Algérie : « Hirak », un an après

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 21 février 2020
  • 1
    Lazare-lag
    14 juin 2020 à 10:05 / Répondre

    Finalement, vu la date, cette tenue avec Benjamin Stora a-t-elle pu se réunir?
    Ou a-t-elle été parmi les premières victimes du confinement?
    Ou parmi les dernières a en être préservé?
    Je n’ai plus en tête la date exacte à partir de laquelle les temples ont été fermés au public, je ne me souviens que de celle qui m’a touché à titre professionnel, à titre profane. C’était le lundi 16 mars.
    – – –
    Il me revient un petit moyen mnémotechnique pour ne pas confondre Bédarride, l’homme, Armand, le frère et la ville de Bédarrides, la ville située dans le Vaucluse.
    Armand Bédarride est un homme, il est donc seul, unique, donc pas de « s » final.
    Bédarrides est une ville, un chef-lieu de canton, plus de 5000 habitants, donc ils y sont nombreux, donc un pluriel, avec un « s » final.
    Ce faisant, lorsqu’on écrit qu’on va en tenue à Bédarride, on ne va pas dans le Vaucluse, mais bien à Marseille dans les Bouches-du-Rhône.
    L’histoire ne dit pas s’il est connu des cas ou des frères en perdition cherchaient désespérément un temple maçonnique à Bédarrides, je crois bien qu’il n’y en a d’ailleurs pas, alors qu’ils étaient attendus sur Marseille…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous