Capture d'écran Twitter

Affaire Mila : le CLN écrit au Ministre de l’Éducation nationale

Publié par Géplu
Dans Divers

Après « l’affaire Mila », le Collectif Laïque National a écrit le 21 février au Ministre de l’Éducation nationale. Je n’ai pas eu d’écho des réponses apportées à ce courrier…

__________________________________________
.

Monsieur le Ministre,

Le Collectif Laïque National a suivi de très près le développement de « l’affaire Mila » et s’est réjoui de l’annonce d’une solution satisfaisante enfin trouvée pour rescolariser l’adolescente.

Cependant, nous sommes attachés à la liberté d’expression, mais aussi au respect de la loi républicaine. C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, nous sommes étonnés qu’aucune sanction disciplinaire n’ait été prise à l’encontre des élèves de son lycée coupables de menaces à son endroit.

Face à ces expressions de haine vis à vis de la jeune fille, nous estimons qu’il serait iportant de déclencher au sein de cet établissement une action pédagogique expliquant ce qu’est la liberté d’expression, pourquoi le « blasphème » ne peut être considéré comme un délit et ce que sont les conséquences des menaces proférées à l’encontre de qui que ce soit.

Parallèlement, il serait opportun que des sanctions disciplinaires soient prises à l’encontre des jeunes délinquants fauteurs de troubles.

Certes, il faut veiller à la sécurité de Mila, ce que vous avez fait, mais dans le même temps, il est indispensable de lutter concrètement contre ceux qui l’ont mise en danger. Ne rien faire revient à leur abandonner le lycée, à leur permettre d’y imposer leurs règles en lieu et place des lois de la République.

C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, nous vous demandons de mettre en place des mesures dans cet établissement pour qu’y soit restauré l’ordre républicain et que chaque élève puisse y étudier en toute sécurité.

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

COLLECTIF LAïQUE NATIONAL

Téléchargez le courrier : lettre-cln-210220

Associations signataires : 

mardi 17 mars 2020
  • 11
    DEL RIO
    18 mars 2020 à 15:03 / Répondre

    Cette initiative feint d’ignorer que le motif principal de l’affaire est social et non religieux. Des jeunes désoeuvrés, en manque de repères familiaux croient trouver dans l’islam un modèle à suivre. Les insultes et les menaces sont pour eux une tentative désespérée de montrer qu’ils savent être fidèles à des principes, contrairement à ce que le certains leur renvoient dans leur vie quotidienne. Je vois assez peu de différence entre ces jeunes et d’autres, tout aussi désoeuvrés, qui choisissent un alibi plus politique à leur soif reconnaissance, notamment ceux qui s’encartent aux partis d’extrême droite ou d’extrême gauche et qui finissent dans la violence, les manifestations et le désordre, avec parfois de vrais morts. L’islam n’est pas une idéologie qui insidieusement chercherait à faire imploser la République en s’insérant dans toutes ses failles. C’est un prétexte, parmi d’autres, qui a été choisi par une certaine jeunesse que la République Française n’a pas su ou pu élever selon ses principes. Personne parmi les signataires ne semble s’interroger sur la corrélation entre le taux de chômage et le taux de violence dans notre pays, c’est un sujet que je soumets à votre sagacité.

  • 9
    michel
    17 mars 2020 à 20:46 / Répondre

    Désolé, c’est uniquement de la com. On observe personne de l’Isère, alors que historiquement ce sont des Terres de Gauche dans ce secteur !
    Le courage se serait d’aller dans ce quartier « prêcher » la laïcité, mais j’ai bien peur qu’ils se fassent « tailler un short »
    Ce fut le rêve de faire une ville à la campagne au début des années 1980 entre Lyon et Bourgoin. Mon amie de l’époque résidait là et le cadre était enchanteur !
    Mais le projet s’est essouflé, il n’arrivait pas à remplir les petits immeubles, alors ils ont fait venir des familles des banlieues lyonnaises (quand ils ont rasé les immeubles-tours de Vénissieux ) et le beau rêve s’est transformé en cauchemar communautariste…c’est sur que la pauvre Mila n’avait aucune chance après ses propos au Lycée de Villefontaine…
    Il y a un très bon lycée privé à proximité La Verpillière qui s’est construit dans les mêmes périodes !
    Il faut arrêter avec ces communiqués qui ne servent à rien et plutôt agir sur le terrain, mais c’est beaucoup plus difficile !

  • 7
    Didier
    17 mars 2020 à 16:20 / Répondre

    Sanction! Punition! Incompréhension! Indignation gratuite et facile. Exécution publique aussi.🐴. Demande de compte sur la gestion de cette affaire! Exigences!!
    Je ne sais pas où je suis ! Mais certainement pas chez les maçons! Franchement pas.
    Proviseur retraité, j’ai eu à gérer quelques affaires de ce genre, voire pires. Cela se fait avec les autorités de police, de justice, les parents et les protagonistes. Nous y prenons notre part, en évitant tous les déballages sur la place publique, qui n’amènerait qu’à des « lynchages ».
    Je viens de réagir sous le « choc » de cette lecture. Je n’aurais sans doute pas dû. Ce n’était qu’un mouvement d’humeur. … Rien de plus.
    Didier

    • 8
      Armand C.
      17 mars 2020 à 20:43 / Répondre

      « Nous y prenons notre part, en évitant tous les déballages sur la place publique, qui n’amènerait qu’à des « lynchages » »
      Parce que l’affaire Mila n’a pas jusqu’à présent été hyper médiatisée ? Elle n’a pas été déballée sur la place publique et est restée confinée au cœur du petit lycée où il faut éviter les vagues ?
      Parce que donc, à ton avis, Mila n’a elle pas été « lynchée » comme tu dis ?…
      On calme le jeu, on la change d’établissement, pas de vagues et tout ira bien ?
      N’as-tu pas l’impression, face à une affaire qui a eu le retentissement que l’on sait que comme le dit le communiqué du CLR « Ne rien faire revient à leur abandonner le lycée, à leur permettre d’y imposer leurs règles en lieu et place des lois de la République. », en parlant des petits islamistes qui on menacé Mila de mort et l’ont traitée de « sale française » ? On est où là s’il n’y a pas de réponse publique à la hauteur du scandale public ?

      • 12
        Didier
        18 mars 2020 à 16:04 / Répondre

        Armand, ai je dit qu’il ne fallait rien faire??! Le souci est ici que les réseaux (« a »sociaux) ont été une terrible caisse de résonance. La mode est à jeter aux chiens (les pauvres) tel ou tel, sans se preoccuper ni des circonstances ni des personnes. Traiter ce cas comme une exemplarité me fait penser à ces fusillés pour l’exemple de 1917. Le cas à été traité. Il n’y a pas à en faire « degouliner » davantage sur la place publique. Je ne vois pas ce que cela apporterait. Sinon un plus de stupidité haineuse.
        Chacun son boulot, qu’il le fasse avec coeur et conscience au mieux de l’intérêt de nos gamins (même si les dialogues avec eux sont parfois rudes) .
        Je sais bien que je ne te convaincrai pas, j’essaie simplement de me faire comprendre en tant qu ancien professionnel
        Très fraternellement à toi.
        Didier

    • 10
      Armand C.
      17 mars 2020 à 20:49 / Répondre

      Quant à « Incompréhension! Indignation gratuite et facile. », bravo aussi !
      Qu’y a-t-il à comprendre d’autre que ce qui a été dit, et très clairement par ces pauvres jeunes islamises sans doute légitimement offusqués et gravement injuriés ?…
      C’est ça ? Tu est sur le même ligne que la sidérante Belloubet ?…

  • 6
    Lazare-lag
    17 mars 2020 à 16:19 / Répondre

    Mauvaise pioche: je crois bien que celui que tu vises comme « machiste d’obédience bondieusante » est au G.O.D.F.
    Comme quoi, rien n’est sûr en ce bas monde. Surtout les clichés.
    J’espère malgré tout qu’il te le confirmera lui-même.

  • 5
    Armand C.
    17 mars 2020 à 15:52 / Répondre

    C’est gentil pour les sœurs de la GLFF de les présenter comme « vassales » du GODF. Je crois qu’elles vont apprécier, surtout venant des machistes des obédiences bondieusantes qui les méprisent…

  • 4
    Jean_de_Mazargues
    17 mars 2020 à 15:30 / Répondre

    S’agissant des obédiences, on notera qu’il n’y a que le GODF et quelques unes de ses vassales qui une fois de plus se mêlent de ce qui ne les regarde guère … pauvre maçonnerie libérale française ! Enfin, tout ceci nous distrait un peu du virus.
    C’est en citoyen que nous devons protection à Mila, pas en qualité de franc-maçon.

  • 3
    réboussié
    17 mars 2020 à 11:34 / Répondre

    ce que je trouve inquiétant , c’est ce silence . L’ancien ministre G Colomb qui parle de se retrouver face à face , les zones dites de non droit , certain autre qui parle de séparatisme , je rajouterais aussi le problème des clandestins ,envahisseurs ….dénominations qui font fi du caractère humains de ces personnes placées dans des cases suspectes mais qui semblent recevoir une certaine adhésion en hausse dans la population , tout commence avec la parole mais ne finit pas en chanson , le multiculturalisme tant vanté n’a pas réussi , qu’elles qu ‘en soient les raisons , multiples ..et je sens poindre avec l’idée du séparatisme la mise en cause de la solidarité , mais la solidarité n’est elle pas fille de la, fraternité , remise en cause donc de la filiation ?
    Ne pas mettre le feu ? bien sur ,mais ce n’est pas une raison , les droits de l’enfant , pour les laisser jouer avec des allumettes dans la grange ….ce qui est en fait curieux ,c’est le succès de la « déconstruction » , voir Derrida , Foucault and C°……et la peur du feu , le sort des ruines restantes ? Le coco virus refera t il un peu d’unité , de collectif ? dans les naufrages , j’ai ,bien peur que ce ne soit chacun pour soi
    Mila ? laïcité ? à quand une demande officielle pour supprimer mot chez nous pour éviter de stigmatiser ….vu qu’en haut semble il , et dans les faits ….à part des mots …..

  • 2
    marcos testos
    17 mars 2020 à 10:28 / Répondre

    Quelles suites ont été données à ce courrier ? Y en a-t-il eu au moins ? Il ne faut pas lacher.

  • 1
    Tao
    17 mars 2020 à 01:57 / Répondre

    Excellent timing !
    .
    Amitiés,

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif