GLIFF MC Batier
Marie-Claude Batier, première Sœur Grand-Maître de la Grande Loge Initiatique Féminine Francophone

Consécration de la GLIFF ce samedi 25 novembre

Par Géplu dans Divers, Obédiences

Comme annoncé fin septembre, ce samedi 25 novembre, les Sœurs fondatrices de la GLIFF, Grande Loge Initiatique Féminine Francophone se sont réunies dans le temple de la GLNF de Rillieux la pape près de Lyon pour la consécration de leur nouvelle obédience.

Près de 100 personnes étaient présentes dont des Frères et des Sœurs de la GLFF, de la GLMF, du OITAR, de la GLTSO, de la GLDF et du GODF. Le Grand Maître de la GLDF Philippe Charuel avait envoyé un message pour s’excuser de ne pouvoir être présent, l’ancienne Grande Maîtresse de la GLFF Jeannine Augé avait aussi envoyé un message de félicitations et d’encouragement, de même que le Grand Maître de la Grande Loge Suisse Alpina et que les responsables de la Grande Loge Féminine de Suisse, de la Grande Loge Féminine de Roumanie et de la Grande Loge Mixte du Québec.

La cérémonie a aussi vu la consécration des trois premières loges de l’Obédience, les Respectables Loges Terre de Lumière à l’Orient de Lyon, Aleph à l’Orient de Toulon, et Quintessence à l’Orient d’Avignon. « D’autres le seront dans les semaines et mois qui viennent à Lille, à Montpellier, à Bordeaux, à Nice, à Marseille, à Paris. » a annoncé la première Sœur Grand-Maître de l’Obédience, Marie-Claude Batier, qui a aussi déclarée : La foi maçonnique ne nous a jamais quittées et aujourd’hui elle nous porte ailleurs sur une nouvelle terre sans autre frontière que celle de la langue française, une terre initiatique construite autour de la seule justification d’une obédience, je parle de la loge. Nous sommes entrées dans la voie maçonnique pour nous élever c’est-à-dire pour atteindre la liberté intérieure et le gouvernement de soi en conscience.

Concernant le REAA, qui sera le Rite de l’Obédience, elle a précisé : Le Rite Écossais Ancien et Accepté propose de vivre le sacré comme alternative à l’enseignement dogmatique des religions instituées et des dérives profanes. Le Rite Écossais Ancien et Accepté laisse libre et ouvert, le choix théologique de chacun et pour nous la laïcité s’entend comme le respect absolu de la liberté de croyance et de conscience. Notre Rite proclame l’existence d’un principe unificateur qui dépasse tous les courants dont il s’est enrichi et il propose de placer les travaux sous l’invocation du Grand Architecte de l’Univers et des trois grandes lumières placées sur l’autel des serments. C’est de cette tradition que nous nous réclamons. 

Et aussi : Nous avons choisi comme emblème la rose symbole de l’amour au centre de la croix à la jonction entre le plan horizontal et le vertical, axe de communication avec les plans supérieurs. L’Homme doit assumer sa double nature, tout à la fois terrestre et divine en réservant une part égale au monde sensible et au monde intelligible qui en est la source. (…) La tradition maçonnique doit inspirer les règles de fonctionnement de l’obédience dans un seul but, faciliter le travail maçonnique des loges et des FM qui les composent. C’est la loge qui doit définir ses propres règles dès lors qu’elles sont fixées en respect des principes de la tradition maçonnique écossaise. Nous ne détenons pas la Lumière, la lumière est présente sous forme de poussière d’étoile en chacun de nous, nous avons simplement la prétention de vouloir la chercher, la révéler à la conscience des profanes qui frappent à la porte du temple avec une vraie quête, l’entretenir ensuite, en tous cas de mettre en œuvre tout ce qui peut permettre de la faire briller et de la développer. Nous croyons aussi à la beauté du doute, le doute qui seul permet la perméabilité à l’amour fraternel.

Téléchargez le discours complet de la Sœur Grand-Maitre Marie-Claude Batier : discours MC Batier

dimanche 26 novembre 2017 64 commentaires
  • 57
    W.Schaw 8 décembre 2017 à 15:10 / Répondre

    Afin d’éclairer le plus objectivement possible les sœurs membres de la GLFF en particulier, mais aussi les FF et SS membres d’autres d’obédiences en général, un rappel des termes de l’article 157 des règlements généraux de la GLFF s’impose. Voici ce qu’il stipule en substance : « …l’appartenance à un groupe dissident de la GLFF entraîne automatiquement la radiation. » (sic). Je doute fort que les sœurs de la GLFF aient discerné à l’époque le caractère discriminatoire de cette disposition. Cependant, comme disait Montaigne : « il est impossible de faire concevoir à un homme naturellement aveugle qu’il ne voit pas ».(sic)
    Mais très récemment , à l’occasion de la naissance de la GLIFF, la TRGM réalise la faille administrative de cet article 157 et en remet une belle couche par le biais d’une circulaire pondue le Vendredi 13 ( !!!) Octobre : « …Je vous rappelle que conformément aux dispositions du chapitre 3 de la circulaire 1333 ter du 31 janvier 2017 relative aux obédiences non reconnues, loges indépendantes ou groupes prétendument maçonniques, la fréquentation ou l’appartenance à ces groupes est formellement interdite aux sœurs de la GLFF » (sic). La fatwa était lancée et dument complétée : non seulement l’appartenance, mais aussi la FREQUENTATION, sont punissables de sanctions !! Il saute aux yeux que cet article vise expressément les sœurs quittant ou ayant l’intention de quitter la GLFF pour rejoindre la GLIFF.
    Cette entourloupe administrative de circonstance qui consiste à inclure rétroactivement un addendum aux règlements généraux avec la passivité complice du Conseil Fédéral, sans consultations des députées, encore moins des loges est un chef d’œuvre d’intolérance doublé d’une rancoeur personnelle! S’y ajoute une flagrante malhonnêteté intellectuelle qui bafoue les trois grands principes de la FM (Recherche de la Vérité, Entraide, Pratique de l’Amour fraternel) et fait honte à l’ensemble de la FM française.
    On notera accessoirement ce concept de non reconnaissance, paradoxal et incongru de la part d’une obédience féminine toujours prompte à critiquer les Grandes Loges masculines anglo-saxonnes qui n’accordent pas leur reconnaissance à la franc- maçonnerie féminine. Que fait donc la TRGM sinon prétendre s’arroger le même droit ? En vertu de quels principes ? On confine ici au grotesque car il n’est pas de pires aveugles que celles qui repoussent la Lumière. Dit autrement, par solidarité avec les sœurs de la GLIFF : « Heureuses les fêlées, car elles laissent passer la Lumière ».

    • 58
      Aumont 8 décembre 2017 à 18:23 / Répondre

      (57) William Shaw – analyse claire et circonstanciée. Comme déja repris dans un precedent post, MTB ne semble pas avoir joué diplomatique. Au lieu de lancer son anathéme elle aurait peut être pu composer avec la situation. Quand on n’arrive pas a franchir une montagne, on la contourne. Elle doit être vraiment sure que cette nouvelle GL ne lui portera pas ombrage.

      • 59
        PISTIS 8 décembre 2017 à 21:18 / Répondre

        L’ombrage était déjà là, quand on connaît l’impressionnante augmentation des démissions de MM de la GLFF de ces dernières années…précédées de plusieurs années au cours desquelles elles avaient déjà augmenté par rapport aux périodes précédentes (dix fois moindres il y a dix ans).
        Encore une fois, la politique sociétale, c’est un choix qui ne convient pas à toutes !!! Il aurait effectivement été préférable que la GM le reconnaisse, assume les conséquences de sa continuité, plutôt que de jouer la Grande Méchante qui veut faire peur aux Soeurs tentées…de retrouver une Maçonnerie, disons plus authentique. Dommage qu’elle en fasse une affaire personnelle.

        • 61
          Aumont 9 décembre 2017 à 10:33 / Répondre

          (59) pistis – si les démissions sont compensées par un recrutement de comportement uniquement féministe et sociétal, tout ira bien. Ce serait alors une espèce d’ « épuration », revue et corrigée. Donc tout va bien, chaque chose dans son tiroir.

        • 62
          Chicon 9 décembre 2017 à 15:46 / Répondre

          @Aumont – et peut être que cette nouvelle obédience attirera un nouveau profil de sœurs qui ne seraient jamais allées à la GLFF ni dans les autres obediences politico-feministo-societale. Les femmes que je rencontre n’aiment pas perdre leur temps en vains discours..

          • 63
            Albert 9 décembre 2017 à 15:51 / Répondre

            « Les femmes que je rencontre n’aiment pas perdre leur temps en vains discours.. »
            T’as de la chance ! 🙂 🙂 🙂

          • 64
            Chicon 9 décembre 2017 à 16:47 / Répondre

            @ Albert – Les casses-pieds de tous sexes, sont evites au maximum : bavards, râleurs, astrabilaires, tapeurs de porte-monnaie, drogués de politique ou de foot-ball, vantards, voleurs de femmes.

  • 56
    patrox 7 décembre 2017 à 13:41 / Répondre

    Au niveau d’une loge on arrive bien, entre FF et SS, à respecter la position de l’autre, à énoncer son désaccord sans blesser l’autre.
    Alors pourquoi est ce si difficile entre obédiences ?
    Est ce l’effet de meute, très présent chez les humains ( et visiblement pas que chez les hommes ) ?
    Est ce parce que c’est devant un grand public, et que l’ego refuse de perdre la face ?
    Est ce parce que l’écrit a pris le pas sur l’oral, alors que l’oral en face à face permet de corriger la parole en lisant les émotions dans les yeux de l’interlocuteur, ce que l’écrit ( et les réseaux sociaux ) ne peuvent faire ?
    La FM francophone a pourtant tous les atouts en main avec sa remarquable diversité, alors pourquoi tant de cloisons et d’excommunications ?

  • 53
    PISTIS 7 décembre 2017 à 12:52 / Répondre

    Je vous invite, Corinthien et Marie, à consulter l’article de ce présent blog sur le surprenant prix du droit des femmes de la GLFF datant de fin novembre. Le Grand Lobby Féministe de France a frappé. Paillettes et gloriole. Des Soeurs sont d’accord avec ce genre de choses. D’autres – très proches du sens de ta conclusion mon F !!! – ont la pleine conscience de ne pas « avoir signé pour ça », ne supportent plus ces dérives sociétales, qui entravent ce pour quoi elles sont entrées: chercher ensemble et partager des nourritures spirituelles, en s’appuyant sur la Tradition maçonnique. Reporter au dehors ensuite, oui. Mais depuis plusieurs années, et ici avec ce prix, c’est clairement le profane qui entre dans nos Temples. Tout l’inverse ! Merci à la GLIFF d’exister. À l’occasion, comparez les deux sites internet. Deux tendances bien différentes, qui ont toutes deux le droit d’exister…

  • 51
    Corinthien 6 décembre 2017 à 21:41 / Répondre

    J’ai attendu quelques temps, histoire de voir les divers commentaires des uns(es) ( comme il est préconisé actuellement, :-)…) et des autres. J’ai discuté avec des FF et surtout des SS de la GLFF, du DH, du GO afin d’essayer de comprendre le pourquoi de la création de cette nouvelle obédience et pourquoi au siége de la GLNF.
    Ma conclusion est qu’il est plus facile de partir que d’essayer de modifier de l’intérieur ce qui nous trouble.
    La FM n’est pas, pour moi, un club où l’on passe du bon temps 2 fois par mois (ou plus selon les grades) entre personnes distinguées à faire des jeux de mots avec Platon et Plotin.
    Il s’agit de faire avancer la société et, surtout, nous mêmes, à travers le temps et l’espace.
    La FM n’est pas figée, ce qui est bien, par contre toute scissions apportent ses lots de rancoeurs parfois tenaces et les jonctions nécessaires des synergies et égrégores de façon que chacun, chacune, puisse apporter sa pierre ne peut pas exister.
    Je ne peux, au final, m’empecher de penser que les egos se portent aussi trés bien en sautoirs du coté féminin de notre Humanité.
    Laissons le mot de la fin à Rumi: « Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même. »…

    • 52
      Marie 7 décembre 2017 à 09:17 / Répondre

      Merci pour ces propos.

    • 54
      Chicon 7 décembre 2017 à 12:52 / Répondre

      Tout le monde a raison, mais pourquoi alors essaimage ou scission alors que nous sommes entre gens de paix et de dialogue ?
      Question d’égo comme on dit maintenant (orgueil personnel ) ou de pouvoir ( etre chef à la place du chef ). Peut être.
      Ce peut être aussi une divergence profonde sur ce qu’est la franc-maçonnerie on l’a observé avec le Prix GLFF. Edouard de Ribaucourt a quitté le GO en 1913 pour créer son obedience pour la même raison.

    • 55
      Chicon 7 décembre 2017 à 13:34 / Répondre

      Tout le monde a raison, mais pourquoi alors essaimage ou scission alors que nous sommes entre gens de paix et de dialogue ?
      Ce peut être simplement une divergence profonde sur ce qu’est la franc-maçonnerie on l’a observé avec le récent pour Prix GLFF ou l’Academie a ete declarèe incompetence pour la là langue française.
      Edouard de Ribaucourt a lui quittè le GO en 1913 pour créer son obedience pour la même raison.
      Donc pas de panique ces recompositions sont bien françaises. Politique et religion sont les ferments de la discorde.

    • 60
      Biscotte 9 décembre 2017 à 00:08 / Répondre

      On peut aussi imaginer que le système est corrompu et que c’est irréversible. A un moment il faut regarder les ruines de babylone pour comprendre comment reconstruire sur des fondations nouvelles et solides.
      Qui te dit, corinthien, que ces fondatrices n’ont pas essayé auparavant d’oeuvrer à maintenir une transmission digne de ce nom ?
      Qui a dit qu’il était plus facile de créer une nouvelle obédience à partir de rien plutôt que de rester dans le confort d’une institution établie des valeurs qui ne sont plus partagées ?
      A fréquenter des soeurs qui désapprouvent mais restent je me suis aperçue que c’était plus par peur de l’inconnu, par résignation qu’elles restent. J’en veux pour preuve l’aveu de certaines d’avoir voter oui sur des questions avec lesquelles elles n’étaient pas d’accord : à mon coup de maillet appuyer si 1 pour oui et sur 2 pour non et hop ! Un débat avant de voter ? Pas la peine un document à été transmis et on a répondu aux questions par écrit…la messe est dite si j’ose dire ! TOUT est verrouillé.

  • 50
    Rose 4 décembre 2017 à 20:49 / Répondre

    Ce qui est certain dans cet essaimage transformé volontairement en scission, c’est que les attaques sont à la hauteur de l’inquiétude qu’il a suscité… A vouloir le mariage de la carpe et du lapin (ou du sociétal avec l’initiatique), cela dure le temps d’une apnée généralisée avant une grande respiration à l’air libre pour les courageuses. Rien d’égotique la dedans, rien d’autre qu’un instinct de survie retrouvé après un bon coup de talon du fond de ce tunnel cadenassé par des féministes qui font la loi, confondant parcours initiatique et engagement sociétal. Vous verrez que MTB sera bientôt présentée en victime d’attaques injurieuses à son encontre alors qu’il suffit de comprendre que de se poser en victime, que de laisser allumer le feu sur les blogs permet tout simplement à MTB de se positionner en ‘pompier pyromane’….. bonne tactique pour s’imposer en femme providentielle face à l’adversité, en temps utile. Prenons date et ne soyons pas dupes !!!

  • 46
    Marie 4 décembre 2017 à 09:21 / Répondre

    Cette création est le reflet de la société actuelle. Un besoin d estime de soi , d ego, ce besoin installe la radicalisation des esprits. C est à celui et celle qui « lave plus blanc que blanc ». Cette obédience se veut plus symboliste, plus dans la spiritualite … plus près de Dieu ! Les religions ont toutes connu ces scissions. Nul ne possède la connaissance, la vérité, et c est très bien ainsi… nous sommes des cherchants(tes). Notre richesse est dans notre pluralité. Cette scission, car s en est une, est bien dommage.

    • 47
      BETA 4 décembre 2017 à 11:47 / Répondre

      @MARIE
      Vu de ma fenêtre, mais on peut se tromper, je pense que c’est plutôt votre post qui est le reflet de la société actuelle. Jugement de valeurs, procès d’intention, radicalisation de vos propos, diagnostic sur leur psychologie et j’en passe. Comme vous le dites justement « nul ne possède la connaissance, la vérité … » alors un peu plus de bienveillance, de fraternité et surtout d’humilité dans vos affirmations concernant les soeurs de la GLIFF. Pour qui vous prenez-vous sinon pour Dieu lui-même ! Montrez l’exemple et soyez plus modeste.

      • 48
        Marie 4 décembre 2017 à 16:02 / Répondre

        Bonjour Beta. Je suis désolée que mes propos vous offensent. Je ne suis pas dans le jugement, je m efforce de comprendre le pourquoi du comment ? J ai également, une grande peine pour notre obedience. En province le travail des commissions nous permet de travailler ensemble, au delà des rites et des idées. Une belle fraternité existe. Pour quelle raison vouloir créer une autre obédience ? Créer est « grisant » porteur d énergie, je le reconnais, mais il est plus difficile de maintenir le cap et l harmonie dans la persévérance pour ceux et celles qui cheminent sans changer de cap. Ce travail fait parti de notre initiation. Je maintiens mes propos, l ego est au centre de nos difficultés. .. difficile à admettre ! Je ne suis pas Dieu vous avez raison, mais après 35 ans de Maçonnerie je sais combien maintenir l harmonie est difficile et la fuite aisée. Bien fraternellement.

        • 49
          HOPLA 4 décembre 2017 à 19:33 / Répondre

          @Marie
          Le pourquoi est inscrit depuis plusieurs années, il faut assister aux assemblées pour l’appréhender peut être et les dernières sont les plus éloquentes à la GLFF.
          Et les démissions sont l’expression vivante du malaise qui monte. Alors fermer les yeux, fermer les oreilles, et se taire ?
          Est-ce cela la maçonnerie ?
          Est ce juste un club pour des commissions ?
          Où est le travail maçonnique dans tout cela ?
          Soyons fortes dans la cité, chacune, et ne transformons pas notre obédience en annexe d’un organe politique, d’un simple Club de frangines

  • 38
    Michelle LANGLOIS 3 décembre 2017 à 13:21 / Répondre

    Pourquoi créer, et toujours créer, toujours plus, alors que la diversité existe déjà ?
    Ne devons-nous pas rassembler au lieu de parsemer et se perdre ?
    Oui, moi aussi ce sera champagne et petits fours !!!! LOL !!!

    • 41
      Patrox 3 décembre 2017 à 14:15 / Répondre

      Bah deux obédiences féminines généralistes ce n’est pas trop..Surtout en comparaison des masculines

  • 36
    Fil d'aplomb 3 décembre 2017 à 11:01 / Répondre

    L’heure est aux éclatements et aux dégâts. La GLIFF nous fait vivre ce que vit le monde politique….
    En se distinguant, les SS de la GLIFF savaient quelles étaient les mesures qui seraient prises, prétendant haut et fort siphonner l’obédience de ses membres tous rites confondus.
    La pluralité au sein de la GLFF, la liberté de s’ouvrir à l’extérieur est un atout essentiel et parfaitement conforme à l’idéal maçonnique. A notre époque, revendiquer un système fermé de type sectaire est injuste pour la société qui a besoin de notre expression libre en tant que FM.
    Nous avons avec le mandat de Marie-Thérèse Besson retrouvé la reconnaissance et la sérénité inter obédientielle jusqu’à ce que ce sous marin monte à la surface en faisant des bulles….permettant aux délateurs de se délecter…
    La lecture de certains posts, des insultes, interroge : qu’ont-elles appris ? en tous cas un pas grand chose qu’elles ne montrent pas…
    Désastre maçonnique qui réjouit certains mais qui en rapproche d’autres.

    • 37
      Désap. 3 décembre 2017 à 12:33 / Répondre

      Mouais ………………….
      mais ce que vous refusez de voir, d’admettre et de comprendre, c’est que les gens, qui sont submergés tous les jours à la radio, à la télé, dans les journaux, de politique et de discussions sur les sujets de société, ont envie de s’évader du monde matériel.
      C’est la promesse qui leur est faite dans tous les ouvrages qui traitent de maçonnerie, inclus ceux émanant d’auteurs membres des GGLL libérales.
      Sauf que, elles, ils arrivent en loge et … on leur parle de sujets politiques et sociétaux.
      Si bien qu’elles, qu’ils vivent une sorte de déception et restent sur leur « faim » ; et lorsqu’elles, ils tombent sur des auteurs que vous qualifiez de fâchos parce que vous ne comprenez plus un traitre mot à la métaphysique, fondement de la maçonnerie, elles, ils vous quittent pour des loges où il n’est pas question d’aborder la politique, la société ni la religion, où il n’est question que de maçonnerie.
      Refusant de comprendre cela, vous les traitez de tous les noms ; tant pis pour vous et tant mieux pour nous.
      J’embrasse ma Soeur Grand Maître Marie-Claude Batier, toutes les Soeurs courageuses de la GLIFF et je forme le voeux, si le nouveau GM de la GLAMF est Marc Paasch, que nous puissions organiser chaque année une Grande Tenue avec toutes les Grandes Loges Régulières de France.

      • 40
        Fil d'aplomb 3 décembre 2017 à 13:47 / Répondre

        La métaphysique n’a jamais empêché de regarder la réalité. Elle a pris des sens différents selon les époques et les auteurs. Rien de figé ! Qui vous permet d’extrapoler et interpréter un constat. Je n’ai traité personne de fâchos. Pour s’évader du matériel, on appris à laisser les métaux à la porte du temple. Oublier la société et ses travers pour être dans le confort de l’entre soi n’a jamais alimenté le progrès. Quant à la « Régularité », ce serait un grand pas d’admettre que des femmes puissent être des Francs Maçonnes reconnues comme telles à tous les niveaux du chemin maçonnique et pas seulement en conférence, en agapes (ou en cuisine).

        • 42
          PISTIS 3 décembre 2017 à 14:51 / Répondre

          Reste qu’à force de travailler sur des sujets de société en loge, de fait, qu’on le veuille ou non, nous faisons entrer le profane… L’orientation initiale s’est perdue, avant même le mandat de la TRGM actuelle. Des associations non-maçonniques font du très bon travail. Pourquoi le « redoubler » ? Pour siéger à l’IME ? Pour se rapprocher des politiques ? Effectivement, c’est la « faim », la recherche spirituelle qui motive l’entrée (et le maintien) en FM. Loin du confort de l’entre soi du partage des mêmes valeurs sociétales, un authentique travail spirituel est exigeant, comme s’enfanter soi-même peut être douloureux !

        • 45
          Désap. 3 décembre 2017 à 21:35 / Répondre

          « La métaphysique n’a jamais empêché de regarder la réalité. »
          Mais rien que cette phrase est complétement incroyable sous la plume de quelqu’un se prétendant « initié » !
          La métaphysique c’est la tentative de se débarrasser de toutes les contingences de maniére à se donner une chance d’entrevoir la réalité.
          La métaphysique c’est le mode de reflexion qui existait avant que la religion ne galvaude tout, avant que la religion décide qu’il y a le bien et le mal, qu’il y a le supérieur et l’inférieur, qu’il y a le fort et le faible, le dominant et le dominé.
          La métaphysique c’est ce qui permit 6000 ans de civilisation, des Pyramydes à Sénèque en passant par Pythagore et Hypatie,
          6000 ans d’intelligence et d’harmonie contre 1500 ans d’obscurantisme et un Environnement dévasté.
          Vous faites au mieux de la psychologie sociétale,
          pour la maçonnerie … et bien il faudrait vous y mettre, de maniére à percevoir.
          Percevoir : percez et vous verrez, et tout d’abord l’égo, cette bulle si difficile à déceler parce qu’elle n’a pas de parois,
          mais bon, il y a du boulot dirait-on.

    • 39
      Soutien gliff 3 décembre 2017 à 13:42 / Répondre

      Ouah! Grosse offensive de caciques de la glff dans les derniers commentaires.C’est quand même étonnant cher fil à plomb de taxer les fondatrices de la GLIFF d’avoir créé un système fermé de type sectaire !
      J’étais à la consécration qui témoignait du contraire. Il semble que ce soit plutôt la GLFF qui témoigne de sectarisme de dogmatisme laïque et de féminisme archaïque.
      Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage…
      Mais tout le monde a compris…
      Pitoyable…

    • 44
      Arpège 3 décembre 2017 à 19:41 / Répondre

      Les TRGM qui ont précédé MT Besson seront ravies d’apprendre : je plagie « qu’avec leur mandat on avait perdu la reconnaissance et la sérénité inter obédientielle » … Quant à l’existence d’un sous-marin nommé GLIFF c’est un bien grand mot … mais très drôle ! Cependant attention un sous-marin peut en cacher un autre … Et pour finir dans la bonne humeur c’est ce genre de commentaire qui fait que la joie demeure à défaut de l’amour.

  • 35
    SoutienTRGM 2 décembre 2017 à 21:07 / Répondre

    Marie-Thérèse est la Grande Maîtresse du courage qui a su maintenir le cap de la GLFF comme ce fut la volonté de nos SS fondatrices…

    • 43
      Arpège 3 décembre 2017 à 19:27 / Répondre

      @SOUTIENTRGM post 35
      Vous leur avez demandé leur avis aux fondatrices de la GLFF ? Il y avait chez nos ainées des soeurs très engagées dans la société c’est vrai mais en leur nom propre et en tant que citoyennes. Elles n’ont jamais instrumentalisé la chose ni revendiqué leur appartenance à la franc-maçonnerie … Et pour cause. Ce sont les générations suivantes et quelques militantes qui ont commencé à se servir de l’obédience, à imposer « l’extériorisation » … et à penser pour elles. Quant au cap de la GLFF maintenu à coup de « forceps » on voit le résultat aujourd’hui. Il n’y a jamais eu autant de divisions dans cette obédience tant politiques que confessionnelles … sans oublier le pouvoir des communautés de rites. Une présidente je suppose doit rassembler ce qui est épars … elle doit privilégier la noblesse des sentiments et la hauteur d’esprit sinon la tolérance. Et donner une image bienveillante de l’obédience et des soeurs. Souvenez-vous en 2009 quand une centaine de sœurs ont assigné la GLFF en justice profane … et ça a couté très cher aux soeurs de l’obédience ! La TRGM de l’époque a joué son rôle même si c’était limite sur le plan constitutionnel … Mais elle a rassemblé elle n’a pas lancé de « chasseuses de prime » aux trousses de ces soeurs assignataires. Elle n’a pas fait de chasse aux sorcières … et offert la paix. C’est facile aujourd’hui d’agiter la GLIFF comme un épouvantail … ça marche toujours le populisme ; ça fait oublier l’essentiel. Ce n’est pas de la GLIFF dont il faut avoir peur mais des raisons qui poussent toujours autant de soeurs à s’interroger … et à démissionner. Allez sur le terrain chère amie loin des paillettes et des foires aux vanités … une fois que le discours sans contenu est prononcé … Vous verrez que tout n’est pas d’équerre … et que ça manque de profondeur.

  • 22
    Rose 27 novembre 2017 à 21:10 / Répondre

    L’Histoire maçonnique retiendra la consécration de la GLIFF comme l’échec du mandat de Marie-Thérèse Besson. Par sa posture intransigeante et solitaire, elle aura été le meilleur agent publicitaire pour cette nouvelle obédience. Quel appel d’air pour la GLIFF ! Quel trou d’air pour la GLFF !

  • 21
    Blazing Star 27 novembre 2017 à 19:11 / Répondre

    Les deux bras du GM jusqu’au sommet de son chef : compas
    Les deux branches du sautoir blanc : equerre.
    Bon, j’arrete de voyager dans les archetypes alcoolisés…

  • 19
    SEPPI 27 novembre 2017 à 11:14 / Répondre

    Nous sommes venus de loin, des 4 coins de la France, SS et FF qui n’ont pas hésité à braver les kilomètres, pour certains et certaines en voiture, en bus, en train, en avion, d’autres à pied …
    Ce fut un grand moment, un moment extraordinaire de simplicité, de grandeur, de spiritualité, de fraternité.
    Les SS fondatrices nous ont offert un bouquet maçonnique d’une grande qualité.
    Nous avons noté votre ouverture aux autres, votre expression de liberté d’être et d’appartenir à une obédience qui n’existe que pour les Loges qui la composent et non l’inverse, nous avons noté votre ouverture à d’autres rites que le REAA avec comme principe fondamental le GADLU (RER par exemple ou Français traditionnel)
    Merci à vous mes SS et longue vie à la GLIFF.

    • 20
      Chicon 27 novembre 2017 à 18:00 / Répondre

      Le champagne etait il bon, tout comme les petits fours ? Avez vous chanté ?

      • 23
        SEPPI 27 novembre 2017 à 22:33 / Répondre

        Tout était bon, mais j’avoue que la culture du plat pays, quand on a eu l’occasion de la partagée est beaucoup plus festive n’est ce pas CHICON !

        • 26
          Chicon 28 novembre 2017 à 11:53 / Répondre

          @ c’est pis – Wittlof au gratin a le biere pour la consecration de la loge de Lille. Tablier de sapeur et saucisson de Lyon pour la loge de Lyon, ainsi soit il.

          • 32
            SEPPI 29 novembre 2017 à 18:55 / Répondre

            Je n’oublierai pas.
            Pour la consécration des futures loges de Lille nous penserons à t’inviter.
            Au plaisir CHICON

            • 34
              Chicon 30 novembre 2017 à 12:11 /

              @ c’est toujours pis – merci. Tu envois l’invitation à Geplu qui l’affichera et que je lirai avec beaucoup d’attention. Pour moi , du champagne cela ira ! Bises

  • 18
    fabienne 26 novembre 2017 à 23:07 / Répondre

    La cérémonie , la tenue , les prises de parole , la présence des maçons et maçonnes ont fait de cet événement un immense moment de partage dans la joie. L’émotion ressentie est à la mesure de la chance que nous avons d’avoir assisté à la naissance d’une obédience.

  • 16
    luciole 26 novembre 2017 à 20:29 / Répondre

    Pourquoi diable interdire des visites de courtoisie? C’est au Vénérable de décider qui il peut recevoir.

    • 17
      Patrox 26 novembre 2017 à 22:39 / Répondre

      trisous à toi MTCF Luciole
      Patrox = Patos !

      • 25
        luciole 28 novembre 2017 à 10:48 / Répondre

        La Petite Lueur de la Luciole te salue P.
        Triz à vous deux.

        PS Gérald est Seine et Marnais,c’est Bernache qui est du Québec.

  • 13
    Arpège 26 novembre 2017 à 16:04 / Répondre

    Bravo les frangines ! Longue vie à la GLIFF. Finalement quand on a l’amour dans le cœur la Lumière n’est pas loin.

  • 12
    Patrox 26 novembre 2017 à 14:25 / Répondre

    J’étais à la consécration et ce sera un de mes plus chouettes souvenirs.
    Un des grands sujets de discussion entre FF et SS présents était celui des intervisites.
    La S GM a indiqué que tous les frères et sœurs seront accueillis en visite…
    Je déduis de tout cela que les obédiences « rideau de fer » vont avoir du souci dans les années qui viennent ; cela ne me fait pas pleurer !

    • 14
      PISTIS 26 novembre 2017 à 16:32 / Répondre

      S de la GLFF depuis longtemps, en chemin vers la constitution d’une Loge de la GLIFF, j’y étais aussi et je confirme les propos (du F ?) Patrox. (A l’opposé des obédiences démocraturiales – lobbies), une très spirituelle, très forte et très belle Consécration ! Bravo à la T:.R:.S:. Grand Maître et aux TT:. RR:. SS:. du Conseil de l’Ordre ! Sous le signe de la joie !!!

      • 15
        Patrox 26 novembre 2017 à 18:50 / Répondre

        pleinement d’accord avec la S Pistis ! Une vraie brise de printemps que ce souffle positif qui a empreint la tenue. Longue vie à la GLIFF

  • 6
    Fregate 26 novembre 2017 à 12:42 / Répondre

    A lire les propos de la Grande maitresse (ou « Soeur Grand maitre » si je comprends bien ), cette nouvelle obédience aurait mieux fait de s’appeler « Grande loge nationale féminine Française ». Mais pour la reconnaissance de Londres, elles peuvent toujours attendre….

    • 27
      Polaris 29 novembre 2017 à 01:15 / Répondre

      Ça aurait fait GLNFF…pas terrible!
      Et puis pourquoi vouloir identifier la GLIFF
      à une autre obédience ?
      Il n’y a apparemment dans le paysage maçonnique féminin aucune obédience avec cette orientation et ces choix de fonctionnement…

  • 5
    Christine Andrieu 26 novembre 2017 à 11:29 / Répondre

    L’attention du Grand-Maître Charuel a du faire plaisir à M.T. Besson…

    • 29
      Teflon 29 novembre 2017 à 12:28 / Répondre

      et ne parlons pas du soutien de la Grande Loge Féminine de Roumanie !

      • 31
        Aumont 29 novembre 2017 à 16:20 / Répondre

        @teflon – le soutien de la GL suisse Alpina, ce n’est pas du siliconé avec du Téflon

  • 3
    Chicon 26 novembre 2017 à 10:39 / Répondre

    La Grande Loge Nationale pour la France et les Colonies n’avait qu’une loge au départ : « Les Amis Réunis », travaillant au rite Ecossais Rectifié. Cela n’a pas empêché son developpement en GLNF par la suite..Less is more.
    La position de cette nouvelle Grande Loge, uniquement REAA, ne va-t-elle pas la mettre en concurrence directe avec d’autres obediences féminines ou mixte deja en place.
    De plus le REAA phagocyte tous les autres rites comme à la GLAMF.
    Bref, un bon départ mais sera peut-être pénalisée dans son developpement par sa position REAA initiale et dominante. Ce serait bien pour le DH et la GLFF si cette derniere corrige sa trajectoire.

    • 7
      Aumont 26 novembre 2017 à 12:45 / Répondre

      @chicon – si la GLIFF se définit comme une GLFF bis mais non pas féministe-sociétale, elle peut espérer se développer en quelques années vers les 3.000-5.000 sœurs prises principalement sur le vivier GLFF. Elle sera viable, ne sera plus une micro-obedience. En Angleterre deux obediences féminines purement maçonniques fonctionnent meme non reconnues par la GLUA.

    • 9
      yonnel ghernaouti, YG 26 novembre 2017 à 13:47 / Répondre

      TC Chicon,
      Créée le 5 novembre 1913, il s’agit de la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les Colonies Françaises(G.L.N.I.R.).
      D’autre part, la Respectable Loge « Le Centre des Amis » est à l’origine de cette Grande Loge qui deviendra, en 1948, la Grande Loge Nationale Française (GLNF).

  • 1
    W.Schaw 26 novembre 2017 à 09:07 / Répondre

    Fraternels encouragements à cette nouvelle GL féminine dont on attendait depuis longtemps la consécration suite aux errements sociétaux de la GLFF et de sa GM dont les récentes fatwas ont fini par décourager les SS les plus motivées. A ce propos: moi qui ne suis partie prenante ni de la GLIFF ni de la GLFF, me voici face à un dilemme inédit. Puis-je continuer à fréquenter mon épouse membre de la GLIFF ? Ma fille membre de la GLFF peut-elle continuer à fréquenter sa mère? la GM de la GLFF dans sa grande sagesse empreinte de fraternelle affection a dit NON: ni appartenance ni fréquentation. C’est bien à des décisions comme celles-là qu’on reconnaît une démocrature et une secte. En directrice de conscience zélée la gourou décide et les adeptes exécutent. Une GM normale quoi…
    Face au dilemme qui me hante des SS ou des FF charitables viendront-elles (-ils) me tendre la main et m’éclairer sur la conduite à tenir ?

    • 2
      Jacques 26 novembre 2017 à 10:32 / Répondre

      La mixité résoudrait sans doute ton équation mon F. Bises

      • 4
        W.Schaw 26 novembre 2017 à 11:14 / Répondre

        J’en doute fort mon F. J’ai déjà donné dans le passé.

    • 8
      Arpège 26 novembre 2017 à 12:54 / Répondre

      A ce jour il n’y a aucun article dans les constitutions de la GLFF qui sanctionne les visites à des obédiences non reconnues par la GLFF ou « groupes se prétendant » maçonniques par une radiation « immédiate » ! Seule l’appartenance est concernée. Mais jusqu’à quand ??? Quant aux menaces insupportables de la GM de la GLFF aux soeurs aux frères aux grands maitres et j’en passe vous remarquerez que c’est elle qui signe les circulaires de pacotille dont elle inonde la planète fm et jamais l’exécutif c’est à dire le conseil fédéral. Que se passe t-il ? Est-il au moins consulté ? Par ailleurs comment définir et qui définit ce délit le « délit » de visite ou d’appartenance ? Est-ce un manquement maçonnique ? Sur quelles preuves ? Et surtout comment peut-on conclure et prouver le délit/infraction ? Sur dénonciation / délation ? Qui fait le constat ? Un huissier ? Une personne assermentée ? La GM en personne ? Je laisse ces questions aux expertes en atteinte au droit de circuler librement et des libertés individuelles sans oublier le libre arbitre ! Alors elle est pas belle la franc-maçonnerie féminine ?

      • 10
        PISTIS 26 novembre 2017 à 14:06 / Répondre

        Tu l’auras sans doute compris, mon TCFrère,c’est en partie cet autoritarisme, l’absence de respect (pour ne pas dire l’instrumentalisation) des Sœurs et des Loges de la GLFF — qui trouve relai auprès de Sœurs trop dociles et « casse » tout élan spirituel — qui motive la création et le développement d’une autre obédience féminine, plus libre et plus initiatique — comme le souligne son NOM.

      • 11
        Blazing.ue Star.e 26 novembre 2017 à 14:20 / Répondre

        (8) apparemment c’est le.a même désordre ( = bordel.e ) que chez les garçon.nes.s

        • 24
          Hep 28 novembre 2017 à 10:27 / Répondre

          😉
          Il ne faut.e pas écrire comme ça voyon.nne.s, mais en tou.t.es cas.es bon vent aux garçon.ne.s !

          • 28
            Polaris 29 novembre 2017 à 01:23 / Répondre

            Mon cher fillot HEP
            Il est certain que pour avoir le cran de créer une obédience de filles aujourd’hui il faut en avoir….

          • 30
            lenogré 29 novembre 2017 à 15:55 / Répondre

            l’écriture inclusive : hihihi un grand combat pour le droit des femmes …

            • 33
              BLazing Star 29 novembre 2017 à 19:24 /

              @le.la.nogré.e . L’e.a.criture inclusiv.e c’est l’avenir.e il faut que ça entre dans ta têt.e espèce.e d.e macho !

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
a046be044fd30e15c56f7312ae0b2cb8********************************