33e

Replacer l’humilité au Centre de l’Union.

Publié par Jean-Luc Maxence

LA CHRONIQUE DE L’ÉTERNEL APPRENTI – 5

Jean-Luc MaxenceLes querelles au sujet du Salon annuel du Livre maçonnique, des sites maçonniques gratuits ou payants, des beaux discours en lieu et place des authentiques incarnations quotidiennes de la fraternité, des Aréopages et des Chapitres et des Hauts Grades qui prouvent depuis la nuit des temps d’un atelier que ce sont eux qui influencent, dirigent, dominent les Apprentis et les Compagnons et les simples Maîtres d’une Loge, tout cela nuit à la bonne entente des obédiences et à la réalité de cette maçonnerie universelle dont tout à chacun rêve.

L’heure est venue, en ce début de siècle, dans l’Art Royal, de replacer la vertu d’humilité au cœur du système de la hiérarchie maçonnique, sous peine de mourir sous les rivalités d’égo puisque « les pays qui n’ont pas de légendes seront condamnés à mourir de froid » comme disait le poète. Il s’agit de délimiter sans concession où se situe la domination occulte des degrés supérieurs, et de ne pas devenir tous, ce qu’on pourrait baptiser des nigauds ivres de tabliers décorés.

Participant à l’élaboration d’un nouveau magazine (REBELLES) aspirant à une meilleure entente citoyenne, tout en écrivant ces quelques lignes d’éveil, ou peut-être de réveil, (sans me prendre pour un acteur de la guerre des Étoiles), je souhaite que l’orgueil des dignités supérieures abandonne un peu sa superbe et sa virulence au profit d’une compréhension humaniste.

Au siècle dernier, les plus incisifs de nos Frères accusaient les Chapitres de diriger secrètement les Loges bleues, sur lesquelles ils étaient greffés, et l’on avait même tendance à croire qu’un rite est plus efficace qu’un autre du moment qu’il présente plus de grades ! On glosait sur l’autorité fictive et l’autorité réelle au sein des Loges, même et surtout des loges bleues. Il est vrai que nous étions à cette époque dans l’ivresse d’un Occultisme débridé.

Aujourd’hui, il me semble urgent de replacer au centre du processus des initiations, la modestie. J’ai dit à voix basse, dans le secret bien entendu. Un secret mal partagé ?

jeudi 17 septembre 2015
  • 9
    serialbrother
    21 septembre 2015 à 17:27 / Répondre

    la GLDF est une obédience qui pratique une maçonnerie complète et suffisante pour ceux qui entendent la spiritualité comme un exercice spéculatif sur la liberté, l’action humaine, l’obligation morale, l’altruisme, la justice, et bien sûr la sécularisation de l’amour chrétien ….. c’est à dire la Fraternité universelle.
    Parallèlement, une Loge de la GLDF est un espace de travail dans lequel les options spirituelles de chacun doivent être respectées. Et comme l’a opportunément rappelé A. Comte Sponville, la philosophie est une pratique spirituelle à part entière.
    Au sein de ma Loge bleue, je peux donc personnellement avoir une lecture philosophique du R.E.A.A. sans que celle-ci soit soumise à critique, ni invalidée par un Frère du SCDF.
    De manière pratique, cela est possible parce qu’il n’y a pas de hiérarchie de la « Connaissance » : un Frère Maitre est égal à un autre Frère Maitre.
    Bien sûr ça ne satisfait pas tout le monde, alors certains aiment rappeler que le rituel est en 33 degrés.
    Et bien sûr, ne pas avoir le même niveau initiatique, ça justifie …… tout.
    Concernant ces 33 degrés, le Grand Initié qui les a principalement rédigé, Albert Pike, est un ancien général de l’armée sudiste et membre du parti Whig.
    Initié en 1850, reçu au 29ème degré en 1853 il a rédigé la « somme initiatique » des rituels de perfection actuels entre 1855 et 1861 .
    Alors pour moi, contrairement à ce qui a été dit :
    – Je suis maitre, mais ça ne m’empêche pas de continuer à m’initier,
    – Je pense qu’il est essentiel de conserver l’égalité de statut en Loge Bleue pour perpétuer la libre pensée ,
    – Je ne souhaite pas imposer ma spiritualité au SCDF, je demande donc la réciproque.
    Fraternellement votre.

    • 10
      Yasfaloth
      21 septembre 2015 à 22:58 / Répondre

      Bonsoir mon F.
      .
      Ton post est intéressant et a le mérite d’être à la fois respectueux et argumenté… pas courant dans ce type d’échange.
      .
      La question que je me pose en te lisant, c’est celle de la « pluralité » au sein d’une obédience de 35000 membres. Est il possible d’y faire cohabiter des frères pensant avec ACS que la philosophie est une « spiritualité » et d’autres qui puisent leur inspiration dans l’œuvre de René Guenon ?
      .
      Est ce une richesse ou, au contraire une faiblesse ?
      .
      C’est une vrai question à laquelle j’ai du mal à répondre en conservant mon sens critique… peut être la réponse se trouve t’elle dans la résolution de l’ambiguïté que j’évoquais dans mon commentaire portant le N° 3… je l’espère du moins…
      .
      Frat.

