Tablier

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 24 juillet 2007
Étiquettes : ,
  • 15
    Jacques Cécius
    1 août 2007 à 9h28 / Répondre

    Coucou, c’est encore Cécius!
    Dans ma loge (DH), beaucoup de FF.°. sont en bras de chemise (dont moi). Mais ils portent quasiement tous le tablier. Rarement les gants. Toujours un pantalon, jamais un short… Ne nous arrêtons pas à des détails, que chaque logne , comme on dit chez nous, « fasse à sa mode ». Mais je comprends que des SS.°. et des FF.°. tiennent au tablier, aux gants et à la tenue sombre. Et lorsque je me rends dans une telle loge, je me plie à ses habitudes vestimentaires et « décoratives ».

  • 14
    Jacques Cécius
    30 juillet 2007 à 10h20 / Répondre

    J’ai oublié de préciser : lorsque je me trouve dans une loge où le tablier et les gants sont de rigueur, je les portent. C’est le simple respect qui me l’impose.
    J’ai connu une loge où les FF.°. ne portaient rien, sauf ce que la décence impose, et fumaient et buvaient durant la Tenue !!! Le rituel était réduit à sa plus simple expression. Je m’y suis rendu une fois, je ne me sentais pas à l’aise. J’avais l’impression de me trouver dans l’arrière salle d’un café !

  • 13
    Yvca
    29 juillet 2007 à 11h26 / Répondre

    A la question : Que venons-nous faire en loge? J’ai reçu , en son temps, la réponse suivante : Autre chose, Ailleurs, Autrement.
    La règle des trois A me parait toujours valable.

  • 12
    Stéphane
    29 juillet 2007 à 10h06 / Répondre

    A mon sens, le tablier, le costume sombre et les gants blancs font partie intégrante du rituel, à l’instar des décors du Temple. Cette vêture accentue, à mes yeux, la coupure nécessaire entre le temps profane et le temps sacré. Etant apprenti, je n’ai pas encore fait de visites, mais je pense que j’aurais du mal à travailler convenablement dans un Atelier dont les membres sont en « civil », sans tablier ni gants.

  • 11
    Philippe
    29 juillet 2007 à 10h02 / Répondre

    Les travaux ont été de qualité quand « les ouvriers sont contents » et « qu’ils méritent salaire ».
    On parle « d’ouvriers » ( c’est d’ailleurs la direction qu’indique le port du tablier ) et non de « spectateurs » ou de « touristes » ou « d’aimables amateurs faisant salon ».
    Normalement un ouvrier participe activement au chantier et n’est pas un badaud qui passe dans la rue pour voir « si çà avance » !!!
    Comment travailler réellement dans des groupes pléthoriques ???
    Comment faire en sorte que tous s’expriment régulièrement ???
    Comment faire pour que ce ne soit pas seulement un petit noyau de membres qui s’exprime sur tout, devant un parterre de spectateurs admiratifs et quelque peu fainéants ???
    Etc…etc… je n’ai pas la réponse mais il me semble que ce ne peut pas être en supprimant le tablier qui est là, précisément, pour appeler symboliquement chacun et tous au travail.

  • 10
    Yvca
    29 juillet 2007 à 1h02 / Répondre

    Reste à savoir ce que l’on entend par « Travaux ».

  • 9
    Jacques Cécius
    28 juillet 2007 à 11h31 / Répondre

    Réponse à Fox : dans les loges, relativement nombreuses, où les Maître portent le cordon, il est évident que seuls les Apprentis et les Compagnons portent le tablier. Quant aux gants, je ne les portent que lors des cérémonies.
    Je connais d’excellentes loges où les gants restent en poche, et le tablier de Maître dans la serviette. Et d’autres également excellentes, où il est fait obligation (ou presque), de porter l’un et les autres. Certaines loges peuvent donner l’impression d’être des services clubs, cela ne dépend pas des décors mais de la qualité, ou de la médiocrité, des Travaux.

  • 8
    Philippe
    27 juillet 2007 à 20h18 / Répondre

    Le tablier est un symbole, notre tablier ne fait que l’évoquer ( il ne protégerais pas un forgeron !!! ) d’où ma réflexion précèdente le distinguant de sa décoration brodée faite d’éléments que l’on retrouve en général ailleurs dans le T pouvant donc être estimée superflue voire faisant entrer les métaux…
    Les symboles apportent du grain à moudre à la réflexion de chacun, ne serait-ce qu’en développant notre raisonnement analogique, sous réserve de ne pas tomber dans le délire verbeux interprêtatif.
    Le nombre juste offrant à tous la possibilité de s’exprimer ( pour partager avec les autres ) sur un thème est autour de dix, classiquement on dit même « plus que les Grâces et moins que les muses ». Ainsi sur le plan du nombre de participants beaucoup de tenues peuvent être comparées à des conférences, de fait, compte tenu du nombre. Comme dans les conférences peu s’expriment en réalité, et au fil du temps c’est toujours les mêmes.

  • 7
    Jiri Pragman
    27 juillet 2007 à 17h30 / Répondre

    Ou les Tenues se transformeront en Grandes Conférences Laïques comme il y a des Grandes Conférences Catholiques !

  • 6
    Yvca
    27 juillet 2007 à 17h27 / Répondre

    Que fera-t-on demain ?
    A ce rythme la, demain, on aura réinventé le service-club.

  • 5
    Jiri Pragman
    27 juillet 2007 à 16h08 / Répondre

    Pour ma part, il me semble qu’il serait trop « court » que de dire « ne nous arrêtons pas à la surface des choses », « préoccupons-nous plutôt du Travail effectué », « à bas le dress code ! » comme certains le disent ou le pensent. A mon sens, le port du Tablier a une signification et elle mérite qu’on s’y attache. Par ailleurs, l’Art royal, c’est aussi – je sais, je me répète – l’art de la règle et celle-ci mérite d’être suivie, même si elle demande un effort. Mais est-ce que la Franc-Maçonnerie, ce n’est pas aussi travailler sur soi-même.

    J’ai un jour fréquenté une Loge où seuls les Apprentis, Compagnons et les Officiers dignitaires portaient le Tablier… et j’étais le seul à porter des gants blancs. Est-ce bien normal ? Que fera-t-on demain ? Supprimer une bonne partie du Rituel ? Se dispenser du port du bandeau à l’Initiation ? Eviter la triangulation pour gagner du temps ?

  • 4
    Fox
    27 juillet 2007 à 15h40 / Répondre

    Question à Jacques :

    Dans ces LL comment font les AppApp et les CompComp ?
    Ils sont les seuls à porter le tablier ?

    TAF

    Fox

  • 3
    Jacques Cécius
    27 juillet 2007 à 14h03 / Répondre

    Je connais d’exellentes loges où les maçons portent uniquement le cordon. Personnellement je porte le tablier lorsque je me rends dans ma loge, comme la majorité des SS.°. et des FF.°., mais quand je me trouve dans un Atelier où ils/elles portent le cordon, je me sens plus à l’aise. Finalement, tablier ou cordon, cela est sans grande importance. Seul le travail compte. Tel est mon avis et je le partage!

  • 2
    Philippe
    24 juillet 2007 à 9h50 / Répondre

    Le port du tablier nous relie au symbolisme du travail … sur soi et à l’ésotérisme

    La déco de ce dernier c’est à mon avis tout autre chose, surtout qu’il s’y ajoute systèmatiquement des sautoirs du même tonneau. Elle sent son exotérisme à plein nez, pour tout dire la société profane et ses classes sociales fondées sur l’argent et le pouvoir.
    De là à estimer que la déco symbolise argent et pouvoir, voilà une belle planche en perspective !!!

  • 1
    Yvan Cancelier
    24 juillet 2007 à 0h38 / Répondre

    Je suis entièrement d’accord sur le fait de porter le tablier, au moins aux degrés symboliques et, surtout, à celui de maitre….celui qui doit donner l’exemple…..Quand aux « Hauts Grades » , cela peut poser un problème financier…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous