compas-cracovie

La photo maçonnique du dimanche 13 novembre

Publié par Géplu
Dans Photos

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 13 novembre 2016
  • 20
    Hiram Gergo
    22 mars 2017 à 15h51 / Répondre

    en effet, j’y vais chaque année (dont demain…) et il s’agit d’une reconnaissance des bâtisseurs (compagnonnage) aux commerçants (guildes) pour leur effort conjoint dans la prospérité de cette belle ville du sud de la Pologne. Je croyais aussi, en tant que F.’., qu’il s’agissait d’une symbolique mac.’., mais la Pologne ne se dévoile pas si aisément, très catholique.

  • 17
    lamouline
    20 novembre 2016 à 17h04 / Répondre

    Je ne comprend pas pourquoi on ne reconnaît pas d’un seul coup d’oeil un cadran solaire classique horizontal avec la branche du compas représentant un style indiquant 6 heures du matin. De même, à gauche, il est évident que l’on voit la face avant d’un astrolable classique avec son alidade et surtout les petits crochets indiquant la position des étoiles de référence. Très bel objet. A Cracovie, l’hommage à Copernic est plus que vraisemblable.

    • 18
      Lionel Maine
      20 novembre 2016 à 18h04 / Répondre

      Un cadran solaire, au sol , et au milieu d’une halle, … Très fort !!!

      • 19
        lamouline
        21 novembre 2016 à 0h04 / Répondre

        Je me suis mal exprimé. Sorry. Il s’agit clairement de la « représentation » d’un cadran solaire, pas d’un vrai !
        De toutes façon, je ferai remarquer qu’il existe une multitude de cadrans solaires horizontaux au sol ou sur des plateaux ( à mettre au soleil évidemment).
        Je ferai aussi remarquer que l’astrolabe, indiscutable, est aussi par terre bien qu’en pratique on ne le tient que verticalement et en regardant le ciel.

  • 11
    • 12
      Lionel Maine
      14 novembre 2016 à 17h38 / Répondre

      Ne comprenant ni le basque, ni le polonais, une explication succincte serait la bienvenue.Merci.

      • 13
        Myosotis64
        14 novembre 2016 à 20h21 / Répondre

        Traduction (approximative) des données :
        « crutzean TABLE

        gurutzea ere Tela Hall igandean, ekainak 4, 2007. Plaka jarraipena inauguratu zen. Elkartearen « Kram » eta Krakovia Merchant Kongregazioa batetik Merkatari jaso zilarrezko domina Krakovia kokapena.

        Mahai gainean Krakoviako kapituluan latinez Urtekaria aurrekontua jartzen da: « MCCLVII Cracoviensis Civitas Iuri Theutonico traditur et situs fori per advocatos et domorum et curiarum immutatur … », Poloniako itzuliak: « 1257 Krakovia hiria Alemaniako legearen menpe dago, eta merkatuan posizioa, etxe eta Dworzyszcze aldatu … « .

        Da prof ek diseinatu. Czeslaw Dźwigaj, katedradunak egindako testu aukeraketa bat. Jerzy Wyrozumski eta prof. Alexander Kravchuk.

        Taldea merkatarien array Tela Aretoan, nor entregatu Krakovia Mayor, 40 mila euroko zenbatekoa txeke sinboliko bat sortu zuen. zł.

        Ekitaldian, alkateak Jacek Udalak Paul Klimowicz presidentea batera Majchrowski hurreratzen gingerbread puzzle batzuk City Krakovia du armarriaren forma ere, Elikagaien industria Eskolako Krakovia ikasleen eskutik.

        fot. Adam Wojnar »

        J’espère que c’est plus clair -:)

        • 14
          Lionel Maine
          15 novembre 2016 à 8h30 / Répondre

          Pas vraiment !
          J’avais oublié « Google translate » , un peu plus coopératif; merci.

          • 16
            Myosotis64
            15 novembre 2016 à 9h55 / Répondre

            Ben voilà ; pareil…
            Il semblerait donc qu’il s’agisse d’une plaque commémorant les 750 ans d’une conférie (dit « chapitre » en Pologne…) de commerçants.
            Rien de maçonnique donc, mais du bel ouvrage cependant.

        • 15
          Désap.
          15 novembre 2016 à 9h07 / Répondre

          Agur, mon BAF Myosotis64

  • 10
    Emmanuel
    14 novembre 2016 à 14h42 / Répondre

    Rien de maçonnique??? Voire.
    Pour moi (simple hypothèse) : le 1/4 de cercle intérieur au carré est la trace du rabattement du côté. Sur la gauche un rapporteur d’angles, sur les 2 côtés du carré les divisions en pouces (ou autre système). Ce carré avec ses divisions serait une abaque donnant directement sans calcul les angles, les cordes… ou valeurs caractéristiques pour un cercle donné (dans son carré exinscrit). Le tout sur un pavage (mosaïque?)… sur lequel nous autres maçons spéculatifs ferions bien de réfléchir opérativement*. Il y a me semble-t-il sur l’une des branches du compas deux curseurs pouvant servir à tracer ou repérer des cercles intermédiaires (fonction du pavage). En haut du compas une sorte de bobine qui pourrait être celle d’un cordeau. Par contre je ne vous pas l’usage de l’objet au centre (p.e un étuis à plumes, un écritoire).

    * J’entends par là que dans le pavé mosaïque, le compas, la règle nous avons tout ce qui est nécessaire pour établir concrètement les plans d’un temple.

  • 4
    Union et Solidarité
    13 novembre 2016 à 10h28 / Répondre

    Bonjour,
    Rien de maçonnique. Il s’agit d’un hommage à l’un des grands hommes de la ville, Nicolas Copernic.
    A gauche est figuré un astrolabe. En fait c’est ici une évocation des instruments scientifiques dont s’est servi Copernic.

    • 6
      MICHA
      13 novembre 2016 à 12h06 / Répondre

      exact
      EM

      • 9
        lazare-lag
        13 novembre 2016 à 13h02 / Répondre

        Si le pseudo avait été MUCHA, j’aurais imaginé une référence à Alfons MUCHA, artiste et frère tchèque, qui fit les beaux jours de l’affichage Art-nouveau à Paris, après avoir débuté à Prague.Notamment les affiches de théatre pour Sarah Bernhardt, ou nombre de publicités de fin XIXème, début XXème siècles.
        Et qui mourut âgé à Prague en 1939, deux jours après avoir été auditionné (brutalisé?)par les nazis. Et qui fût enterré sommairement, peut-être dans une fosse commune, le bon clergé praguois ayant refusé des funérailles religieuses pour cause de Franc-Maçonnerie avérée….
        Prague, Cracovie…
        Elle était comment la Franc-Maçonnerie dans les Pays de l’Est, avant d’être muselée par le nazisme, puis le soviétisme envers « ses » pays « frères »?
        Elle est comment maintenant la Franc-Maçonnerie dans ces pays ayant recouvré la liberté, mais ayant aussi retrouvé un nationalisme certain, quand ce n’est pas une intransigeance religieuse?

  • 3
    lazare-lag
    13 novembre 2016 à 10h15 / Répondre

    Je ne connais pas personnellement Cracovie, ni la Pologne d’ailleurs.
    Mais une simple incursion sur Internet apprend qu’il y a plusieurs marchés couverts à Cracovie… et pour le moment je n’ai pas réussi à trouver une photo correspondant à celle-ci.
    Si Véronique veut qu’on l’aide, encore faudrait-il en dire davantage sur le marché couvert lui-même.
    Dans quelle rue? Sur quelle place?, Dans quel quartier? Près de quel autre monument?
    Et une photo de l’inscription pourrait effectivement permettre à ceux qui pratiquent la langue polonaise d’en dire davantage.
    Sinon c’est rechercher un compas dans une botte de foin…

    • 5
      UNION ET SOLIDARITE
      13 novembre 2016 à 11h36 / Répondre

      Bonjour LAZARE-LAG
      Une autre photo de cette plaque figure sur ce site :
      http://quasar95.free.fr/forum/viewtopic.php?t=2851&sid=dc1b98d4acc1088c581ae47d78203e3e

      La légende indique :
      Plaque dans une galerie couverte du palais sur la grande place du marché en face de la cathédrale à Cracovie.

      • 8
        lazare-lag
        13 novembre 2016 à 12h37 / Répondre

        Merci pour le lien très intéressant, pédagogique.
        Finalement, il me revient une anecdote sur Cracovie, je n’y ai pas pensé dans mon intervention précédente.
        Mon frère (biologique, pas maçonnique)y était allé en 1980, il avait 22 ans à l’époque, un peu routard sur les bords.
        Il était revenu de son périple en nous racontant, notamment,que les habitants de Cracovie visitaient, et ils faisaient la queue pour ça un musée vide.
        Un musée vide!
        Mais ce musée avait été fermé depuis l’occupation stalinienne. Et cette réouverture était un signe de timide ouverture démocratique. 1980 c’était Solidarnosc (clandestin encore en 1980)et Lech Walesa, c’était un tout « jeune » pape polonais Jean-Paul II, ci-devant Cardinal Carol Wojtila.
        C’était une ouverture réprimée ensuite en décembre 1981 par le Général Jaruzelski. Ouverture qui reviendra définitivement cette fois-ci après 1989.
        C’était un autre temps et pourtant c’était hier.

    • 7
      Lionel Maine
      13 novembre 2016 à 12h15 / Répondre

      Ville magnifique ; il s’agit de l’ancienne « Halle aux draps ».

  • 2
    Poullard François
    13 novembre 2016 à 10h15 / Répondre

    Cracovie, ville de naissance d’un des plus célèbre mathématicien : COPERNIC. il était le fils d’un grands commerçant de la ville.

    Cela est peut-être la réponse pour cette plaque.

  • 1
    STEF
    13 novembre 2016 à 10h13 / Répondre

    Peut être pas Maçonnique … pourtant il y bien trois points, un pavé mosaïque, le compas qui semble passer sur et sous l’équerre … etc… 😉

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous