Pas de complot maçonnique dans le meurtre de Frère Roger

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

On se souvient de l’émoi causé par le meurtre de Frère Roger, le prieur de la Communauté de Taizé (France) en août 2005, par une jeune Roumaine. L’AFP revient sur ce meutre dans un article Taizé : non-lieu psychiatrique pour la meurtrière présumée de Frère Roger.

Selon le procureur, les expertises ont démontré que cette jeune femme (35 ans au moment des faits) n’était pas consciente de ses actes et souffrait d’une altération totale de ses facultés mentales. Son avocat parle, lui, d’un délire paranoïde s’inscrivant dans une psychiatrie schizophrénique. Toujours selon l’AFP, l’avocat aurait rappelé qu’elle avait commencé par dénoncer un prétendu complot franc-maçon puis de parler de pédophilie de la part de certains prêtres avant – et c’est la dernière version – de dire et redire que l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, était à l’origine de l’assassinat, reconnaissant avoir tenu le couteau mais n’avoir jamais porté, elle, le coup mortel sur Frère Roger.

samedi 15 décembre 2007 1 commentaire
  • 1
    René 15 décembre 2007 à 10:59 / Répondre

    Ouf… nous sommes sauf !

    J’ironise… 😉

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
tempus diam commodo risus sit dictum vel, quis suscipit risus.