Étiquettes : , , ,

  • 8
    ApprV 18 mai 2009 à 16:25 / Répondre

    « Il y a donc de quoi se poser des questions. « 

    Je pense qu’il faut se poser des questions aussi sur le peu d’ouvriers et d’employés frappant aux portes de nos loges. Mais il s’agit davantage d’une question sur la société entière que de la maçonnerie. « Avoir » a remplacé « Etre », du coup beaucoup sont indifférents à notre quête philosophique et notre besoin de comprendre et d’améliorer le monde (même s’il s’agit surtout de nous améliorer nous même hein). Et d’ailleurs cela ne frappe pas que ces catégories socio professionnelles.
    La société évolue ainsi et c’est bien regrettable.

    Concernant le nombre faible de jeunes, je pense qu’il s’agit de l’évolution de la société bien sûr, le moyen d’entrer en maçonnerie aussi (90% par cooptation). Mais peut être est ce du aussi à l’âge. Après tout y avait il plus de jeunes il y a un siècle dans les loges?

  • 7
    nicolas dupond 18 mai 2009 à 09:45 / Répondre

    L’offensive continue. Ca en devient même lassant.

  • 6
    Pilou 17 mai 2009 à 23:23 / Répondre

    Les jeunes sont rares et cela se comprend: nous préférons nous-mêmes souvent attendre que le jeune soit « installé » dans la vie non seulement au niveau professionnel mais aussi au niveau sentimental. Cette attitude explique aussi la moyenne d’âge élevée mais elle enlève effectivement beaucoup à cet aspect affairiste que l’on prête si facilement.

    Mais d’autre part, à écouter nos enfants adoptés et qui sont maintenant des hommes de 25-30 ans, je constate qu’ils ne sont guère attirés et que souvent, ils ont le sentiment que nous tournons en rond. En tout, ils le ressentent ainsi. Il y a donc de quoi se poser des questions.

  • 5
    Fluo 17 mai 2009 à 22:54 / Répondre

    @ApprV: Entièrement d’accord. Je rajouterai qu’il est dommage qu’on ne parle pas non plus des Francs Maçons autres que les chefs d’entreprises, ou politiciens: montrer des ouvriers ou de simples employés briserait le mythe du Franc-Maçon profitant de sa loge pour s’enrichir, argument chéri de certains détracteurs…

  • 4
    ApprV 17 mai 2009 à 19:00 / Répondre

    « l’interview du « plus jeune franc-maçon de France », un étudiant de 21 ans.  » Ayant été initié à 22 ans, (j’ai 24 ans aujourd’hui), je serais très intéressé par la lecture de cet article… (je ne l’ai pas trouvé sur le site internet de LaMontagne).
    Il est dommage que l’on ne parle pas des jeunes (âge non maçonnique bien sûr) dans la franc-maçonnerie, cela enlèverait beaucoup de mythe surtout de l’affairisme…

  • 3
    Apprenti63 17 mai 2009 à 17:06 / Répondre

    Restons un instant en Auvergne : le quotidien « La Montagne » (fondé en 1919 par Alexandre Varenne, député SFIO… et franc-maçon) a publié une double page sur la franc-maçonnerie mardi dernier 12 mai.
    Ce dossier est assez complet et, c’est suffisamment rare pour le souligner, il ne met pas au premier plan l’affairisme et/ou les réseaux maçonniques!
    Une curiosité : l’interview du « plus jeune franc-maçon de France », un étudiant de 21 ans.

  • 2
    Apprenti63 17 mai 2009 à 11:25 / Répondre

    J’ai lu l’article en question. Un détail non dénué d’intérêt : les journalistes ont contacté les responsables régionaux de deux obédiences pour leur article, le GODF et la GLNF. La seule des deux qui a donné suite et a accepté de donner des rensignements chiffrés (localisation et nombre de loges, effectifs sur la région) est… la GLNF!!
    Le « plan média » ou en tout cas l’extériorisation de la GLNF trouve une nouvelle confirmation. (Je précise que je ne porte aucun jugement de valeur, loin de là, sur cette évolution).

  • 1
    Pilou 17 mai 2009 à 09:14 / Répondre

    Et on retrouve le coucou dans les commentaires (?) A moins que ce ne soit le corbeau …
    Il est tout seul d’ailleurs, le pauvre.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ut mi, id dapibus et, in diam id quis velit, sed