  • 7
    hiram33
    20 septembre 2015 à 20:02 / Répondre

    Je voudrais répondre à Luciole. Prétendre que le SCDF n’intervient pas dans l’administration des Loges bleues est une imposture. Chacun sait que chaque année, les FF des « Hauts Grades » viennent faire leur marché dans les Loges Bleues. A Marseille et sa région, on appelle cela la « Mercato » et personne n’ignore ces pratiques qui sont parfaitement codifiées et coordonnées..
    Mais le problème le plus grave n’est pas là. Lorsque par malheur, il se produit un « empilement » de frères d’une même Loge bleue dans une Loge de Perfection, alors toute les élections de la loge bleue sont téléguidées par le Gourou de la Loge de perfection. Et c’es ainsi qu’en sept ans ma Loge bleue a changé quatre fois de V.M et qu’elle a perdu un tiers de ses Membres. Alors, mon cher Luciole, arrête d’essayer de nus convaincre de l’innocence du SCDF.

    • 8
      Yasfaloth
      21 septembre 2015 à 10:24 / Répondre

      Sans prétendre répondre à la place de Luciole, je rebondis sur ton commentaire car je connais un atelier (pas le mien) qui connais des « tensions » similaires.
      .
      Je crois qu’il faut appeler un chat : un chat; la réalité de ces ateliers c’est que deux conceptions, motivations s’y opposent de façon exacerbée, généralement à cause de quelque personnalités (trop ?) « fortes ».
      .
      Il y a d’un côté ceux qui vivent leur engagement maçonnique comme une quête initiatique et spirituelle, qui ont pris le REAA comme véhicule, et qui, naturellement, continuent leurs parcours après le grade de maitre. Et puis il y a ceux qui sont moins convaincus ou motivés et qui trouvent en maçonnerie un réseau (principalement de sociabilité ou affectif, ceux qui viennent à la GLDF pour « affaires » s’en vont très vite il me semble), et qui parvenus au grade de maitres manifestent peu d’enthousiasme pour « la suite » ou ont du mal à y consacrer l’énergie et l’engagement nécessaire.
      .
      Les seconds, moins intéressés, voire incommodés par la rigueur du rituel, son évolution, son respect strict, et plus exclusivement attirés par l’aspect fraternité du « réseau », supportent mal les injonctions voire les contraintes parfois, c’est vrai, un peu péremptoires, infusées par les premiers, pour la plupart, et naturellement au SCDF; et donc assimilent la juridiction à leurs griefs, alors qu’elle est simplement la marque de ceux dont les motivations et l’engagement est différent du leur !
      .
      S’il s’y rajoute le refus de comprendre, comme le terme de « gourou » employé ci dessus peut le laisser croire, et nous avons tous les ingrédients du malaise.
      .
      Il y a naturellement aussi ceux que les deux aspects intéressent et qui parviennent à les concilier; mais en général on les voit et entend beaucoup moins sauf quand ils parviennent à apaiser ces tensions, qui sont quand même loin d’être systématiques si j’en crois ma petite expérience.
      .
      Il me semble aussi que ce type d’oppositions est une des cause principale des « grognes » que nous avons connu récemment.
      .
      Fraternellement

    • 11
      Luciole
      22 septembre 2015 à 12:30 / Répondre

      Cher Hiram33 (humour?),
      Je ne prétends rien et j’aurais aimé que l’on lise mon texte en français normal sans y voir davantage que la lettre.

      Je n’ai jamais vu (en 48ans) un membre du SCF (l’organisme directeur, 24 membres) intervenir es-qualité en Loge bleue. Il aurait fort justement craint de se faire envoyer « sur les Roses ».
      Les membres de la Juridiction qui le font à titre personnel n’ont pas le droit, je le répète, de faire état des degrés obtenus.Tout Président ou tout Maitre M aurait légitimement le droit de… (voir plus haut).
      A Paris, mais nous sommes moins évolués, nous évitons et le SCF le recommande de ne pas dépasser un maximum de 10% de membres d’une même Loge dans le recrutement en Loge de Perfection. Nous n’avons pas non plus de Gourou, seulement des Présidents maxi 3 ans.
      Je regrette la situation de ta LB mais ce n’est qu’un cas particulier, il faut choisir avec soin, c’est parfois difficile.
      Le « Mercato » concerne les promotions de ceux déjà dans la Juridiction.
      La proposition des MM pour le 4e degré est faite par les membres de la L de P en première attache.
      Enfin pourquoi faudrait-il « convaincre de l’innocence du SCF » ? innocence de quoi ?
      Là je me pose vraiment la question.
      Une assemblée de Maitres M est tellement faible, manipulable, sans caractère, sans personnalité qu’il suffise qu’un membre d’une Juridiction dise quelque chose pour qu’il « influence »de façon irrémédiable toute la Loge ? Ce n’est pas sérieux.
      Pour info je connais des HG qui ont su ne pas être d’accord et faire entendre leur voix à des dignitaires s’ils le jugeaient nécessaire et heureusement.
      Cordialement

  • 5
    Luciole
    18 septembre 2015 à 10:17 / Répondre

    Bonjour
    Se définir comme « éternel apprenti » est une fausse modestie (Je suis le plus modeste) et se réfère à celui qui
    ne progresse pas et ne peut s’exprimer!

    Faut il répéter que le SCF/GLdF interdit de faire état,en tenue de loge bleue,de degré supérieur à celui de Maitre.
    Le plus gradé des membres du Suprême Conseil de France n’y est qu’un M parmi d’autres et soumis à l’autorité du Vénérable qui préside.

    De vieux maçon ont souvent une influence et une réputation qui n’a rien à voir avec leurs degrés mais aussi
    un prétentieux,un outrecuidant,un malveillant le reste quel que soit son tablier.

    Personne n’a plus de pouvoir en loge bleue que le Vénérable et il est soumis à réélection tous les ans comme le collège.Si des FF (SS) estiment être manipulés il suffit d’élire en conséquence au lieu de râler partout.
    Cordialement

  • 4
    Lionel MAINE
    17 septembre 2015 à 13:25 / Répondre

    Un arbre couvert de boules de gui peut être magnifique.
    Tant que les dites boules sont conscientes qu’elles dépendent de leur hôte, l’harmonie règne.
    Dés qu’elles se persuadent que, sans elles, l’arbre n’existerait pas, c’est … le « chaos à Bordeaux » !!!

  • 2
    POCK
    17 septembre 2015 à 10:20 / Répondre

    La suffisance de certain dans les hauts grades est évidente. Il ne suffit pas de savoir plus dans les symboles des ateliers supérieurs pour être un maçon meilleur qu’un simple maitre de loge bleue.
    Attention de ne pas décourager beaucoup des maitres qui souhaiteraient apprendre mais ne pas faire de distingo entre les classes de maçons.
    La selection d’entrée pour ces hauts grades est elitistes mais n’em^che pas les relations qui font qu’on peut y acceder plus ou moins facilement et c’est regrettable .
    Quand à leur influence sur les ateliers, c’est une évidence

    • 3
      Yasfaloth
      17 septembre 2015 à 11:54 / Répondre

      Certes nous connaissons tous des frères qui parce qu’étant dans ces ateliers s’imaginent « au dessus des autres » dans les ateliers symboliques… ceux là sont juste dans l’erreur et n’ont sans doute pas assez poli leur pierre…

      Par contre combien de frères dont on découvre un jour qu’ils « en sont » par la qualité de leur travail ou de leur réflexion ?

      Mais aussi combien de « maitres » frustrés de ne pas y être invité alors qu’ils pensent en être dignes et finissant par cracher dans la soupe, ce qui repousse d’autant ce qu’ils perçoivent comme une promotion?

      Si les « hauts grades » doivent faire attention aux pièges de l’Ego et si certains y succombent, ces pièges ne leurs sont pas réservés…

      Il faut quand même admettre qu’il y a à la GLDF / SCDF une ambigüité majeure dans le fait qu’il y est dit et répété que le rite est en 33 degrés, mais que l’on y dit aussi, comme partout ailleurs, que le grade de maitre se suffit à lui même… certains ne la dépasserons jamais… je pense qu’à partir d’un certain niveau c’est là un riche et majeur thème de réflexion, qui quand il est bien mené conduit naturellement là où on doit aller.

  • 1
    Yasfaloth
    17 septembre 2015 à 00:15 / Répondre

    Le donneur de leçons de service frappe encore ! La réalité, au moins à la Gldf, c’est que presque 1/3 des maitres font partie des grades dits « supérieurs » et que souvent ils sont parmi ceux qui s’engagent le plus dans leur loge symbolique… comment voulez vous qu’il n’y ait pas « d’influence » ?

    • 6
      Patrice Deriémont
      18 septembre 2015 à 11:48 / Répondre

      Pour moi la Maçonnerie est un TOUT. Elle est divisée en Rites sur le plan de la Tradition et en Obédiences sur le plan administratif et historique. Elle commence au grade d’Apprenti et se poursuit pour un certain nombre jusqu’aux Grades sommitaux de leur Rite. Il est sain que les Loges « bleues » soient regroupées en Obédiences puisque le « chemin » peut s’achever au Grade de Maitre. Mais il me paraitrait encore plus sain que tout le monde soit informé des Grades portés par les Frères qui ont fait le choix de continuer leur parcours. Les Juridictions de Hauts Grades ou de Grades de Sagesses font partie de nos Institutions. Rappelons nous que le Grand Maitre est « Garant du Rite » du 1er au dernier Degré ou Grade, c’est la raison pour laquelle il reçoit les Grades sommitaux de tous les Rites après son élection.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif