
    24 juillet 2010 à 21:37 / Répondre

    Je ne me lasserai jamais de rappeler les paroles du pape Boniface VIII ((1235-1303), originaire d’Anagni, de son vrai nom Benedetto Caetani.) rapportées par Jean Villani qui le décrit comme un prêtre cruel, ambitieux, corrompu, orgueilleux, cupide, égoïste :
    « Je me soucie autant d’une autre vie que d’un haricot. Les hommes ont une âme toute pareille à celle des bêtes ; l’une est autant immortelle que l’autre. L’Évangile enseigne plus de mensonges que de vérités : la parturition de la Vierge est absurde ; l’incarnation du Fils-Dieu est ridicule ; le dogme de la transsubstantiation est une folie. Les sommes d’argent que la fable du Christ apporta aux prêtres sont incalculables. Les religions sont créées par les ambitieux pour duper les hommes. Les ecclésiastiques doivent parler comme le peuple, mais ils n’ont pas la même croyance, la même foi. Il n’y a pas plus de péché à s’abandonner au plaisir avec une fillette ou un jeune garçon que de se frotter les mains ensemble. Nous devons vendre dans l’église tout ce que les idiots veulent acheter. »

  • 19
    EMEREK
    24 juillet 2010 à 20:03 / Répondre

    Il faut constater aujourd’hui l’indigence de la culture religieuse dans le monde moderne .
    L’école de le République ou les Religions elles-mêmes en sont les principales responsables.
    Seule la famille pourrait pallier à ce déficit grandissant…

    Je connais beaucoup de frères ,de confession juive,chrétienne ou musulmane ,qui ont renoué avec leurs traditions confessionnelles grâce à la Franc-Maçonnerie.
    La pratique,l’étude du rituel permet cette « conversion du regard « sur sa religion.
    Je fais partie de ces favorisés qui ont retrouvé le chemin des écritures grâce au REAA.
    Il faut ,pour cela , travailler et bénéficier d’un environnement favorable en Loge…que l’on appelle égrégore et spiritualité.

    La Franc-Maçonnerie est en cela l’alliée des religions par son ouverture au sacré ,si rare à notre époque .En aucun cas elle n’en est le substitut.

    nb :pour Myosotis :il n’y a pas que les frères de la GLNF qui soient réguliers et spirituels !!!
    pour Ronan : il y a au GODF des frères qui travaillent « régulièrement » et au GADLU…!!!

    Le monde n’est pas forcément manichéen comme vous le souhaitez ou l’imaginez l’un et l’autre

  • 18
    ombre
    24 juillet 2010 à 18:51 / Répondre

    …vis à vis de la Révélation surnaturelle elle se heurtera à la seule vraie spiritualité venant du Saint Esprit et dont le catholicisme est le seul détenteur par la volonté de son divin Fondateur.

    Tout est dit…

    N’étant pas enfant de la veuve, mais Dieu n’est pas mon père Père pour autant (ni ma mère). Je ne combats pas l’Église Catholique, et respecte ses fidèles. Mais n’ai pourtant aussi aucun respect pour telle institution. Si le contre-pouvoir n’existait pas, cela aurait peut-être suffit pour me conduire au Bûcher. Qu’en dirait le Saint Esprit dans ce cas ? Tant mieux ou tant pis ?

  • 17
    HORUS
    24 juillet 2010 à 16:38 / Répondre

    @Myosottise N°8 : GLNF, seule obédience « régulière ».

    On peut voir dans ce refrain, dans ce jingle devenu marqueur obédientiel, une provocation récurrente dont l’auteur jouit à l’avance des réactions qu’il aura si « habilement » provoquées. (et qui éloignent du sujet)

    On peut aussi imaginer qu’on se trouve plutôt en face d’un fou de Dieu, Dieu étant la GLNF, fou ou croyant fanatique qui brandit la bannière de sa croyance à chaque occasion de dire le vrai. Les idéologies ou armées ont besoin de ce type de combattant aveuglé par le bourrage de crâne traditionnel : « vous êtes les meilleurs ! ». Heureusement pour les armées, il y en a.

    Se sortir d’un formatage mental et d’une toile d’araignée anglo-saxonne dont on est prisonnier, quoi qu’on en dise, semble très difficile.
    Soit Myosotis confonds régularité et reconnaissance, volontairement ou non, soit il en est intimement persuadé. Les deux sont assez graves. Me permettrai-je de lui rappeler (cela a déjà été dit sur ce forum) quelques idées sur ces concepts :

    Il y a une confusion savamment entretenue entre Régularité et reconnaissance. La Régularité s’entend par le respect de la Tradition, par l’observance des textes fondateurs du Rite, (n’est-il pas ?) par la pratique scrupuleuse des rituels.
    La reconnaissance relève de règles administratives inter-obédiences et inter-visites.
    La régularité découle d’une adhésion pleine aux valeurs de la Tradition et aucune autorité maçonnique au monde ne peut la concéder ou la retirer à une Obédience. La reconnaissance est beaucoup plus terre à terre et est le plus souvent inspirée de considérations politiques.

    La régularité, telle qu’édictée par l’UGLE, est donc un enjeu de pouvoir, (ni plus ni moins que le « contrôle » de la Franc-Maçonnerie), et une simple réalité administrative dont la valeur initiatique est égale à ZERO.

    Une fenêtre d’opportunité historique va s’ouvrir brièvement pour la GLNF. Ce sera l’occasion d’une possible refondation de la GLNF avec une seule alternative :
    Soit elle s’émancipe du Vatican maçonnique, et comme Abraham (lekh lekha) ira vers elle-même en refusant la dialectique du Maître et de l’esclave,
    Soit elle continue d’être soumise, grâce aux fous de Dieu, jouant ainsi le rôle « d’idiot utile » pour des structures reflétant encore la mentalité des empires. Le terme d’idiot utile ne se veut absolument pas insultant vis-à vis des FF de la GLNF, dont je connais bon nombre et apprécie la qualité de vrais maçons. C’est tout simplement l’expression de Lénine qui qualifiait ainsi les intellectuels occidentaux qui glorifiaient le paradis communiste et faisant de la propagande à l’URSS sans qu’il ait à les payer.
    L’avenir dira s’il s’agit d’un ravalement de façade où les clôtures pérenniseront une ghettoïsation dans le PMF (paysage maçonnique français) ou de la construction d’une maison parmi d’autres dans la demeure du Père.

  • 16
    Henri-François
    24 juillet 2010 à 12:45 / Répondre

    A en lire certains celà fait froid dans le dos…Je suis heureux de fuir l’église catholique et ses soit disant pères depuis mon plus jeune âge. Vous rendez vous compte des propos que vous tenez , Dieu « le pauvre » doit vraiment en avoir assez de vos acharnements. Vous ne détenez aucune vérité, l’histoire est là pour le prouver . Vous êtes des exterminateurs, regardez l’attitude du clergé en 39/45, mis à part quelques uns (Théas, Saliège) et quelques prêtres isolés le clergé et son « chef » de l’époque n’ont manifesté aucune réprobations contre le nazisme et le gouvernement de PETAIN, et ensuite aprés la guerre certains des vôtres ont prorégé et caché des « bourreaux » et vous croyez que Dieu va vous pardonner. Regardez l’histoire en face et même l’histoire actuelle et vous comprendrez que vous n’avez rien à invoquer, vous n’étes pas digne de ce que vous croyez représenter. Comment pouvez vous vous poser en donneur de leçons, votre histoire vous contredit totalement. Heureusement qu’il existe quand même dans vos rangs des gens de bonnes volontés…….

  • 15
    xul
    24 juillet 2010 à 08:43 / Répondre

    À Monsieur Santiago64 soit recommandé l’étude des oeuvres du Sanctus Albertus Magnus.

  • 14
    sale gosse
    24 juillet 2010 à 07:34 / Répondre

    si t’est pour Ronan saute sur tes pieds, pieds !!!!!!!!!!!!!!!!

  • 13
    RL
    24 juillet 2010 à 07:33 / Répondre

    @santiago64 : Ah c’est donc vous la porte qu’on entend claquer violemment en début de conférence ? (humour) C’est étrange ce que vous dites vous parlez de la position de l’église en l’opposant à celle d’un pretre ou d’un évèque mais que je sache, de fait, ce sont bien les clercs et leurs réflexions et textes qui forment ce que l’on nomme l’église… Cela reviendrait à dire que ce serait par un système de majorité que la condamnation de la FM serait prise, or si je suis votre facon de penser il ne peut y avoir un tel système de majorité, puisque seul en définitive la vérité appartient et procède du Saint-Esprit et non d’une majorité humaine et pensante. Mais puisque que vous reconnaissez cette majorité pensante, pourquoi ne vous engageriez vous pas à penser vous aussi et contre-argumenter rationnellement les propos du père Samuel ? Votre meme Eglise à d’autres époques était unanimement convaincu que le soleil tournait autour de la terre… preuve que l’eglise ne fut jamais composé que d’hommes faillibles comme les autres.

    @myositis : « Grande Loge Nationale Française, seule Obédience régulière en France (n’en déplaise à certains…) » … Volonté de polémique un peu pataude, vous ne trouvez pas ? Je vous assure qu’il ne me déplait pas, il m’indiffère simplement…

  • 12
    Myosotis
    24 juillet 2010 à 07:29 / Répondre

    @Ronan : jaloux ? Dire que la Grande Loge Nationale Française est la seule et unique Obédience française régulière en France est juste constater un fait, rien d’autre…. Ca vous chatouille, ou ça vous gratouille ?

    Pour le reste, il est heureux que nous, Maçons réguliers puissions parler avec des représentants catholiques, sans querelle et juste dans le but se se comprendre et de s’enrichir mutuellement. Evidemment, cela suppose une ouverture d’esprit des deux côtés. Il y a peu, nous avons d’ailleurs reçu un représentant musulman sur Bordeaux et la réception d’un représentant juif est annoncé. Ainsi, les trois grandes religions monothéistes auront été rencontrées. C’est sans doute grace à ce genre de rencontres que, petit à petit, les incompréhensions s’effaceront. Il restera quelques irréductibles perchés sur des bulles anciennes qui hurleront encore mais il est à espérer que le temps leur permettra de comprendre que nous ne sommes pas des ennemis. Le chemin est sans doute encore long… et pas que pour eux…

  • 11
    Ronan
    24 juillet 2010 à 01:00 / Répondre

    La seule et unique motivation de l’anathème papal est que la maçonnerie est, à la base, fondamentalement, un relativisme !
    La figure du GADLU comme plus petit dénominateur commun de la croyance en une puissance transcendante est évidemment insupportable, consubstantiellement, à tous ceux qui n’imaginent l’Humanité qu’à travers le prisme de leur propre croyance et excluent de fait comme irrémédiablement fausse, mensongère, trompeuse, une autre foi que la leur.
    Que dire alors des athées…
    Or, si on prend la peine de contextualiser les Constitutions d’Anderson, on voit bien à quoi elles conduisent inéluctablement : l’objectif de la maçonnerie étant d’être le Centre de l’Union, après avoir vidé les querelles religieuses en adoptant le GADLU, il était normal que les maçons étendant la fraternité aux agnostiques puis aux athées au fur et à mesure que la société se transformait et que des positions, naguère perçues comme scandaleuses (« athées stupides »), finissent par devenir la norme.

    A cet égard, je suis frappé par l’incroyable morgue de notre frère de la GLNF (Myosotis, intervention N° 8) qui n’a rien vu, rien compris, rien entendu, rien appris de la crise qu’il traverse… Qu’un frère d’une Obédience née au XXe siècle vienne donner des leçons de régularité à une autre qui remonte au XVIIIe, le tout en référence à une troisième née au XIXe, a quelque chose de comique. Voire de pathétique ! Non, décidément, je ne suis pas sûr que l’éviction de Stifani suffise à rendre la raison à nos frères égarés !

  • 10
    Rethy
    23 juillet 2010 à 22:35 / Répondre

    Wouah… En bon chrétien Santiago64 sait même utiliser le copier coller.

  • 9
    Santiago64
    23 juillet 2010 à 22:20 / Répondre

    J’étais à cette conférence où je suis intervenu conformément à la position de l’Église sur la Franc maçonnerie. Ce n’est pas parce que des catholiques, fussent ils prêtres ou même évêques pactisent avec la FM que l’Église changera sa position; Saint Augustin disait déjà il y a 1600 ans que l’église avait « beaucoup d’ennemis parmi ses enfants », cela n’a pas changé et reste dans l’ordre ses choses. AUCUNE institution humaine n’a été condamné avec autant de constance et de vigueur et de raisons par les Papes que ne l’a été la FM. Ce n’est donc pas sans quelque motif grave qu’il en est ainsi, d’autant que chaque condamnation a toujours été abondamment motivée.Tant que la FM prétendra dispenser une « spiritualité humaine » centrée sur l’homme et son autonomie vis à vis de la Révélation surnaturelle elle se heurtera à la seule vraie spiritualité venant du Saint Esprit et dont le catholicisme est le seul détenteur par la volonté de son divin Fondateur. Ni vous ni moi n’y pouvons rien changer car cela ne dépend pas de notre pauvre personne. Cela dit, je ne nie pas la respectabilité des Francs maçons , je combat seulement la ]bFranc maçonnerieb[.

  • 8
    Myosotis
    23 juillet 2010 à 21:16 / Répondre

    Si notre ami Santiago64 est dans le « 64 » français, je lui indiquerais qu’il y a peu, la Grande Loge Nationale Française, seule Obédience régulière en France (n’en déplaise à certains…), a organisé une discussion avec les Frères de l’abbaye de Bellocq, à proximité d’Orthez et que les deux parties se sont mutuellement enrichies en partageant, discutant… Comme quoi des Frères du Vatican et des Frères héritiers des constructeurs de cathédrales peuvent non seulement se voir mais aussi partager des idées communes sur bien des points…

  • 7
    Hayt
    23 juillet 2010 à 20:11 / Répondre

    Bref, pour répondre à la question en titre: on peut. Mais il ne faut pas le dire à Benoît XVI… 🙂

  • 6
    RL
    23 juillet 2010 à 18:26 / Répondre

    C’est d’ailleurs à Jiri qu’on devait la vidéo..

  • 5
    RL
    23 juillet 2010 à 18:23 / Répondre

    Je me permets de poster le lien d’une conférence passionnante du père Samuel Rouvillois de la communauté de Saint Jean :

    http://feudusoleil.blogspot.com/2009/12/eglise-et-franc-maconnerie-amies-ou.html

    Cela permettra peut-etre aussi à Santiago64 de ce faire une idée de ce que peut etre une reflexion chrétienne qui se base sur autre chose que le rejet de l’autre et des « fausses religions ».

  • 4
    christian
    23 juillet 2010 à 16:35 / Répondre

    Quelle importance cette question ? Chacun est libre … 🙂

  • 3
    yvca
    23 juillet 2010 à 16:03 / Répondre

    Torquemada, reviens, ils sont devenus fous !

  • 2
    René
    23 juillet 2010 à 15:55 / Répondre

    Il à toujours été difficile pour l’église Catholique d’accepter que ses « ouailles » aient des contacts avec d’autres confessions religieuses. C’est ainsi que les Franc-Maçons catholiques pouvant partager des réflexions philosophiques avec d’autres, libres de dogmes, dans des loges a l’abri de la censure, étaient inacceptables pour ces papes et ces cardinaux.

    Le message des Évangiles est toujours d’actualité. Cependant que le message de l’Église Catholique, de ces papes et de ces cardinaux, est dépassé, étant bien loin de celui des évangiles. Pourtant il existe des gens de biens aussi, dans l’église Catholique: Ce sont ceux qui n’admettent pas le discours de l’église comme l’ostracisation des catholiques qui portent le condom, des couples non mariés… ceux qui protègent les enfants.

    J’ai de la difficulté a pratiquer cette religion dont les propos de ses dirigeants sont contraires aux enseignements des évangiles, propos de discordes, propos qui protègent les méchants et punissent les bons.

    Je n’ai cependant jamais eu honte de la Franc-Maçonnerie, de certains franc-maçons oui, mais pas de la Franc-Maçonnerie.

  • 1
    Santiago64
    23 juillet 2010 à 15:08 / Répondre

    Pourquoi la F.M est elle condamnée sans relâche par l’Église ?
    Pourquoi l’Église depuis les origines de la Franc-maçonnerie a-t-elle de façon insistante et catégorique porté un jugement expressément réprobateur sur cette organisation ? Depuis 1728 TOUS les Papes ont impérieusement déclaré l’incompatibilité entre Franc maçon et chrétien: le jugement permanent de l’Église interdit sous les peines les plus sévères et les plus justifiées de s’affilier de quelque façon à la maçonnerie quelle qu’en soit l’obédience.
    Certaines loges(GLNF par exemple) se prétendent « amies » ou « non hostiles » à l’Église ou encore « spiritualistes » et croyant « en Dieu ».C’est un artifice aussi ancien que la F.M. afin de leurrer les chrétiens, les séduire et les engager dans les mailles de leur filet. Cette branche de la F.M. dite « régulière » n’échappe pas aux censures de l’Église, à juste titre.
    Pourquoi?
    Parce qu’elle partage avec TOUTE la Franc maçonnerie une doctrine & des pratiques opposées irréductiblement à l’enseignement de Jésus Christ que l’Église catholique a reçu en dépôt, notamment sur Dieu, sur les fondements & la nature de la Foi & de la Vérité, sur le contenu de la spiritualité, sur la pratique du secret.
    Dieu est un Dieu personnel, créateur et providentiel, qui s’est révélé comme Père, qui nous aime et nous assiste de sa grâce, qui nous a sauvé par la mort de son Fils Jésus Christ, qui demeure avec nous par son Église dotée des sacrements du salut et qui lui rend un culte. C’est un Dieu qui ne se satisfait pas d’une foi sans substance ni de la concurrence des faux dieux, idoles absurdes ou tyranniques ou sanglantes; il s’est décrit comme « Je suis » avec la Souveraineté, l’Éternité et la Plénitude de la Perfection et de l’Être et il nous prescrit « tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Ex.20.3) et « Tous les dieux des nations sont des démons » (Psaume 95,5).
    Le 12 mai 1980 l’Épiscopat allemand, condamnant la Franc maçonnerie « amie » de l’Église déclarait: « Le « grand architecte de l’univers » est un « Ça » neutre, indéfini et ouvert à toute compréhension. Chacun peut y introduire sa représentation de Dieu, le chrétien comme le musulman, le confucianiste comme l’animiste ou le fidèle de n’importe quelle religion. Pour le franc-maçon, le « grand architecte de l’univers » n’est pas un être au sens d’un Dieu personnel ».
    La Bible, le Livre inspiré par Dieu lui-même est refoulé au même rang que les pseudos textes sacrés des fausses religions :Védas hindous, Coran, Talmud ,innombrables écrits d’ailleurs extravagants du Bouddhisme. Bible qui serait alors sans plus de valeur ni de vérité que subjective. Peut on croire que le Dieu de Vérité qui s’est défini comme tel puisse cohabiter dans diverses révélations INCOMPATIBLES? Ce serait lui dénier la cohérence de la Perfection . Le concept et la possibilité de la vérité en sont anéantis, compromettant l’opération essentielle de l’intelligence humaine qui vise la vérité.
    « Je suis la voie, la vérité, la vie » « la vérité vous rendra libres  » (Jésus in St Jean).
    Épiscopat allemand 12 mai 1980:
    « Un tel subjectivisme ne peut s’harmoniser avec la foi en la parole révélée de Dieu et avec la doctrine de l’Église authentiquement exposée. Un tel concept de la vérité n’est pas compatible avec le concept catholique de la vérité ni du point de vue de la théologie naturelle ni du point de vue de la théologie révélée. »
    « le spiritualisme est la Doctrine qui professe l’existence de l’esprit comme réalité substantielle; il s’oppose à Matérialisme. » (Dictionnaire de l’Acad. française). En ce sens, minimaliste et réducteur (le sens maçonnique des loges GLNF), le spiritualisme ne suffit pas.
    St Jacques, premier évêque de Jérusalem, répondait déjà :  » tu crois en un Dieu, tu fais bien. Les démons aussi et pourtant ils tremblent ».
    Pour un catholique le spiritualisme est la plénitude des dons du Saint Esprit ,l’ ascèse des Béatitudes, la perfection des préceptes de Jésus Christ: « Va et ne pèche plus, soyez parfaits comme votre Père du ciel est parfait, pardonnez à vos ennemis, « . Un catholique n’a pas besoin de rechercher une autre spiritualité, il l’a déjà: en plénitude, divine et sanctifiante.
    Mgr Dupanloup évêque d’Orléans. :« Eh bien ! Dirai-je à ces francs-maçons non encore désabusés, si c’est la spiritualité qui vous attire, qu’avez-vous besoin d’être maçons? Soyez chrétiens, il suffit. Est-ce que toute bienfaisance n’est pas dans le Christianisme? N’est-ce pas lui qui a donné au monde la charité ? La charité, vertu plus féconde, qui apporte à l’homme des lumières et des dévouements que la simple spiritualité n’égala jamais. Il s’agit d’une morale qui dispense de toute religion, d’une morale sans Dieu et sans aucune religion: en d’autre termes, la maçonnerie veut que l’homme vive sans culte, sans prières, sans autels, sans Dieu et sans Christ sur la terre. Eh bien ! Cette doctrine, qu’est-ce autre chose que l’athéisme pratique? »
    La F.M n’est pas une société « secrète », c’est une pyramide de sociétés secrètes, car au-dessus des trois grades inférieurs où les maçons « de base »sont évalués & observés à leur insu, se hiérarchisent les grades supérieurs où se passent réellement les assemblées qui comptent. Chaque grade supérieur observe le grade inférieur pour juger quel adepte pourra gravir un échelon suivant ses dispositions « philosophiques ». C’est dans ces étages supérieurs occultes que s’opère la communication avec les obédiences « concurrentes » par des passerelles impénétrables. C’est là que la distinction des loges laïques, de gauche, de droite, spiritualistes ou athées s’efface car on se trouve au cœur de la maçonnerie où Dieu sait quel « Dieu » est servi. La mission d’une F.M. qui « croit en Dieu »n’est que de recruter pour recycler des chrétiens séduits par le symbolisme ou l’occulte ou le faux spirituel et les utiliser pour leur complaisance en les détournant furtivement de la vraie religion car « quand on n’agit pas comme on pense, on finit par penser comme on agit ». A l’inverse : «J’ai parlé ouvertement au monde; j’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s’assemblent, et je n’ai rien dit en secret.  » (Jésus in Jean 18,20).
    En conclusion, il n’y pas de maçonnerie « amie » de l’Église, il y a des obédiences diverses dont certaines ont pour mission de déguiser la substance de leur doctrine sous des termes accommodants afin de capter les fidèles catholiques naïfs. En réalité il n’y a qu’une maçonnerie multiforme mais cohérente et unie sur le fond: Le Grand Architecte de l’Univers ouvert à TOUTES les définitions indifférenciées. La Vérité n’existe que subjective et relative, éliminant ainsi la Révélation surnaturelle et la Foi qui engage le salut. L’Homme est au centre de l’univers et la mesure de toutes choses, c’est de lui que dépend le visage de Dieu et les règles de la morale. Le secret couvre les buts réels des loges dont le contenu n’est accessible qu’aux degrés supérieurs qui actionnent et contrôlent les trois degrés inférieurs réservés aux profanes.
    En dernier ressort la maçonnerie qui se dit « amie » est plus perverse et redoutable par son attrait exempt de menaces que les maçonneries ostensiblement hostiles.
    « De toutes façons,qu’une amitié soit même affirmée envers l’Église, une insurmontable différence subsiste dans les principes fondamentaux, qui représentent une profonde déformation et une véritable destruction de la foi de la vie chrétienne. Cette « machination » là, d’un caractère plus intensif, représente un péril plus grave que celle qui est publique et extérieure car elle éloigne les fidèles de leur Église et sape l’affirmation de vérité de l’Église elle-même. » Mgr Josef Stimpfle, Evêque dAugsbourg « 30 Giorni » 5 mai 1986.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous